Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Wikio - Top des blogs - Cinéma

Rechercher

Présentation

Bonjour,

Sur ce blog, on peut trouver différentes rubriques :

     - Les films d'avril : présentation de nos projets 
     - Critiques ciné : notre avis sur les films qui sont à l'affiche
     - Classiques : critiques de films relativement anciens

     - Filmographies : filmographies des acteurs et réalisateurs qui font l'actualité

     - Qui qu'a joué qui ? : noms des acteurs ayant prêté leur visage et/ou leur voix à des personnages connus

     - Dans quoi c'est-y donc que je l'ai vu ? : rubrique consacrée aux acteurs assez peu connus, souvent seconds rôles, dont on ne connait jamais le nom

     - Verbatim : chaque dimanche, une citation en lien avec les sorties de la semaine... ou non

     - Affiches : certaines affiches de films se ressemblent étrangement. Hommage, coïncidence ou copie ? A vous de juger
     - Actualité : fait d'actualité du cinéma qui nous a marqué

     - Billets d'humeur : nos coups de gueule et réactions à tout ce que nous pouvons lire/voir/entendre

D'autre part, les suggestions de critiques et/ou filmographies sont les bienvenues !
Suite à la consultation des mots clés qui vous amènent sur ce blog, nous vous informons que vous pouvez toujours nous contacter pour nous demander qui jouait "bidule" dans tel film et, si on a la réponse, on vous répondra...
N'hésitez pas à donner votre avis ou a faire des remarques : ce blog est fait pour vivre !

Présentation

Les Films d'avril est le nom que nous avons donné a notre pseudo-boîte de production (qui en réalité n'a pas un rond). Nous réalisons donc des courts métrages que vous pouvez voir sur ce blog, mais surtout, nous sommes CINEPHAGES.
Et comme nous voyons pas mal de films au cinéma, mais aussi en DVD, nous nous permettons de vous donner notre avis en essayant de rester positifs (parce qu'on a pu toucher du doigt l'inverstissement colossal que représente un film, même court, et qu'on n'est pas des critiques frustrés) !

Notre système de notation est le suivant :
 A voir séance tenante
 A ne pas rater
 Se laisse regarder
 Mouais
 Vraiment pas terrible
 Passez votre chemin
Quoi qu'il arrive, n'hésitez pas à donner votre avis ou à émettre des requêtes. Pour cela, vous pouvez nous joindre en laissant un commentaire (ça fait toujours plaisir) ou en nous écrivant :
lesfilmsd.avril@free.fr.
A bientôt !

1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 10:13

jesus.jpg

L’histoire de Jésus a tout pour intéresser le cinéma. Un destin hors du commun, une vie pleine de drames et d’amour, une mort violente dans la force de l’âge… Bref, une vie de rock star avant l’heure ! Depuis la naissance du cinématographe, le personnage a donné lieu à de nombreuses adaptations, qu’elles soient fidèles aux Evangiles ou totalement loufoques. On remarquera non seulement l’éclectisme des acteurs qui l'ont incarné, mais aussi celui des réalisateurs qui l'ont choisi pour sujet principal...

 

