Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Wikio - Top des blogs - Cinéma

Rechercher

Présentation

Bonjour,

Sur ce blog, on peut trouver différentes rubriques :

     - Les films d'avril : présentation de nos projets 
     - Critiques ciné : notre avis sur les films qui sont à l'affiche
     - Classiques : critiques de films relativement anciens

     - Filmographies : filmographies des acteurs et réalisateurs qui font l'actualité

     - Qui qu'a joué qui ? : noms des acteurs ayant prêté leur visage et/ou leur voix à des personnages connus

     - Dans quoi c'est-y donc que je l'ai vu ? : rubrique consacrée aux acteurs assez peu connus, souvent seconds rôles, dont on ne connait jamais le nom

     - Verbatim : chaque dimanche, une citation en lien avec les sorties de la semaine... ou non

     - Affiches : certaines affiches de films se ressemblent étrangement. Hommage, coïncidence ou copie ? A vous de juger
     - Actualité : fait d'actualité du cinéma qui nous a marqué

     - Billets d'humeur : nos coups de gueule et réactions à tout ce que nous pouvons lire/voir/entendre

D'autre part, les suggestions de critiques et/ou filmographies sont les bienvenues !
Suite à la consultation des mots clés qui vous amènent sur ce blog, nous vous informons que vous pouvez toujours nous contacter pour nous demander qui jouait "bidule" dans tel film et, si on a la réponse, on vous répondra...
N'hésitez pas à donner votre avis ou a faire des remarques : ce blog est fait pour vivre !

Présentation

Les Films d'avril est le nom que nous avons donné a notre pseudo-boîte de production (qui en réalité n'a pas un rond). Nous réalisons donc des courts métrages que vous pouvez voir sur ce blog, mais surtout, nous sommes CINEPHAGES.
Et comme nous voyons pas mal de films au cinéma, mais aussi en DVD, nous nous permettons de vous donner notre avis en essayant de rester positifs (parce qu'on a pu toucher du doigt l'inverstissement colossal que représente un film, même court, et qu'on n'est pas des critiques frustrés) !

Notre système de notation est le suivant :
 A voir séance tenante
 A ne pas rater
 Se laisse regarder
 Mouais
 Vraiment pas terrible
 Passez votre chemin
Quoi qu'il arrive, n'hésitez pas à donner votre avis ou à émettre des requêtes. Pour cela, vous pouvez nous joindre en laissant un commentaire (ça fait toujours plaisir) ou en nous écrivant :
lesfilmsd.avril@free.fr.
A bientôt !

21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 10:51

walters-julie.jpg

Née le 22 février 1950 en Angleterre, Julie Walters se lance dans la comédie après des études d’infirmière imposées par sa mère.

En 1980, elle rencontre un franc succès au théâtre dans la pièce L’Education de Rita de Willy Russell. C’est donc naturellement qu’elle reprend son rôle de jeune coiffeuse s’inscrivant à l’université dans la transposition de la pièce au cinéma trois ans plus tard par Lewis Gilbert face à Michael Caine. Elle est récompensée d’un BAFTA, d’un Golden Globe et d’une nomination aux Oscar pour sa performance. Elle poursuit sa carrière à la télévision et au théâtre, tant dans des pièces contemporaines que dans des classiques et obtient un nouveau prix, le Laurence Olivier pour son rôle dans All My Sons d’Arthur Miller.

On la retrouve au cinéma en 1987. Elle incarne la mère de Gary Oldman (qui tient le rôle principal) dans le biopic sur Joe Orton, Prick Up Your Ears de Stephen Frears.

En 1991, Lewis Gilbert lui propose à nouveau un rôle dans Stepping Out qui l’oppose à Liza Minnelli. Ils travailleront une troisième fois ensemble en 2002, pour Before You Go.

Mais c’est près de 10 ans plus tard, en 2000, que le grand public la découvre avec le rôle de Mrs Wilkinson, professeur de danse de  Billy Elliot dans le film de Stephen Daldry qui lui vaut une nouvelle nomination aux Oscar. Forte de ce succès, elle intègre le prestigieux casting de stars anglaises de la saga Harry Potter dans la peau de Molly Weasley, la mère de Ron.

