Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Wikio - Top des blogs - Cinéma

Rechercher

Présentation

Bonjour,

Sur ce blog, on peut trouver différentes rubriques :

     - Les films d'avril : présentation de nos projets 
     - Critiques ciné : notre avis sur les films qui sont à l'affiche
     - Classiques : critiques de films relativement anciens

     - Filmographies : filmographies des acteurs et réalisateurs qui font l'actualité

     - Qui qu'a joué qui ? : noms des acteurs ayant prêté leur visage et/ou leur voix à des personnages connus

     - Dans quoi c'est-y donc que je l'ai vu ? : rubrique consacrée aux acteurs assez peu connus, souvent seconds rôles, dont on ne connait jamais le nom

     - Verbatim : chaque dimanche, une citation en lien avec les sorties de la semaine... ou non

     - Affiches : certaines affiches de films se ressemblent étrangement. Hommage, coïncidence ou copie ? A vous de juger
     - Actualité : fait d'actualité du cinéma qui nous a marqué

     - Billets d'humeur : nos coups de gueule et réactions à tout ce que nous pouvons lire/voir/entendre

D'autre part, les suggestions de critiques et/ou filmographies sont les bienvenues !
Suite à la consultation des mots clés qui vous amènent sur ce blog, nous vous informons que vous pouvez toujours nous contacter pour nous demander qui jouait "bidule" dans tel film et, si on a la réponse, on vous répondra...
N'hésitez pas à donner votre avis ou a faire des remarques : ce blog est fait pour vivre !

Présentation

Les Films d'avril est le nom que nous avons donné a notre pseudo-boîte de production (qui en réalité n'a pas un rond). Nous réalisons donc des courts métrages que vous pouvez voir sur ce blog, mais surtout, nous sommes CINEPHAGES.
Et comme nous voyons pas mal de films au cinéma, mais aussi en DVD, nous nous permettons de vous donner notre avis en essayant de rester positifs (parce qu'on a pu toucher du doigt l'inverstissement colossal que représente un film, même court, et qu'on n'est pas des critiques frustrés) !

Notre système de notation est le suivant :
 A voir séance tenante
 A ne pas rater
 Se laisse regarder
 Mouais
 Vraiment pas terrible
 Passez votre chemin
Quoi qu'il arrive, n'hésitez pas à donner votre avis ou à émettre des requêtes. Pour cela, vous pouvez nous joindre en laissant un commentaire (ça fait toujours plaisir) ou en nous écrivant :
lesfilmsd.avril@free.fr.
A bientôt !

13 juin 2010 7 13 /06 /juin /2010 18:34

prince of persia

 Aladdin Jones

De : Mike Newell

Avec : Jack Gyllenhaal, Gemma Arterton, Ben Kingsley, Toby Kebbell...

L’histoire : Un jeune prince perse injustement accusé de meurtre va devoir s’allier à une courageuse princesse pour protéger une mystérieuse dague…

Mon avis : L’adaptation de ce jeu vidéo ayant été confiée à un cinéaste aussi éclectique que Mike Newell (Quatre mariages et un enterrement, Donnie Brasco), on avait bien envie d’y jeter un coup d’œil. Prince of Persia se révèle être un divertissement agréable et familial, qui respecte plus que correctement le cahier des charges des productions Bruckheimer, avec son quota d’action, de romance et de dépaysement. Néanmoins, le film ne révolutionne pas le genre, et demeure trop sage pour imprimer durablement la rétine. De plus, excepté le personnage interprété par Alfred Molina, Prince of Persia manque quelque peu d’humour et de folie douce. Dommage. Ceci étant dit, les spectateurs désireux de se changer les idées avec un film du samedi soir pourront apprécier ce blockbuster se déroulant dans un pays arabe (pas si courant à Hollywood), et les papas accompagnant leur rejetons le charme de Gemma Arterton (Quantum of Solace).

Partager cet article
Repost0
11 juin 2010 5 11 /06 /juin /2010 19:55

Légendes d'automne

De : Edward Zwick

Avec : Brad Pitt, Anthony Hopkins, Aidan Quinn…

L’histoire : Fresque historique sur une famille américaine du début du 20ème siècle, entre drames familiaux et mondiaux…

Mon avis : Le problème avec une fresque historique, c’est que c’est long. Alors quand c’est réussi, ça va, mais quand c’est raté, ça semble durer des heures (bien plus que les 2h13 annoncées). Premier souci : le scénario. Je n’ai pas eu l’occasion de lire l’œuvre originale de Jim Harrison, mais je l’ai trouvé extrêmement prévisible et bourré de clichés. Paradoxalement, il parvient à être à la fois plein de bons sentiments et limite immoral (une femme, trois frères, combien de possibilités ?). De plus, les multiples voix off sont beaucoup trop explicatives et étouffent dans l’œuf l’interprétation des spectateurs. Second souci, Brad Pitt. Il y a ici une véritable erreur de casting, et particulièrement quand on essaie de nous faire croire que son personnage est sauvage (bin si, il porte la barbe !). Pourtant, la photographie (justement récompensée aux Oscar) est superbe, et la reconstitution élégante. De plus, la musique de James Horner est très jolie, mais malheureusement encore une fois redondante avec l’image, omniprésente et surligne à gros traits les moments « émouvants ».

