Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Wikio - Top des blogs - Cinéma

Rechercher

Présentation

Bonjour,

Sur ce blog, on peut trouver différentes rubriques :

     - Les films d'avril : présentation de nos projets 
     - Critiques ciné : notre avis sur les films qui sont à l'affiche
     - Classiques : critiques de films relativement anciens

     - Filmographies : filmographies des acteurs et réalisateurs qui font l'actualité

     - Qui qu'a joué qui ? : noms des acteurs ayant prêté leur visage et/ou leur voix à des personnages connus

     - Dans quoi c'est-y donc que je l'ai vu ? : rubrique consacrée aux acteurs assez peu connus, souvent seconds rôles, dont on ne connait jamais le nom

     - Verbatim : chaque dimanche, une citation en lien avec les sorties de la semaine... ou non

     - Affiches : certaines affiches de films se ressemblent étrangement. Hommage, coïncidence ou copie ? A vous de juger
     - Actualité : fait d'actualité du cinéma qui nous a marqué

     - Billets d'humeur : nos coups de gueule et réactions à tout ce que nous pouvons lire/voir/entendre

D'autre part, les suggestions de critiques et/ou filmographies sont les bienvenues !
Suite à la consultation des mots clés qui vous amènent sur ce blog, nous vous informons que vous pouvez toujours nous contacter pour nous demander qui jouait "bidule" dans tel film et, si on a la réponse, on vous répondra...
N'hésitez pas à donner votre avis ou a faire des remarques : ce blog est fait pour vivre !

Présentation

Les Films d'avril est le nom que nous avons donné a notre pseudo-boîte de production (qui en réalité n'a pas un rond). Nous réalisons donc des courts métrages que vous pouvez voir sur ce blog, mais surtout, nous sommes CINEPHAGES.
Et comme nous voyons pas mal de films au cinéma, mais aussi en DVD, nous nous permettons de vous donner notre avis en essayant de rester positifs (parce qu'on a pu toucher du doigt l'inverstissement colossal que représente un film, même court, et qu'on n'est pas des critiques frustrés) !

Notre système de notation est le suivant :
 A voir séance tenante
 A ne pas rater
 Se laisse regarder
 Mouais
 Vraiment pas terrible
 Passez votre chemin
Quoi qu'il arrive, n'hésitez pas à donner votre avis ou à émettre des requêtes. Pour cela, vous pouvez nous joindre en laissant un commentaire (ça fait toujours plaisir) ou en nous écrivant :
lesfilmsd.avril@free.fr.
A bientôt !

3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 15:58

rocknrolla.jpg
 Le Rock du bagne

De : Guy Ritchie

Avec : Gerard Butler, Tom Wilkinson, Mark Strong, Toby Kebbell

L’histoire: A Londres, c’est Lenny Cole qui commande. Caïd à l’ancienne, il règne sur la ville en graissant la patte à n’importe qui. Mais quand ses homologues de l’est débarque dans la capitale anglaise, Lenny va un peu perdre le contrôle, et ses sbires aussi…

Mon avis : Après l’imbitable Revolver, Guy Ritchie a réalisé en 2008 un polar dans la veine de ses premiers films comme Arnaque, Crime et Botaniques ou Snatch, bref une plongée dans la pègre londonienne, avec surtout une belle brochette de bras cassés. Mais si la verve du réalisateur, son envie de « fun » cinématographique et son sens du timing sont toujours là, on se rend compte que RockNRolla manque quelque peu de la fraîcheur de ses petits frères de cinéma. Moins d’humour (malgré une scène très drôle de poursuite entre Gerard Butler et deux mafieux russes qui se prennent pour des Terminator), plus de cynisme et surtout un certain mauvais goût qui semble davantage s’afficher (voilà ce qui arrive quand on épouse Madonna…). L’ensemble se laisse quand même visiter, d’autant plus le casting s’avère à la hauteur, en particulier Tom Wilkinson dans un grand numéro de pourri en col blanc. Pas vraiment indispensable, mais somme toute plutôt agréable.