On peut ensuite l’apercevoir dans Calendar Girls aux côtés d’Helen Mirren en 2003 puis en mère de Jane Austen (Anne Hathaway) dans le biopic Jane sorti en 2007. James McAvoy, James Cromwell et Maggie Smith font aussi partie du casting.

Ces deux derniers films n’étant pas des énormes succès, il faut attendre 2008 et Mamma Mia ! pour retrouver Julie Walters en Rosie, ex-membre du groupe Donna and the Dynamos avec Meryl Streep et Christine Baranski.

Dans les années 2010, elle accepte de prêter sa voix à des films d’animation. Elle est notamment Mme Montague dans Gnomeo et Juliette et la sorcière dans Rebelle.

Côté privé, elle partagea un temps la vie de Pete Postlethwaite.

Repost 0
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 10:26

Lewis-Gary.jpg

Gary Levitch est né le 30 novembre 1958 à Glasgow en Ecosse.

Sa première apparition sur grand écran date de 1994 avec Petits meurtres entre amis de Danny Boyle, avec Ewan McGregor et l’acteur-réalisateur Peter Mullan, avec qui il collaborera sur six films. L’année suivante il travaille pour Ken Loach, qui lui offrira un rôle dans trois de ses films : Carla’s Song en 1995 (Sammy), Mon nom est Joe en 1998 (Shanks) et Just a Kiss en 2004 (Danny).

Entre temps, il est choisi pour incarner le père mineur de Billy Elliot dans le film éponyme de Stephen Daldry en 2000 (rôle pour lequel il est nominé aux BAFTA) puis figure dans le casting de « gueules » de Gangs of New York de Martin Scorsese, aux côtés notamment de l’irlandais Brendan Gleeson.

On peut ensuite l’apercevoir en 2005 dans Joyeux Noël de Christian Carion, l’année suivante dans adaptation du succès de la littérature de jeunesse Eragon avec Jeremy Irons puis en 2008 dans le film d’horreur Dorothy ou il joue le Pasteur Ross.

En 2010, Nicolas Winding Refn lui confie le rôle de Kare dans Valhalla Rising, Le guerrier Silencieux (dans lequel son fils Maarten Stevenson tient le second rôle) aux côtés de l’excellent Mads Mikkelsen.

Repost 0
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 10:30

Pegg-Simon.jpg

Simon John Beckingham est né le 14 février 1970 en Angleterre.

Il s’installe à Londres au début des années 1990 et démarre dans le stand-up avant d’être remarqué (et employé) à la télévision et à la radio.

Il collabore à de nombreuses reprises avec Edgar Wright et Nick Frost (qui est son meilleur ami et a été son colocataire), notamment pour la série Les Allumés et les comédies Shaun of the Dead (parodie de films de zombies qui lui vaudra d’être invité à faire un caméo dans Le Territoire des morts de George A. Romero), Hot Fuzz et Paul, films qu’il a d’ailleurs co-écrits. Il apparaît dans Band Of Brothers et a auditionné pour le rôle de Rufus (finalement obtenu par Rowan Atkinson alias Mr Bean) dans  Love Actually.

Grâce au succès rencontré par ses comédies, Simon Pegg a aujourd’hui une carrière internationale. Il apparaît dans des blockbusters américains comme Star Trek de J. J. Abrams dans lequel il joue l’ingénieur écossais Scotty, Mission : Impossible 3 et 4 (Benji Dunn) et s’essaye à la motion capture pour les besoins des Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne dans lequel il sera transformé en Dupond par Steven Spielberg.

Parallèlement, il s’adonne au doublage et a notamment prêté sa voix à l’aventurier Buck dans L’Age de Glace 3 : Le Temps des dinosaures.

Il est ami avec les membres du groupe Coldplay, Chris Martin (dont il est le parrain de la fille Apple) et Jon Buckland font d’ailleurs une apparition dans Shaun of the Dead.

Son film préféré est Arizona Junior des frères Coen.

