Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Wikio - Top des blogs - Cinéma

Rechercher

Présentation

Bonjour,

Sur ce blog, on peut trouver différentes rubriques :

     - Les films d'avril : présentation de nos projets 
     - Critiques ciné : notre avis sur les films qui sont à l'affiche
     - Classiques : critiques de films relativement anciens

     - Filmographies : filmographies des acteurs et réalisateurs qui font l'actualité

     - Qui qu'a joué qui ? : noms des acteurs ayant prêté leur visage et/ou leur voix à des personnages connus

     - Dans quoi c'est-y donc que je l'ai vu ? : rubrique consacrée aux acteurs assez peu connus, souvent seconds rôles, dont on ne connait jamais le nom

     - Verbatim : chaque dimanche, une citation en lien avec les sorties de la semaine... ou non

     - Affiches : certaines affiches de films se ressemblent étrangement. Hommage, coïncidence ou copie ? A vous de juger
     - Actualité : fait d'actualité du cinéma qui nous a marqué

     - Billets d'humeur : nos coups de gueule et réactions à tout ce que nous pouvons lire/voir/entendre

D'autre part, les suggestions de critiques et/ou filmographies sont les bienvenues !
Suite à la consultation des mots clés qui vous amènent sur ce blog, nous vous informons que vous pouvez toujours nous contacter pour nous demander qui jouait "bidule" dans tel film et, si on a la réponse, on vous répondra...
N'hésitez pas à donner votre avis ou a faire des remarques : ce blog est fait pour vivre !

Présentation

Les Films d'avril est le nom que nous avons donné a notre pseudo-boîte de production (qui en réalité n'a pas un rond). Nous réalisons donc des courts métrages que vous pouvez voir sur ce blog, mais surtout, nous sommes CINEPHAGES.
Et comme nous voyons pas mal de films au cinéma, mais aussi en DVD, nous nous permettons de vous donner notre avis en essayant de rester positifs (parce qu'on a pu toucher du doigt l'inverstissement colossal que représente un film, même court, et qu'on n'est pas des critiques frustrés) !

Notre système de notation est le suivant :
 A voir séance tenante
 A ne pas rater
 Se laisse regarder
 Mouais
 Vraiment pas terrible
 Passez votre chemin
Quoi qu'il arrive, n'hésitez pas à donner votre avis ou à émettre des requêtes. Pour cela, vous pouvez nous joindre en laissant un commentaire (ça fait toujours plaisir) ou en nous écrivant :
lesfilmsd.avril@free.fr.
A bientôt !

11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 14:41

Trois grands cinéastes ont publiquement déclaré leurs inquiétudes au sujet de l’avenir du cinéma. La raison ? L’argent, véritable obsession des studios hollywoodiens. Rien de bien neuf sous le soleil si ce n’est que de tels propos ont de quoi surprendre de la part de deux pontes du « Nouvel Hollywood », qui a leur façon, ont longtemps bénéficié (voire inventé) un système devenu très gourmand. Steven Spielberg affirme : « Tout ce qui motive [les studios], c'est l'argent. Mais une telle attitude ne peut pas marcher indéfiniment. Plus ils se focalisent sur le profit, plus les gens se lassent. Et le moment venu, ils ne sauront pas comment sortir de l'impasse.» Selon le réalisateur de Jurassic Park et de Lincoln, « Il y aura une implosion le jour où trois, quatre, voire une demi-douzaine de ces blockbusters au budget démesuré se crasheront au box-office. Le modèle que l'on a aujourd'hui va changer. » Son compagnon de route, George Lucas, semble également très pessimiste : « De moins en mois de films sortiront en salle et aller au cinéma coûtera 50 ou 100 dollars, un peu comme ce que vaut une place à Broadway. Ce sera une grosse dépense et les films resteront à l'affiche pendant un an, comme les comédies musicales. Les longs-métrages importants seront sur grand écran. Tout le reste, les petites productions, finira sur le petit écran. » Dans un autre registre, David Lynch exprime lui aussi ses doutes : « Même si vous avez une superbe idée, le cinéma est différent aujourd'hui. Malheureusement, mes idées ne sont pas ce qu'on peut appeler des idées commerciales, et l'argent est vraiment ce qui prime aujourd'hui. Donc je ne sais pas de quoi mon futur sera fait. Je n'ai pas la moindre idée de ce que je vais être capable de faire dans le milieu du cinéma. »