La Passion du Christ selon les frères Lumière

1898 Bretteau dans La Vie et la Passion de Jésus Christ de Georges Hatot

1899 Georges Méliès dans Le Christ marchant sur les flots de lui-même

1906 Edouard Grisollet dans La Vie du Christ de Alice Guy

1907 Jacques Normand dans La Vie et la Passion de Notre Seigneur Jésus Christ de Ferdinand Zecca

1909 Jean Mounet-Sully dans Le Baiser de Judas de André Calmaettes

1912 Robert Henderson-Bland dans De la Crèche à la Croix de Sidney Olcott

1912 Mario Roncoroni dans Hérodiade de Oreste Mentasti

1914 Sydney Ayres dans Le Dernier Dîner de Lorimer Johnson

1916 Howard Gaye dans Intolerance de D.W. Griffith avec Olga Grey en Marie-Madeleine

1916 Alberto Pasquali dans Christus de Giulio Antamoro

1917 M. Vannoti dans Judas de Febo Mari

1918 Howard Gaye dans Restitution de lui-même

1918 Guido Guiducci dans Marie de Magdala de Aldo Molinari

1919 Alberto Pasquali dans Redemption de Carmine Gallone

1921 Halvard Hoff dans Pages arrachées au livre de Satan de Carl Theodor Dreyer

1924 Gregori Chmara dans INRI de Robert Wiene

1927 H.B. Warner dans Le Roi des Rois de Cecil B. DeMille

1927 Lionel Salem dans L’Agonie de Jérusalem de Julien Duvivier

1934 Robert Le Vigan dans Golgotha de Julien Duvivier

1942 José Cibrian dans Jésus de Nazareth de José Diaz Morales

1946 Luis Alcoriza dans Maria de Magdala de Miguel Contreras Torres

1946 Luis Alcoriza dans Reina de reinas : La Virgen Maria de Miguel Contreras Torres

1950 Giorgio Constantini dans Mater Dei de Emilio Cordero

1951 Robert Wilson dans The Living Christ Series de John T. Coyle

1952 Enrique Rambal dans Le Martyr du Calvaire de Miguel Morayta

1953 Donald C. Klune dans La Tunique de Henry Koster

1954 Robert Wilson dans Day of Triumph de John T. Coyle

1954 Eugenio Valenti dans Le Fils de l’homme de Virgilio Sabel

1954 Gabriel Alcover dans Le Baiser de Judas de Rafael Gil

1958 Jon Shepodd dans The Power of Resurrection de Harold D. Schuster

1959 Luis Alvarez dans Le Rédempteur de Joseph Breen

1959 Claude Heater dans Ben-Hur de William Wyler

1961 Jeffrey Hunter dans Le Roi des rois de Nicholas Ray

1962 Roy Mangano dans Barabbas de Richard Fleischer

1962 John Drew Barrymore dans Ponce Pilate de Gian Paolo Callegari et Irving Rapper film dans lequel il a aussi interprété Judas

1963 Nicolau Nunes Da Silva dans Le Mystère de la Passion de Manoel de Oliveira

1964 Enrique Irazoqui dans L’Evangile selon St Matthieu de Pier Paolo Pasolini avec Susana Pasolini, la mère du réalisateur, dans le rôle de Marie (adulte), Marcello Morante dans celui de Joseph et Mario Socrate dans celui de Jean Le Baptiste.

1965 Max Von Sydow dans La Plus Grande histoire jamais contée de George Stevens

1966 Igor Donskoy dans Andrei Roublev de Andrey Tarkovski

1971 Claudio Brook dans Jesus, nuestro Senor de Maguel Zacarias

1971 Donald Sutherland dans Johnny s’en va en guerre (Johnny got his gun) de Dalton Trumbo

1971 Jeremy Curry dans une hallucination du personnage de Orange Mécanique de Stanley Kubrick

1973 Robert Elfstrom dans Gospel Road, qu’il a lui-même réalisé et produit par le chanteur Johnny Cash

1973 Victor Garber dans Godspell de David Green

1974 Ted Neeley dans la comédie musicale Jesus Christ Superstar de Norman Jewison, avec Carl Anderson en Judas, Yvonne Elliman en Marie Madeleine et Barry Dennen en Ponce Pilate

1975 Pier Maria Rossi dans Le Messie de Roberto Rossellini

1980 Graham Chapman en tant que Brian dans Monty Pyton : Life of Brian de Terry Jones

1981 John Hurt dans La Folle Histoire du Monde de Mel Brooks

1988 Willem Dafoe dans La Dernière Tentation du Christ de Martin Scorsese avec Harvey Keitel en Judas, Verna Bloom en Marie et un David Bowie surprenant en Ponce Pilate

1992 Gérard Lanvin dans La Belle Histoire de Claude Lelouch

1995 Didier Bienaimé dans Marie de Nazareth de Jean Delannoy

1999 Will Ferrell dans Superstar de Bruce McCulloch

2000 Ralph Fiennes dans Il était une fois Jésus de Derek Hayes et Stanislav Sokolov

2004 Jim Caviezel dans La Passion du Christ de Mel Gibson avec Monica Bellucci en Maire Madeleine

Sans oublier Christian Bale (dans Marie, mère de Jésus en 1999 dont on vous recommande vivement cet extrait) et Henry Ian Cusick (alias Desmond dans LOST que vous pouvez admirer ici) qui ont interprété le prophète dans des téléfilms.

Soulignons également que Marie Madeleine fut incarnée par Anne Bancroft dans un téléfilm intitulé Jesus de Nazareth, par Juliette Binoche dans Mary de Abel Ferrara et par Ornella Muti dans L’Enquête sacrée de Giulio Base

Sources : allociné, wikipédia et imdb

Repost 0
1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 10:28

al-capone.jpg

Né le 17 janvier 1899, Alphonse Capone grandit à New York et devient rapidement un « street punk ». Le quartier général de Johnny Torrio est à quelques pâtés de maison de celle d’Al, qui trouve en Torrio un mentor inestimable. Il se fait un peu d’argent en faisant des commissions pour lui, et quand Torrio déménage à Chicago, Al tombe sous d’autres influences. Il rejoint le gang des Five Points dirigé par Frankie Yale qui l’engage comme barman. C’est à cette période qu’il se bat avec un homme qui lui lacère le visage, ce qui lui vaudra le surnom de "Scarface". Mais quand nait son premier enfant, Al se range, devient comptable, et épouse Mae. Ce n’est qu’à la mort de son père, en 1920, qu’il reprend contact avec Johnny Torrio qui, entre-temps, a déménagé à Chicago où les possibilités (dont la contrebande d’alcool) sont plus grandes.

