Wikio - Top des blogs - Cinéma

Rechercher

Présentation

Bonjour,

Sur ce blog, on peut trouver différentes rubriques :

     - Les films d'avril : présentation de nos projets 
     - Critiques ciné : notre avis sur les films qui sont à l'affiche
     - Classiques : critiques de films relativement anciens

     - Filmographies : filmographies des acteurs et réalisateurs qui font l'actualité

     - Qui qu'a joué qui ? : noms des acteurs ayant prêté leur visage et/ou leur voix à des personnages connus

     - Dans quoi c'est-y donc que je l'ai vu ? : rubrique consacrée aux acteurs assez peu connus, souvent seconds rôles, dont on ne connait jamais le nom

     - Verbatim : chaque dimanche, une citation en lien avec les sorties de la semaine... ou non

     - Affiches : certaines affiches de films se ressemblent étrangement. Hommage, coïncidence ou copie ? A vous de juger
     - Actualité : fait d'actualité du cinéma qui nous a marqué

     - Billets d'humeur : nos coups de gueule et réactions à tout ce que nous pouvons lire/voir/entendre

D'autre part, les suggestions de critiques et/ou filmographies sont les bienvenues !
Suite à la consultation des mots clés qui vous amènent sur ce blog, nous vous informons que vous pouvez toujours nous contacter pour nous demander qui jouait "bidule" dans tel film et, si on a la réponse, on vous répondra...
N'hésitez pas à donner votre avis ou a faire des remarques : ce blog est fait pour vivre !

Présentation

Les Films d'avril est le nom que nous avons donné a notre pseudo-boîte de production (qui en réalité n'a pas un rond). Nous réalisons donc des courts métrages que vous pouvez voir sur ce blog, mais surtout, nous sommes CINEPHAGES.
Et comme nous voyons pas mal de films au cinéma, mais aussi en DVD, nous nous permettons de vous donner notre avis en essayant de rester positifs (parce qu'on a pu toucher du doigt l'inverstissement colossal que représente un film, même court, et qu'on n'est pas des critiques frustrés) !

Notre système de notation est le suivant :
 A voir séance tenante
 A ne pas rater
 Se laisse regarder
 Mouais
 Vraiment pas terrible
 Passez votre chemin
Quoi qu'il arrive, n'hésitez pas à donner votre avis ou à émettre des requêtes. Pour cela, vous pouvez nous joindre en laissant un commentaire (ça fait toujours plaisir) ou en nous écrivant :
lesfilmsd.avril@free.fr.
A bientôt !

23 juillet 2014 3 23 /07 /juillet /2014 17:34
Les garçons et Guillaume, à table !

De : Guillaume Galliene

Avec : Guillaume Galliene, Françoise Fabian…

L’histoire : Guillaume, un petit garçon fasciné par sa mère, grandit dans le fantasme d'être une fille. Mais devenu adulte, Guillaume va devoir faire son coming out hétéro...

Mon avis : En adaptant son one-man show au cinéma, Guillaume Galliene fait preuve d’une belle audace, tant dans l’interprétation que dans le traitement de son sujet. Evitant le piège du nombrilisme, le film aborde avec une légèreté revendiquée le thème de l’identité. Il y a surtout cette volonté dans la mise en scène de faire « cinéma », malgré de nombreux passages montrant Galliene en représentation. Si certaines scènes n’apparaissent pas des plus indispensables (la visite au spa en Bavière, longue et déjà-vue) et si d’autres auraient mérité d’être montrées afin d’éclairer le spectateur sur le parcours artistique du personnage (à quel moment s’est-il intéressé au théâtre ?), Les Garçons et Guillaume démontre que sur un sujet très personnel (« ma mère me prend pour une fille »), l’on peut tendre à l’universel (sa place au sein de sa famille, la connaissance de soi, etc.).

