Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Wikio - Top des blogs - Cinéma

Rechercher

Présentation

Bonjour,

Sur ce blog, on peut trouver différentes rubriques :

     - Les films d'avril : présentation de nos projets 
     - Critiques ciné : notre avis sur les films qui sont à l'affiche
     - Classiques : critiques de films relativement anciens

     - Filmographies : filmographies des acteurs et réalisateurs qui font l'actualité

     - Qui qu'a joué qui ? : noms des acteurs ayant prêté leur visage et/ou leur voix à des personnages connus

     - Dans quoi c'est-y donc que je l'ai vu ? : rubrique consacrée aux acteurs assez peu connus, souvent seconds rôles, dont on ne connait jamais le nom

     - Verbatim : chaque dimanche, une citation en lien avec les sorties de la semaine... ou non

     - Affiches : certaines affiches de films se ressemblent étrangement. Hommage, coïncidence ou copie ? A vous de juger
     - Actualité : fait d'actualité du cinéma qui nous a marqué

     - Billets d'humeur : nos coups de gueule et réactions à tout ce que nous pouvons lire/voir/entendre

D'autre part, les suggestions de critiques et/ou filmographies sont les bienvenues !
Suite à la consultation des mots clés qui vous amènent sur ce blog, nous vous informons que vous pouvez toujours nous contacter pour nous demander qui jouait "bidule" dans tel film et, si on a la réponse, on vous répondra...
N'hésitez pas à donner votre avis ou a faire des remarques : ce blog est fait pour vivre !

Présentation

Les Films d'avril est le nom que nous avons donné a notre pseudo-boîte de production (qui en réalité n'a pas un rond). Nous réalisons donc des courts métrages que vous pouvez voir sur ce blog, mais surtout, nous sommes CINEPHAGES.
Et comme nous voyons pas mal de films au cinéma, mais aussi en DVD, nous nous permettons de vous donner notre avis en essayant de rester positifs (parce qu'on a pu toucher du doigt l'inverstissement colossal que représente un film, même court, et qu'on n'est pas des critiques frustrés) !

Notre système de notation est le suivant :
 A voir séance tenante
 A ne pas rater
 Se laisse regarder
 Mouais
 Vraiment pas terrible
 Passez votre chemin
Quoi qu'il arrive, n'hésitez pas à donner votre avis ou à émettre des requêtes. Pour cela, vous pouvez nous joindre en laissant un commentaire (ça fait toujours plaisir) ou en nous écrivant :
lesfilmsd.avril@free.fr.
A bientôt !

25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 18:53

 Train d’enfer

De : Cary Fukunaga

Avec : Paulina Gaitan, Edgar Flores…

L’histoire : Au Honduras, la jeune Sayra et son père quittent leur pays pour émigrer aux Etats-Unis. Au Mexique, Casper est membre d’un gang sans pitié qui fait la loi dans son quartier. Après avoir tué son chef, il ne lui reste qu’une issue : fuir son pays. Sur le toit bondé du train utilisé par les centaines de migrants, Sayra et Casper se rencontrent…

Mon avis : Premier film du réalisateur Cary Fukunaga, Sin Nombre arrive en France auréolé de récompenses prometteuses : Prix du jury à Deauville 2009 et Prix de la Meilleure réalisation dans la catégorie "film dramatique" au Festival de Sundance. Le moins que l’on puisse dire, c’est que tout cela est bien mérité. Malgré un sujet dramatique (l’immigration clandestine) et un univers terriblement sombre (pauvreté, absence de règles et de repères), le film reste étonnant de bout en bout et ne verse jamais dans le prêchi-prêcha moralisateur ni la violence complaisante. Ce que l’on voit est dur, mais Fukunaga montre ce qu’il faut sans perdre le spectateur. Soigné (la lumière est superbe et on échappe au filmage 100 % à l’épaule pour faire reportage) et vraiment prenant (enfin un film « social » avec un enjeu !), Sin Nombre est respire l’énergie et l’urgence. Porté par de jeunes comédiens bluffants, cette excellent première œuvre laisse augurer pour son réalisateur de bien belles choses pour la suite. Et on attend avec impatience.

