Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Wikio - Top des blogs - Cinéma

Rechercher

Présentation

Bonjour,

Sur ce blog, on peut trouver différentes rubriques :

     - Les films d'avril : présentation de nos projets 
     - Critiques ciné : notre avis sur les films qui sont à l'affiche
     - Classiques : critiques de films relativement anciens

     - Filmographies : filmographies des acteurs et réalisateurs qui font l'actualité

     - Qui qu'a joué qui ? : noms des acteurs ayant prêté leur visage et/ou leur voix à des personnages connus

     - Dans quoi c'est-y donc que je l'ai vu ? : rubrique consacrée aux acteurs assez peu connus, souvent seconds rôles, dont on ne connait jamais le nom

     - Verbatim : chaque dimanche, une citation en lien avec les sorties de la semaine... ou non

     - Affiches : certaines affiches de films se ressemblent étrangement. Hommage, coïncidence ou copie ? A vous de juger
     - Actualité : fait d'actualité du cinéma qui nous a marqué

     - Billets d'humeur : nos coups de gueule et réactions à tout ce que nous pouvons lire/voir/entendre

D'autre part, les suggestions de critiques et/ou filmographies sont les bienvenues !
Suite à la consultation des mots clés qui vous amènent sur ce blog, nous vous informons que vous pouvez toujours nous contacter pour nous demander qui jouait "bidule" dans tel film et, si on a la réponse, on vous répondra...
N'hésitez pas à donner votre avis ou a faire des remarques : ce blog est fait pour vivre !

Présentation

Les Films d'avril est le nom que nous avons donné a notre pseudo-boîte de production (qui en réalité n'a pas un rond). Nous réalisons donc des courts métrages que vous pouvez voir sur ce blog, mais surtout, nous sommes CINEPHAGES.
Et comme nous voyons pas mal de films au cinéma, mais aussi en DVD, nous nous permettons de vous donner notre avis en essayant de rester positifs (parce qu'on a pu toucher du doigt l'inverstissement colossal que représente un film, même court, et qu'on n'est pas des critiques frustrés) !

Notre système de notation est le suivant :
 A voir séance tenante
 A ne pas rater
 Se laisse regarder
 Mouais
 Vraiment pas terrible
 Passez votre chemin
Quoi qu'il arrive, n'hésitez pas à donner votre avis ou à émettre des requêtes. Pour cela, vous pouvez nous joindre en laissant un commentaire (ça fait toujours plaisir) ou en nous écrivant :
lesfilmsd.avril@free.fr.
A bientôt !

