Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Wikio - Top des blogs - Cinéma

Rechercher

Présentation

Bonjour,

Sur ce blog, on peut trouver différentes rubriques :

     - Les films d'avril : présentation de nos projets 
     - Critiques ciné : notre avis sur les films qui sont à l'affiche
     - Classiques : critiques de films relativement anciens

     - Filmographies : filmographies des acteurs et réalisateurs qui font l'actualité

     - Qui qu'a joué qui ? : noms des acteurs ayant prêté leur visage et/ou leur voix à des personnages connus

     - Dans quoi c'est-y donc que je l'ai vu ? : rubrique consacrée aux acteurs assez peu connus, souvent seconds rôles, dont on ne connait jamais le nom

     - Verbatim : chaque dimanche, une citation en lien avec les sorties de la semaine... ou non

     - Affiches : certaines affiches de films se ressemblent étrangement. Hommage, coïncidence ou copie ? A vous de juger
     - Actualité : fait d'actualité du cinéma qui nous a marqué

     - Billets d'humeur : nos coups de gueule et réactions à tout ce que nous pouvons lire/voir/entendre

D'autre part, les suggestions de critiques et/ou filmographies sont les bienvenues !
Suite à la consultation des mots clés qui vous amènent sur ce blog, nous vous informons que vous pouvez toujours nous contacter pour nous demander qui jouait "bidule" dans tel film et, si on a la réponse, on vous répondra...
N'hésitez pas à donner votre avis ou a faire des remarques : ce blog est fait pour vivre !

Présentation

Les Films d'avril est le nom que nous avons donné a notre pseudo-boîte de production (qui en réalité n'a pas un rond). Nous réalisons donc des courts métrages que vous pouvez voir sur ce blog, mais surtout, nous sommes CINEPHAGES.
Et comme nous voyons pas mal de films au cinéma, mais aussi en DVD, nous nous permettons de vous donner notre avis en essayant de rester positifs (parce qu'on a pu toucher du doigt l'inverstissement colossal que représente un film, même court, et qu'on n'est pas des critiques frustrés) !

Notre système de notation est le suivant :
 A voir séance tenante
 A ne pas rater
 Se laisse regarder
 Mouais
 Vraiment pas terrible
 Passez votre chemin
Quoi qu'il arrive, n'hésitez pas à donner votre avis ou à émettre des requêtes. Pour cela, vous pouvez nous joindre en laissant un commentaire (ça fait toujours plaisir) ou en nous écrivant :
lesfilmsd.avril@free.fr.
A bientôt !

7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 14:24

la-belle-et-la-bete.jpg

 Histoire éternelle...

De : Gary Trousdale et Kirk Wise

Avec les voix de : Bénédicte Lecroard, Emmanuel Jacomi, François Leroux

L’histoire : Une jeune fille adorant lire des contes de fées va se retrouver plongée dans cet univers féérique pour sauver son père…

Mon avis : Très librement adapté du conte de Mme Leprince de Beaumont, La Belle et la Bête nous offre son lot de personnages secondaires bien croqués et hauts en couleur, mis en valeur par des chansons entraînantes. Avec de l’humour, des changements de tons et d’univers, des cadrages et des lumières recherchées, ce film est peut être un de ceux qui ont le mieux vieilli parmi les « films de filles ». Mention spéciale pour la jolie scène d’ouverture  sur les vitraux et l’animation extrêmement soignée de la scène de bal. C’est pour moi le film emblématique  le 3ème âge d’or des Studios Disney après Blanche Neige et les premiers chefs d’œuvre supervisés par Walt Disney himself, les années 70 avec Wolfgang Reitherman, et enfin les années 80/90.

Dans le DVD, une nouvelle séquence, intitulée « Humain à nouveau » a été ajoutée. Elle peut déstabiliser ceux qui, comme moi, ont grandi avec l’ancienne version, mais donne aussi plus d’importance aux sentiments des personnages secondaires et nous offre une scène de nettoyage à mi-chemin entre « L’Apprenti sorcier » de Fantasia et celle de Merlin l’enchanteur. De plus, la scène est intelligemment ajoutée avec des raccords qui ne choquent pas. Une fois de plus, Disney valorise l’inventivité et la différence, mais il insiste aussi sur la culture avec une jeune fille séduite par une gigantesque bibliothèque, et à ma connaissance, c’est une première.