A 25 ans, Al Capone, rompant avec les qualités de discrétion de son associé, est devenu l’homme à abattre. La violence faisant rage à Chicago entre forces de police et gangs rivaux, Torrio décide de s’exiler et lègue tout à Capone qui, secondé par son homme de main Frank Nitti, devient l’homme le plus puissant de Chicago. En 1929, Eliot Ness forme un groupe d’agents fédéraux à l’éthique irréprochable, ce qui leur vaut le surnom d’"Incorruptibles". Après 2 ans d’enquête, ils parviennent à faire juger Capone pour 22 chefs d’accusation autour de la fraude fiscale. Après un bref emprisonnement à Atlanta, il est envoyé à Alcatraz en 1934. Libéré en novembre 1939, il s’installe en Floride où la syphilis contractée dans sa jeunesse aura raison de lui. Il décède d’une crise cardiaque le 25 janvier 1947.

Voici les acteurs qui ont prêté leur visage à ce personnage devenu légendaire au fil du temps :

Paul Muni dans Scarface de Howard Hawks, joue un personnage nommé Tony Camonte, Al Capone étant encore vivant à l’époque (1932)

Samson dans Jawan Ki Pukar de D. Bilimoria (1942)

Vincent Barbi dans Toto all’inferno de Camillo Mastrocinque (1955)

Saverio LoMedico dans The Purpule Gang de Frank McDonald (1959)

Rod Steiger dans Al Capone de Richard Wilson (1959)

Neville Brand dans Dompteur de femmes (The George Raft Stiry) de Joseph M. Newman (1961)

José Calvo dans Due Mafiosi contro Al Capone de Giorgio Simonelli (1966)

Jason Robards dans L’Affaire Al Capone (The St Valentine’s Day Massacre) de Roger Corman avec Harold J. Stone dans le rôle de Frank Nitti (1967)

Jésus Puente dans El Regreso de Al Capone de José Maria Zabalza (1969)

Maurice Barrier dans Salut l’artiste d’Yves Robert (1973)

Ray Marioni dans le James Bond L’Homme au pistolet d’or de Guy Hamilton (1974)

Ben Gazzara dans Capone de Steve Carver avec Sylvester Stallone dans le rôle de Nitti (1975)

Louis Giambalvo dans Gangster Wars de Richard C. Sarafian (1982)

Thomas G. Waites dans The Verne Miller Story de Rod Hewitt en 1987

Robert De Niro dans Les Incorruptibles de Brian De Palma, qui a remplacé Bob Hoskins qui devait interpréter le rôle, avec Billy Drago dans le rôle du psychopathe Frank Nitti (1987)

Titus Welliver dans Les Indomptés (Mobsters) de Michael Karbelnikoff 1991

Bernie Gigliotti dans The Babe de Arthur Hiller (1992)

Dan Castellaneta dans un épisode de Itchy & Scratchy : The Movie des Simpson (saison 4 épisode 6 - 1993)

Vincent Riotta dans A Little Worm de Marc Benardout (1995)

F. Murray Abraham dans Dillinger and Capone de Jon Purdy (1995) et Baby Face Nelson de Scott P. Levy (1996)

Kurt Andon dans Kiss of Death de Barbet Schroeder (1997)

Thomas Guei dans Bronx-Barbès de Eliane de Latour (2000)

Julian Littman dans Capone’s Boys de Richard Standeven (2002)

Hank Sinatra dans The Speakeasy de Matt Dalrymple (2006)

William V. Marzullo dans The Other Side of Capone de Ron Karpman (2008)

Jon Bernthal dans La Nuit au musée 2 de Shawn Levy (2009)

Et on ne sait pas encore qui dans Capone Rising de Brian De Palma, sortie prévue en 2012, avec Gerard Butler en Jimmy Malone (rôle précédemment tenu par Sean Connery).

Quant à Frank Nitti (1881 – 1943), il apparait seul dans quelques films, pour évoquer l’organisation de Capone :

Stanley Tucci dans Les Sentiers de la Perdition de Sam Mendes (2002)

Bill Camp dans Public Enemies de Michael Mann (2009)

Repost 0
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 10:13

Dracula.jpg

Dracula est un roman écrit par l’irlandais Bram Stoker en 1897. Il raconte l’histoire d’un vampire, personnage aux pouvoirs surnaturels qui apparaît en pleine mode du roman gothique. Bram Stoker fait du Comte un être humain damné, un mort-vivant. C’est cette dimension complexe d’homme rejeté par Dieu qui assure son charme. Il est entouré de différents personnages : Jonathan Harker qui se rend en Transylvanie pour faire affaire avec Dracula, Wilhelmina « Mina Murray » Harker, sa fiancée et Abraham Van Helsing, qui est à l’origine un docteur hollandais. Le Comte est un vampire aristocratique, à la fois monstrueux et raffiné, qui vit dans un château retiré des Carpates. Bram Stoker introduit les éléments du mythe : l’absence de reflet dans les miroirs, la capacité à se transformer en chauve-souris, l’impossibilité à entrer chez quelqu’un sans y avoir été invité… Dracula boit du sang pour rajeunir et devenir plus fort, mais le fait de ne pas en boire ne remet pas en cause son immortalité. L’ail, les crucifix, les hosties et l’eau bénite le repoussent et une branche de rosier sauvage posée sur son cercueil l’empêche d’en sortir. Il peut être détruit si son cœur est transpercé, s’il est décapité ou si une balle bénie est tirée dans sa tombe.

