Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Wikio - Top des blogs - Cinéma

Rechercher

Présentation

Bonjour,

Sur ce blog, on peut trouver différentes rubriques :

     - Les films d'avril : présentation de nos projets 
     - Critiques ciné : notre avis sur les films qui sont à l'affiche
     - Classiques : critiques de films relativement anciens

     - Filmographies : filmographies des acteurs et réalisateurs qui font l'actualité

     - Qui qu'a joué qui ? : noms des acteurs ayant prêté leur visage et/ou leur voix à des personnages connus

     - Dans quoi c'est-y donc que je l'ai vu ? : rubrique consacrée aux acteurs assez peu connus, souvent seconds rôles, dont on ne connait jamais le nom

     - Verbatim : chaque dimanche, une citation en lien avec les sorties de la semaine... ou non

     - Affiches : certaines affiches de films se ressemblent étrangement. Hommage, coïncidence ou copie ? A vous de juger
     - Actualité : fait d'actualité du cinéma qui nous a marqué

     - Billets d'humeur : nos coups de gueule et réactions à tout ce que nous pouvons lire/voir/entendre

D'autre part, les suggestions de critiques et/ou filmographies sont les bienvenues !
Suite à la consultation des mots clés qui vous amènent sur ce blog, nous vous informons que vous pouvez toujours nous contacter pour nous demander qui jouait "bidule" dans tel film et, si on a la réponse, on vous répondra...
N'hésitez pas à donner votre avis ou a faire des remarques : ce blog est fait pour vivre !

Présentation

Les Films d'avril est le nom que nous avons donné a notre pseudo-boîte de production (qui en réalité n'a pas un rond). Nous réalisons donc des courts métrages que vous pouvez voir sur ce blog, mais surtout, nous sommes CINEPHAGES.
Et comme nous voyons pas mal de films au cinéma, mais aussi en DVD, nous nous permettons de vous donner notre avis en essayant de rester positifs (parce qu'on a pu toucher du doigt l'inverstissement colossal que représente un film, même court, et qu'on n'est pas des critiques frustrés) !

Notre système de notation est le suivant :
 A voir séance tenante
 A ne pas rater
 Se laisse regarder
 Mouais
 Vraiment pas terrible
 Passez votre chemin
Quoi qu'il arrive, n'hésitez pas à donner votre avis ou à émettre des requêtes. Pour cela, vous pouvez nous joindre en laissant un commentaire (ça fait toujours plaisir) ou en nous écrivant :
lesfilmsd.avril@free.fr.
A bientôt !

25 août 2009 2 25 /08 /août /2009 14:33

 
De : Robert Luketic

Avec : Katherine Heigl, Gerard Butler...

L’histoire : Abby est une productrice de télévision travaillant sur une chaîne qui bat de l’aile. Pour faire monter l’audience, son patron va embaucher un macho au langage imagé pour animer un show : L’Abominable vérité…

Mon avis : Déjà coutumiers des comédies romantiques, Katherine Heigl et Gerard Butler forment un couple en opposition parfaite. Tant l’affiche que le générique annonce le « propos » : si les femmes sont romantiques, les hommes ne pensent qu’avec leur sexe. Le sujet est certes vu et revu : le couple antinomique mais que l’on sent bien attiré l’un par l’autre (Ce que veulent les femmes, Bye Bye Love, Le Goût de la Vie, Jeux de Dupes…) mais le coté pétillant dû au casting, et particulièrement aux deux personnages principaux qui s’en donnent à cœur joie, fait de ce film un bon divertissement, bien que prévisible au possible. Pour se divertir avant la rentrée…

Repost 0
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 21:15

 Rails de speed

De : Tony Scott

Avec : Denzel Washington, John Travolta, James Gandolfini

L’histoire : Walter Garber est aiguilleur au métro à New York. Un jour, un criminel nommé Ryder prend en otage la rame et ses passagers et exigent une forte somme d’argent à la mairie. Garber se voit contraint de jouer les négociateurs improvisés… Aura-t-il le dernier mot ?

