Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Wikio - Top des blogs - Cinéma

Rechercher

Présentation

Bonjour,

Sur ce blog, on peut trouver différentes rubriques :

     - Les films d'avril : présentation de nos projets 
     - Critiques ciné : notre avis sur les films qui sont à l'affiche
     - Classiques : critiques de films relativement anciens

     - Filmographies : filmographies des acteurs et réalisateurs qui font l'actualité

     - Qui qu'a joué qui ? : noms des acteurs ayant prêté leur visage et/ou leur voix à des personnages connus

     - Dans quoi c'est-y donc que je l'ai vu ? : rubrique consacrée aux acteurs assez peu connus, souvent seconds rôles, dont on ne connait jamais le nom

     - Verbatim : chaque dimanche, une citation en lien avec les sorties de la semaine... ou non

     - Affiches : certaines affiches de films se ressemblent étrangement. Hommage, coïncidence ou copie ? A vous de juger
     - Actualité : fait d'actualité du cinéma qui nous a marqué

     - Billets d'humeur : nos coups de gueule et réactions à tout ce que nous pouvons lire/voir/entendre

D'autre part, les suggestions de critiques et/ou filmographies sont les bienvenues !
Suite à la consultation des mots clés qui vous amènent sur ce blog, nous vous informons que vous pouvez toujours nous contacter pour nous demander qui jouait "bidule" dans tel film et, si on a la réponse, on vous répondra...
N'hésitez pas à donner votre avis ou a faire des remarques : ce blog est fait pour vivre !

Présentation

Les Films d'avril est le nom que nous avons donné a notre pseudo-boîte de production (qui en réalité n'a pas un rond). Nous réalisons donc des courts métrages que vous pouvez voir sur ce blog, mais surtout, nous sommes CINEPHAGES.
Et comme nous voyons pas mal de films au cinéma, mais aussi en DVD, nous nous permettons de vous donner notre avis en essayant de rester positifs (parce qu'on a pu toucher du doigt l'inverstissement colossal que représente un film, même court, et qu'on n'est pas des critiques frustrés) !

Notre système de notation est le suivant :
 A voir séance tenante
 A ne pas rater
 Se laisse regarder
 Mouais
 Vraiment pas terrible
 Passez votre chemin
Quoi qu'il arrive, n'hésitez pas à donner votre avis ou à émettre des requêtes. Pour cela, vous pouvez nous joindre en laissant un commentaire (ça fait toujours plaisir) ou en nous écrivant :
lesfilmsd.avril@free.fr.
A bientôt !

20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 16:34
Des Hommes sans loi

De : John Hillcoat

Avec : Tom Hardy, Jessica Chastain, Shia LaBeouf...

L’histoire : 1931. Dans le comté de Franklin, en Virginie, les trois frères Bondurant sont des trafiquants d’alcool notoires. Mais Jack, le plus jeune, veut transformer la petite affaire familiale en trafic d’envergure…

Mon avis : Adaptation du livre de Matt Bondurant consacré à ses aïeux, Des Hommes sans loi est un film de gangsters utilisant le canevas du western. Situé dans les campagnes de Virginie, le film se focalise un sujet rarement évoqué à l’écran : les distillateurs clandestins qui fournissaient de l’alcool aux grands mafieux tels Al Capone. Sur un scénario de Nick Cave (qui signe également la musique), John Hillcoat (La Route) offre une histoire de famille pleine de bruit et de fureur, où les femmes sont aussi diaphanes que les hommes imprévisibles. Si l’intrigue est classique, la mise en scène et le montage impressionnent. Les canardages ne sont pas légion mais impriment durablement la rétine. Autre intérêt non négligeable : un joli casting d’où émergent Tom Hardy (en jeune patriarche taiseux), Guy Pearce (tout en sourcils épilés et en névroses) et Jessica Chastain (la « poupée rousse » à qui on ne la fait pas). Un film de gangsters plutôt réussi, qui aurait gagné à tempérer ses excès de violence…

Repost 0
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 10:01
French Connection

De : William Friedkin

Avec : Gene Hackman, Roy Scheider, Fernando Rey...

L’histoire : Jimmy Doyle et Buddy Russo forment la meilleure équipe de la brigade des stupéfiants de New York. Une de leurs enquêtes les mène à une filière française, dont l'un des relais serait une boutique de confiserie à Brooklyn...