Repost 0
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 19:06

Focus Features est une filiale du Universal Pictures Focus Group (NBC Universal), créée en 2002 avec comme ambition d’être une société de production privilégiant les films d’auteurs. Ainsi, cette firme a déjà produit Ang Lee ou Steven Soderbergh, et son premier succès a été Le Pianiste de Roman Polanski, largement dépassé depuis par celui de Brokeback Mountain. Peu de scories, mais beaucoup d’excellents films, Focus Features est pour nous un gage de qualité. Pour preuve, un petit aperçu des films qui ont été produits (et dont un grand nombre ont été chroniqués ici même) :

Somewhere (2011)

The American (2010)

A Serious Man (2009)

Away we go (2009)

Good Morning England (2009)

Numéro 9 (2009)

Sin Nombre (2008)

Coraline (2008)

Hotel Woodstock (2009)

Harvey Milk (2008)

Soyez sympas, Rembobinez (2007)

Deux sœurs pour un roi (2007)

Bons baisers de Bruges (2007)

Reviens-moi (2007)

Les promesses de l’ombre (2006)

Scoop (2005)

Orgueil et préjugés (2004)

Brokeback Mountain (2005)

The Constant Gardener (2004)

Eternal Sunshine of the spotless mind (2003)

My summer of love (2003)

Lost in translation (2003)

21 grammes (2003)

Loin du paradis (2002)

Le Pianiste (2002)

Repost 0
Les Films d'avril - dans Production
commenter cet article
22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 17:46

A l’occasion du premier festival Lumière, qui s’est déroulé à Lyon du 13 au 18 octobre 2009, le directeur Thierry Frémaux a eu l’excellente idée d’inviter l’immense Clint Eastwood comme lauréat du premier prix. A cette occasion, les spectateurs de ce festival où il n’y a pas de compétition (mais projection de "vieux" films ayant marqué le cinéma en copie restaurée), ont eu l’occasion d’assister à deux rétrospectives avec qui l’acteur a pas mal travaillé (il leur a dédit Impitoyable) : Don Siegel et Sergio Leone. Le Bon, la Brute et le Truand a ainsi clôturé cette belle semaine cinéphilique, projeté dans une « salle » (la Halle Tony-Garnier) devant près de 4 000 spectateurs ! Cerise sur le gâteau : la présence du grand Clint, venu faire un petit speech juste avant la projection.

Depuis, la question récurrente est : « Est-ce qu’il est aussi beau / charismatique / grand que dans les films ? », voir « Est-ce qu’il a les yeux aussi perçants qu’au cinéma ? » Oui, mille fois oui. Et, privilège des hommes, le temps ne change rien à l’affaire : quand on est bon, on est bon !

Repost 0
Les Films d'avril - dans Actualité
commenter cet article
21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 20:43

 Duels en trio
De : Sergio Leone

Avec : Clint Eastwood, Eli Wallach, Lee Van Cleef…

L’histoire : Pendant la Guerre de Sécession, trois hommes se lancent à la recherche d'un coffre contenant 200 000 dollars en pièces d'or volés à l'armée sudiste…

Mon avis : Réalisé en 1966, le film, qui fait suite à Et pour quelques dollars de plus, est toujours un incroyable spectacle. Picaresque, contemplatif, mordant, les adjectifs ne manquent pas pour cette œuvre d’une richesse visuelle incroyable. Tarantino peut toujours courir pour essayer d’égaler le maître. Bien que présentant des personnages immoraux et d’un cynisme inouï (« Quand on tire, on tire, on raconte pas sa vie » lance Tuco à un sbire qu’il vient de descendre), l’humanité de Leone est malgré tout flagrante. Et l’émotion bien présente. Certes, le film comporte des scènes violentes (le personnage interprété par Lee Van Cleef exécutant la presque totalité d’une famille de paysans pour de l’argent) mais ces dernières visent plus la démystification que la fascination à proprement parler. Et Clint Eastwood… Que dire de cet acteur dont le magnétisme légendaire sert parfaitement son personnage de « Bon » borderline ? Il y a quelque chose de volontairement « too much » chez Leone : un style unique, qui permet de mieux rendre compte des imbécillités notables de personnages sans foi ni loi. Et celui qui en rira n’aura peut-être pas tout compris. Que dire de plus, si ce n’est que la musique est, elle aussi, géniale ?

