Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Wikio - Top des blogs - Cinéma

Rechercher

Présentation

Bonjour,

Sur ce blog, on peut trouver différentes rubriques :

     - Les films d'avril : présentation de nos projets 
     - Critiques ciné : notre avis sur les films qui sont à l'affiche
     - Classiques : critiques de films relativement anciens

     - Filmographies : filmographies des acteurs et réalisateurs qui font l'actualité

     - Qui qu'a joué qui ? : noms des acteurs ayant prêté leur visage et/ou leur voix à des personnages connus

     - Dans quoi c'est-y donc que je l'ai vu ? : rubrique consacrée aux acteurs assez peu connus, souvent seconds rôles, dont on ne connait jamais le nom

     - Verbatim : chaque dimanche, une citation en lien avec les sorties de la semaine... ou non

     - Affiches : certaines affiches de films se ressemblent étrangement. Hommage, coïncidence ou copie ? A vous de juger
     - Actualité : fait d'actualité du cinéma qui nous a marqué

     - Billets d'humeur : nos coups de gueule et réactions à tout ce que nous pouvons lire/voir/entendre

D'autre part, les suggestions de critiques et/ou filmographies sont les bienvenues !
Suite à la consultation des mots clés qui vous amènent sur ce blog, nous vous informons que vous pouvez toujours nous contacter pour nous demander qui jouait "bidule" dans tel film et, si on a la réponse, on vous répondra...
N'hésitez pas à donner votre avis ou a faire des remarques : ce blog est fait pour vivre !

Présentation

Les Films d'avril est le nom que nous avons donné a notre pseudo-boîte de production (qui en réalité n'a pas un rond). Nous réalisons donc des courts métrages que vous pouvez voir sur ce blog, mais surtout, nous sommes CINEPHAGES.
Et comme nous voyons pas mal de films au cinéma, mais aussi en DVD, nous nous permettons de vous donner notre avis en essayant de rester positifs (parce qu'on a pu toucher du doigt l'inverstissement colossal que représente un film, même court, et qu'on n'est pas des critiques frustrés) !

Notre système de notation est le suivant :
 A voir séance tenante
 A ne pas rater
 Se laisse regarder
 Mouais
 Vraiment pas terrible
 Passez votre chemin
Quoi qu'il arrive, n'hésitez pas à donner votre avis ou à émettre des requêtes. Pour cela, vous pouvez nous joindre en laissant un commentaire (ça fait toujours plaisir) ou en nous écrivant :
lesfilmsd.avril@free.fr.
A bientôt !

15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 09:29

franginsmalgreeux.jpg
 Cons sanguins

De : Adam McKay

Avec : John C.Reilly, Will Ferrell, Richard Jenkins

L’histoire : A 39 ans, Brennan vit toujours chez sa mère, et n'a toujours pas de travail. Dale, quarante ans, vit toujours chez papa et ne travaille pas non plus. Quand les parents de ces deux parasites décident de vivre ensemble, Brennan et Dale vont devoir suivre le mouvement…

Mon avis : Frangins malgré eux met en scène des Tanguy américains complètement stupides et assistés. Comme Will Ferrell est de la partie (scénario et acteur), le résultat est d’un crétinisme complètement assumé, et il faut le dire, assez irrésistible. Car le film ose tout, avec parfois une petite pointe de mauvais goût. Et ce jusqu’au-boutisme a de quoi laisser pantois, que ce soit dans le domaine du jeu (les acteurs principaux s’en donnent à cœur joie en neuneux, notamment John C.Reilly que l’on avait rarement vu ainsi, en ado attardé fan de batterie) ou dans le scénario (la famille, valeur refuge en temps de crise, est ici dynamitée de l’intérieur). L’ensemble n’est pas très raffiné, certes, mais ces cousins de Dumb & Dumber ont de quoi faire fonctionner les zygomatiques. C’est le but, non ?