Mon avis : Réalisé en 1971, ce polar noir et réaliste signé William Friedkin (L’Exorciste) tient encore formidablement bien la route. Si l’intrigue possède parfois quelques baisses de régime, la réalisation nerveuse et tendue (accentuée par la caméra portée et l’utilisation du grand angle) propulse le spectateur dans un New York glauque et interlope, où le danger semble guetter à chaque coin de rue. Spectaculaire (la scène de poursuite avec le métro est devenue culte, et à raison) et inquiétant, le film permet également à Gene Hackman de livrer une de ses meilleures prestations (en tant que « gentil », évidemment). Récompensé par cinq Oscars en 1972 (dont meilleur film, meilleur réalisateur et meilleur acteur), French Connection reste une référence en matière de films policiers. A ce titre, il n’est pas difficile de voir combien il a influencé maints réalisateurs…

Repost 0
Les Films d'avril - dans Classique
commenter cet article
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 10:33
Citation d'Alfonso Cuarón

« Réaliser un film est toujours une épreuve. Il y a, évidemment, différents degrés de difficultés, mais la question reste toujours la même : « Quelle est la meilleure façon de procéder pour ne pas trahir votre histoire ? » Vous imaginez un concept et devez y croire jusqu’au bout. »

Studio CIné Live n°53 (octobre 2013)

Repost 0
Les Films d'avril - dans Verbatim
commenter cet article
9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 16:25
Gravity

De : Alfonso Cuarón

Avec : Sandra Bullock, George Clooney.

L’histoire : Pour sa première expédition à bord d'une navette spatiale, le docteur Ryan Stone est accompagnée par l'astronaute chevronné Matt Kowalsky. Lors d’une sortie dans l’espace, le centre spatial de Houston informe l’équipage qu'un satellite russe a été détruit par un missile, engendrant la création d'un nuage de débris spatiaux…

Mon avis : Sept ans après Les Fils de l’homme, Alfonso Cuarón livre avec Gravity un film-expérience époustouflant, entre huis-clos et infini. Quatre-vingt dix minutes pendant lesquelles le spectateur est littéralement projeté dans l’espace. Côté forme, la performance technique est impressionnante de maîtrise (la 3D est réussie, mais les plans du film, à l’image du premier qui dure près de quinze minutes, sont sidérants). Autre performance : celle de Sandra Bullock qui fait ici une composition d’autant plus remarquable qu’elle figure souvent seule à l’écran. Le film n’aurait pas été aussi fort, ni stressant sans elle. Surtout, Gravity sait surprendre par son fond : en définitive, ce qui intéresse Cuarón, c’est l’instinct de survie et le dépassement de soi, autant physique que psychique. Une célébration que le dernier plan illustre magnifiquement. Assurément l’un des films phares de cette année 2013.

Repost 0
5 novembre 2013 2 05 /11 /novembre /2013 14:41
Citation de Jean-Pierre Jeunet

« Un jour, alors que je suis devant mon écran d'ordinateur, je découvre le visage d'un môme trop petit, trop jeune, une crevette. Pour être clair, ce n'est pas du tout le rôle. Et pourtant, sur Skype, ce petit bonhomme vous fait tout un sketch : « Je suis T. S. Spivet. Je suis comme lui un scientifique. Je veux faire toutes les cascades moi-même parce que je suis champion des arts martiaux de moins de 7 ans. Je parle cinq langues, russe, chinois… » En l'écoutant, je me suis dit que ce gamin était spécial. Je suis allé à New York et je l'ai rencontré. On a fait des essais. Et j'ai dû me rendre à l'évidence : j'avais rencontré T. S. Spivet. »

Jean-Pierre Jeunet, a propos de L'Extravagant Voyage du jeune et prodigieux T. S. Spivet sur le site lefigaro.fr

Repost 0
Les Films d'avril - dans Verbatim
commenter cet article
3 novembre 2013 7 03 /11 /novembre /2013 13:01
L’Extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet

De : Jean-Pierre Jeunet

Avec : Kyle Catlett, Helena Bonham Carter, Judy Davies…

L’histoire : T.S. Spivet vit dans un ranch isolé du Montana avec ses parents et sa sœur Gracie. Petit garçon surdoué et passionné de science, il a inventé la machine à mouvement perpétuel, ce qui lui vaut de recevoir le très prestigieux prix Baird du Musée Smithsonian de Washington. Sans rien dire à sa famille, il part, seul, chercher sa récompense et traverse les Etats-Unis sur un train de marchandises…

Mon avis : Quatre ans après Micmacs à tire-larigot, Jean-Pierre Jeunet revient en force avec l’adaptation d’un roman américain, auquel il ajoute sa patte très personnelle. Bonne nouvelle : le réalisateur ne s’est pas fourvoyé en traversant l’Atlantique. Fable tout public (on pourrait dire que c’est son Hugo Cabret à lui), Spivet permet de démontrer toute l’inventivité plastique du cinéaste, qui filme magnifiquement aussi bien les grands espaces « américains » (le film a été tourné au Canada) que le monde intérieur du jeune garçon. Porté par un jeune interprète qui n’en fait jamais trop, Spivet n’est pas un film pour les cyniques. Entre poésie et mélancolie, ce road movie initiatique et touchant devrait en tout cas ravir les amateurs de belles histoires (dans tous les sens du terme).