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 07:14

doux--dur-et-dingue.jpg

 Bonobo et bobos

De : James Fargo

Avec : Clint Eastwood, Sondra Locke, Manus…

L’histoire : Philo Beddoe gagne sa vie en participant à des combats de boxe à poings nus. Un soir, il tombe sur une chanteuse country, qui prend la fuite peu après leur rencontre. Accompagné de Clyde, son orang-outan et de son ami Orville, il prend la route à la recherche de la jeune femme…

Mon avis : C’est sûr que dans la filmographie du grand Clint, l’homme qui joua avec Leone et qui nous donna d’authentiques chefs d’œuvre tels Impitoyable, Un monde parfait, Million Dollar Baby ou Grand Torino, Doux, dur et dingue, réalisé par son comparse de Magnum Force, fait un peu tâche. Certaines scènes sont tellement énormes, qu’on se demande si le film n’est pas le résultat d’une cuite générale et carabinée. D’autres tombent à plat, et l’on se surprend à sourire de leur inefficacité. Surtout, le rythme du film (réalisé en 1978, bien avant les perles déjà citées) a pris un sacré plomb dans l’aile : Doux, dur et dingue et un road movie qui va à deux à l’heure (cela peut ne pas être un handicap, comme le magnifique Une histoire vraie), mais qui ne donne pas grand chose à voir à part quelques bastons entre Hell’s Angels d’opérette (qui font penser aux pirates d’Astérix, c’est dire) et les pitreries touchantes de Clyde, l’orang-outang. Pourtant, le film permet de voir une autre facette du comédien : celle d’un type qui sait autant jouer avec son image que la piétiner. Un rôle avec lequel il semble bien s’amuser. Sur le fond (le personnage principal s’appelle Philo !), pas grand chose à se mettre sous la dent, si ce n’est un personnage de femme très libérée (comme souvent avec Sondra Locke) et des hommes qui semblent trouver dans la violence un substitut de sexualité. Clint, on t’adore mais on préfère tes films plus ambitieux…

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 17:12

angel-heart.jpg

 Vaudou comme un agneau

De : Alan Parker

Avec : Mickey Rourke, Robert De Niro

L’histoire : 1955, à New York. Le détective privé Harry Angel est contacté par un certain Louis Cyphre, qui veut l'engager pour retrouver Johnny Favorite, un crooner disparu douze ans plus tôt…

Mon avis : Réalisé en 1986 par Alan Parker (Midnight Express, Birdy), Angel Heart est un polar moite et vénéneux (la partie située à la Nouvelle Orléans surtout), qui suit la descente aux enfers d’un privé miteux. Techniquement, le film est superbe : la reconstitution est très crédible, les cadres soignés et la lumière en clair-obscur de Michael Seresin magnifique. Mais le film prend son temps pour installer l’ambiance, et n’hésite pas à multiplier les pistes avant le twist final (c’était bien avant la mode). Le casting nous vaut un beau face à face entre Mickey Rourke (bien avant son retour à la boxe et son ravalement de façade raté) et Robert De Niro, toujours glaçant dans les rôles ambigus. Quatre scènes seulement, mais assez marquantes. Pas autant sans doute que les quelques scènes chocs qui ponctuent le film, et qui risquent d’en remuer certains. A la revoyure, Angel Heart tient toujours la route et a bien vieilli (à part un ou deux trucages pas vraiment indispensables). Bref, un film qui ravira les amateurs de polar trouble et glauque.

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 08:49

love-and-others-drugs.jpg

 

De : Edward Zwick

Avec : Jake Gyllenhaal, Anne Hathaway…

L’histoire : Dans les années 90, Jamie, tombeur invétéré et représentant en médicaments, voit son univers bouleversé par sa relation avec Maggie qui est atteinte de la maladie de Parkinson….

Mon avis : C’est sûr que le film de Edward Zwick (Blood Diamond, Les Insurgés) ne révolutionne pas le genre et que le scénario est prévisible. Pourtant, c’est avec grand plaisir que l’on retrouve le couple Jake Gyllenhaal / Anne Hathaway, déjà réunis dans le magnifique Secret de Brokeback Moutain. Définitivement, ces deux acteurs sont excellents et il est plaisant de les voir aborder différents genres. Le casting comporte aussi deux spécimens de « Où c’est y donc que je l’ai vu ? » : Hank Azaria et Oliver Platt. Le film comporte son lot de jolis moments et de scènes touchantes, tout en assumant le choix pas toujours très sexy de la femme malade. Love et autres drogues (titre français assez nul avec son approximative traduction du titre original) flirte avec Love Story sans jouer à fond la carte du mélo. Ce parti pris séduira ou décevra. Malgré son aspect évidemment romantique, le film (classé Rated R aux Etats Unis) n’est pas exempt de scènes de sexe assez décomplexées pour ce genre de film.  Cela montre l’envie d’en sortir un peu des comédies trop calibrées (pardonnez l’expression). La BO est pas mal non plus mais il est assez dommage d’entendre le pire choix artistique (un horrible sirop top guimauve) aux moments les plus touchants dans le couple. Autre bémol : le frangin lourdaud et maladroit, sorte de sous Jack Black. Mais malgré ces réserves, Love et autres drogues se révèle sans conteste au-dessus des maints films vus et revus que le genre a donné.