Repost 0
3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 13:18

scorsese.jpg
« En fait quand j'étais un peu plus jeune, il y avait un autre voyage que je voulais entreprendre : celui de la religion. Je voulais devenir prêtre […]. Il doit y avoir, bien sûr, de grandes différences, mais pour ma part, je vois aussi de grandes similarités entre une église et une salle de cinéma. Toutes deux sont des lieu de rassemblement où l’on partage une expérience commune » 

                                                    Martin Scorsese

In Voyage à travers le cinéma américain

Repost 0
Les Films d'avril - dans Verbatim
commenter cet article
2 janvier 2010 6 02 /01 /janvier /2010 22:23

nativite.jpg
 Jésus reviens !

De : Catherine Hardwicke

Avec : Keisha Castle-Hughes, Oscar Isaac…

L’histoire : Il y a deux mille ans, la jeune Marie est promise à Joseph, un charpentier de Nazareth. Mais cette dernière se retrouve enceinte avant le mariage…

Mon avis : La Nativité a de quoi surprendre dans la filmographie de la réalisatrice des Seigneurs de Dogtown, Thirteen ou Twilight. Mais derrière cet éclectisme se cache un profond intérêt pour les ados, d’hier à aujourd’hui. La Nativité met donc en lumière une jeune fille sur qui tombe une responsabilité bien lourde. Mais ce n’est heureusement pas une hagiographie centrée sur une seule personne. Le film nous plonge également avec réalisme (le scénariste s’est entouré d’experts pour ne pas écrire n’importe quoi) dans le quotidien des juifs de l’époque, et n’en oublie pas pour autant Joseph, un jeune homme (et oui, pourquoi faire du charpentier un vieillard ?) respecté. Bien sûr, certains auront l’impression de retourner au catéchisme, d’autant plus que le film n’évite pas un certain symbolisme appuyé (surtout vers la fin) mais avec un titre pareil, ce n’est pas une vraie surprise ! Entre réalisme et image d’Epinal, La Nativité se sort plutôt bien d’une reconstitution toujours casse-gueule des Saintes Ecritures. A vous de voir si vous voulez tenter le voyage…

Repost 0
31 décembre 2009 4 31 /12 /décembre /2009 12:11
grantorino.jpg

Aurélien

Moyenne

Lucie

Gran Torino Gran Torino Gran Torino
La Route Là-Haut Là-Haut
Là-Haut L'Imaginarium du Dr Parnassus L'Imaginarium du Dr Parnassus
The Wrestler La Route Away we go
Anges et Démons Away we go Sunshine Cleaning
Walkyrie The Wrestler Good Morning England
Max et les Maximonstres Anges et Démons - Sunshine Cleaning Mary et Max
(500) jours ensemble   The Reader
L'Imaginarium du Dr Parnassus (500) jours ensemble - Mary et Max (500) jours ensemble
Away we go   Max et les Maximonstres


Cette année, pas de flop faute de temps pour aller voir des films "moyens", mais 3 grosses déceptions :
Lucky Luke
Public Enemies
Cinéman

Evidemment, ce n'est que notre avis et nous le partageons
Si vous souhaitez nous donner votre classement, n'hésitez pas : c'est toujours intéressant et nous le publierons avec plaisir !

Repost 0
Les Films d'avril - dans Actualité
commenter cet article
30 décembre 2009 3 30 /12 /décembre /2009 18:24

Max-et-maximonstres.jpg
 Il fait le maxi môme

De : Spike Jonze

Avec : Max Records, Catherine Keener, Mark Ruffalo...