Mon avis : Remake d’un polar des années 70, le nouveau film du plus azimuté des frères Scott est un polar tendu auquel le réalisateur imprime sa patte d’expérimentateur visuel. Moins célébré que son talentueux frère Ridley, Tony est sans doute moins exigeant sur les scripts mais se permet quelques prouesses visuelles assez ébouriffantes (Man on Fire, Domino). Dans ce sens, L’Attaque du train 123 plonge le spectateur dans un tension soutenue, grâce à un montage au cordeau et des images à la limite de l’abstraction (évitez les premiers rangs pour préserver vos pupilles). Ralentis et effets d’accélération s’additionnent, si bien que l’on a parfois l’impression d’un voir un polar sous amphétamines. Certains trouveront l’exercice vain et toc, mais force est de reconnaître que Tony Scott aime le « joujou » cinéma. Autre bon point, le casting y est solide : Denzel Washington incarne un personnage pas si gentil (c’est sa marque de fabrique) et John Travolta (dont je ne suis vraiment pas fan) se révèle très bon dans un rôle de pourri. L’Attaque du train 123 et le genre de divertissement qui sent la testostérone mais qui procurera  un vrai plaisir pour tous ceux qui aiment les montagnes russes visuelles.

Repost 0
20 août 2009 4 20 /08 /août /2009 21:26

 Secret défonce
De :  Jim Abrahams, David et Jerry Zucker

Avec : Val Kilmer, Lucy Gutteridge, Omar Sharif…

L’histoire : Dans l’Allemagne de l’est des années 40, un festival de musique est organisé pour détourner l’attention des Alliés d’une opération militaire…

Mon avis : Soyons honnêtes, pour cette parodie de film de guerre, le scénario n’est qu’une excuse pour multiplier gags et anachronismes, et le résultat est assez réussi. Bien sûr, il faut accepter que l’Amérique soit au milieu des années 60 sur des (faux) airs de Beach Boys pendant qu’en Europe la Seconde Guerre Mondiale bat son plein, mais connaissant les réalisateurs des Y’a-t-il un pilote dans l’avion ? ou des Hot Shots, il fallait s’en douter. Val Kilmer est excellent dans un rôle qui aurait pu pourrir sa carrière, mais force est d’admettre qu’il n’est jamais aussi bon que dans une comédie (voir, par exemple, Kiss Kiss Bang Bang). Ici, son rôle de vedette américaine débarquée en pleine résistance est savoureux, et il a l’air de bien s’amuser. C’est absurde, parfois idiot et de mauvais goût, mais Top Secret ! joue si habilement avec les codes qu’il est difficile de pas rire à ce petit jeu de massacre.

Repost 0
19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 13:38

 
De : Stephen Daldry
Avec : Kate Winslet, Ralph Fiennes

L’histoire : Un avocat allemand se souvient de son premier amour, Hannah, une femme plus âgé dont il s’était épris à l’adolescence, et dont le passé terrible ressurgira alors qu’il entre dans sa vie d’homme…

Mon avis : Personne ne pourra reprocher à Stephen Daldry (Billy Elliott, The Hours) de verser dans la facilité avec son nouveau  film : d’une part, il adapte le best seller mondial de Bernard Schlink (et comme tout le monde le sait, « les films c’est toujours moins bien que les livres »), et d’autre part parce que son histoire, évoquant les pires heures de l’Allemagne, jongle avec les époques, ce qui est toujours un exercice difficile pour maintenir le spectateur dans l’intrigue. Le film baigne ainsi dans un climat assez vénéneux, où les sentiments seront assez vite malmenés. La grande question du film est : peut-on pardonner une femme autrefois aimée, si son passé révèle en elle quelque chose de monstrueux ? Et par ailleurs, peut-on se pardonner de l’avoir aimé ? Dense et complexe, voilà un film qui va faire discuter. C’est incontestablement un atout  même si le film est loin d’être confortable. Rien à redire sur le casting : Kate Winslet est une nouvelle fois excellente dans ce rôle casse-gueule qui lui a valu un Oscar (la caméra ne lui fait pourtant pas de cadeau !), et Ralph  Fiennes déploie un jeu plein de sensibilité et d’émotions. Pas vraiment un divertissement estival, mais un bon film, c’est certain.

Repost 0
17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 12:03

crudup-billy.jpgTous deux à l’affiche de Public Enemies, Billy Crudup et David Wenham sont loin d’être des débutants, et pourtant ! Plus talent que tare, leur capacité à changer de tête nous « oblige » à leur consacrer un article.