Repost 0
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 10:16

perlman-ron.jpg

Né le 13 avril 1950 à New York, Ron Perlman débute sur les planches et notamment en s’essayant au stand-up. Son visage particulier attire les réalisateurs qui lui offrent des rôles « sur mesure », comme Jean-Jacques Annaud qui lui propose un rôle quasi-muet dans La Guerre du Feu, puis fait de nouveau appel à lui 5 ans plus tard pour Le Nom de la Rose, et de nouveau en 2000 pour Stalingrad. A l’image du réalisateur français, d’autres cinéastes font régulièrement appel à lui. Ainsi, on le retrouve au générique de films de Guillermo Del Toro (Cronos, Blade II), de Jean-Pierre Jeunet (La Cité des enfants perdus, Alien, La Resurrection) ou encore de Joe Dante (Lightning, La Seconde Guerre de Sécession et Les Looney Tunes passent à l’action). Parallèlement, il fait un caméo dans Bread and Roses de Ken Loach et joue Norick dans King Rising avec Jason Statham.

Il obtient enfin son premier rôle en 2004, sous le maquillage outrancier de Hellboy puis sa suite qui fait de lui (à 58 ans) l’acteur le plus vieux à jouer un super héros. Il est le premier choix tant du réalisateur Guillermo Del Toro que du créateur Mike Mignola.

Habitué du doublage, il est au générique de nombreux dessins animés, et prête notamment sa voix aux frères Stabbington dans Raiponce. C’est donc naturellement qu’il double aussi son personnage fétiche dans ses aventures télévisuelles.

En 2009, les producteurs de Watchmen l’auraient bien vu dans le rôle d’Eward Blake / Le Comédien, mais c’est finalement Jeffrey Dean Morgan qui obtient le rôle.

Deux ans plus tard, il se retrouve à l’affiche de Conan, du Dernier des Templiers (avec Nicolas Cage) et donne la réplique à Ryan Gosling en chef mafieux un brin violent dans Drive de Nicolas Winding Refn.

Le fidèle Guillermo Del Toro lui avait réservé un rôle dans The Hobbit : An Unexpected Journey lorsqu’il était encore impliqué, mais suite aux multiples délais du tournage, les deux hommes ont abandonné le projet au profit de Peter Jackson. Les deux hommes ont quelques peu la poisse car leur autre projet commun, Les Montagnes Hallucinées, est aussi tombé à l'eau car trop similaire au Prometheus de Ridley Scott.

A la télévision, il incarne Clay Morrow, le chef des Sons of Anarchy dans la série éponyme entre 2008 et 2011.

Son film préféré est Un Homme presque parfait de Robert Benton (1994).

Repost 0
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 08:33

gould-elliott.png

Elliott Goldstein est né le 29 août 1938 à New York. Sa mère, comédienne, l’inscrit très tôt dans des écoles artistiques où il apprend notamment le chant. Il débute en 1957 dans une comédie musicale intitulée Rumple. En 1963, il partage l’affiche de I Can get it for you wholesale avec Barbra Streisand qui deviendra sa femme la même année et jusqu’en 1971.

Le succès qu’il rencontre sur scène lui ouvre les portes d’Hollywood et il est rapidement consacré par le succès public et critique de Bob & Carol & Ted & Alice (Paul Mazursky), pour lequel il est d’ailleurs nominé à l’Oscar du meilleur second rôle. En 1970, il joue le mythique capitaine « Trapper » John McIntyre dans M.A.S.H. de Robert Altman qui reçoit la Palme d’or à Cannes. Altman l’avait d’abord choisi pour le rôle de Duke Forrest, mais Elliott Gould a insisté pour tenir le rôle de Trapper John. Ce personnage fera ensuite l’objet d’une série TV intitulée Trapper John, M.D.

Il est ensuite choisi par Ingmar Bergman pour jouer dans Le Lien, mais le réalisateur se plaindra de son caractère « difficile ». Il acquiert une image d’apôtre de la contre-culture, notamment en tournant dans Getting Straight de Richard Rush ou encore dans Little Murders d’Alan Arkin qu’il produit. A la fin des années 70, on le retrouve dans Un Pont trop loin de Richard Attenborough et Une Femme Disparait de Anthony Page.

Pourtant, Elliott Gould accumule les mauvais choix et se construit une réputation d’acteur capricieux  : suspecté de consommer de la drogue, il doit passer un test psychiatrique pour prouver qu’il peut incarner un autre personnage mythique : Philip Marlowe. En effet, ce personnage inventé par Raymond Chandler et brillamment incarné par Humphrey Bogart est le héros de Le Privé de Robert Altman. La collaboration entre les deux hommes n’en est d’ailleurs qu’à ses débuts et ils se retrouveront à l’occasion de California Split en 1974, de Nashville l’année suivante et de The Player (1992) dans lequel Gould joue son propre rôle. La même année, il tourne pour Barry Levinson dans Bugsy.

