Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Wikio - Top des blogs - Cinéma

Rechercher

Présentation

Bonjour,

Sur ce blog, on peut trouver différentes rubriques :

     - Les films d'avril : présentation de nos projets 
     - Critiques ciné : notre avis sur les films qui sont à l'affiche
     - Classiques : critiques de films relativement anciens

     - Filmographies : filmographies des acteurs et réalisateurs qui font l'actualité

     - Qui qu'a joué qui ? : noms des acteurs ayant prêté leur visage et/ou leur voix à des personnages connus

     - Dans quoi c'est-y donc que je l'ai vu ? : rubrique consacrée aux acteurs assez peu connus, souvent seconds rôles, dont on ne connait jamais le nom

     - Verbatim : chaque dimanche, une citation en lien avec les sorties de la semaine... ou non

     - Affiches : certaines affiches de films se ressemblent étrangement. Hommage, coïncidence ou copie ? A vous de juger
     - Actualité : fait d'actualité du cinéma qui nous a marqué

     - Billets d'humeur : nos coups de gueule et réactions à tout ce que nous pouvons lire/voir/entendre

D'autre part, les suggestions de critiques et/ou filmographies sont les bienvenues !
Suite à la consultation des mots clés qui vous amènent sur ce blog, nous vous informons que vous pouvez toujours nous contacter pour nous demander qui jouait "bidule" dans tel film et, si on a la réponse, on vous répondra...
N'hésitez pas à donner votre avis ou a faire des remarques : ce blog est fait pour vivre !

Présentation

Les Films d'avril est le nom que nous avons donné a notre pseudo-boîte de production (qui en réalité n'a pas un rond). Nous réalisons donc des courts métrages que vous pouvez voir sur ce blog, mais surtout, nous sommes CINEPHAGES.
Et comme nous voyons pas mal de films au cinéma, mais aussi en DVD, nous nous permettons de vous donner notre avis en essayant de rester positifs (parce qu'on a pu toucher du doigt l'inverstissement colossal que représente un film, même court, et qu'on n'est pas des critiques frustrés) !

Notre système de notation est le suivant :
 A voir séance tenante
 A ne pas rater
 Se laisse regarder
 Mouais
 Vraiment pas terrible
 Passez votre chemin
Quoi qu'il arrive, n'hésitez pas à donner votre avis ou à émettre des requêtes. Pour cela, vous pouvez nous joindre en laissant un commentaire (ça fait toujours plaisir) ou en nous écrivant :
lesfilmsd.avril@free.fr.
A bientôt !

3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 10:27

les-incorruptibles.jpg

 

De : Brian De Palma

Avec : Kevin Costner, Sean Connery, Robert De Niro, Andy Garcia, Patricia Clarkson

L’histoire : Chicago, dans les années 30. Tandis que le truand Al Capone règne en maître sur la ville alors en pleine Prohibition, le  policier Eliot Ness constitue une équipe afin de faire tomber le mafieux…

Mon avis : Réalisé en 1987, Les Incorruptibles est l’une des plus belles réussites de son réalisateur. Il faut dire que le talent ne manque pas au générique : scénario de David Mamet, casting de haute volée, musique de Ennio Morricone, costumes signés Armani. Mais c’est surtout la mise en scène brillantissime De Palma qui retient l’attention : inventive, fluide et spectaculaire. Le film ne manque ainsi pas de morceaux de bravoure, devenus avec le temps de véritables scènes-cultes, telle la chevauchée à la frontière canadienne ou cette fameuse scène dans la gare de Chicago, pourtant non présentes dans le scénario d’origine. Bref, ce film grisant, qui tient autant du film de gangsters que du western, est un authentique chef d’œuvre.

 

Repost 0
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 09:58

Le-Dejeuner-du-15-aout.jpg

 Romamma Mia !