L’histoire : Max est un jeune gamin sensible et esseulé. Un soir où sa mère amène un nouveau compagnon, Max pète un plomb et s’enfuit de la maison. Pour se retrouver dans un drôle de monde dont il se proclame roi…

Mon avis : Le nouveau film de Spike Jonze (Dans la peau de John Malkovich, Adaptation), est loin d’une énième sucrerie pour bambins survoltés. Il s’adresse sans doute aux plus grands, adolescents et adultes qui n’ont pas encore oublié leurs jeunes années. Et plonge le spectateur dans l’inconscient d’un gamin dont les jeux mêlent envies et peurs les plus intimes. Spike Jonze ne triche pas : en étant à cent pour cent du côté de l’enfant (étonnant Max Records), il nous fait vivre (et revivre) les tourments et les émotions très changeantes de cette drôle de période. Quant à ces Maximonstres (mélange réussi de costumes habités et d’image numérique), ils se révèlent incroyablement attachants et vivants, même si un brin barrés. Difficile d’en dire plus sans en dévoiler les richesses, le film se basant sur les émotions plus que sur une intrigue. Bref, c’est triste, amusant, poétique, ce n’est pas toujours confortable, mais d’une sincérité totale et assez désarmante. Un voyage dépaysant, mais pas tant que cela…

Repost 0
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 18:37

master-commander.jpg
 

De : Peter Weir

Avec : Russell Crowe, Paul Bettany…

L’histoire : En 1805, le capitaine Jack Aubrey est à la tête du vaisseau de guerre anglais le Surprise. Sa mission : neutraliser le navire français Achéron. Aubrey est si concerné par sa mission qu’elle tourne vite à l’obsession…

Mon avis : Réalisé en 2003, Master and Commander est un film injustement méconnu selon nous. Réalisé par Peter Weir (pas le chouchou des critiques malgré une filmographie solide : Witness, The Truman Show, Le Cercle des poètes disparus, pour n’en citer que quelques uns), ce grand film d’aventures est une formidable plongée dans un monde rarement décrit au cinéma : celui d’un navire de guerre anglais en pleines guerres napoléoniennes. Le spectacle est au rendez-vous : scénario intelligent, acteurs subtils (Crowe y montre tout son talent) et scènes d’actions à couper le souffle. Mais le film est un peu plus qu’un gros spectacle : il aborde également des thèmes comme l’engagement, le sens du devoir et la difficulté de commander. De même, il ne fait pas l’impasse sur une certaine cruauté, où les hommes ne sont que les jouets de « forces » les dépassant (mer hostile, superstition, gamins déjà enrôlés...). Pas de manichéisme, seulement la volonté d’être juste et humain. Un super spectacle, quoi.

Repost 0
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 13:09

kubrick.jpg
« Quiconque a eu le privilège de réaliser un film est conscient que c'est comme vouloir écrire Guerre et Paix dans l'auto-tamponneuse d'un parc d'attraction, mais lorsque enfin la tâche est bien accomplie, peu de choses dans la vie peuvent se comparer à ce que l'on ressent alors. »
 

Stanley Kubrick

In Kubrick, Michel Ciment

Repost 0
Les Films d'avril - dans Verbatim
commenter cet article
26 décembre 2009 6 26 /12 /décembre /2009 16:31

avatar.jpg
Ce rêve bleu...

De : James Cameron

Avec : Sam Worthington, Zoe Seldana, Sigourney Weaver…

L’histoire : Jake Sully, un ancien marine immobilisé dans un fauteuil roulant, est recruté pour se rendre sur la planète Pandora, où un minerai rarissime est exploité par un groupe industriel, aidé de l’armée. Afin d’infiltrer les Na’vis, le peuple autochtone de Pandora, Jake accepte de devenir un avatar, un être hybride qui croise l’ADN humain avec celui des Na’vis…