A la télévision, il joue Jack Geller, le père de Ross et Monica dans la série Friends, qui apparaît quelques épisodes dans chaque saison. Il partage d’ailleurs le fait d’avoir été « guest » dans Friends trois de ses partenaires dans la série des Ocean’s, bien qu’ils n’aient partagé aucun épisode : Julia Roberts, George Clooney et Brad Pitt.

Après une apparition dans American History X de Tony Kaye en 1999, Elliott Gould rencontre Steven Soderbergh qui lui offre le rôle de Reuben Tishkoff dans les trois Ocean’s et celui du Docteur Ian Sussman dans Contagion (2011).

Repost 0
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 10:57

Cox-Brian.jpg

Acteur écossais né le 1er juin 1946, Brian Cox débute au théâtre où ses performances sont récompensées par de nombreux prix, dont deux Laurence Olivier. C’est l’année de ses 40 ans que sa carrière sur grand écran connaît un réel essor avec son interprétation du Dr Hannibal Lecktor dans Le Sixième Sens de Michael Mann, rôle qui sera repris 5 ans plus tard par Anthony Hopkins dans Le Silence des Agneaux. En 1990, il tourne sous la direction de Ken Loach dans Hidden Agenda, et 5 ans plus tard il est à l’affiche dans deux films d’époque consacrés à deux personnages légendaires du Royaume Unis : Rob Roy de Michael Caton-Jones (il est Killearn, le frère de Liam Neeson) et Braveheart de et avec Mel Gibson qui lui offre avec Oncle Argyle Wallace l’un des rares rôles de gentil de sa filmographie.

En effet, Brian Cox montre une nette prédilection pour les personnages de mentor et de patriarche, souvent liés au gouvernement ou à l’armée. Plus curieusement, dans pas moins de quatre de ses films, son statut le lie de près ou de loin à l’amnésie d’un autre personnage : celle de son ancienne élève Geena Davis dans Au Revoir à jamais de Renny Harlin (1996), de Matt Damon dans La Mémoire puis La Mort dans la peau (il incarne le chef des services secrets Ward Abbott dans les deux opus de 2002 et 2004 de Doug Liman et Paul Greengrass) et de Hugh Jackman dans X-Men 2 (c’est lui que Bryan Singer a choisi pour le rôle Général William Stryker en 2003).

Les années 2000 le consacrent comme un second rôle marquant : que ce soit le rôle du père d’Edward Norton dans La 25ème heure de Spike Lee, film dans lequel il donne aussi la réplique à Philip Seymour Hoffman (coïncidence amusante : ces deux acteurs jouent tous les deux dans Dragon Rouge [2002]), du James Brogan dans The Ring de Gore Verbinski, d’Agamemnon dans Troie de Wolfgang Petersen, de Joe Reisert dans Red Eye – Sous haute pression de Wes Craven, dans Match Point de Woody Allen ou dans Zodiac de David Fincher. Il a même enregistré la voix-off of The Journey, le documentaire sur la série LOST. En 2011 on le retrouve à l’affiche de La Planète des Signes : Les Origines de Rupert Wyatt, dans le rôle de Hank Landon, gardien du chenil pour les singes et père de Tom Felton.

Son succès outre-Atlantique ne l’empêche pas de continuer à tourner avec des réalisateurs anglophones comme Jim Sheridan qui lui offre le rôle de Joe Hamill, le dirigeant de l’IRA, dans The Boxer avec Daniel Day-Lewis ou, prochainement, avec Ralph Fiennes qui lui a proposé le rôle de Menenius dans son 2ème film : Coriolanus.

Son fils, Alan, est aussi acteur et interprète notamment le jeune Watson dans Le Secret de la pyramide.