Les films s’appelant Nosferatu sont des adaptations non officielles faute d’accord des ayants droits de Bram Stoker.

Les Studios Universal et Hammer Films ont adapté de nombreux classiques d’horreur et des suites originales, dont un certain nombre dédiés à Dracula.

Le premier à lui prêter ses traits est Max Schreck dans Nosferatu le Vampire de Friedrich Murnau (1922). Son l’interprétation était tellement crédible que des spectateurs ont cru qu’il s’agissait réellement d’un vampire, jeu sur lequel joue aussi L’Ombre du Vampire. Dans ce film, il ne peut être détruit que si une femme pure parvient à le retenir toute la nuit et lui faire oublier le chant du coq, ce qui marque le début de l’idée selon laquelle la lumière du jour serait fatale aux vampires.

Bela Lugosi a joué quatre fois le Comte et a d’ailleurs été enterré avec sa cape. Dans Dracula de Tod Browning (1931), le vampire va changer de visage et passer d’un monstre hideux à un séducteur chevronné.

Carlos Villarias dans Dracula de George Melford et Enrique Tovar Avalos (1931) qui est réalisé dans les mêmes décors et selon la même intrigue que celui de Tod Browning.

Lon Chaney Jr dans Le Fils de Dracula de Robert Siodmak (1943), qui évoque donc pour la première fois la possibilité pour le vampire de se reproduire.

John Carradine dans La Maison de Frankenstein de Erle C. Kenton (1944), produit par Universal.

John Carradine dans La Maison de Dracula de Erle C. Kenton, avec Glenn Strange dans le rôle de la créature de Frankenstein (1945), produit par Universal.

Bela Lugosi dans Deux Nigauds contre Frankenstein de Charles Barton (1948), produit par Universal.

Atif Kaptan dans Dracula à Istanbul de Mehmet Muhtar (1953).

Francis Lederer dans Le Retour de Dracula de Paul Landres (1958).

Christopher Lee dans Le Cauchemar de Dracula de Terence Fisher, qui décide que Dracula ne peut pas se transformer et changer d’apparence, produit par  Hammer Films (1959).

Jeffrey Smithers dans La Colline du désir de Lee Frost (1962).

Tony Gosalvez dans Mga Manugang in Drakula de Artemio Marquez (1963).

Jack Smith dans Batman Dracula de Andy Warhol (1964)

Christopher Lee dans Dracula, prince des ténèbres de Terence Fisher, produit par Hammer Films (1965).

John Carradine dans Billy the Kid vs. Dracula de William Beaudine, avec Chuck Courtney dans le rôle du Kid (1966).

Allen Swift dans le film d’animation Mad Monster Party ? de Jules Bass (1967).

Rehan dans Dracula au Pakistan de Khwaja Sarfraz (1967).

Dante Rivero dans Batman Fights Dracula de Leody M. Diaz (1967).

Aldo Monti dans Santo contre le trésor de Dracula de Rene Cardona (1968).

Christopher Lee dans Dracula et les femmes de Freddie Francis qui choisit d’érotiser particulièrement la morsure du vampire, en lien avec l’apparition du personnage du scream queen : belle victime dénudée et épouvanté, produit par Hammer Films (1968).

Alexander D’Arcy dans Le Château de Dracula de Al Adamson et Jean Hewitt (1969)

Christopher Lee dans Les Cicatrices de Dracula de Roy Ward Baker, produit par Hammer Films (1970).

Christopher Lee dans Une messe pour Dracula de Peter Sasdy, produit par Hammer Films (1970).

Christopher Lee dans Les Nuits de Dracula de Jesus Franco, avec Herbert Lom dans le rôle de Van Helsing (1970).

Christopher Lee dans la comédie One More Time de Jerry Lewis (1970).

Grant Munro dans Ashes of Doom de Don Arioli et Grant Munro (1970).

Manuel de Blas dans Dracula contre Frankenstein (Reincarnator) de Tulio Demicheli (1970).

Paul Albert Krumm dans Jonathan de Hans W. Geissendörfer (1970).

Howard Vernon dans Dracula, prisonnier de Frankenstein (ici Dennis Price) de Jesus Franco (1971).

Eddie Garcia dans Batuta in Drakula de Luis San Juan (1971).

Christopher Lee dans le documentaire sur Les Nuits de Dracula : Cuadecuc, vampir de Pere Portabella (1971).

Ferdy Mayne dans The Vampire Happening de Freddie Francis (1971).

Zandor Vorkov (Roger Engel) remplaçant John Carradine qui était initialement prévu dans Dracula contre Frankenstein de Al Adamson, avec J. Carroll Naish dans le rôle de Frankenstein (1971).

Jacinto Molina dans Le Grand amour de Dracula de Javier Aguirre (1972).