Partager cet article
Repost0
5 juin 2010 6 05 /06 /juin /2010 18:14

demineurs.jpg

 

De: Kathryn Bigelow

Avec: Jeremy Renner, Antony Mackie, Brian Geraghty, Ralph Fiennes

L’histoire : Bagdad. Le lieutenant James vient d’être appelé pour diriger la meilleure unité de déminage de l’armée américaine. Petit problème : la nouvelle recrue est accro à l’adrénaline…

Mon avis : Grand vainqueur surprise des Oscar 2010, Démineurs n’est pas un film de guerre comme les autres. Ici, l’enjeu dramatique ne réside pas dans une intrigue balisée. Bigelow a préféré se focaliser sur une succession de scènes mettant ces soldats en prise avec un danger permanent et inattendu. Le parti pris est étonnant voire déroutant, mais rend sans doute assez bien compte de l’aspect répétitif mais incroyablement tendu de ces professionnels. Une pression accentuée par une caméra toujours en mouvement, conférant au film un aspect reportage. En revanche, la réalisatrice délaisse quelque peu la psychologie de ses personnages. Même le sergent James, véritable tête brûlée mais également danger pour sa propre section restera une énigme pour le spectateur. Cela peut avoir son charme, mais aussi carrément irriter. A vous de voir. Bref, Démineurs est un film qui a de la personnalité (une métaphore exagérée d’un plateau de cinéma ?), mais qui ne fera pas l’unanimité, ne serait-ce parce qu’il a supplanté le géant Avatar dans la course aux récompenses en février dernier.

Partager cet article
Repost0
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 19:59

Sans-Sarah-rien-ne-va.jpg

 

De : Nick et Nicholas Stoller

Avec : Jason Segel, Kristen Bell, Russell Brand, Mila Kunis…

L’histoire : Peter Bretter, compositeur, sort avec la star d’une série télévisée. Quand celle-ci le quitte, il part à Hawaï pour tenter de l’oublier…

Mon avis : Comédie romantique réalisée par la bande de Judd Appatow, Sans Sarah rien ne va n’est pas une pure comédie. Comme d’habitude dans ses productions, l’histoire relate l’une de ces étapes importantes qui vous fait entrer dans la vie d’adulte, en l’occurrence ici une rupture sentimentale. Mais si vous êtes un fan de Ben Stiller (comme moi), vous serez déçus, tant par le rythme, assez paresseux bien que pas désagréable, que par les gags, trop rares à mon goût. Bref, le scénario manque un peu de folie. Mais, une fois n’est pas coutume, le point de départ n’est pas une simple excuse à la multiplication de situations cocasses. Il y en a, certes, mais avant cela, il nous faut passer par un pauvre bougre qui souffre le martyre, pleure et gémit pendant une bonne demi-heure (Jason Segel, le Marshall de How I Met You Mother, dans un rôle similaire qu’il a lui-même écrit à partir d’une histoire qu’il a vécue). Après cette entrée en matière assez amère, le film démarre vraiment sans toutefois éviter les clichés sur la pop star arrogante, le prof de surf idiot (mention spéciale à Paul Rudd dans ce rôle) ou la star qui ne sait pas ce quelle veut. Heureusement, quelques répliques font mouche, comme « Ici, on est pas en Europe, y’a des règles. »… Vous l’aurez compris, croyant avoir affaire à une comédie débridée à l’humour débile (ça fait tellement de bien parfois) j’ai été un peu déçue, mais le film est sympa à voir, ne serait-ce que pour le « spectacle » final qui ne manque pas de dérision.

Partager cet article
Repost0
20 mai 2010 4 20 /05 /mai /2010 15:22

la-vague.jpg

 High-school “Nazi-call”

De : Dennis Gansel

Avec : Jürgen Vogel, Frederick Lau...