Repost 0
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 09:07

Cooper-Dominic.jpg

Acteur anglais né le 2 juin 1978 à Londres, Dominic Cooper a commencé par étudier et pratiquer le théâtre avant de se consacrer à la télévision et au cinéma. Il débute par de toutes petites apparitions de 2001 à 2005 dans From Hell de Allen et Albert Hughes (il est un agent de police), Band of Brothers (Allington dans l’épisode 1 de la saison1), Breakfast on Pluto de Neil Jordan (une personne en boite de nuit) ou encore la série Jericho (dans le rôle de Marcus Hare). C’est en 2008 que sa carrière va réellement démarrer avec son interprétation de Sky, le futur marié d’Amanda Seyfried dans Mamma Mia ! de Phyllida Lloyd et celle du député Charles Grey, amant de Keira Knightley dans The Duchess de Saul Dibb. L’année suivante, Lone Scherfig, lui offre le rôle de Danny, initialement prévu pour Orlando Bloom dans Une Education, qui lui permet de donner la réplique à Peter Sarsgaard et Carey Mulligan. Puis c’est Stephen Frears qui l’imagine en Ben Sergeant, leader du groupe Swipe et amant de Gemma Arterton pour les besoins de Tamara Drewe (2010). L’année suivante, il est à l’affiche de Captain America : The First Avenger de Joe Johnston dans le rôle d’Howard Stark, père de Tony (Robert Downey Jr.) alias Iron Man. S’il s’est fait piquer les rôles d’Anton dans The Imaginarium of Doctor Parnassus par Andrew Garfield et de Fandral dans Thor par Joshua Dallas, gageons que cela risque de ne plus se reproduire vu l’éclectisme de cette courte carrière.

Repost 0
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 08:58

Broadbent-Jim.jpg

Né le 24 mai 1949 en Angleterre, Jim Broadbent passe par les planches avant de se retrouver sur grand écran, comme nombre de ses compatriotes. Sa carrière cinématographique démarre en 1978 avec Le Cri du sorcier. Dans les années 80, il cumule les seconds rôles : sous la direction de Terry Gilliam (Brazil, Bandits, bandits) ; dans Richard III de Richard Loncraine ; Coups de feu sur Broadway de Woody Allen et même dans Superman IV. C’est en 1999 que tout s’accélère, avec Topsy-Turvy de Mike Leigh (qui l’avait déjà dirigé plusieurs fois, tant au cinéma qu’au théâtre) qui lui permet d’obtenir le prix du meilleur acteur au festival de Venise ainsi que celui du London Film Critics Circle Award.

Il enchaîne alors les rôles dans des films à succès et les récompenses : père de Renée Zellweger dans Le Journal de Bridget Jones et sa suite, loufoque Harold Zidler dans Moulin Rouge (second rôle notamment récompensé par les BAFTA) de Baz Luhrmann, mari de Judi Dench dans Iris de Richard Eyre, pour lequel il obtient l’Oscar et le Golden Globe du meilleur second rôle. En 2003, il tourne Gangs of New York sous la direction du maître Scorsese, en politicien peu recommandable ayant à faire à Daniel Day-Lewis. Car Jim Broadbent sait aussi jouer les méchants. Il s’en donne à cœur joie en Lord dans Le Tour du Monde en 80 jours avec Jackie Chan et Cécile de France et remet ça dans la comédie policière Hot Fuzz. Parallèlement il affiche un goût prononcé pour les films d’époque (Vanity Fair avec Reese Witherspoon ou encore Victoria : les jeunes années d’une reine face à Emily Blunt). Son rôle du professeur Kirke dans Le Monde de Narnia : Chapitre 1 lui permet de figurer dans des films pour les plus jeunes : il double Sergent dans Vaillant, pigeon de Combat, Brian dans Le Manège enchanté, Mrs Gasket dans Robots puis le Père Noël himself dans Mission : Noël (sortie Noël 2011). Il acquiert davantage de visibilité avec le rôle du Pr Slughorn dans Harry Potter et le Prince de Sang Mêlé ainsi que dans les deux parties du dernier opus de la saga : Les Reliques de la Mort 1 et 2, tous les trois réalisés par David Yates. Mais cela ne l’empêche pas de rester fidèle à Mike Leigh (Vera Drake, Lion d’or à Venise, Another Year) et de s’autoriser d’autres projets aussi divers que variés en incarnant le doyen Charles Stanforth essayant de sauver la place d’Harrison Ford dans Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal sous la direction de Spielberg ou encore le Président de Derby County dans The Damned United de Tom Hooper. On le retrouvera bientôt dans La Dame de Fer, le biopic de Phyllida Lloyd dans lequel il incarne le mari de Margaret Thatcher et Cloud Atlas, sous la direction de Andy et Lana Wachowski et Tom Tykwer.