Repost 0
Les Films d'avril - dans Classique
commenter cet article
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 21:51


De : William Wyler

Avec : Audrey Hepburn, Shirley MacLaine…

L’histoire : Deux jeunes institutrices sont victimes d’une rumeur qui aura des conséquences désastreuses sur leur vie…

Mon avis : Avec ce film, William Wyler ose aborder un sujet tabou : l’homosexualité féminine. Il installe d’abord le cadre romantique de deux jeunes et jolies maîtresses qui tentent de monter leur école, pour les faire basculer brusquement dans le cauchemar des ragots. Mettant en scène trois générations d’actrices exceptionnelles : Audrey Hepburn, bien sûr, mais aussi Shirley MacLaine, Miriam Hopkins, Fay Bainter, Karen Balkin et Veronica Cartwright, Wyler nous offre une histoire exclusivement féminine. Les hommes sont absents ou lâches (c’est sûr, ça ne fait pas super envie comme ça), mais les femmes sont capables du meilleur comme du pire, surtout du pire les unes envers les autres. Au-delà du thème polémique (le film date de 1961), l’histoire montre bien l’influence que nous pouvons avoir sur l’existence des autres. Pouvoir conscient ou inconscient, utilisé ou non, pour faire le bien ou le mal, mais pouvoir tout de même. De plus, il refuse de tomber dans la pédolâtrie (utilisé ici dans le sens d’une fascination pour l’enfance) et montre le côté sombre que peuvent avoir certains enfants, y compris pour ceux qui leur veulent du bien. Bref, si ce film n’est peut être pas le meilleur de William Wyler (Vacances Romaines, Ben Hur), il a le mérite d’aborder un sujet délicat tout en finesse et, l’air de rien, de proposer une réflexion…

Repost 0
Les Films d'avril - dans Classique
commenter cet article
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 22:00

Nous soupçonnons que cet article devra être mis à jour régulièrement… Et oui, que voulez-vous, malheureusement bien peu de couples sont assez solides pour résister aux tentations liées à la célébrité !


Ils sont réalisateurs et ont épousé leur muse : Tim Burton se fait un devoir d'avoir Helena Bonham Carter au générique de la pluaprt de ses films. Tout comme Darren Aronofsky qui choisit Rachel Weisz pour son ambitieuse fresque fantastico-historique The Fountain. Avec Underworld, Len Wiseman fait d’une pierre deux coups : un carton au box-office et une rencontre avec la jolie Kate Bekinsale qui deviendra sa compagne à la ville. Steven Spielberg a lui aussi rencontré sa belle sur un tournage : celui d’Indiana Jones et le Temple maudit dont Kate Capshaw tenait le premier rôle féminin. Les rôles sont inversés pour Rebecca Miller et Daniel Day-Lewis : en effet, c’est elle qui le dirige dans La Ballade de Jack et Rose.


Sam Shepard
et Jessica Lange ont le privilège de l’âge : après une belle carrière personnelle, on les retrouve avec attendrissement dans Don’t Come Knocking où ils jouent de leur histoire pour apporter plus encore à leurs personnages. Naomi Watts et Liev Schreiber ont eux aussi tourné ensemble, c’est même lors du tournage du Voile des Illusions qu’ils se sont rencontrés ! Tout comme le sulfureux et bobo couple des Brandgelina qui ont craqué l’un pour l’autre pendant Mr & Mrs Smith.

PT.Anderson-M.Rudolph.jpgDe son côté, Paul Thomas Anderson (Magnolia) n'a jamais fait tourné sa femme, Maya Rudolph (Away We Go de Sam Mendes). Mais l’amour frappe toujours quand on ne s’y attend pas : si Will Smith et Jada Pinkett Smith, comme Johnny Depp et Vanessa Paradis ou Maggie Gyllenhaal et Peter Sarsgaard sont un modèle de stabilité, on ne pariait pas un kopec sur des couples comme Michael Douglas et Catherine Zeta-Jones, Tom Cruise et Katie Holmes ou encore Demi Moore et Aston Kutcher, qui pourtant durent jusqu'à présent, il faut bien l’avouer !

Repost 0
Les Films d'avril
commenter cet article
14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 15:03

 Lettres avec cachet !