Charles Macaulay dans Le Vampire Noir de William Crain (1972).

Howard Vernon, « papa » de Britt Nichols, la fille du titre dans La Fille de Dracula de Jesus Franco (1972)

Howard Vernon dans Dracula, prisonnier de Frankenstein de Jesus Franco (1972)

Christopher Lee dans Dracula 73 de Alan Gibson, avec Peter Cushing dans le rôle de Van Helsing, produit par Hammer Films (1972).

Aldo Monti dans Santo & Blue Demon vs. Dracula & the Wolfman de Miguel M. Delgado, avec Agustin Martinez Solares dans le rôle du Loup Garou (1973).

Jack Palance dans Dracula et ses femmes vampires de Dan Curtis (1973), adaptation fidèle du roman, c’est le premier à mettre en avant l’idée du vampire confronté à la réincarnation de sa femme, qui sera l’élément-clé de l’adaptation de Coppola.

Narciso Ibanez Menta dans La saga de los Dracula de Leon Klimovsky (1973).

Udo Kier dans Du Sang pour Dracula de Paul Morrissey (1974). Dans ce film, Dracula boit le sang de vierges pour retrouver sa vigueur. Cette version, sortie en pleine révolution sexuelle et franchement érotique, valorise le « péché de chair » qui permet de déjouer les plans du Comte.

Christopher Lee dans Dracula vit toujours à Londres de Alan Gibson, produit par Hammer Films (1974).

John Forbes-Robertson dans La Légende des Sept Vampires d’or de Roy Ward Baker, produit par Hammer Films (1974).

Harry Nilsson dans le rôle-titre de Son of Dracula de Freddie Francis, avec Dennis Price en Van Helsing, Freddie Jones en Dr Frankenstein et Ringo Starr en Merlin l’Enchanteur, si si (1974).

Paul Naschy dans Le Grand amour du comte Dracula de Javier Aguirre (1974).

David Niven dans Old Dracula de Clive Donner (1974).

Christopher Lee dans le documentaire Vem vr Dracula ? de Calvin Floyd (1975).

Peter Cushing dans Tendre Dracula de Pierre Grunstein (1975).

David Niven dans Vampira (Les Temps sont durs pour Dracula) de Clive Donner (1975).

Gary R. Holstrom dans Deafula de Peter Wolf (1975).

Art Leonardi dans le dessin animé Les Aventures de la Panthère Rose en Transylvanie (Pink Plasma), qu’il a lui-même réalisé (1975).

Jay Robinson dans Train Ride to Hollywood de Charles R. Rondeau (1975).

Christian Aligny dans Sexycon de Sergio Martino (1976).

Christopher Lee dans Dracula père et fils de Edouard Molinaro, avec Bernard Ménez en fil de Dracula (1976).

Stephen Boyd dans Lady Dracula de Franz Josef Gottleib (1978).

Michael Pataki dans Zoltan, le chien de Dracula de Albert Band (1978).

Frank Langella dans Dracula de John Badham (1979), adaptation fidèle du roman qui met en scène un Dracula sensuel et très distingué, capable de tomber amoureux, avec Laurence Olivier dans le rôle du professeur Van Helsing.

Klaus Kinski dans Nosferatu, fantôme de la nuit de Werner Herzog (1979), qui présente le vampire comme une victime que le temps ne laisse pas en paix et qui se plaint de ne pas pouvoir mourir.

George Hamilton dans Le Vampire de ces dames de Stan Dragoti (1979).

Andréas Voutsinas dans Charlots contre Dracula de Jean-Pierre Desagnat (1980).

Fabian Aranza dans La Dinastia de Dracula de Alfredo B. Crevenna (1980).

Duncan Regehr dans The Monster Squar de Fred Dekker (1987).

Klaus Kinski dans Nosferatu à Venis de Augusto Caminito (1988).

Hamilton Camp dans le film d’animation Scooby-Doo : Le Rallye des monstres de Ray Patterson (1988).

David Carradine dans Sundown de Anthony Hickox (1990).

Gary Oldman dans Dracula de Francis Ford Coppola (1992), adaptation fidèle du roman avec Keanu Reeves en Jonathan Harker, Winona Ryder en Mina et Anthony Hopkins en Van Helsing. Ce film montre un reversement des valeurs : c’est à cause de l’Eglise que Dracula a accédé à l’état de vampire. Le Comte s’est détourné de l’Eglise parce qu’elle avait refusé d’enterrer sa femme qui s’était suicidée.

Anthony Georghiou dans U.F.O de Tony Dow (1993).

Peter Fonda dans Nadja de Michael Almereyda (1994).

Anthony Crivello dans Monster Mash : The Movie de Joel Cohen et Alec Sokolow (1995).

Leslie Nielsen dans Dracula, mort et heureux de l’être de Mel Brooks (1995).

Conner Vandeer dans Frankenstein et moi de Robert Tinnell (1997).