Repost 0
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 08:39

Super 8 ou la preuve par deux qu’un rôle récurrent dans une série TV peut compromettre une carrière au cinéma.

Chandler-Kyle.jpg

D’un côté, Kyle Chandler, spécialiste du genre avec des rôles dans L’Enfer du devoir, Nord et Sud, What About Joan, mais surtout Demain à la une (4 saisons) et Friday Night Lights (5 saisons à ce jour). Fatalement, ça laisse peu de temps pour faire autre chose et la filmographie de Kyle Chandler en témoigne. Outre son rôle de père débordé dans Super 8, on a pu le voir dans Les Hommes de l’ombre en 1996, avec Nick Nolte et Melanie Griffith, King Kong de Peter Jackson en 2005, Le Royaume de Peter Berg avec Jamie Foxx et Le Jour ou la Terre s’arrêta avec Keanu Reeves.

Gallagher-David.jpg

David Gallagher (qui n’a aucun lien avec Peter, excepté les gros sourcils), a pour sa part quelques difficultés à se sortir de son rôle de Simon, fils de révérend de 7 à la maison (10 saisons tout de même). Du coup il s’essaye un temps aux films pour enfants (Allo maman c’est Noël ou Richie Rich) et cumule les apparitions dans d’autres séries (Walker, Texas Ranger, Numb3rs, Les Experts : Miami, Bones, Smallville…). Au cinéma, on a pu le voir dans Phenomène (celui avec John Travolta), The Quiet et donc Super 8.

Repost 0
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 10:35

clarkson-patricia.jpgNée le 29 décembre 1959 à la Nouvelle Orléans, Patricia Clarkson fait ses débuts en tant que femme d’Elliot Ness (Kevin Costner) dans Les Incorruptibles en 1987. Deux ans plus tard, elle apparaît aux côtés de Clint Eastwood dans La Dernière cible (Buddy Van Horn).

Souvent cantonnée aux rôles d’épouse aimante (Les Incorruptibles – 1987, La Ligne Verte - 2000, Married Life) ou de mère éplorée (The Pledge - 2001, Pieces of April - 2005), elle devient une figure du cinéma indépendant dans les années 2000 en enchaînant Bienvenue à Collinwood, Loin du Paradis ou encore The Station Agent et montre un goût prononcé pour les productions engagées : Good Night and Good Luck, Les Fous du Roi.

En 2008, elle est à l’affiche de deux films avec Penelope Cruz : Lovers (Elegy) d’Isabel Coixet, dans lequel elle joue une partenaire occasionnelle de Ben Kingsley et Vicky Cristina Barcelona de Woody Allen. Ce dernier lui offrira d’ailleurs un rôle plus important dans son film suivant : Whatever Works.

Malgré ses deux Emmy Awards pour son rôle de tante Sarah O’Connor dans Six Feet Under en 2002 et 2006, c’est en 2003 que le cinéma reconnait réellement son talent : elle reçoit un Prix spécial du Jury du Festival de Sundance pour son travail dans trois films présentés au festival : All the Real Girls, The Station Agent et Pieces of April (film pour lequel elle a aussi été nominée aux Oscar dans la catégorie meilleur second rôle féminin) et le Prix de la meilleure actrice au Festival de Deauville pour The Safety Of Objects.

Parallèlement, on a pu la voir dans Jumanji (1996), Dogville (2003), Le Goût de la vie (2007) ou encore Friends with benefits ainsi que dans deux des films réalisés par son compagnon de rubrique Stanley Tucci : Joe Gould’s Secret en 2002 et Blind Date à sortir prochainement. Patricia Clarkson joue aussi beaucoup au théâtre et a notamment interprété le rôle de Blanche DuBois dans Un Tramway nommé Désir.

En 2010, c’est Martin Scorsese qui la fait tourner dans Shutter Island et elle reçoit aussi un prix pour l’ensemble de sa carrière lors du Jameson Dublin International Film Festival.

Ses films préférés sont Une Femme de Tête (1957), Miss Daisy et son chauffeur (1989), Hantise (1944), Gosford Park (2001), Sexy Beast (2000) et Y tu mama tambien (2001). Son actrice favorite est Ingrid Bergman.

Repost 0