De : Adam Elliot

Avec les voix (VO) de : Philipp Seymour Hoffman, Toni Collette…

L’histoire : Mary Dinkle, une fillette solitaire de 8 ans vit dans la banlieue de Melbourne, en Australie. Max Horowitz, un juif obèse de 44 ans atteint du syndrome d'Asperger, habite à New York. Ces deux là qui n’avaient rien pour se rencontrer, vont pourtant entretenir une correspondance pendant près de vingt ans…

Mon avis : Premier film de Adam Eliott (né en 1972), Mary et Max impose dès les premières secondes un univers personnel et une inventivité étonnante qui durent sur près de 90 minutes ! Récompensé à égalité avec Coraline au très avisé Festival d’Annecy, Mary et Max n’est pas non plus un film d’animation (en pâte à modeler pour être plus précis) pour les petits : pour faire simple, le spectateur a plutôt l’impression de se voir plonger dans un Wallace et Gromitt tendance dépression nerveuse ! Mais le film n’est pourtant pas déprimant : malgré son image sombre et ses personnages physiquement peu attirants, l’humour décalé et pince sans rire qui accompagne le film, sa poésie décalée et surprenante en font une petite merveille visuelle. Ce n’était pas gagné d’avance puisque le film est essentiellement basé sur des voix off relatant les mondes intérieurs des deux personnages. Evitant la mièvrerie et le sordide complaisant, ce film australien, distribué par Icon, la boîte de production de Mel Gibson, est véritablement l’une des belles surprise de la « rentrée » ciné 2009.

Repost 0
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 21:45

 Jeunes loups et chiens fous

De : Nick Cassavetes

Avec : Emile Hirsch, Ben Foster, Anton Yelchin, Justin Timberlake…

L’histoire : Inspiré d’une histoire vraie, ce film raconte le kidnapping d’un gamin par des dealers à qui son frère doit de l’argent…

Mon avis : Il y a quelques semaines, nous vous parlions de Half Nelson, qui voyait un professeur plongé dans l’un des quartiers pauvres de Brooklyn, gangrené par la drogue. Alpha Dog se penche lui dans un milieu différent, relativement aisé, à Los Angeles, mais où la drogue y prend tout autant de place, brouillant littéralement tous repères et poussant jusqu’à commettre l’irréparable. Le problème avec ce genre de film (dont Scarface, devenu « culte » dans les banlieues), c’est que visionné par une bande d’ados lors d’une soirée, il peut facilement fasciner et se révéler « cool ». Il est donc important (on ne le dira jamais assez, même si on ne veut pas passer pour des pères la morale) d’accompagner ces derniers dans leur découvertes de films et, surtout, d’en discuter avec eux afin d’éviter toute mauvaise interprétation. Entre la violence des actes et des propos, l’attitude hallucinante des parents totalement irresponsables et dépassés et les relations entre filles et garçons (les filles ne sont que des « bitches »), il est évident que le film mérite une certaine distanciation. Heureusement, Nick Cassavetes est suffisamment intelligent pour adapter sa mise en scène à son sujet : nerveuse mais pas complaisante. Il insiste surtout sur le nombre incroyable de témoins de cette histoire vraie (incrustation à l’écran de leurs noms), qui tous aurait pu mettre un terme à cette tragédie annoncée. Mais c’est également un superbe découvreur de talent. En effet, Alpha Dog revient sans cesse dès que l’on cherche un visage pour notre rubrique Dans quoi c’est y donc que je l’ai vu. En vrac : Anton Yelchin (Star Trek), Ben Foster (3h10 pour Yuma), Amanda Seyfried (Mamma Mia !) et, bien sûr, Emile Hirsch (Into The Wild). C’est ce qu’on appelle du flair !

Repost 0
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 20:14

Les frères ne dédaignent pas non plus travailler de concert. Comme les Affleck : Ben, le plus vieux, ami d’enfance de Matt Damon et mari de Jenifer Garner, qui après avoir tourné dans de grosses productions telles Pearl Harbor ou Jeux de pouvoir, s’est lancé avec brio dans la réalisation en dirigeant son frère, Casey, dans Gone Baby Gone. Le même Casey à filmé la "reconversion" de son beau-frère, Joaquin Phoenix (Walk The Line) d'acteur talentueux en rapeur barbu. En effet, les Phoenix, bien que moins connus, constituent une famille bien solide : River, l’aîné, fut considéré comme le nouveau James Dean dans les années 80 et a multiplié les collaborations avec les plus grands : Indiana Jones et la dernière Croisade (Spielberg) ou A bout de course (Lumet), jusqu’à son overdose fatale en 1993 à la sortie d’une boîte de nuit dont Johnny Depp était co-propriétaire. Overdose à laquelle assiste son jeune frère, Joaquin, lui-même acteur fétiche de James Gray (La Nuit nous appartient, Two Lovers), découvert dans Gladiator. Leur sœur, Summer, est aussi actrice (Esther Kahn), mais elle est surtout la femme de Casey Affleck.