L’histoire : De nos jours, un professeur effectue une expérience avec ses élèves afin de démontrer les mécanismes d’une dictature. L’expérience va très vite déraper…

Mon avis : Pertinent et passionnant, La Vague s’inspire d’une expérience réelle qui s’est déroulée en Californie en 1967, et ça fait froid dans le dos ! Le propos est d’autant plus efficace que l’action se déroule en Allemagne et que la question de la mémoire et de l’histoire du pays est intelligemment posée. Surtout, le film n’est jamais lourdement démonstratif ni pédagogiquement balourd. Le récit est très crédible et pour une fois le milieu lycéen est bien rendu à l’écran. L’autre vraie qualité de ce film est son casting, avec à la tête Jürgen Vogel dans le rôle du prof charismatique, ainsi que les jeunes lycéens tous très justes. Surtout, Dennis Gansel ne sacrifie pas le visuel au détriment du discours. Plans soignés et rythme soutenu parachèvent cette très belle réussite du cinéma allemand. A voir absolument.

Partager cet article
Repost0
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 15:11

pale-rider.jpg

 Cavalier de l’Apocalypse

De : Clint Eastwood

Avec : Clint Eastwood, Michael Moriarty...

L’histoire: Une petite communauté de chercheurs d’or subit les tentatives d’intimidation de la part d’un riche entrepreneur désireux de s’approprier leur terrain. Un mystérieux étranger va leur venir en aide…

Mon avis : Sur un scénario assez proche de L'Homme des hautes plaines, Eastwood reprend un thème qui lui est cher : celui de l’étranger sans nom qui va bousculer les habitudes d’une petite ville. Le personnage qu’il incarne est ici plus développé que dans le film précédemment cité, mais garde tout de même de nombreuses zones d’ombres, sur lesquelles les spectateurs peuvent inventer leur propre histoire. Cela n’est pas sans charme, mais on peut aussi reprocher au cinéaste de ne pas trop renouveler sa thématique (ce qu’il a pourtant bien fait depuis). Mais le réalisateur peut être comparé à un musicien qui jouerait la même partition tout en s’autorisant d’en développer certains morceaux. Pale Rider vaut le coup d’œil : ses décors montagneux sont littéralement superbes, sa mise en scène est sans fioriture et c’est sans doute l’un des films où Eastwood utilise le plus une certaine connotation religieuse. C’est assez rare pour le signaler. Une dernière chose : Pale Rider est l’un des rares westerns à avoir été présenté lors d’un festival de Cannes. C’était en 1985…

Partager cet article
Repost0
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 11:28

American-Graffiti.jpg

 
De : George Lucas
Avec : Richard Dreyfuss, Ron Howard, Charles Martin Smith, Harrison Ford…
L’histoire: Curt et Steve sont sur le point de partir étudier loin de leur ville natale. Ils profitent de leur dernière nuit pour vagabonder au gré du hasard et des rencontres…
Mon avis: Deuxième film de George Lucas, American Graffiti est à la fois un hommage à une mythologie urbaine et une déclaration d’amour à l’industrie automobile de la part d’un réalisateur qui envisageait d’abord de devenir
pilote. Il y aborde une tradition purement américaine : le cruising (fait de flâner dans les rues au volant de sa voiture). Alors évidemment, en tant que français, on est à la fois fascinés et pas vraiment concernés. Il faut savoir
que Lucas a choisit de filmer ce phénomène à la manière d’un documentaire, et qu’il n’y a donc pas réellement d’histoire en dehors des pérégrinations d’une nuit d’été qui fait passer ses héros de l’adolescence à l’âge adulte. En revanche, il est amusant de reconnaitre les acteurs qui participeront aux grandes heures du cinéma hollywoodien des années 70 dans un de leur premier rôle.  Richard Dreyfuss sera un des acteurs fétiche de Spielberg (Les Dents de la mer, Rencontres du troisième type), Harrison Ford, ici dans son tout premier rôle, continuera sa carrière entre Lucas (Star Wars) et Spielberg (Indiana Jones), Ron Howard reprend quasiment à l’identique le personnage qu’il tient dans Happy Days avant de se tourner vers la réalisation (Da Vinci Code) et Charles Martin Smith tournera notamment pour De Palma (Les Incorruptibles). De plus, la BO, adaptée à l’époque choisie (le début des années 60) est absolument géniale pour qui aime les rock endiablés.  A noter, "The Wolfman" du film est le vrai qui a fait danser les jeunes des années 60 sur ses platines. Ce film plein de fraîcheur a de quoi rendre nostalgiques, mais il peut également passer pour un exercice de style un peu vain tant le scénario est léger. En tout cas, une curiosité pour tous ceux qui s’intéressent au travail de Lucas…

Partager cet article
Repost0
15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 21:22