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 18:33

tout-sauf-en-famille.jpg

 

 

 

De : Seth Gordon

Avec : Reese Witherspoon, Vince Vaughn…

L’histoire: Brad et Kate est un couple amoureux, bien décidé à profiter des meilleurs moments de la vie à deux. Pourtant, les amoureux sont contraints de fêter Noël quatre fois dans chacune de leurs familles divorcées, et ils n'en ont pas du tout envie…

Mon avis : La famille a toujours inspiré le cinéma américain. Il faut dire que c’est le terreau idéal pour la comédie et le drame, puisque s’y affrontent personnalités opposées et rivalités cachées. Le premier film de Seth Gordon démarre plutôt bien, avec un je ne sais quoi de mauvais esprit. La suite déroule un peu inégalement quatre sketches où le jeu de massacre n’est jamais très loin. Il sera surtout le révélateur des personnalités des deux amants, qui finalement, ne se connaissait pas si bien que cela. A l’instar de Mon beau-père et nous, le film bénéficie d’un casting  de haute volée : Witherspoon et Vaugh, bien sûr, mais surtout Robert Duvall, Sissy Spacek, Jon Voight et les « toujours dans les bons coups » Jon Faveau (excellent dans les rôles de gros bourrins) et  Mary Steenburgen (Frangins malgré eux). Il est pourtant dommage de voir à mi-parcours l’insolence du film se diluer peu à peu dans une morale assez conventionnelle. Tout… sauf en famille est donc une comédie inoffensive mais agréable à voir en ces temps de fêtes !

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2010 2 28 /12 /décembre /2010 08:20

mon-beau-pere-et-nous-copie-1.jpg

 

De : Paul Weitz

Avec : Ben Stiller, Robert De Niro, Owen Wilson...

L’histoire : Père de deux enfants, le maladroit mais attentionné Greg Fucker se voit octroyer par son taciturne beau- père la lourde tâche de devenir le nouveau guide de la famille…

Mon avis : Troisième volet de la saga initiée par Jay Roach, Little Fockers (l’un des meilleurs titres de cette année…) reste dans la lignée de ces prédécesseurs : quiproquos familiaux, jeu d’acteurs auto-parodique et gags souvent gênants… Un cocktail pas vraiment nouveau donc, mais divertissant, notamment grâce à son casting balèze : outre les acteurs précédemment cités, le film accorde quelques scènes à Dustin Hoffman, Barbra Streisand et même à un vieux copain de De Niro (mais chut !). Le scénario n’est vraiment pas à la hauteur d’une telle distribution, mais cette querelle anciens/modernes nous a tout de même tiré quelques rires. Ça ne vole pas toujours très haut, mais se dessine par moments l’idée que si les quadras garçons semblent si largués (mention spéciale à Owen Wilson en milliardaire cherchant sa voie spirituelle), c’est peut-être bien la faute de leurs aînés…

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2010 7 26 /12 /décembre /2010 08:53

megamind.jpg

 

De : Tom McGrath

Avec les voix VO/VF de : Will Ferrell/Kad Merad, Brad Pitt/Frank Dubosc, Tina Fey/Géraldine Nakache…

L’histoire : Megamind pense être le plus génial méchant que la Terre ait connu. Mais il se trompe : depuis des années, il essaie par tous les moyens de conquérir Metro City, et à chaque fois son projet est mis en échec par le super-héros Metro Man. Jusqu’au jour où Megamind parvient enfin à tuer Metro Man …

Mon avis : Nouveau-né des studios Dreamworks, Megamind est une totale réussite. Quelques semaines après Moi, moche et méchant, il semblerait que les vilains inspirent brillamment les studios d’animation. Sur un rythme effréné, le film de Tom McGrath aligne les gags décalés qui feront peut-être parfois plus rire les parents que les enfants. Et quelle bonne idée de donner le premier rôle à un méchant plus teigneux et mégalo que vraiment malfaisant ! D’autant que la « morale » du film se montre assez culottée : le bien ne peut exister que si le mal existe… et vice-versa. Ce n’est pas par hasard que le film mentionne le yin et le yang que sont le vilain et son justicier. Bref, une bonne idée exploitée de façon très efficace, sur une bande-son tonitruante : AC/DC, Guns N’ roses…