Dans la famille « Ils partagent le même sang et le même métier » : Peter et Bobby Farrelly (Mary a tout prix), Joel et Ethan Coen (Fargo), Andy et Larry Wachowski (Matrix) ainsi que Chris (qui a fait le bon choix de se lancer tout seul pour A La croisée des Mondes – La boussole d’or et Twilight – chapitre 2) et Paul Weitz (American Pie) ont même fait du travail en fratrie une spécialité.

En solo, nous retrouvons les britanniques et cinéastes Tony (L’Attaque de train 123) et Ridley Scott (Gladiator, Alien) qui partagent le goût des scènes musclées.

Chez les acteurs aussi, on a le talent dans le sang, comme Jack et Maggie Gyllenhaal. Jack cumule les premiers rôles, de Donnie Darko à Prince of Persia, alors que la carrière de Maggie est plus discrète, ce qui n’empêche pas la qualité : La Secrétaire, L’incroyable destin de Harold Crick ou encore The Dark Knight, dans lequel elle prend la suite de Katie Holmes (épouse de Tom Cruise) aux côtés de Christian Bale. Elle est mariée à l’acteur Peter Sarsgaard (Jarhead dans lequel jouait aussi son beau-frère, Garden State).

Ils partagent le même sang, le même métier et… quasiment le même nom, voici Joan et John Cusack. On souhaite que les réalisateurs ne se trompent pas dans l’envoi des scénars…

Enfin, dans la famille « Mes fils, ils sont beaux mes fils ! », comment oublier Ralph (La Liste de Schindler, Harry Potter, The Reader) et Joseph Finnes (Shakespeare in Love, Goodbye Bafana), deux acteurs de talent. C’est maman qui doit être contente…

Repost 0
Les Films d'avril
commenter cet article
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 20:39

Née le 14 avril 1996, Abigail Breslin est une actrice quasi omniprésente dans les rôles d’enfants, qu’elle partage avec Dakota Fanning. Elle donne la réplique à Mel Gibson et Joaquin Phoenix dans Signes de M. Night Shyamalan à tout juste 5 ans (d’ailleurs, le même réalisateur fera tourner son frère, Spencer, dans Phénomènes). Mais son casting de partenaires prestigieux ne s’arrête pas là. Elle a en effet joué avec Toni Collette (Little Miss Sunshine), Catherine Zeta-Jones et Aaron Eckhart (Le Goût de la vie),  Jodie Foster (une autre ex enfant-star) et le balèze Gerard Butler (L’Ile de Nim), ainsi que Cameron Diaz (Ma vie pour la tienne). La classe, quoi ! Et toujours en finesse. C’est remarquable et, franchement, on a hâte de voir la suite !

Elle a été nominée aux Oscar et aux BAFTA en 2007, pour sa performance dans Little Miss Sunshine.

 


 

FILMOGRAPHIE

2002 Signes (M. Night Shyamalan)

2004 Un Mariage de princesse (Garry Marshall)

2005 Panique à Central Park (Robert Vince)

        Fashion Maman (Garry Marshall)

        Keane (Lodge Kerrigan)

2006 Imaginary Friend (Marcello Daciano)

        5 Toutous prêts à tout (Robert Vince)

        Little Miss Sunshine (Jonathan Dayton)

2007 Le Goût de la vie (Scott Hicks)

2008 L’Ile de Nim (Jennifer Flackett)

        Un Jour, peut être (Adam Brooks)

2009 Rape : A Love Story (Harold Becker)

        Ma vie pour la tienne (Nick Cassavetes)

           Bienvenue à Zombieland (Ruben Fleischer)

Repost 0
Les Films d'avril - dans Filmographie
commenter cet article