15 février 2006 3 15 /02 /février /2006 12:28

Spielberg-Steven

Qui aurait pu dire, le 18 décembre 1947, que venait de naître un des prodiges du cinéma ? Pas grand monde, excepté peut-être madame Soleil. Toujours est-il que c'est à Cincinnati, dans l'Ohio, que voit le jour le petit Steven Spielberg. Ses parents, Leah et Arnold, le laissent vite exprimer son imagination. Spielberg s'abreuve de Fantasia, Bambi, Peter Pan, et tourne très vite ses premiers petits films avec la caméra Super-8 de son père. Des courts dont la qualité ira crescendo. Dès l'âge de 13 ans, il écrit ses propres scénarios, dessine lui-même des story-boards très détaillés et compose même les musiques de ses films. Curieux de tout, il s'initie également aux maquettes, à l'animation, aux prises de vues image par image, et réalise à 14 ans son premier “vrai” court métrage, Escape to Nowhere, qui recrée les campagnes du maréchal Rommel. Un film pour lequel Spielberg utilise… trois figurants ! Installé à Phoenix avec ses parents, il se prend de passion pour la science-fiction, et tourne en 1964 Fire Light, un film au budget mirobolant de 500 dollars. Diffusé dans une seule salle, il en récoltera 600. Mais 1964 est aussi l'année du divorce de ses parents. Pris dans la tourmente familiale, il s'installe en Californie et se voit refuser l'entrée d'une école de cinéma. Qu'à cela ne tienne : Steven intègre la Cal State University de Long Island, à New York, et suit des cours d'anglais. Mais les quatre années d'université lui permettront surtout de se forger une culture cinématographique. Il découvre alors le cinéma européen, tourne de nombreux films expérimentaux et en visionne à la pelle. En 1968, il fait ses premiers essais dans le 35 mm et réalise le court métrage Amblin, avec l'aide de Allen Daviau, futur chef opérateur de E.T., La couleur pourpre et Empire du soleil. Récompensé à divers festivals, Amblin vaut à son auteur une proposition de la Universal, qui lui offre un contrat de réalisateur télévision. Ainsi, en 1969, Spielberg réalise le pilote de la série "Night Gallery" et, en 1970, un épisode de "Docteur Marcus Welby". Par la suite, il réalisera des épisodes pour les séries "Columbo" ou "Les règles du jeu"… Promis à un bel avenir télévisuel, Spielberg vise cependant plus haut. Aussi, quand sa secrétaire lui présente une nouvelle intitulée Duel, écrite par Richard Matheson, il sent l'opportunité venir. Après treize semaines de tournage, Duel, premier téléfilm personnel de Spielberg, est enfin en boîte. Acclamée lors de sa diffusion, l'œuvre sort en salle en Europe où le triomphe est immédiat, avec aussi à la clé le Grand Prix du Festival d'Avoriaz et quelques autres récompenses. Confiants en l'avenir de Steven Spielberg, David Brown et Richard D. Zanuck proposent à ce jeune talent de tourner son premier long métrage cinéma. Sugarland express est le fruit de cette volonté. L'année suivante, Spielberg s'inscrit définitivement dans le peloton de tête des jeunes réalisateurs américains en sortant Les Dents de la mer. La consécration viendra deux ans plus tard, avec Rencontres du troisième type. Un chef-d'œuvre. Avec son ami George Lucas, qui vient de sortir Star Wars, Spielberg voit grand. A eux deux, ils mettent au point une idée de film : Les aventuriers de l'arche perdue. Le projet se concrétisera, avec le succès que l'on sait, en 1981. Fort de sa renommée, Steven Spielberg réalise le film qui doit succéder, dans sa logique, à Rencontres du troisième type : E.T. Sorti en 1982, le film est un hit gigantesque. Pendant onze années, E.T. détiendra le record de recettes aux États-Unis. Un record qui tombera sous les crocs acérés des tyrannosaures de Jurassic Park, autre réalisation Spielberg. En 1984 sortira le deuxième volet des aventures d'Indiana Jones, produit par Amblin Entertainment, société fondée par Spielberg, Kathleen Kennedy et Frank Marshall. Il rencontrera sa femme sur le tournage. L'argent amassé par les péripéties de l'archéologue Ford permet à Spielberg de changer radicalement de registre et de tourner La Couleur pourpre : le film recevra onze nominations aux Oscars. Empire du soleil et La Liste de Schindler connaîtront le même destin. Après avoir dirigé quelques uns des plus grands dont Audrey Hepburn dans Always en 1990), Steven Spielberg est un réalisateur comblé et un producteur averti : après avoir produit la trilogie Retour vers le futur et quelques autres blockbusters comme Qui veut la peau de Roger Rabbit, Gremlins (dans lequel il fait une apparition à bord d'un fauteuil roulant électrique), Poltergeist (dont il est l'auteur), ou Men in black, Spielberg a créé la série "Les contes de la crypte" (il en a réalisé deux épisodes), et a fondé SKG DreamWorks, avec Jeffrey Katzenberg (ex-responsable des studios Disney) et David Geffen (magnat du disque). Après le spectaculaire Monde perdu, suite de Jurassic Park, Spielberg revient coup sur coup à la fresque historique, d'abord avec Amistad, relatant un épisode de la fin de l'esclavagisme aux Etats-Unis, au XVIIIe siècle, et le très acclamé Il faut sauver le soldat Ryan, situé au moment du débarquement allié en Normandie, avec une impressionnante kyrielle de jeunes talents rassemblés autour de Tom Hanks. Son défi suivant sera d'entrer dans une histoire que lui a légué le monumental Stanley Kubrick, celle d'un jeune androïde programmé pour aimer une famille, le surprenant A.I. – Intelligence artificielle, où, si le jeune Haley Joel Osment fait des prodiges, le film divise la critique. Mais il est difficile d'arrêter une locomotive Spielberg qui peut tenir trois projets de front. Ainsi, à peine A.I. en boîte que le réalisateur s'attelait à Minority Report, autre fable de science-fiction où une brigade de flics a les moyens d'arrêter les criminels avant même qu'ils n'aient agi. Mais lorsque c'est un flic de la brigade qui se retrouve dans le collimateur de ses collègues, l'affaire s'annonce salée. Autre histoire autres stars, c'est Leonardo DiCaprio et Tom Hanks qui enchaînent aussi sec avec Arrête-moi si tu peux, d'après une histoire vraie, où un jeune expert en arnaques parvient à échapper pendant des années au FBI en changeant sans cesse d'identité. Et c’est ensuite avec une histoire inspirée d’un fait divers arrivé à un apatride coincé dans les murs de l’aéroport de Roissy que Spielberg dirige Tom Hanks pour la troisième fois dans Le Terminal. Retournant à ses premières amours extraterrestres, et renouant avec Tom Cruise, Spielberg adapte à la sauce 2005, le célèbre roman de H.G. Wells, Guerre des mondes. Puis Munich, et enfin (!) Indiana Jones 4 et le Royaume du Crâne de Cristal et Les Aventures de Tintin, qu'il voulait adapter depuis près de 30 ans. En 2012, il adapte Cheval de guerre, succès de la littérature de jeunesse puis passe à un autre projet qu'il porte depuis des années : Lincoln, dernier opus de sa trilogie sur l'esclavage.

Voir la filmographie complète

Partager cet article

Repost 0

commentaires