Repost 0
14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 20:31

Zemeckis-Robert.jpg

Licencié en cinéma de l’université de l’USC, Robert Zemeckis produit et réalise deux courts métrages : The Lift en 1971 et A Field of Honor deux ans plus tard, pour lequel il obtient l’Oscar du meilleur film d’étudiant. Poulain de l’écurie Spielberg, il scénarise 1941 en 1980. Son premier vrai succès date de 1984 : c’est le rafraîchissant A la poursuite du diamant vert, qu’il fait suivre l’année suivante de Crazy Day, évocation de la première tournée des Beatles. En 1985, deuxième gros carton avec Retour vers le Futur. Ne se reposant jamais sur ses lauriers, il réalise un coup de maître avec Qui veut la peau de Roger Rabbit en 1988, qui mêle adroitement prises de vue réelles et film d’animation. De 1989 à 1990, il parvient à écrire et scénariser d’excellentes suites à son Retour vers le Futur. Il continue à exprimer son humour, sur un ton plus morbide, dans La mort vous va si bien (1992) pour lequel il réunit Meryl Streep, Goldie Hawn et Bruce Willis. Deux ans plus tard, on le retrouve pour Forrest Gump, film culte et optimiste, mais non dénué d’ironie, qui sera récompensé par 6 Oscar, dont ceux de meilleur réalisateur et de meilleur acteur pour Tom Hanks. En 1997, il permet à Jodie Foster d’entrer en contact avec les extraterrestres dans Contact, ce qu’auraient sûrement préféré Harrison Ford et Michelle Pfeiffer au traitement qu’il leur réserve en 2000 dans le thriller Apparences. L’année suivante, c’est Tom Hanks qu’il fait échouer Seul au monde sur une île pour rejouer Robinson Crusoé, avec un ballon de volley en guise de Vendredi. Après avoir traumatisé ses acteurs, il passe à l’univers de l’animation avec le conte de Noël Le Pôle Express en 2004, qu’il tourne en performance capture, technique qu’il réutilisera pour ses deux films suivants : La Légende de Beowulf (2007), adaptation d’une œuvre de la littérature anglo-saxonne avec dans le rôle titre Ray Winstone, et qui marque les retrouvailles de Zemeckis avec Crispin Glover qui incarnait George McFly dans les deux premiers Retour vers le Futur ; et Le Drôle de Noël de Scrooge, autre adaptation d’un classique de Dickens, pour lequel il offre à Jim Carrey l’opportunité de jouer pas moins de 8 personnages différents !

En 2012 il revient à la prise de vue réelle pour Flight.

Les projets en cours de réalisation de ce bourreau de travail sont au nombre de deux : Yellow Submarine, pour lequel il prévoit d’envoyer les Beatles (encore eux) à Purpleland, que Blue Meanies veut priver de musique, puis une suite de Qui veut la peau de Roger Rabbit… Ce qui est sûr, c’est que le bonhomme n’a rien perdu de son humour, pour le meilleur et pour le meilleur !

Il aime travailler avec Tom Hanks, Christopher Lloyd et Robin Wright et leur trouve régulièrement un rôle dans ses films. Il s'entend très bien avec Peter Jackson, avec qui il partage certains acteurs (dont Michael J. Fox et Elijah Wood qui a débuté dans Retour vers le Futur 2) et dont il a produit Fantômes contre fantômes (1996).

 


 

FILMOGRAPHIE

1971 The Lift

1973 A Field of Honor

1980 La Grosse magouille

1984 A la poursuite du diamant vert

1985 Crazy Day

        Retour vers le Futur

1986 Histoires fantastiques (co-réalisateur avec Steven Spielberg et William Dear)

1988 Qui veut la peau de Roger Rabbit

1989 Retour vers le Futur II

1990 Retour vers le Futur III

1992 La Mort vous va si bien

1994 Forrest Gump

1997 Contact

2000 Apparences

2001 Seul au monde

2004 Le Pôle Express

2007 La Légende de Beowulf

2009 Le Drôle de Noël de Scrooge

2012 Flight

Repost 0
Les Films d'avril - dans Filmographie
commenter cet article
14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 09:06

Bright-star.jpg
 Campion du monde !

De : Jane Campion

Avec : Abbie Cornish, Ben Wishaw...

L’histoire : Angleterre, 1818. Fanny Browne, une jeune fille passionnée de couture, vit avec sa famille dans une maison à la campagne. Elle a pour voisin John Keats, un poète romantique aussi jeune qu’elle. Si au départ leur relation est assez froide, la passion va pourtant les rattraper…

Mon avis : Jane Campion (La Leçon de piano) n’avait pas réalisé de film depuis 2003 avec In the Cut. Elle nous revient avec une histoire de passion, domaine dans lequel elle excelle. Si les personnages de son film ne sont guère connus en France, les sentiments dévoilés par leur histoire sont universels. La belle idée du scénario est de faire de Fanny, une jeune fille peu attiré par les lettres, le personnage principal. Et dans ce rôle là, Abbie Cornish, dont certains traits évoquent par moments la Nicole Kidman de Portrait de femme (autre film majeur de la réalisatrice), crève l’écran. Mais le film se révèle aussi purement et simplement une tuerie visuelle. Cadrages et lumière sont un régal pour les yeux. Une vraie leçon de cinéma ! Et surtout un vrai beau film romantique (mais pas mièvre), où la sensualité est omniprésente sans voir un seul corps nu. Keats a écrit : « Un objet de beauté est joie pour l’Eternité ». Celle du film de Jane Campion restera un moment sur nos rétines…

Repost 0
13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 19:38

regne-dufeu.jpg
 Barbecue party

De : Rob Bowman

Avec : Christian Bale, Matthew McConaughey, Gerard Butler...