Ernest M. Garcia, Chaba Hrotko et Tom McGowan dans Die Hard Dracula de Peter Horak, avec Bruce Glover en Van Helsing (1998).

Willem Dafoe dans la mise en abîme qu’est L’Ombre du vampire de E. Elias Merhige (2000), mélange anecdotes du tournage du film de 1922 et éléments fantastiques.

Toni Bertorelli dans Zora la Vampire de Antonio et Marco Manetti (2000).

Gerard Butler dans Dracula 2001 de Patrick Lussier, avec Christopher Plummer en Van Helsing (2001).

Langley Kirkwood dans Dracula 2000 de Darrell Roodt (2004) selon lequel Dracula ne serait autre que Judas Iscariote, l’apôtre de Jésus condamné pour sa traîtrise.

Stephen Billington dans Dracula II : Ascension de Patrick Lussier (2003).

Enrique Sarasola dans Killer Barby vs. Dracula de Jesus Franco (2002).

Thomas Desfossé dans La Fiancée de Dracula de Jean Rollin (2002).

Zhang Wei-Qiang dans Dracula, pages tirées du journal d’une vierge de Guy Maddin (2003).

Richard Roxburgh dans Van Helsing de Stephen Sommers, avec Hugh Jackman dans le rôle de Van Helsing, Shuler Hensley dans celui du monstre de Frankenstein, Samuel West en Dr Frankenstein, Robbie Coltrane en Mr Hyde et Stephen Fisher en Dr Jekyll (2004).

Dominic Purcell (Drake) dans Blade : Trinity de David S. Goyer (2004).

Rutger Hauer (Dracula III) et Stephen Billington (Dracula II) dans Dracula III : Legacy de Patrick Lussier (2005).

Peter Stormare joue le Comte dans le film d’animation Batman vs. Dracula de Michael Goguen (2005).

Marc Warren dans Dracula de Bill Eagles (2006).

David Harbour dans Awake de Joby Harold (2007)

Sam Worthington dans Dracula Year Zero de Alex Proyas (2007).

Max Alexander dans Sans Sarah, rien ne va de Nicholas Stoller (2008)

Dan Castellaneta a lui aussi prêté sa voix au célébre vampire dans les quatre épisodes des Simpson dans lesquels il apparaît : Treehouse of Horror (Saison 21 épisode 4 - 2009), E. Pluribus Wiggum (saison 19 épisode 10 - 2008), You Kent Always Say What You Want (saison 18 épisode 22 - 2007), Brawl in the Family (saison 13 épisode 7 - 2002).

En 2011, une nouvelle comédie musicale chorégraphiée par Kamel Ouali et écrite par Jennifer Ayache (Superbus) mettra en scène le personnage de Bram Stocker. Pour les curieux, premier titre ici.

Appian Way, la société de production de Leonardo DiCaprio prévoit de tourner une nouvelle adaptation intitulée Harker et mettant en scène Jonathan Harker, un policier de Scotland Yard, à la recherche du Comte Dracula. A priori, DiCaprio ne fera pas partie du casting.

Repost 0
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 10:57

mandela-nelson.jpg

Homme politique sud-africain né en 1918. Condamné à la prison à vie en 1964 pour sabotage, trahison et complot suite à la création d’une organisation militaire visant à résister à l’apartheid. Il est libéré en 1990 après 26 ans de prison. Prix Nobel de la Paix en 1993 pour avoir largement contribué aux négociations ayant permis la fin à l’apartheid. De 1994 à 1999 il est élu président de l’Afrique du Sud.

Ils l'ont incarné au cinéma :

Lindani Nkosi dans Drum (2004) de Zola Maseko.

Yaya Soumare dans la comédie franco-béninoise La Valse des gros derrières (2004) de Jean Odoutan.

Dennis Haysbert dans Goodbye Bafana (2007) de Bille August, histoire vraie de la relation que Madiba avait nouée avec son geôlier blanc (Joseph Finnes) pendant sa longue incarcération.

Howard Mungo dans la comédie Super Héros Movie (2008) de Craig Mazin.

Morgan Freeman (adoubé par Mandela himself) dans Invictus (2010) de Clint Eastwood qui relate la victoire de l’équipe nationale de rugby lors de la coupe du monde 1995. Il devait aussi jouer l’homme politique sud-africain dans un projet de Shekhar Kapur intitulé Long Walk To Freedom, basé sur son autobiographie officielle, mais le projet n’a pas vu le jour.

Terrence Howard sera Nelson Mandela dans le biopic Winnie que Darrell J. Roodt consacre à la femme de l’ex-président face à Jennifer Hudson, tout comme Clarke Peters dans Endgame de Pete Travis.

Danny Glover et Sidney Poitier l’ont aux aussi incarné à l’occasion des téléfilms : Mandela (1987) et Mandela and de Klerk (1997) et Will Smith a aussi été envisagé dans ce rôle, mais il a craint de ne pas être assez bon acteur. Le projet est toujours dans les cartons.