Partager cet article

16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 17:31
Jersey Boys

De : Clint Eastwood

Avec : John Lloyd Young, Erich Bergen, Vincent Piazza…

L’histoire : Quatre garçons du New Jersey, issus d'un milieu modeste, montent le groupe « The Four Seasons » qui deviendra mythique dans les années 60…

Mon avis : Adaptation d’une comédie musicale qui triompha à Broadway dès 2005, ce projet semblait assez loin de l’univers de Clint Eastwood. Pour autant, cette chronique racontant l’histoire vraie du groupe « Franki and The Four Seasons » n’a rien d’un projet bouche-trou dans la filmographie du réalisateur, même si l’on sait que ce dernier s’y intéressa après avoir vu son remake d’Une Etoile est née (avec Beyoncé) tomber à l’eau. Car derrière cette illustration classique du rêve américain, se cache une nouvelle approche d’un thème souvent abordé par Eastwood : celui de la communauté dans laquelle on choisit de vivre (en l’occurrence ici un groupe de musique), avec ses bons (solidarité, émulation) et mauvais côtés (conflits d’ego, problèmes financiers). On remarquera surtout qu’Eastwood ne livre point un film plan-plan, qui aurait pu se satisfaire de sa très belle reconstitution et de la lumière du génial Tom Stern. Avec sa mise en scène est fluide et inspirée qui permet à Mr Clint de se lâcher un peu (les membres du groupe qui, dans le feu de l’action, s’adressent tout à coup au spectateur), ses dialogues souvent drôles (« C’est qui Vivaldi ? Un chanteur concurrent ? »), Eastwood fait son retour dans le feel-good movie et cela lui réussit plutôt ! Certes, on aurait apprécié davantage d’émotion dans les scènes intimistes, mais cela n’entame en rien le plaisir de voir ces Jersey Boys pousser la chansonnette…

Partager cet article

8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 13:43
X-Men : Days of Future Past

De : Bryan Singer

Avec : Hugh Jackman, James McAvoy, Michael Fassbender, Jennifer Lawrence…

L’histoire : En 2023, les mutants et les humains susceptibles de les aider ont été presque exterminés au cours d'une guerre contre les Sentinelles, des robots conçus pour les trouver et les éliminer. Dans un ultime effort pour changer le cours tragique de l’Histoire, le Professeur Charles Xavier et Magnéto renvoient l'esprit de Wolverine dans son propre corps, en 1973…

Mon avis : Si le titre de ce nouvel opus sonne comme le titre d’un James Bond, c’est surtout le retour de Bryan Singer aux manettes qui retient l’attention. Ce n’est donc pas un hasard si le film permet de croiser les recrues du « reboot » initié par Matthew Vaughn (James McAvoy, Michael Fassbender) avec celles de l’ancienne génération (si Halle Berry et James Marsden viennent faire un petit coucou, Patrick Stewart et Ian Mckellen font un peu plus que de la simple figuration). Dans ce chassé croisé temporel et parfois amusant (dont l’intrigue n’est pas si éloigné de Terminator), c’est évidemment Wolverine qui sert de fil rouge. Hugh Jackman maîtrisant parfaitement son personnage, le plaisir est réel. Pourtant, il faut avouer que le film bénéficie surtout du jeu excellent de McAvoy, parfait pour donner chair aux tourments du professeur Xavier. Si le début du film apparaît quelque désordonné, X-Men : Days of Future Past trouve vite sa vitesse de croisière grâce à la mise en scène pleine d’assurance de Singer (la scène où Vif-Argent permet l’évasion de Magnéto est magnifique) grâce à un parfait équilibre dans le dosage de ses effets spéciaux (tous excellents) et une narration qui alterne spectaculaire et tension dramatique. Bref, un film qui devrait ravir les amateurs de films de super-héros…

Partager cet article

30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 13:37
Edge Of Tomorrow

De : Doug Liman

Avec : Tom Cruise, Emily Blunt, Brendan Gleeson…

L’histoire : Dans un futur proche, des hordes d'extraterrestres tentent de conquérir la terre. Le commandant William Cage, qui n'a jamais combattu de sa vie, est envoyé, sans la moindre explication sur le front. Il meurt en l'espace de quelques minutes et se retrouve projeté dans une boucle temporelle, condamné à revivre le même combat et à mourir de nouveau indéfiniment…

Mon avis : Croisement improbable entre Un jour sans fin et La guerre des mondes (avec Tom Cruise, déjà), Edge Of Tomorrow est un blockbuster mené tambour battant, ludique et souvent drôle. Si le principe de la boucle temporelle est utilisé de façon très efficace (autant dans la narration que dans la forme), le film possède le charme des entreprises assurant le show mais ne se prenant pas trop au sérieux. Dans ce domaine, Tom Cruise n’hésite pas à jouer avec son image : certes, il est presque de tous les plans mais son jeu (dans le premier tiers du film, surtout) semble plus relâché qu’à l’accoutumé, et la méga star qu’il est réussit à surprendre (et à faire sourire) lorsqu’il joue un major aussi arrogant que pleutre. On peut penser ce que l'on veut des ambiguïtés du bonhomme, mais force est de constater que l’acteur, lui, en a encore sous le capot. Bref, un divertissement réussi (malgré des images trop bousculées dans les scènes d’action) qui réussit parfaitement sa mission de divertissement…