L’histoire : 2020, l’humanité est un danger. Un prédateur volant qui aime sa nourriture bien grillée l’oblige à s’installer sous terre…

Mon avis : Film de science-fiction assez méconnu, Le Règne du feu est une série B pleine de bruit et de fureur. Réalisé par Rob Bowman, auteur de nombreux épisodes de X-Files et du premier film de la série, ce film d’action ressuscite le thème du dragon. C’est plutôt une bonne idée, mais le reste du scénario est assez classique, hélas. Le film s’appuie heureusement sur une distribution solide (Bale, bien avant de devenir la star de Batman, et Butler avant le ras de marrée 300), et sur des effets spéciaux très réussis : on n’avait rarement vu bestioles aussi réalistes et impressionnantes. Bref, ce Règne du feu ne restera pas dans les annales du cinéma (ah, les clichetons éculés sur les militaires américains, que même Cameron n’a pas su éviter dans Avatar), mais rempli efficacement son job de film du samedi soir. Ce n’est pas si mal…

Repost 0
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 19:57

et-pour-quelques-dollars-de-plus.jpg
 Dollars et la manière !

De : Sergio Leone

Avec :  Clint Eastwood, Lee Van Cleef, Gian Maria Volonte…

L’histoire : Dans l’ouest américain, deux chasseurs de prime recherchent « l’Indien », un impitoyable pilleur de banques. Travaillant d’abord séparément, ils décident de s’associer…

Mon avis : Réalisé en 1965, soit un an avant Le Bon, la Brute et le Truand, Et pour quelques dollars de plus est le second opus de la trilogie mettant en vedette Clint Eastwood et son célèbre poncho. Dans son deuxième western, ce génie italien y impose déjà sa patte inimitable : sens de l’espace, temps étiré, gros plans sur un festival de trognes pas possibles, ironie mordante, dialogues rares, bruitages amplifiés, musique (ah, Ennio Morricone) faisant office de personnage… Non content de filmer comme personne, Leone a toujours eu le du nez concernant ses castings : ici, il offre un beau personnage à Lee Van Cleef, dont le physique d’aigle crève l’écran dans le rôle d’un ancien colonel de l’armée. L’ensemble n’égale peut-être pas ses oeuvres suivantes, ce qui est légitime puisque les budgets grandiront proportionnellement avec les succès, mais le film est un plaisir de cinéma total, qu’il est vraiment agréable de voir et revoir. Dire que Leone manque au cinéma est une lapalissade…

Repost 0
Les Films d'avril - dans Classique
commenter cet article
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 19:54

mad-max.jpg
 Fou du volant

De : George Miller

Avec : Mel Gibson

L’histoire : Quelque part en Australie. Des motards fous furieux sèment la panique sur les routes. Max et ses camarades policiers vont devoir réagir, en utilisant le plus souvent la manière forte…

Mon avis : Vrai film culte des années 80 (on se souviendra que le film est sorti dans un premier temps sous le label X !), Mad Max a finalement plutôt bien vieilli malgré plus de trente ans au compteur (ah ah ah). Si l’on oublie le scénario assez basique, type western, et la musique qui ressemble parfois au thème de Fantomas, le spectacle orchestré par Miller (ancien médecin qui a vu bon nombre de victimes d’accidents de la route) est toujours aussi puissant visuellement. Grâce à un montage vif et serré, il a su jouer des difficultés de son budget restreint. Le film a d’ailleurs été un temps l’un des plus rentables du cinéma. La caméra au ras du sol donne un effet presque hypnotisant à cette série B musclée et efficace. Et puis il donne à voir le premier grand rôle d’un jeune gars de 23 ans nommé Mel Gibson… Attachez vos ceintures !

Repost 0
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 13:22

chaplinlumieresville.jpg
« Tout ce dont j’ai besoin pour faire une comédie, c’est un parc, un policier et une jolie fille »

Charlie Chaplin in Ma Vie

Repost 0
Les Films d'avril - dans Verbatim
commenter cet article
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 09:07

bliss.jpg
 Roller de vérité

De : Drew Barrymore

Avec : Ellen Page, Marcia Gay Harden, Drew Barrymore...