De : Gianni Di Gregorio

Avec : Gianni Di Gregorio, Valeria De Franciscis, Marina Cacciotti, Maria Cali, Grazia Cesarini Sforza…

L’histoire : Gianni, cinquante ans, ne travaille pas mais s’occupe de sa vieille maman. Pour la journée du 15 août, il se voit confier 3 autres mamies du quartier...

Mon avis : Autant le dire d’entrée, ce film produit par Mateo Garone (Gomorra) n’est pas la comédie hilarante annoncée. En revanche, le qualificatif le plus juste me semble être « authentique ». En effet, des actrices jusqu’à l’appartement, tout respire le vrai (en grande partie faute de budget). Il faut dire que le réalisateur-scénariste-acteur Gianni Di Gregorio a effectivement vécu la situation dans laquelle il plonge son héros : il a vécu 10 ans avec sa mère en fin de vie et avait lui aussi du mal à boucler ses fins de mois. Le syndic de son immeuble lui a vraiment proposé d’effacer ses dettes s’il accueillait sa mère, mais le réalisateur a refusé. L’imagination a fait le reste. En découle un film juste et intimiste qui aborde avec délicatesse le thème de la vieillesse et de la solitude qu’elle impose par la force des choses. En fait, le film tient surtout la route grâce à son casting. Gianni Di Gregorio excelle en vieux garçon dévoué à sa génitrice, qui se fait un brin tyranniser par ces quatre vieilles au physique fragile mais au caractère bien trempé, jusqu’à ce qu’il parvienne à gagner leur respect grâce à son don pour la cuisine et son amabilité à toute épreuve. Avec ce film, le réalisateur nous propose de vivre 1h16 dans une Rome écrasée par le soleil, mais où il n’est pas impossible de trouver un peu de fraîcheur. Le Déjeuner du 15 août (Prix du Meilleur premier film à la Mostra de Venise 2008) est un petit film certes agréable, mais qui aurait mérité un peu plus de folie et d’humour.

Repost 0
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 10:50

les-affranchis.jpg

 Timbrés et affranchis

De : Martin Scorsese

Avec : Ray Liotta, Robert De Niro, Joe Pesci…

L’histoire : Depuis sa plus tendre enfance, Henry Hill veut devenir gangster et appartenir à la Mafia. Adolescent dans les années cinquante, il commence par travailler pour le compte de Paul Cicero et voue une grande admiration à Jimmy Conway, qui a fait du détournement de camions sa grande spécialité…

Mon avis : Réalisé en 1990, Les Affranchis reste l’un des incontournables films de gangsters réalisés. C’est aussi un condensé du cinéma de Scorsese et un petit manuel du cinéaste en herbe : la caméra virtuose du réalisateur (plans séquences, mouvements à la grue…) et la musique omniprésente (Eric Clapton, Rolling Stones…) capte à merveille la frénésie d’un milieu qui ne compte que sur ses propres règles. Si la description de ce monde brutal a de quoi fasciner par son arrogance et ses caractères bien trempés, la vision de Scorsese s’apparente à celle d’un moraliste : il n’hésite pas à montrer le pire que peu produire ce milieu assez paranoïaque, à travers le personnage de Joe Pesci, imprévisible et complètement dérangé. Le film contient d’ailleurs des scènes assez violentes (Les Affranchis fut interdit au moins de 16 ans à sa sortie), mais le réalisateur ne sombre pas dans la complaisance fun. Grand directeur d’acteurs, Scorsese a su constituer un trio inoubliable.

Pour l’anecdote, la propre mère de Scorsese apparaît dans le film dans le rôle de la mère de Joe Pesci…

 

Repost 0
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 08:50

Juge-coupable.jpg

 

De : Clint Eastwood

Avec : Clint Eastwood, Diane Venora, Bernard Hill

L’histoire : Un noir américain est condamné à la peine capitale pour le meurtre d’une jeune caissière enceinte. Le journaliste Steve Everett doit écrire un article sur sa dernière journée...