Source : lefigaro.fr

Repost 0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 12:28

Only God forgives est sorti en France avec une « interdiction aux moins de 12 ans avec avertissement ». C’est à se demander si la Commission de classification des œuvres cinématographiques a bien fait son travail. Demandez le programme : amputations de bras, gorge tranchée, yeux lacérés, corps éventré, etc., et tout cela en gros plans, mesdames et messieurs ! Hypothèse n°1 : les membres de la commission se sont endormis pendant la projection (très fort, parce que la musique de Cliff Martinez a de quoi réveiller un mort). Hypothèse n°2 : ils sont allés se rincer la glotte au Café des Amis (du cinéma) pendant les 90 minutes du film. Le réalisateur Nicolas Winding Refn a le droit de faire les films violents qu’il désire. Plein d’adultes vont même payer pour les voir. Mais il est beaucoup moins acceptable qu’une commission officielle autorise (tacitement) des adolescents de 12 ans à assister à un tel « spectacle »…

Repost 0
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 10:51

Pitt-Brad.jpg

Disons-le tout net : ce petit billet n’est pas une raillerie de plus sur la (très médiocre) nouvelle pub Chanel avec Crad, pardon, Brad Pitt. Mais nous voulions revenir sur certains propos tenus par l’acteur à Cannes pour la promotion de Cogan : Killing them softly. « L'histoire met en parallèle l'avidité du système capitaliste avec celle du milieu mafieux. » affirmait-il au Figaro. Quand on sait que le distributeur du film Alliance Film demandait aux journalistes de débourser 2500 euros pour 20 minutes d’interview avec l’acteur, de tels propos ont de quoi surprendre. Pas très égalitaire comme système ! Surtout, ça fait un peu cher l’enfonçage de portes ouvertes…

Repost 0
22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 17:33

LaBeouf-Shia.jpg

Regarder Transformers, ça fait mal à la tête. Mais jouer dedans, ça attaque les neurones. Après Megan Fox qui avait comparé le réalisateur Michael Bay à Hitler, c’est au tour de Shia LaBeouf de faire parler de lui. Après avoir publiquement daubé sur Indiana Jones et le Royaume du Crâne de cristal (Harrison Ford a répondu en le traitant de « fucking idiot »), l’acteur a annoncé qu’il jouerait des scènes de sexe explicites dans le prochain Lars von Trier (qui nous avait déjà fait le coup avec Les Idiots) parce que « cela était écrit dans le scénario ». Le jeune homme, toujours très avisé quand il parle de cinéma, n’a visiblement pas compris que le cinéma était l’art du simulacre et du jeu. Non : il s’est dernièrement vanté d’avoir obtenu le rôle après avoir envoyé ses sex tapes au réalisateur danois ! Coup de pub ou volonté sincère de s’affranchir de Hollywood ? Une chose est sûre : jouer dans Transformers, ça fait bobo à la tête…

Repost 0
23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 16:57

Andy Samberg, Will Ferrell et J.J. Abrams ont chanté cette chanson dédiée au cliché selon lequel les héros quittent la scène d'une explosion sans un regard derrière eux aux MTV Movie Awards 2009.

Pour ceux qui ont du mal avec l'anglais, ce serait dommage de rater les paroles. Ici, une version sous-titrée.

Repost 0
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 10:22

DiCaprio-Nolan-copie-1.jpg

Depuis la sortie d'Inception la ressemblance entre Leonardi DiCaprio la star hollywoodienne et Christopher Nolan le génie anglais (qu'ils semblent d'ailleurs cultiver) est troublante. Qui copie qui ?

Repost 0
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 14:16

Avec les onze nominations de Des Hommes et des Dieux aux César 2011, me vint à l’esprit que regarder la cérémonie sur Canal + plus relève presque de l’acte de foi. On espère à chaque fois que quelque chose va vraiment se passer, pendant cette grand-messe cinématographique, et puis en fait non. La liturgie reste ennuyeuse, les homélies des uns et des autres oscillent entre platitude et démagogie, sans oublier les gueules d’enterrement, même pour la majorité des récipiendaires. Heureusement, le sourire de Jodie Foster apportait à tout cela un peu de glamour et de professionnalisme (les jeunes acteurs et jeunes actrices françaises confondent fraîcheur et niaiserie, ils devraient ouvrir plus souvent un dictionnaire). Bref la soirée s’est étirée entre gêne et ennui poli. Le bon point, c’est que nous avons échappé aux grognements de Jeanne Balibar qui avaient redonné au mot « ridicule » ses lettres de noblesse l’année dernière. Le mauvais, c’est que l’Académie n’a pas osé récompenser le visionnaire Nolan et son Inception pour le meilleur film étranger. La messe est dite.