Repost 0
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 13:47

sherlock-holmes.jpg

Personnage de fiction créé par Sir Arthur Conan Doyle en 1887, Sherlock Holmes est un détective privé à la mémoire phénoménale et à l’esprit de déduction hors pair. Il est fréquemment accompagné du Dr Watson, qui est le narrateur de ses aventures, et il croise souvent la route du Dr Moriarty son ennemi juré. Sherlock Holmes est le personnage de fiction le plus représenté au cinéma avec plus de 250 films.

En voici certains.

Maurice Costello dans Adventures of Sherlock Holmes c’est le premier Sherlock Holmes apparaissant dans un long métrage, en 1905.

James Bargington dans Une Etude en rouge (1914), puis la même année, adapté du même livre, Francis Ford et son frère John (futur réalisateur de westerns) respectivement en Holmes et Watson.

William Gillette dans l’adaptation de la pièce qu’il a lui-même écrite avec la bénédiction de Conan Doyle, en 1916.

John Barrymore dans Sherlock Holmes en 1922.

Clive Brook devient le premier Sherlock Holmes parlant dans Le Retour de Sherlock Holmes en 1929. C’est dans ce film qu’apparait la fameuse réplique « Elémentaire mon cher Watson ! », sur laquelle se termine le film. Il tourne trois aventures du détective.

Carlyle Blackwell, dans Le chien des Baskerville en 1929.

Raymond Massey dans Le ruban tacheté 1931.

Robert Rendel dans Le chien des Baskerville en 1932

Martin Fric incarne le premier Sherlock Holmes tchèque en 1932, puis ce sera Radovan Lukavsky en 1971.

Reginald Owen dans Une étude rouge en 1933.

Arthur Wontner incarne 5 fois le détective de 1931 à 1937, son Watson étant interprété par Ian Fleming (l’auteur des James Bond).

1937, Hans Albers joue un imposteur qui se fait passer pour Sherlock Holmes dans On a tué Sherlock Holmes.

Bruno Guttner en Sherlock Holmes allemand en 1937, dans une nouvelle adaptation du Chien des Baskerville, puis Wolf Ackva 1955 dans un film tiré du même livre.

Basil Rathbone a joué le binôme avec Nigel Bruce dans 14 films, des Aventures de Sherlock Holmes (1939) de Sidney Lanfield puis dans Le Chien des Baskerville la même année. Ils tournent de nouveau ensemble dans Sherlock Holmes et l’arme secrète réalisé par Roy William Neill en 1943, dans La Femme en vert (1945) et La Clé (1946). L’époque favorisant quelque propagande, les personnages sont transposés dans le monde contemporain et combattent le professeur Moriarty qui travaille pour les nazis.

Peter Cushing incarne Holmes dans une nouvelle adaptation du Chien des Baskerville en 1959, réalisé par Terence Fisher, qui l’oppose une nouvelle fois à Christopher Lee (Sir Henry) après Frankenstein s’est échappé et Le Cauchemar de Dracula. C’est le premier Sherlock Holmes en couleur.

Christopher Lee obtiendra lui aussi le rôle, toujours dirigé par Terence Fisher en 1962, dans Sherlock Holmes et le collier de la mort. Il donnera la réplique à Thorley Walters en Dr Watson, qui lui-même jouera Watson dans trois films totalement différents.

John Neville (1965) fait face au célèbre tueur en série dans Sherlock Holmes contre Jack l’éventreur.

Robert Stephens incarne un Sherlock Holmes maniéré enquêtant sur le Monstre du Loch Ness dans La vie privée de Sherlock Holmes de Billy Wilder (1970).

Douglas Wilmer s’auto-parodie dans Le frère le plus futé de Sherlock Holmes avec Gene Wilder dans le rôle du futé en question cinq ans plus tard.

Nicol Williamson rencontre Freud en 1976 dans Sherlock Holmes attaque l’Orient Express avec Robert Duvall en Watson et Laurence Olivier en Pr Moriarty et Alan Arkin en Freud.

Nicholas Rowe est un tout jeune mais déjà arrogant Sherlock Holmes dans Le Secret de la pyramide (Barry Levinson) qui raconte la rencontre de Holmes et Watson dans leurs jeunes années de collège (1985).

Basil Rathbone (oui, celui-là même qui a incarné 14 fois notre héros) en VO et Roger Carel en VF prêtent leur voix à une souris détective, largement inspirée du héros dans Basil détective privé de Disney, en 1986. La même année, dans le Nom de la Rose, le moine incarné par Sean Connery et chargé de mener l’enquête sur une série de meurtres se nomme Baskerville.

Michael Caine est un nouvel Holmes imposteur en 1988, dans Elémentaire mon cher Lock Holmes parodie avec Ben Kingsley en Watson ayant inventé de toute pièce le personnage de Sherlock Holmes.

Charlton Heston joue Sherlock Holmes en 1991 dans Sherlock Holmes et la croix du sang, réalisé par son fils Fraser Heston.

Juan Manuel Montesinos est un détective vénézuélien dans Sherlock Holmes à Caracas la même année, Fan Ai Li un Holmes chinois en 1994 et Joaquim de Almeida un portugais en 2001.