Mon avis : Clint contre le reste du monde, c’est une situation qu’on adore. Ici, le personnage caractéristique incarné par Eastwood (intelligent, acharné, bourré de failles, aimant les femmes et les boissons fortes et presque antipathique) est pourtant du bon côté. Le réalisateur nous emporte dans un contre-la-montre au rythme tranquille ayant tous les ingrédients pour un excellent thriller malgré une fin sans vraie surprise. Ce suspense est entrecoupé de scènes amusantes, comme celle où le rédacteur en chef (James Woods) dit ses 4 vérités à Everett ou celle du "zoo express" mettant en scène le journaliste pressé et sa très jeune fille. Servi par le talent d’Eastwood et par un joli casting, avec une mention spéciale pour Isaiah Washington et Diane Venora (qui a aussi joué Chan Parker dans Bird), ce film "familial" (Francesca Fisher-Eastwood qui joue la fille d’Everett est effectivement sa fille dans la vie, et sa mère - compagne de Clint à l’époque - joue le personnage de Cecilia Nussbaum), et humaniste, à l’opposé d’un Inspecteur Harry plus cinglant, nous livre un plaidoyer efficace contre la peine de mort. Dans la veine Des Pleins Pouvoirs, ou de Créance de Sang, Jugé Coupable est bon film mais un Eastwood relativement mineur.

Repost 0
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 08:33

le-soliste.jpg

 Cordes sensibles

De : Joe Wright

Avec : Robert Downey Jr, Jamie Foxx…

L’histoire : Fasciné par la musique qu'un sans-abri arrive à produire avec son violon à deux cordes, Steve Lopez, chroniqueur au Los Angeles Times, gagne la confiance de ce musicien asocial et schizophrène…

Mon avis : Délaissant les films historiques en costumes pour un mélo urbain et contemporain, Joe Wright (Orgueil et Préjugés, Reviens-moi) change de registre avec réussite. Inspiré d’une histoire vraie, Le Soliste est une étonnante histoire d’amitié entre deux hommes que tout oppose : un journaliste paumé et un SDF surdoué en musique. La grande qualité du film est d’abord d’avoir su éviter les larmes faciles et le pathos dégoulinant. Sa mise en scène reste à hauteur d’hommes (sauf une fois, lorsque Wright s’emballe et se permet un lyrisme too much, comparant les joies d’écouter la belle musique avec une envolée d’oiseaux) et le film se permet même de surprendre avec cette étonnante description du monde des SDF à Los Angeles, et des services sociaux qui les accompagnent. Bien sûr, on peut être insensible au jeu de Jamie Foxx mais l’acteur a le mérite de ne pas en faire des caisses (si, si, il aurait pu !). Quant à Robert Downey Jr, il s’avère brillant une fois de plus. Bref, Le Soliste est un film solide et humain, mais il est vrai que l’on aurait aimé être davantage touchés par cette histoire assez unique…

Repost 0
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 08:57

Last-Night.jpg

 

De : Massy Tadjedin

Avec : Keira Knightley, Sam Worthington, Guillame Canet, Eva Mendes…

L’histoire : Un couple, séparé pour une soirée, doit faire face à la tentation de tromper son conjoint…

Mon avis : Last Night n’aurait pu être qu’une énième et banale histoire d’adultère, mêlant jalousie et mensonges. Mais Massy Tadjedin a plutôt choisi de s’intéresser à ce qui amène ses personnages à flirter avec l'acte, entre jeu sexuel et tentative un peu désespérée de renouer avec les passions d’antan. Bien écrit et crédible, le film évite assez subtilement les clichés inhérents à ce type d’histoire. Il permet en outre d’aborder la question au combien délicate : la fidélité n’est-elle que physique ? La fin, laissée en suspens frustrera maints spectateurs mais ouvrira sans doute à la discussion tant la réalisatrice n’expose pas de jugement moral. Servi par un casting de luxe (Keira Knightley belle comme dans une pub Chanel et le viril Sam Worthington qui délaisse enfin les blockbusters bourrins comme Terminator Renaissance ou Avatar pour aller vers plus de nuance et de subtilité) ainsi que par une jolie musique signée Clint Mansell (aussi à l’origine de celle de Black Swan, sorti ce mois-ci), ce premier film n’est pas parfait (multiplication de jump-cut et rythme inégal) mais c’est un joli galop d’essai qu’il convient de découvrir…