Partager cet article

25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 13:34
Absence de Malice

De : Sydney Pollack

Avec : Paul Newman, Sally Field…

L’histoire : Enquêtant sur la disparition d’un mafieux à Miami, le FBI décide de compromettre injustement Michael Gallagher, le fils d’un trafiquant d’alcool, pour obtenir sa collaboration et de manipuler une journaliste afin de faire la lumière sur cette affaire…

Mon avis : Derrière une traduction ratée (le titre original « Absence of malice » signifiant " Sans intention de nuire") se cache un thriller journalistique dénonçant, dès le début des années 1980, les excès de la chasse au scoop d’une certaine presse. Si le film n’est pas le plus connu de Sydney Pollack (Les Trois jours du condor, Tootsie), il se laisse regarder sans déplaisir, du moins jusqu’à son dernier quart d’heure. Explication : on assiste pendant près de 90 minutes à un divertissement agréable (à défaut de captiver totalement) mais l’épilogue, expédié (voire bâclé), apporte son lot de frustrations et le spectateur de se demander : « tout ça pour ça ? » Pour faire court : finalement, le vrai méchant dans l’histoire, c’est le FBI… Malgré quelques vérités biens senties (« Vous accusez quelqu’un, tous le croient. S’il est innocent, tous s’en fichent » dit Gallagher à la journaliste manipulée) et un excellent casting (Newman toujours bon et Sally Field crédible dans un rôle ingrat), Absence of malice manque singulièrement de suspense et de tension pour emporter l’adhésion…

Partager cet article

Les Films d'avril - dans Classique
commenter cet article
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 10:30
Harry dans tous ses états

De : Woody Allen

Avec : Woody Allen, Elisabeth Shue, Kristie Alley…

L’histoire : Harry est un auteur célèbre en panne d'inspiration. Brouillé avec ses femmes et ses maîtresses, il est invité par son ancienne université, dont il fut jadis viré, pour recevoir un hommage…

Mon avis : Le postulat de départ (la personnalité invitée pour une cérémonie en son honneur) est bien sûr un immense clin d’œil aux Fraises Sauvages d’Ingmar Bergman, cinéaste vénéré par Woody Allen. Mais la psychologie et la métaphysique chères au cinéaste suédois cèdent rapidement le pas à la fantaisie et à l’humour (un brin) désespéré du new-yorkais. Le rythme est rapide, le casting solide (Tobey Maguire, Robin Williams, Billy Crystal, Demi Moore, Stanley Tucci…) et les dialogues souvent drôles (- Tu ne crois à rien, ta vie est nihilisme, cynisme, sarcasme. - En France, je serais élu avec un slogan pareil !) Pour autant, on a quelque peu l’impression qu’Allen tourne un peu en rond (les tourments de l’artiste brillant mais absolument nul dans sa vie privée) et que surtout que certaines idées ne sont pas exploitées comme elles le mériteraient (par exemple, l’idée géniale de l’acteur « flou »). Malgré ce petit goût d’inachevé et son côté suite de sketchs, Harry dans tous ses états reste tout de même une comédie agréable et divertissante.

Partager cet article

11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 18:30
Le Verdict

De : Sydney Lumet

Avec : Paul Newman, James Mason, Charlotte Rampling…

L’histoire : Avocat indépendant et alcoolique, Frank Galvin voit sa carrière décliner. Un jour, son ancien associé lui propose de défendre une jeune femme dont la sœur, dans le coma depuis quatre ans, a été victime d'une erreur médicale. Galvin accepte de s'occuper de cette affaire…

Mon avis : 25 ans après Douze hommes en colère, Sydney Lumet replonge sans caméra dans les prétoires pour livrer une œuvre mordante sur le système judiciaire américain. Sur un scénario de David Mamet (Les Incorruptibles), le réalisateur livre une énième variation du pot de terre contre le pot de fer. Et pourtant ça marche ! Il faut dire que la maîtrise du réalisateur, le clair-obscur de la photographie (inspirée par Le Caravage, dixit Lumet) et la présence de Paul Newman (parfait en avocat fatigué) ont de quoi fasciner le spectateur lambda. En tout cas, celui qui saura s’adapter au rythme assez lent (mais pas soporifique) du film. Bref, du cinéma solide et d’une remarquable efficacité.