Repost 0
13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 10:06
Citation de Woody Allen

« Je voulais être un grand sportif, je suis cinéaste. J’aurais aimé être Paul Newman, je suis Woody Allen. Je souhaitais être un grand tragédien, on me prend pour un clown. J’aurais préféré ne pas vieillir, et voilà le résultat. »

Woody Allen

Repost 0
Les Films d'avril - dans Verbatim
commenter cet article
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 19:58
Blue Jasmine

De : Woody Allen

Avec : Cate Blanchett, Alec Baldwin…

L’histoire : Alors qu’elle voit sa vie et son mariage voler en éclat, Jasmine quitte son New York raffiné et mondain pour San Francisco et s’installe dans le modeste appartement de sa sœur Ginger afin de remettre de l’ordre dans sa vie…

Mon avis : Après quelques films sympathiques mais anecdotiques (Whatever Works, Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu, Midnight in Paris, To Rome with love), Woody Allen semble avoir retrouvé quelque ambition avec Blue Jasmine. Si le film se déroule en grande partie à San Francisco, Allen a mis de côté le côté « carte postale » et récréatif de ses précédentes livraisons en se focalisant sur un portrait de femme à la dérive. Il n’a pas choisi la facilité puisque son héroïne est tour à tour égocentrique, arrogante et fragile. Dans ce rôle casse-gueule, Cate Blanchett livre une prestation tout en subtilité. S’il y a une raison de voir le film, c’est bien elle ! Surtout, ne soyez pas influencés par les rires inappropriés (c’est souvent comme ça avec les drames de Woody Allen) qui risquent de fuser pendant la projection : Blue Jasmine est une œuvre cruelle, déroutante et plus profonde qu’il n’y paraît. Certes, elle n’atteint pas le brio de Match Point (le seul film dont le cinéaste new-yorkais est fier), mais elle démontre que Woody Allen en a encore sous le capot…

Repost 0
22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 15:03
Le Plus sauvage d'entre tous

De : Martin Ritt

Avec : Paul Newman, Patricia Neal, Melvyn Douglas…

L’histoire : Dans l’ouest du Texas. Hud, un jeune homme sans principes, travaille dans le ranch de son père Homer, qui ne le tient pas en haute estime. Dans leur foyer, se trouve aussi le neveu et petit-fils, Lonnie, et Alma, une gouvernante au caractère bien trempée. Lorsque le troupeau est atteint de fièvre aphteuse, l’entreprise familiale est au bord de l’implosion…

Mon avis : Entre classicisme et modernité, Le Plus sauvage d’entre tous est un western résolument à part, qui évoque autant Un Tramway nommé désir (un bellâtre sans principes, une gouvernante qui fait tourner les têtes…) qu’A l’Est d’Eden (les non-dits familiaux, la présence paternelle…). Par ailleurs, le thème du film n’est rien d’autre que la description d’un monde ancestral (les cow-boys et leurs valeurs) sur le point de s’effacer au profit d’un autre plus pragmatique et agressif (encouragé par la fièvre du pétrole). Sorti en salles en 1963, il annonce en quelque sorte la fin du classicisme hollywoodien et l’arrivée des cinéastes ambitieux du Nouvel Hollywood. Interprétation solide, photographie en noir et blanc magnifique, travellings élégants, scènes fortes (l’abattage du troupeau) Le Plus sauvage d’entre tous ne manque pas d’atouts. Reste tout de même un personnage principal (Hud est le titre original du film), un rebelle égoïste qui n’évolue que trop peu pour exercer une quelconque sympathie. Dommage. Pour informations, le film obtint trois Oscar : meilleure actrice pour Patricia Neal, meilleur second rôle masculin pour Melvyn Douglas et meilleure photographie (catégorie noir et blanc) pour James Wong Howe.

Repost 0
Les Films d'avril - dans Classique
commenter cet article
22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 14:46
Le Territoire des Loups

De : Joe Carnahan

Avec : Liam Neeson, Dermot Mulroney…

L’histoire : Ottway travaille pour une compagnie pétrolière dans l’Alaska.Chargé de protéger ses collègues des loups, c’est un homme seul et désespéré. Lorsque le vol vers Anchorage qu’il prend avec ses collègues s’écrase dans l’immensité du Grand Nord, les rares survivants savent qu’ils n’ont que peu de chances de s’en sortir :  personne ne les trouvera et les loups les ont déjà repérés…

Mon avis : Au premier abord, Le Territoire des Loups a tout pour satisfaire les amateurs de « survival movie » : omniprésence d’une nature aussi belle que dangereuse, scènes chocs (la scène du crash est impressionnante) et la tension constante… Mais cette ode à l’instinct de survie possède un autre atout dans sa poche : la présence de Liam Neeson, acteur ô combien charismatique mais qui s’est quelque peu égaré ces derniers temps (Taken, Le Choc des Titans…). L’acteur n’a jamais nié que Le Territoire des Loups avait été une véritable catharsis pour lui (sa femme Natasha Richardson est morte suite à un accident de ski en 2009). De fait, l’intensité de certaines scènes n’en est que plus troublante. Bref, ce quatrième film de Joe Carnahan (Narc, L’Agence tous risques) est certes d’une redoutable efficacité mais possède surtout ce supplément d’âme qui dépasse les attentes du genre…

Repost 0