Billy Crudup est né en 1968. Sa filmographie est impressionnante : Sleepers de Barry Levinson (dans le rôle de Tommy Marcano), Tout le monde dit I Love You pour lequel il est choisi par Woody Allen pour jouer Ken ou encore dans le rôle de Russell Hammond dans Presque Célèbre de Cameron Crowe. Depuis les années 2000, il alterne les blockbusters comme Mission : Impossible III, Watchmen ou Public Enemies et les contre-emplois comme Stage Beauty, Big Fish ou The Good Shepherd. Mis à part son rôle de mari abandonné par Julia Robert dans Mange, prie, aime, ouvrez l’œil, il mérite votre intérêt par ses choix !

Repost 0
16 août 2009 7 16 /08 /août /2009 14:15

Son visage ne vous dit peut être rien, mais vous connaissez certainement sa voix.

Emmanuel Curtil est né en 1971, et dès 9 ans il intègre le Cours Simon à Paris. Après des débuts à la télévision, il est remarqué par Robert Hossein qui lui offre un rôle dans Les Misérables, avec Lino Ventura, puis par Jean-Jacques Debout qui l’engage pour sa comédie musicale Paul et Virginie.

Il découvre le milieu de la postsynchronisation et est engagé par la société de doublage SOFI.

A la télévision, il double successivement Mark-Paul Gosselaar (Zack Morris) dans Sauvés par le gong, Dean Cain (qui joue Clark) dans Loïs et Clark, Kyle Chandler (Gary) dans Demain à la une, Doug Savant qui joue à la fois Matt dans Melrose Place et Tom Scavo dans Desperate Housewives et Matthew Perry (Chandler) dans Friends.

Mais le doublage de cinéma lui fait lui aussi les yeux doux : il est le doubleur officiel de Jim Carrey, ce qui lui permet d’être au générique de films comme Ace Ventura, The Mask, The Truman Show, Man On The Moon, Eternal Sunshine Of The Spotless Mind. On l’entend également dans Austin Power 2 et 3 et Mon beau-père et moi, car il double également Mike Myers et Ben Stiller.

D’autre part, il enchaîne les dessins animés de prestige avec à son palmarès les voix de Simba adulte dans Le Roi Lion, Dimitri dans Anastasia, Moïse dans Le Prince d’Egypte, Kronk dans Kuzco et l’excellent Buck dans L’Age de glace 3.

 


FILMOGRAPHIE

1981 Un Dimanche de flic (Michel Vianey)

1982 Les Misérables (Robert Hossein)

1983 Vive les femmes ! (Claude Confortès)


VOXOGRAPHIE

1992 Wayne’s World (Penelope Spheeris)

1993 Sacré Robin des Bois (Mel Brooks)

        Super Mario Bros (Rocky Morton et Annabel Jankel)

        Wayne’s World 2 (Stephen Surjik)

        Rasta Rockett (Jon Turtletaub)

        Little Buddha (Bernardo Bertolucci)

        Il était une fois le Bronx (Robert De Niro)
        Trauma (Dario Argento)

1994 Le Roi Lion (Roger Allers)

        Dumb & Dumber (Frères Farrelly)

        Ace Ventura : détective privé (Tom Shadyac)

        The Mask (Chuck Russell)

        Serial Mother (John Waters)

        Les Trois Mousquetaires (Stephen Herek)

        Pulp Fiction (Quentin Tarantino)

1995 Meutre à Alcatraz (Marc Rocco)

        Les Quatre filles du Docteur March

        Ace Ventura 2 (Steve Oedekerk)

        Radio Rebels (Michael Lehmann)

        Generation 90 (Ben Stiller)
        L’Amour à tout prix (Jon Turteltaub)

        Priscilla, folle du désert (Stephan Elliott)

1996 Disjoncté (Ben Stiller)

        Pinocchio (Steve Barron)

1997 Menteur Menteur (Tom Shadyac)

        George de la Jungle (Sam Weisman)

        L’escamoteur (Paul Miller)

        Un Cadavre sur le campus (Alan Cohn)

        Demain ne meurt jamais (Roger Spottiswoode)

        Touch (Paul Schrader)

        Boogie Nights (Paul Thomas Anderson)

1998 Le Prince d’Egypte (Steve Hickner)

        Anastasia (Don Bluth)

        Le Roi Lion 2 (Rob LaDuca et Darrell Rooney)

        The Truman Show (Peter Weir)

        Las Vegas Parano (Terry Gilliam)

1999 American Pie (Paul et Chris Weitz)

        Man On The Moon (Milos Forman)

        Pinocchio & Gepetto (Michael Anderson)

        Ennemi d’état (Tony Scott)