James d’Arcy est opposé à Vincent D’Onofrio en Moriarty dans Sherlock : la marque du diable (2002).

Robert Downey Jr. campe un Sherlock Holmes désabusé, drogué et adapte de combats à main nue dans Sherlock Holmes de Guy Ritchie, qui lui adjoint le posé Jude Law dans le rôle du Dr Watson. Ils reprendront leurs rôles respectifs pour une suite prévue pour 2011.

Si le sujet vous intéresse, vous trouverez ici un article très complet...

Repost 0
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 11:25

Robin-des-Bois.jpg

Héros légendaire du Moyen Age anglais, Robin des Bois était un hors-la-loi défedant les opprimés et volant les riches pour donner aux pauvres. Souvent noble déchu et dépossédé de ses terres « de Loxley », les différentes histoires l’associent souvent à d’autres personnages tout aussi caractéristiques : Petit Jean, frère Tuck, Marianne et le Shérif de Nottingham. Son destin est aussi souvent lié à celui de Richard Cœur de Lion.

Sur grand écran, il a prit les traits de :

Robert Frazer dans Robin des Bois (1912) de Etienne Arnaud et Herbert Blaché.

Walter Thomas dans Ivanohé (1913) de Herbert Brenon.

William Russell dans Robin des Bois (1913) de Theodore Marston.

Douglas Fairbanks dans Robin des Bois (1922) de Allan Dwan.

John J. Thompson dans The Merry Men Of Sherwood (1932) de Widgey R. Newman.

Errol Flynn dans Les Aventures de Robin des Bois (1938) de Michael Curtiz et William Keighley.

Russell Hicks dans The Bandit of Sherwood Forest (1946) de Henry Levin et George Sherman.

Jon Hall dans The Prince of Thieves (1948) de Howard Bretherton.

Robert Clarke dans Tales of Robin Hood (1951) de James Tinling.

Harold Warrender (Locksley) dans Ivanhoé (1952) de Richard Thrope.

Richard Todd dans The Story of Robin Hood and His Merrie Men (1952) de Ken Annakin.

Don Taylor dans La Revanche de Robin des Bois (1954) de Val Guest.

Lex Baxker dans Robin des Bois et les Pirates (1960) de Giorgio Simonelli.

Richard Greene dans Le Serment de Robin des Bois (1960) de Terence Fisher.

Frank Sinatra dans Robin and the 7 Hoods (1964) de Gordon Douglas.

Barrie Ingham dans Le Défi de Robin des Bois (1967) de C.M. Pennington-Richards.

George Martin dans Il Magnifico Robin Hood (1970) de Roberto Bianchi Montero.

Giuliano Gemma dans L’Arciere di Sherwood (1970) de Giorgio Ferroni.

Hugh Paddick dans The Chastity Belt (1971) de Bob Kellett.

Brian Bedford en VO et Dominique Paturel en VF, prêtent respectivement leur voix au renard de Walt Disney en 1973 dans Robin des Bois version animaux.

Eric Idle dans le rôle de Sir Robin le Pas-tout-à-fait-aussi-courageux-que-Sir-Lancelot dans Monty Python, Sacré Graal (1975) de Terry Gilliam et Terry Jones.

Sean Connery dans La Rose et la Flèche (1976) de Richard LesterAudrey Hepburn et lui jouent Marianne et Robin à la fin de la leur vie. Il sera aussi Richard Cœur de Lion pardonnant à la fin du film Robin des Bois, Prince des voleurs 15 ans plus tard.

Sergio Ciani dans Storia di arcieri, pugni e occhi neri (1976) de Tonino Ricci.

John Cleese dans Bandits, bandits (1981) de Terry Gilliam.

Kevin Costner dans Robin des Bois, Prince des voleurs (1991) de Kevin Reynolds avec Alan Rickman, magnifique en Shérif de Nottingham.

Patrick Bergin face à Uma Thurman en Marianne dans Robin des Bois (1991) de John Irvin.

Richard Greene dans Robin Hood : Quest for the Crown (1991) de Peter Seabourne.

Cary Elwes dans la parodie Sacré Robin des Bois (1993) de Mel Brooks.

David Wood dans Robin Hood (1998) de Michael A. Martinez.

Rik Mayall dans Blackadder Back & Forth (1999) de Paul Weiland.

Le personnage fait aussi une apparition dans Shrek de William Steig (2001), doublé par Vincent Cassel.

Russell Crowe, amoureux de Cate Blanchett en Marianne dans Robin des Bois (2010) de Ridley Scott. Mais à l’origine du projet, Crowe devait jouer le Shérif et deux hommes étaient en lice pour le rôle-titre : Christian Bale et Sam Riley.

Robin Hood – Ghosts of Sherwood (2010) de Oliver Krekel, avec Andres Pape.

Will Smith est présenti pour incarner le héros mythique dans Hood des frères Wachowski, relecture moderne et urbaine encore à l'état de projet.

Repost 0