Darkman.jpg


De : Sam Raimi
Avec : Liam Neeson, Frances McDormand, Colin Friels…
L’histoire : Peyton Westlake, scientifique, se trouve par hasard en possession d’un document qui intéresse grandement un chef de gang. Suite à l’intrusion de tueurs chez lui, il se retrouve défiguré et cherche à se venger…
Mon avis : Sam Raimi est un grand amateur de séries B, et ce film est une parfaite illustration de sa passion. Entre références aux maîtres et codes du genre, ceux qui partagent son affection ne seront pas déçus. Pourtant, si le film va assez vite, les effets ont aussi beaucoup vieilli. Cela donne un certain charme mais peut aussi gêner certains spectateurs…  Il faut dire que le film a déjà 20 ans ! D’ailleurs, certaines scènes en ont visiblement inspirés certains : la caméra subjective du rivet est assez proche de la scène d’ouverture de Lord Of War et la scène d’anthologie en haut de l’immeuble en construction qui rappelle vraiment celle de Spider-Man 3 (tiens tiens) ou de The Dark Knight. Je regrette juste que le personnage ne soit pas plus teigneux, ce qui aurait plus donner des scènes de vengeance plus savoureuses. Mais ce film a aussi l’immense mérite  d’avoir révélé le talent de Liam Neeson (caché derrière un maquillage saisissant) au grand public. Et rien que pour ça, on remercie Raimi. De plus, il est amusant de voir ce film précurseur au moment ou de très nombreuses adaptations de comic-book  envahissent nos écrans !

Partager cet article
Repost0
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 14:55

robin-des-bois.jpg

 Robinus Maximus

De : Ridley Scott

Avec : Russel Crowe, Cate Blanchett, Kevin Durand, Mark StrongMark Addy

L’histoire : A l’aube du 13ème siècle, Robin Longstride, archer de Richard Cœur de Lion, retourne dans son pays d’origine sous une fausse identité afin de réaliser le dernier vœu du chevalier Loaxley tombé au combat. Il découvrira une Angleterre rongée par la politique du prince Jean…

Mon avis : Etonnant pari du réalisateur anglais de rafraîchir le genre « cape et d’épée » en choisissant l’acteur le plus âgé qui ait jamais incarné le mythique voleur ! Et si le film ne révolutionne pas le genre comme Gladiator l’avait fait il y a dix ans déjà avec le péplum, ce Robin est une belle réussite. D’abord parce que la mise en scène de Scott possède un sacré souffle, notamment pendant les scènes de combat. Ensuite parce que le scénario, signé Brian Helgeland (Green Zone, Chevalier, L’attaque du train 123) joue habilement avec l’origine du mythe et justifie le fait que les héros ne soit pas des, hum, jeunes premiers. Ajoutez à cela une très belle photographie, et vous obtiendrez un blockbuster soigné mais rugueux ! L’affiche ne ment pas : ici pas de collants moulants ou ménestrels avec barbes à postiches, mais un héros plus sombre et vigoureux (à cheval, Robin tient un genre de masse !). Bref, deux heures vingt d’évasion, où l’humour n’est pas absent, exécutée avec une poigne de fer par un réalisateur décidément en verve après Mensonges d’état

Partager cet article
Repost0
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 13:00

Bienvenue chez les Robinsons

De : Stephen J. Anderson

Avec les voix de : Daniel Hansen, Wesley Singerman, Angela Bassett, Tom Selleck…

L’histoire : Lewis est un petit garçon abandonné à sa naissance dans un orphelinat. En attendant de trouver des parents qui voudront bien l’adopter, il multiplie les inventions pour faciliter la via quotidienne. Mais un garçon venu du futur va bouleverser sa vision des choses…

Mon avis : Bienvenue chez les Robinson commence comme un Disney classique : petit orphelin inventif et débrouillard à la recherche de parents aimants et compréhensifs. Mais tout bascule avec l’arrivée de Wesley, le garçon du futur. La possibilité de voyager dans le temps offre en effet aux scénaristes l’occasion de multiplier les idées,  les situations et les personnages totalement loufoques. C’est plutôt logique dans un film à la gloire de l’imagination… Un héritage que ne renierait pas Retour vers le Futur de Robert Zemeckis, avec lequel il partage le jeu sur les codes du fantastique (paradoxe temporel, prise de pouvoir des machines…). Le petit orphelin trouvera finalement une famille, mais pas tout à fait comme il l’imaginait, et intégrera l’idée selon laquelle il faut toujours aller de l’avant. La morale est donc totalement Disney (mais c’est bon esprit), et l’animation n’est pas transcendante, mais ce film (passé à la trappe en 2007) multiplie les références pour petits et grands, et reste tout de même une très bonne surprise.

C’est pour ce film que les studio Walt Disney Animation ont étrenné leur tout nouveau logo (extrait de Steamboat Willie, premier court métrage avec le son synchronisé de Walt Disney).

Partager cet article
Repost0