        Babar, roi des éléphants (Raymond Jafelice)

        Inspecteur Gadget (David Kellogg)

        Austin Powers – L’espion qui m’a tirée (Jay Roach)

        Beowulf (Robert Zemekis)
        Le Corrupteur (James Foley)

2000 Kuzco, l’empereur mégalo (David Spade et John Goodman)

        Le Grinch (Ron Howard)

        Fous d’Irène (Frères Farrelly)

        Gosford Park (Robert Altman)

        Les Initiés (Ben Younger)

        Little Nicky (Steven Brill)

        The Crow 3 (Bharat Nalluri)

        Mon beau-père et moi (Jay Roach)

        Cybertraque (Joe Chappelle)

2001 American Pie 2 (James B. Rogers)

        Majestic (Frank Darabont)

        Donnie Darko (Richard Kelly)

        Monstres & Cie (Pete Docter et David Silverman)

        Zoolander (Ben Stiller)

2002 Corto Maltese, La cour secrète des arcanes (Pascal Morelli)

        Ali G (Mark Mylod)

        Hé Arnold ! Le Film (Tuck Tucker)

        Snow, Sex & Sun (Brendan et Emmett Malloy)

        Austin Powers – Goldmember (Jay Roach)

2003 Bruce tout-puissant (Tom Shadyac)

        Hôtesse à tout prix (Bruno Barreto)

        Le Chat chapeauté (Bo Welsh)

        Igby (Burr Steers)

2004 Pride (John Downer III)

        Le Roi Lion 3 (Bradley Raymond)

        Out Of Time (Carl Franklin)

        Les Désastreuses aventures des Orphelins Baudelaire (Brad Silberling)

        Eternal Sunshine Of The Spotless Mind (Michel Gondry)

        Père et flic (Michael Caton-Jones)

        La Plus belle victoire (Richard Loncraine)

        Girl Next Door (Luke Greenfield)

2005 Zig-Zag (Frederik Du Chau)

        A Dirty Shame (John Waters)

        H2G2 : le guide du voyageur galactique (Garth Jennings)

        Mon beau-père, mes parents et moi (Jay Roach)

        Kuzco 2 : King Kronk (Saul Andrew Blinkoff)

2006 Nos Voisins les hommes (Tim Johnson)

        The Wild (Steve Williams)

2008 Igor (Anthony Leondis)

2009 L’Age de glace – Le Temps des dinosaures (Carlos Saldanha)

Repost 0
Les Films d'avril - dans Filmographie
commenter cet article
15 août 2009 6 15 /08 /août /2009 22:26

 Cavale sans tissu

De : François Girard
Avec : Michael Pitt, Keira Knightley, Alfred Molina…

L’histoire : Au début des années 1860, Hervé Joncour, un jeune officier marié à Hélène, une femme dévouée, est chargé de se rendre en secret au Japon, qui produit la plus belle soie du monde, pour y acheter des oeufs sains. Lors de son périple, il tombera sous le charme d’une mystérieuse autochtone…

Mon avis : Réalisé par François Girard, cette adaptation du best seller éponyme de Alessandro Baricco ne bénéficie pas d’une sortie très médiatique. Mauvais signe ? En fait, ce film très contemplatif divisera les spectateurs : certains seront sensibles à cette histoire exotique tendance « feu sous la glace » et d’autres la trouveront exempte de passion voire d’émotions. La réalisation soignée et l’originalité de l’histoire me font pencher dans le premier camp. Mais je comprends bien que Soie puisse très bien en ennuyer d’autres, car il faut le dire, il ne se passe pas vraiment grand chose dans ce film pourtant élégant. L’histoire privilégiant le personnage masculin (Michael Pitt, peu expressif, mais comme son personnage ne semble jamais bien où il est, ça passe relativement bien), celui interprété par Keira Knightley semble à première vue peu valorisant (l’épouse qui attend et qui se morfond) et sacrifiée mais chut ! Selon votre humeur, ce film, plus complexe qu’il n’y paraît, envoûtera (oh les belles images !) ou  agacera (ah, cette musique omniprésente !).