Repost 0
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 09:56

Usual-Suspect.jpg

 

De : Bryan Singer

Avec : Gabriel Byrne, Kevin Spacey, Stephen Baldwin, Benicio Del Toro…

L’histoire : Keyzer Söze, légende du crime, force cinq truands à monter un coup extrêmement risqué, avec 91 millions de dollars à se partager en cas de réussite…

Mon avis : Thriller alambiqué dont le dénouement s'avère littéralement scotchant, Usual Suspects est devenu une référence en la matière. D'ailleurs, Christopher McQuarrie a été récompensé par l’Oscar du meilleur scénario et le film a même été présenté à Cannes en 1995. Sans vouloir jouer au rabat-joie, ce film devenu culte, a un peu le défaut de ses qualités : le scénario est complexe, si bien qu'il est parfois difficile pour le spectateur de s'y retrouver, entre le nom des (nombreux) personnages et la mise en place des différentes magouilles, jusqu’à la révélation finale... brillante, il faut le dire. Une seconde vision est presque nécessaire pour comprendre ce jeu d'échecs et les indices laissés par Singer. Par ailleurs, comme tout grand film basé sur la manipulation, Usual Suspects peut également se lire comme un bel hommage au cinéma. Le casting a sans doute fait beaucoup dans le succès du film, avec notamment  la performance du très classe Gabriel Byrne (trop rare à l'écran !) et de Kevin Spacey, récompensé par l’Oscar du meilleure second rôle. Usual Suspects restera encore longtemps comme une référence en matière de film noir contemporain, et cela s'avère d'autant plus légitime que le film, qui a déjà 16 ans, passe très bien l'épreuve du temps. Pour l'anecdote, signalons que Bryan Singer avait caché la véritable identité de Keyzer Söze aux comédiens pendant toute la durée du tournage...

Repost 0
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 08:34

Pleins-feux-sur-Clint-Eastwood.jpg

Documentaire sorti en 2001, qui s’arrête donc avec Space Cowboys, Pleins feux sur Clint Eastwood est composé d’interviews très intéressantes de gens très différents : de Margareth Wood, maman de Clint, à Michael Henry Wilson son biographe officiel, en passant par Curtis Hanson, Martin Scorsese et de nombreux acteurs ayant travaillé avec Eastwood, entrecoupées de commentaires d’un vieil ami de l’acteur-réalisateur : Morgan Freeman. Clint lui-même raconte ses souvenirs, de nombreuses anecdotes et explique certains de ses choix.

Du début tardif de sa carrière, à son passage derrière la caméra, puis la reconnaissance avec Impitoyable, de son amour inconditionnel du jazz à la composition de ses propres bandes son, tous les moments clés de sa carrière sont étudiés.

Seul regret : que le documentaire n’ai pas été actualisé avec des interviews sur ses dernières grandes œuvres.

La sortie d’un nouveau film étant toujours l’occasion de vendre livres et hors-séries, nous vous recommandons tout celui des Inrocks 2 dédié au réalisateur et sobrement intitulé Clint Eastwood, Un géant à Hollywood. Vendu avec, un CD de 10 musiques de Ennio Morricone issues de Et pour quelques dollars de plus et Le Bon, la Brute et le Truand.

Au niveau des livres, Eastwood par Eastwood est un must, uniquement composé de longues interviews avec Michael Henry Wilson, sur une durée de 38 ans (de 1971 à 2009).