L’histoire : Bliss a 17 ans et veut échapper à sa petite ville du Texas. Sa mère pense que cela ne sera possible qu’en gagnant les concours de beauté locaux. Mais Bliss veut autre chose : 
casser la baraque au roller derby, sport de vitesse où l’on distribue des pains…

Mon avis : Avec un scénario comme cela, le film aurait pu ressembler à un de ces incroyables nanars des années 80. Mais pour sa première réalisation, Drew Barrymore livre une attachante chronique sur l’émancipation d’une adolescente en passe de devenir une adulte. Et c’est dans cette description d’une Amérique profonde, acide sans être condescendante, que la réalisatrice fait mouche. Soignant le cadre et se reposant sur un excellent casting (Ellen Page, dans un rôle semblable à celui qu’elle tenait dans Juno, est une nouvelle fois épatante ; quant à Marcia Gay Harden, elle excelle une nouvelle fois en mère rigide). Bien sûr, cela semble un peu surréaliste de voir en 2010 un film où une fille désire faire du roller et bastonner d’autres  nanas en mini jupes (cela dit, il y a plein de mecs qui regardent d’autres mecs taper dans un ballon) mais le film vaut bien mieux que cela. C’est une friandise avec comme qui dirait, une discrète seconde couche à l’intérieur. Décidément, cette mode des feel good movies qui déboulent sur nos écrans ces dernières années (Little Miss Sunshine, Juno, (500) jours ensemble, Away We Go…) ont tout pour nous plaire !

Repost 0
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 09:58

Agora.jpg
 Peplum propose et Dieu dispose

De : Alejandro Amenabar

Avec : Rachel Weisz, Max Minghella…

L’histoire : IVème siècle après Jésus-Christ. A Alexandrie, sous domination romaine, les relations entre les païens et chrétiens, de plus en plus puissants, sont tendues. Hypatie, une brillante astronome travaille sans relâche avec ses disciples. Dans l’entourage de la jeune femme, deux hommes vont se disputer son cœur : Oreste, un de ses élèves, et le jeune esclave Davus…

Mon avis : 5 ans après son chef d’œuvre Mar Adentro, Amenabar (Les Autres) revient avec un film historique assez gonflé qui ne plaira pas à tout le monde. Gros spectacle (le film est la production espagnole la plus chère de tous les temps) engagé sur l’intolérance religieuse et le fondamentalisme, Agora est un véritable plaidoyer pour la liberté de pensée. A ce propos, les premiers chrétiens d’Orient en prennent pour leur grade. Je ne sais pas si le film est d’une fidélité historique exemplaire, mais la reconstitution est en tout cas crédible (avec les péplums c’est pas toujours gagné), et la réalisation affirmée. Etonnant tout de même, de la part d’un réalisateur athée, ces nombreuses plongées sur une humanité pas bien reluisante entre arrivisme et folie furieuse. Le réalisateur se prendrait-il pour un démiurge désabusé ? Bref, entre scènes intimistes et scènes de bastons, Agora se révèle une leçon d’histoire relativement pessimiste, hélas, et toujours d’actualité, hélas bis, mais assez salutaire.

Repost 0
4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 16:39

Strong-Mark.jpgFranchement, faire un « Dans quoi c’est-y donc que je l’ai vu ? » sur Mark Strong, c’est comme une évidence. Non content d’enchaîner les rôles, le bonhomme change littéralement de tête dans chaque nouveau film. En plus, son nom sonne comme un pseudonyme, et c’est normal : en réalité il s’appelle Marco Giuseppe Salussolia. Voici donc un article pour vous aider à le repérer.

C’est avec son rôle d’homme de main de son copain de rubrique Tom Wilkinson dans RockNRolla qu’on s’est décidés à en parler. Nous l’avions déjà vu dans Sunshine (celui avec Ralph Finnes), It’s All About Love, Oliver Twist (Roman Polanski), Revolver (déjà de Guy Ritchie), Syriana, Sunshine (celui de Danny Boyle), Mensonges d’Etat (Ridley Scott), et il est dans les deux des films les plus attendus de 2010 : Sherlock Holmes (Guy Ritchie, encore), dans le rôle de Lord Blackwood et Robin des Bois (Ridley Scott encore) dans celui de Sir Guy de Gisbourne. Il joue aussi de petits rôles dans Kick-Ass de Matthew Vaughn et dans Les Chemins de la liberté de Peter Weir.

Repost 0