Repost 0
6 août 2009 4 06 /08 /août /2009 17:48


De : Michael Mann
Avec : Johnny Depp, Christian Bale, Marion Cotillard, Billy Crudup, David Wenham

L’histoire : D’après l’histoire vraie de John Dillinger, célèbre braqueur de banques dans les années 30 aux Etats-Unis et ennemi juré du FBI…

Mon avis : Avec un casting de folie et une époque propice aux chef-d’œuvres comme Les Incorruptibles ou Il était une fois en Amérique, Michael Mann avait matière à rajouter sa pierre à l’édifice du panthéon des films de gangsters. Sauf que non, et cette déception est imputable à la forme. En effet, le choix de la HD (tellement pratique pour ne pas se colletiner les éclairages de nuit) est un choix hautement discutable : l’image est par moments franchement crade, ne faisant de cadeau ni aux décors ni au physique des acteurs, amoindrissant indéniablement ainsi leur charisme (et vu la distribution, c’est quand même un comble !). Quant au personnage principal, il ne nous a pas enthousiasmés non plus. Tout ça est fait sans grande conviction (l’histoire d’amour est d’une platitude !), et malgré quelques scènes de fusillade sympa (il y a là un beau travail sur le son) et des courses poursuite en vieilles voitures, l’action ne décolle pas. A plusieurs reprises, nous nous sommes demandés quel était l’enjeu du film. Bien sûr, le film se laisse regarder mais l’on était en droit d’attendre beaucoup plus d’un tel projet. Et Michael Mann, plus vraiment inspiré depuis son utilisation à haute dose de la HD (on est vraiment loin des polars glaciaux comme Heat ou Le Sixième Sens) devrait revenir à la pellicule. En fait, on aurait préféré un film sur Melvin Pelvis, le flic obstiné, un personnage complexe et en définitive nettement plus intéressant...

Repost 0
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 22:21

 Ballons d’or

De : Pete Docter, Bob Peterson
Avec les voix françaises de : Charles Aznavour, Tom Trouffier…

L’histoire : Carl Frederiksen est un vieil homme inconsolable depuis le depuis le décès de son épouse Ellie. Mais la rencontre avec un jeune scout aussi collant qu’attachant va lui faire prendre conscience qu’il n’est sans doute pas trop tard pour vivre son rêve…

Mon avis : Réalisé par Pete Docter, déjà auteur de Monstres et Compagnie, le nouveau Pixar démontre une nouvelle fois le talent (allez, pourquoi pas génie) de l’écurie de John Lasseter. Là-haut a mis décidément la barre très haut (!) en matière de film d’animation familial. Le résultat est tout à la fois drôle (les chiens qui parlent sont tordants), poétique (cette maison suspendue à ces milliers de ballons restera l’une des images de l’année cinématographique) rythmé, délicat et émouvant (le résumé de la vie conjugale de Carl en quelques minutes). Cela fait beaucoup d’adjectifs, mais le film est d’une telle richesse visuelle et thématique qu’il mérite bien une cascade d’éloges (il convient d’ailleurs d’aller voir le plus vite possible avant que tout le monde ne l’ait vu sous peine d’être déçu, comme cela arrive parfois). Le doublage est également une réussite et Aznavour assure en papy grincheux. A voir séance tenante !
Récompensé aux Golden Globes 2010 pour meilleur film et meilleure musique (Michael Giacchino).

Repost 0
29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 21:34

 
Avec : Daniel Radcliff, Emma Watson, Rupert Grint, Alan Rickman

L’histoire : Entre la découverte d’éléments du passé de Voldemort et ses sentiments naissants pour Ginny, Harry Potter est bien occupé pour cette sixième année à Poudlard…

Mon avis : Cela fait un moment déjà que j’ai terminé le tome 6 d’Harry Potter, mais il me semble tout de même que cette adaptation est loin d’être satisfaisante. En effet, si les effets spéciaux et certains plans valent vraiment le déplacement, au niveau de l’intrigue ça stagne. David Yates a préféré centrer son film sur l’avancée des histoires de cœurs des personnages plutôt que de se concentrer sur la chasse aux Horcruxes qui sont pourtant au cœur de l’intrigue du tome 7. Cela dit, ça passe car les personnages sont déjà bien connus des spectateurs depuis les cinq premiers films, et que les effets visuels sont vraiment époustouflants. Mais tout cela tourne un peu en rond, et je crains qu’à force d’élaguer les livres pour obtenir des films d’une durée acceptable (2h32 quand même !), il ne reste que peu d’éléments intéressants et susceptibles d’être utilisés pour les deux films prévus pour l’adaptation du tome 7 qui risque de ne pas être bien compréhensible pour ceux qui n’ont pas lu les livres…

Repost 0