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2010 5 24 /12 /décembre /2010 08:37

le-dernier-roi-d-ecosse.jpg

 

De :  Kevin Macdonald

Avec : James McAvoy, Forest Whitaker, Gillian Anderson…

L’histoire : Nicholas, jeune diplômé de médecine, décide d’aller vivre en Ouganda pour changer de cadre. Mais le pays est instable politiquement, et il va s’en rendre compte à ses dépens…

Mon avis : Franchement, voir un biopic de 2h sur Idi Amin Dada ne m’emballait pas du tout. Le film est adapté d’un roman éponyme écrit par Giles Foden (qui fait d’ailleurs une apparition dans le film : c’est le premier journaliste anglais apparaissant à l’écran) qui a lui-même grandit en Ouganda. La bonne idée de l’auteur est d’adopter le point de vue extérieur du médecin. Du coup, l’empathie est possible, et on accompagne ce personnage dans sa découverte de ce qui se trame dans ce pays. Tout d’abord, il faut souligner le talent des deux acteurs principaux : James McAvoy et Forest Whitaker (récompensé par un Oscar et par Golden Globe du meilleur acteur de film dramatique pour ce rôle) sont tous les deux excellents. De plus, la volonté de réalisme de l’équipe est appréciable : le film a été tourné en Ouganda, dans les lieux réels et avec des acteurs natifs de ce pays, tout comme sa volonté d’éviter le manichéisme. En effet, le film rend très bien compte de la dualité du personnage et surtout de son humanité. Attention cependant : il n’est pas à mettre entre toutes les mains car son interdiction aux moins de 12 est amplement justifiée par certaines scènes choc. Réalisé par Kevin Macdonald (Jeux de Pouvoir),  Le dernier Roi d’Ecosse est un film prenant et édifiant qu’il faut se donner la peine de voir…

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 13:26

ghost.jpg

 

De : Jerry Zucker

Avec : Patrick Swayze, Demi Moore, Whoopi Goldberg...

L’histoire : Alors qu'ils filent le parfait amour, Sam et Molly emménagent dans un grand appartement à New York. Un soir, Sam se fait tuer sous les yeux de sa compagne. Il devient alors un fantôme, incapable de prévenir Molly du danger qu’elle court, jusqu’à sa rencontre avec la vraie - fausse médium, Oda May Brown…

Mon avis : Réalisé en 1990, Ghost fut le succès surprise de cette année-là. Devenu culte pour beaucoup, le film de Jerry Zucker est tout à la fait le genre de film qu’il est facile de descendre : romance, fantastique et comédie se mélangent et permet de ratisser large. Malgré tout, ce gentil film se laisse toujours regarder. L’absence de prétention (même si certains plans sont soignés) est le principal atout de Ghost. Evidemment, certains trucages ont un brin vieilli (les râles des méchants fantômes sonnent comme des mecs bourrés à la sortie d’un pub), et l’on sent bien que Swayze est plus à l’aise dans les scènes physiques que dans l’émotion. Bref un divertissement inoffensif qui a tout du même eu l’honneur d’avoir été parodié à maintes reprises, notamment par David Zucker, le propre frère du réalisateur dans le fameux Y-a-t-il un flic pour sauver la reine ? Extrait à voir sur Youtube.  

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 15:44

Raiponce.jpg

 Une princesse qui décoiffe

De : Byron Howard et Nathan Greno

Avec les voix françaises de : Maeva Méline, Romain Duris, Isabelle Adjani…

L’histoire : Lorsque Flynn Rider, un bandit en fuite, se réfugie dans une mystérieuse tour, il se retrouve contraint d’aider Raiponce, une jeune fille au solide tempérament et à la chevelure de 20 mètres de long, gardée prisonnière par Mère Gothel.

Mon avis : Cinquantième film d’animation réalisé par les studios Disney, ce crû 2010 se révèle excellent. Classique dans son graphisme, moderne et décalé dans le ton, Raiponce a de quoi séduire toute la famille. Sans être aussi iconoclaste que la saga Shrek, ce conte racontant l’émancipation d’une jeune fille prouve que le studio a eu raison de choisir pour patron le génial John Lasseter (ex Pixar). On y sent sa patte et son désir de rajeunir la maison de Mickey sans en  trahir l’esprit (chansons, auto-citations…). Mention spéciale au cheval fougueux Maximus, aux expressions assez irrésistibles. Et pour le doublage français, le choix d’avoir donné à la méchante mère adoptive qui ne veut pas vieillir la voix d’Isabelle Adjani s’avère gonflé et payant. Bref, un film d’animation rigolo et beau… C’est chouette, non ?

Partager cet article
Repost0