Mon avis : Voilà donc le phénomène mondial annoncé de cette fin d’année, également le  film le plus cher du cinéma. L’attente était grande tant James Cameron (Terminator, Titanic) a passé du temps sur ce film, qui s’adresse, dit-il à l’enfant de quatorze ans qu’il était. Peut-être en attendions-nous trop ? Disons quand même que nous n’avons pas vu le film en 3D. Cela est peut-être préjudiciable sur le forme, mais sur le fond, pas si sûr. Si l’on applaudit des deux mains l’inventivité dont fait preuve le réalisateur dans le bestiaire halluciné de la planète Pandora, ou dans les scènes aériennes entre autres, on reste un peu sur sa faim avec un scénario très manichéen : en ce sens, le film regorge bien peu d’ambiguïté, ou d’enjeux déchirants, hélas. En effet, comment, en 2009, se contenter d’un militaire si caricatural qu’il perd toute crédibilité, dans le rôle du méchant ? Le héros lui-même semble bien vite rallier les causes de la population infiltrée. Nous ne sommes pas du genre rabat-joie, mais quand même, ces « petits » défauts surprennent dans un superproduction qui a pris des années avant de voir le jour. En définitive, James Cameron a ni plus ni moins réalisé un western écolo où les gentils Navi’s ont remplacé les Indiens de jadis. Ce n’est pas une escroquerie, mais nous aurions aimé que le fond soit lui aussi autant secouant que la belle technique ici à l’œuvre (les Na’vis sont vraiment réussis, il faut le dire). Bref, en ce qui nous concerne, pas vraiment la révolution cinématographique annoncée (et puis pourquoi parle–t’on plus de Cameron plutôt que des derniers Zemeckis ?) mais un film distrayant (les 2h40 passent relativement vite), dépaysant et spectaculaire. Le film idéal pour les fêtes, comme l’indiquent les chiffres du box office.

Repost 0
24 décembre 2009 4 24 /12 /décembre /2009 11:54

pole-express.jpg
 

De : Robert Zemeckis

Avec : Tom Hanks, Nona Gaye...

L’histoire: Un jeune garçon qui doute de l'existence du Père Noël monte le soir du réveillon dans un train mystérieux en partance pour le pôle Nord…

Mon avis : Réalisé en 2004, Le Pôle Express utilisait déjà la technique de motion capture, développé encore plus loin avec Le Drôle de Noël de Scrooge du même Zemeckis, sorti il y a quelques semaines. Coproduit par Tom Hanks, qui double d’ailleurs cinq personnages, le film est une variation classique de la perte du merveilleux chez les enfants grandissants. Mais ce conte est suffisamment rythmé et plein de trouvailles visuelles qui l’empêchent d’être une œuvre dégoulinante de naïveté. Le Pôle express exploite toute les ressources offertes par le numérique, à l’image de cette très spectaculaire scène où l’on suit l’aventure étonnante d’un billet de train. La forme du  film est étrangement (ou bien brillamment) un subtil compromis de ce qu’est le fond : un jeu entre rêve et réalité. Bien sûr, l’esthétique du film ne séduira pas tout le monde, mais il faut avouer que la technique a de beaux jours devant elle : tant mieux, tant qu’elle reste dans les mains de véritables auteurs. Et Zemeckis en fait partie. Bref, un divertissement idéal pour les fêtes de fin d’année…

Repost 0
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 12:45

Gremlins.jpg
 Créatures Dantesques

De : Joe Dante

Avec : Zach Galligan, Phoebe Cates…

L’histoire : Pour Noël, Rand Peltzer, un inventeur sans succès, offre à son fils Billy un étrange animal : un mogwai. Mais la charmante bestiole doit être élevée en suivant trois recommandations particulières. Sinon…

Mon avis : Réalisé en 1984 par Joe Dante, membre à l’époque de l’écurie Spielberg (avec entre autres Robert Zemeckis), Gremlins est une véritable madeleine de Proust pour tous les trentenaires (et plus) qui l’ont vu à sa sortie. Le revoir procure toujours un plaisir évident : on retombe en adolescence, mais surtout, les bestioles aux grandes oreilles ont bien vieilli. Film fantastique et horrifique (presque) grand public, le film de Joe Dante reste un joyeux jeu de massacre, qui stigmatisait déjà à l’époque certains travers des sociétés occidentales (les banques, le profit…) sans jouer les donneurs de leçons. Le plaisir du visionnage est accentué par les très nombreuses références cinématographiques parsemées par Joe Dante, vrai cinéphile : Blanche Neige, La vie est belle, Planète Interdite, E.T..., bref, le jeu de piste est amusant. Pour les plus joueurs, Spielberg himself fait une apparition dans le film. Cette perle du film fantastique n’a donc pas usurpée son statut de film culte des années 80. Miam Miam !

Repost 0