Repost 0
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 12:53

Le nouvelle est tombée vendredi 6 novembre : Dany Boon n’aura pas gain de cause. Soyons clairs : n’ayant pas vu Bienvenue chez les Chtis, je ne me prononcerai pas sur la qualité du film, ni de la « comédie française » en général : ce n’est pas le but. Je voulais juste revenir sur le récurrent divorce entre les récompenses attribuées par la profession et les orientations du public. A ce sujet, maintes propositions ont été évoquées (personnes concernées ou pas….) pour réconcilier les deux parties : César du plus gros succès au box office français, César de la meilleure comédie, celui du plus gros succès, mais avec vote (!?) des professionnels…

Pour cette non attribution de César de la meilleure comédie, la raison officielle évoquée par l’Académie est de ne pas « ghettoïser » le genre. Mais comment ghettoiser un genre qui n’est JAMAIS représenté aux César autrement que par le maître de cérémonie et autres rigolos remettant le précieux trophée (en général, ceux qui touchent à la technique !) afin de dérider une salle pas vraiment décontractée. Tout le monde sait que seul un film « engagé » (certains diront chiant et/ou de gauche limite PC, tourné avec un caméscope) ou fragile économiquement peuvent obtenir un César. Pour preuve, voici les derniers récipiendaires : Séraphine, Lady Chatterley, L’esquive… Il faut remonter à 2002 avec Amélie Poulain et 2003 avec Le Pianiste pour voir un film récompensé n’entrant dans aucune des catégories citées précédemment, et récompensés par le public…

Qui peut encore croire qu’un film comme La vérité si je mens (puisque Thomas Gilou s’est exprimé cette semaine), pourtant devenu « culte », peut concourir normalement dans ce genre de cérémonie ?

D’accord, la comédie française n’a pas vraiment fait d’étincelles ces temps derniers. Il est rare de voir le genre tutoyer les sommets d’exigence artistique. Personnellement, je n’en suis d’ailleurs pas très client. Mais, le système est ainsi fait que la plupart des films « césarisables » ne peuvent être produits que grâce aux recettes engrangées par les films qui cartonnent au box office (français ou pas , d’ailleurs). Ainsi, un César de la meilleure comédie n’a, pour moi, aucun sens, alors qu’une récompense pour un film qui a su attirer le plus grand nombre de spectateurs (à défaut même de les séduire car ce n’est pas parce qu’un film attire 20 millions de spectateurs qu’il est indéniablement bon) mérite, à mon avis, la reconnaissance (dans les deux sens du terme) d’une partie de la profession qui a une fâcheuse tendance à péter plus haut que son cul et à donner des leçons. En tout cas, quand ça l’arrange…

Repost 0
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 19:38

Dans un article publié dans Le Monde le 16 Septembre 2009, Ariel Schweitzer revient sur l’« engagement à géométrie variable » du cinéaste Ken Loach. En voici un extrait :

« On a appris cet été que le cinéaste Ken Loach, qui devait présenter son dernier film, Looking for Eric, au Festival de Melbourne, en Australie, a décidé de le retirer du programme. Loach a voulu ainsi protester contre la participation à cette manifestation d'un film israélien, Le Sens de la vie pour 9,99 dollars, dont les frais de voyage de l'auteur, Tatia Rosenthal, ont été payés par une institution publique israélienne. Auparavant, Loach avait demandé au directeur du festival, Richard Moore, de refuser la contribution financière israélienne. Devant le refus de ce dernier, qui a qualifié l'exigence de Loach de « chantage », le cinéaste anglais a choisi de boycotter l'événement. »

Et ce n’est pas la première fois que le réalisateur emploie cette méthode assez particulière (festival de Edimbourgh en mai 2009). Surprenant tout de même de la part d’un cinéaste « engagé » de tomber dans le travers du chantage et finalement de la censure. Pas vraiment ouvert, comme attitude pour un « intellectuel de gauche ». Non seulement il empêche des réalisateurs de montrer leur film (ah, la grande famille du cinéma !), mais en plus il s’attaque à la culture même, et surtout à la liberté d’expression. Bel exemple !

Repost 0
26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 08:01

Le cinéaste américain est devenu officiellement le pape du recyclage… cinématographique. « Que vais-je faire de mes vieilles cassettes vidéo, se demande le Quentin ? Bin, je prends un morceau de série B, un morceau de western que je saupoudre d’hémoglobine, de scènes de torture, de dialogues interminables, et puis mes scènes préférées de série Z asiatiques et j’en fait… mon nouveau film : Inglourious Basterds ! ». Bon, pourquoi pas, s’il y a des amateurs. Mais lorsque ce dernier se colle au film de guerre, et se permet de récrire l’Histoire en flinguant Hitler et ses sordides sbires dans un cinéma (ouah le message !), là ce n’est plus drôle du tout. Ça sent même la fosse septique.

HOME ressemble peut être a du catéchisme écologique mais il a le mérite d’être un film responsable.

Repost 0