Et Clint, de Richard Schickel est une mine d’informations et d’anecdotes sur chaque film dans lequel Clint a tourné, classés par date.

Repost 0
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 10:21

After-hours-copie-1.jpg

 

De : Martin Scorsese

Avec : Griffin Dunne, Rosanna Arquette...

L’histoire : Paul, un informaticien timide, part pour un rendez-vous tardif avec une femme qu'il vient juste de rencontrer, dans le quartier de Soho. Sa soirée va rapidement tourner au cauchemar…

Mon avis : Réalisé en 1985, After Hours est un film assez déroutant dans la carrière de Scorsese. En le réalisant en quarante jours, ce dernier voulait retrouver l’esprit du cinéma indépendant, celui qui l’animait pendant le tournage de Taxi Driver. Le film est surtout une plongée angoissante dans le monde d’un quartier particulier, où tout semble possible, surtout le pire. Le milieu urbain est pour Scorsese un véritable générateur de fantasmes et de bizarreries en tous genres, sans doute un héritage de son éducation catholique. Le personnage de Paul, essentiellement mû par le désir de passer une nuit avec une jeune femme rencontré dans un bar, va de fait rencontrer toute une flopée d’oiseaux de nuit bien frappadingues, et essentiellement féminins. Rappelons que le quartier arpenté par ce pauvre Paul était en 1985 un quartier de lofts principalement habité par des artistes. Y aurait-il ici un petit message latent sur le fait que les artistes sont moins fréquentables que leurs œuvres ? En tout cas, After Hours n’est certes pas l’un des films majeurs du maître, mais cette ballade kafkaïenne vaut tout de même pour la vivacité de sa mise en scène, d'ailleurs récompensée du Prix de la mise en scène à Cannes cette année-là.

Repost 0
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 14:16

black-swan.jpg

 Ballet magique

De : Daren Aronofsky

Avec : Natalie Portman, Mila Kunis, Vincent Cassel…

L’histoire : Nina est ballerine au sein du très prestigieux New York City Ballet. Sa vie, comme celle de toutes ses consœurs, est entièrement vouée à la danse. Lorsque le directeur artistique de la troupe, décide de nommer Nina pour le rôle titre de leur nouveau spectacle, Le Lac des Cygnes, la jeune femme timide va découvrir le côté sombre de sa personnalité…

Mon avis : Depuis sa présentation à la Mostra de Venise 2010, on entendait beaucoup parler du cinquième film de Aronofsky. Et l’on n’est pas déçus de l’avoir entendu si longtemps : Black Swan est une plongée saisissante dans l’univers d’une danseuse de ballet qui donne tout pour son art. Le film n’est pas si éloigné du Wrestler : même idée du corps comme dépassement de soi, même façon de filmer au plus près des personnages pour rendre compte de leurs émotions. Par moments, on regrette un peu le grain de l’image mais Aronofsky ne veut pas faire joli. Il veut juste nous faire partager les émotions de Nina, et montrer combien le besoin de perfection peut mener à la perte de soi. L’image n’est pas parfaite donc, mais le travail sur le son est en revanche assez impressionnant. En filigrane, le réalisateur nous dessine un portrait plus qu’impitoyable du monde du spectacle, et il n’est pas interdit d’y faire un parallèle avec le monde du cinéma, son besoin de contrôle, ses rapports humains souvent conflictuels et surtout le caractère souvent éphémère de carrières trop basées sur le physique. La réalisation d’Aronofsky est impressionnante, mais Black Swan ne serait pas aussi fascinant sans la performance inouïe de Natalie Portman (récompensée aux Golden Globes et aux Oscar). Performance physique, bien sûr, mais qui n’efface en rien la qualité de son jeu (la scène où elle appelle sa mère pour annoncer qu’elle est danseuse étoile en est une parmi tant d’autres). Black Swan est un film intelligent, dérangeant et très prenant. Une perle noire, en somme…

Repost 0