Partager cet article

Les Films d'avril - dans Classique
commenter cet article
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 14:17
Risky Business

De : Paul Brickman

Avec : Tom Cuise, Rebecca De Mornay…

L’histoire : Issu d'une famille aisée de l’Illinois, Joel Goodson a son destin déjà tout tracé. Elève studieux, inscrit à l'université de Princeton, le jeune homme a tout pour réussir sauf sa vie sentimentale. Profitant de l'absence de ses parents, Joel fait appel aux services d'une call-girl, Lana…

Mon avis : Réalisé en 1983, Risky Business est une comédie d’apprentissage qui en disait déjà long sur cette décade très fric et frime. Aujourd’hui, le film peut être considéré (sur le fond, évidemment car Paul Brickman n’est pas Martin Scorsese) comme un lointain cousin du Loup de Wall Street : les deux héros ont en commun un opportunisme et un esprit d’entreprise basé sur un mantra dès plus cynique : « what the fuck », pourvu qu’on se fasse de la thune ! Cela dit, Brickman décrit assez bien comment un jeune homme de bonne famille peut virer mac en un week-end. Sur la forme, Risky Business a pris un petit coup de vieux (ah, les ralentis pour les scènes d’amour…) même si le film peut se targuer d’avoir « sa » scène culte : Tom Cruise dansant seul en slip dans la maison de ses parents… Ce faux teen movie fit du jeune acteur (21 ans à l’époque) une star : il serait d’ailleurs intéressant de savoir ce que le quinquagénaire pense de ses débuts assez… olé olé !

Partager cet article

28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 14:16

Ted

Ted

De : Seth Macfarlane

Avec : Mark Wahlberg, Mila Kunis…

L’histoire : À 8 ans, le petit John Bennett fit le vœu que son ours en peluche de Noël s’anime et devienne son meilleur ami pour la vie. Presque 30 ans plus tard, l’histoire n’a plus vraiment les allures d’un conte de Noël. L’omniprésence de Ted aux côtés de John pèse lourdement sur sa relation amoureuse avec Lori…

Mon avis : Malgré un postulat de base improbable (un ours en peluche qui parle et accro à la fumette), la réussite du film tient dans la crédibilité de l’amitié toxique entre Ted et John. Dès le début, l’entourage de John ne remarque même plus combien il est étrange d’avoir pour pote un ours en peluche (belle réussite en termes d’effets spéciaux), renforçant justement pour le spectateur l’incongruité de la situation. Politiquement incorrect, Ted accumule les situations délirantes (avec quelques caméos gratinés) avec un excellent sens du timing. Dommage que certaines scènes volontairement trash (et au demeurant pas très drôles) plongent cette comédie au départ cocasse dans le potache bas de plafond. Ted n’en avait pas vraiment besoin…

Partager cet article

22 mai 2014 4 22 /05 /mai /2014 14:46

Big

Big

De : Penny Marshall

L’histoire : Josh Baskin, 12 ans, fait le vœu de grandir. Le lendemain, il se réveille avec le corps d'un adulte alors qu'à l'intérieur, il est encore un enfant. Travail, argent, amour, il se retrouve vite confronté au monde des « grands »…

Mon avis : Ecrit par Anne Spielberg (sœur d’un certain Steven), Big est une madeleine de Proust pour nombre d’adolescents qui l’ont vu à l’époque de sa sortie (1988). Cette jolie fable sur l’innocence de l’enfance et la cupidité des adultes a plutôt bien vieilli. Certes, la mise en scène de Penny Marshall ne décoiffe pas mais il faut reconnaître qu’elle utilise efficacement tous les ressorts comiques. On lui doit d’ailleurs une des scènes cultes des années 1980 : la fameuse scène du piano géant. Rythmé et sans prise de tête, Big est également porté Tom Hanks (alors 32 ans) qui s’amuse et émeut sans en faire trop. En 2008, cette production familiale est même arrivée 10ème dans le classement des meilleures œuvres « fantasy » selon l’American Film Institute…

Partager cet article

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog