Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Wikio - Top des blogs - Cinéma

Rechercher

Présentation

Bonjour,

Sur ce blog, on peut trouver différentes rubriques :

     - Les films d'avril : présentation de nos projets 
     - Critiques ciné : notre avis sur les films qui sont à l'affiche
     - Classiques : critiques de films relativement anciens

     - Filmographies : filmographies des acteurs et réalisateurs qui font l'actualité

     - Qui qu'a joué qui ? : noms des acteurs ayant prêté leur visage et/ou leur voix à des personnages connus

     - Dans quoi c'est-y donc que je l'ai vu ? : rubrique consacrée aux acteurs assez peu connus, souvent seconds rôles, dont on ne connait jamais le nom

     - Verbatim : chaque dimanche, une citation en lien avec les sorties de la semaine... ou non

     - Affiches : certaines affiches de films se ressemblent étrangement. Hommage, coïncidence ou copie ? A vous de juger
     - Actualité : fait d'actualité du cinéma qui nous a marqué

     - Billets d'humeur : nos coups de gueule et réactions à tout ce que nous pouvons lire/voir/entendre

D'autre part, les suggestions de critiques et/ou filmographies sont les bienvenues !
Suite à la consultation des mots clés qui vous amènent sur ce blog, nous vous informons que vous pouvez toujours nous contacter pour nous demander qui jouait "bidule" dans tel film et, si on a la réponse, on vous répondra...
N'hésitez pas à donner votre avis ou a faire des remarques : ce blog est fait pour vivre !

Présentation

Les Films d'avril est le nom que nous avons donné a notre pseudo-boîte de production (qui en réalité n'a pas un rond). Nous réalisons donc des courts métrages que vous pouvez voir sur ce blog, mais surtout, nous sommes CINEPHAGES.
Et comme nous voyons pas mal de films au cinéma, mais aussi en DVD, nous nous permettons de vous donner notre avis en essayant de rester positifs (parce qu'on a pu toucher du doigt l'inverstissement colossal que représente un film, même court, et qu'on n'est pas des critiques frustrés) !

Notre système de notation est le suivant :
 A voir séance tenante
 A ne pas rater
 Se laisse regarder
 Mouais
 Vraiment pas terrible
 Passez votre chemin
Quoi qu'il arrive, n'hésitez pas à donner votre avis ou à émettre des requêtes. Pour cela, vous pouvez nous joindre en laissant un commentaire (ça fait toujours plaisir) ou en nous écrivant :
lesfilmsd.avril@free.fr.
A bientôt !

7 février 2009 6 07 /02 /février /2009 20:50

 
Avec : Vivien Leigh, Marlon Brando, Kim Hunter...

L'histoire : Blanche vient rejoindre sa sœur, Stella, à la Nouvelle Orléans. Son mari, Stanley n'apprécie ni les manières ni le passé de sa belle-sœur.

Mon avis : Adaptation de la pièce éponyme de Tennesse Williams, le film vaut surtout pour la performance de Marlon Brando. Dans une ambiance trouble où les femmes sont soit hystériques soit soumises, et les hommes primaires, il parvient à concilier la brute épaisse avec une sensualité féline à laquelle aucune femme ne pourrait résister. Et c'est bien là l'intérêt de son personnage : on déteste ses manières mais il rend l'homme attachant et presque fragile. Le vrai problème, c'est que Brando vieillit le jeu de ses partenaires, et particulièrement celui de Vivien Leigh. Je veux bien que le sur jeu fasse partie de son personnage, mais c'est un peu trop théâtral à mon goût. Bref, un classique qui a vieilli sur certains points (le rythme, les personnages assez caricaturaux) mais sur lequel souffle étonnement un je ne sais quoi d'audacieux (les dialogues, truffés de connotations sexuelles et... le jeu de Brando bien sûr !).

Repost 0
7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 16:42

Avec : Ava Gardner, Humphrey Bogart...

L'histoire : Repérée dans un bar de Madrid, la jeune et indépendante Maria Vargas est choisie par un producteur débutant pour devenir la nouvelle grande star d'Hollywood. Mais Maria découvrira que la vie d'actrice n'est pas aussi épanouissante qu'elle l'avait espérée...

Mon avis : Réalisé en 1954 par Joseph Mankiewicz, La Comtesse aux pieds nus montre bien le miroir aux alouettes que peut être l'industrie hollywoodienne. Teinté d'amertume, le film ne sombre heureusement pas dans un cynisme hypocrite. Certains personnages comme le scénariste-réalisateur Harry Dawes (épatant Bogart) montrent que le cinéma, même commercial, est l'affaire de professionnels et d'amoureux du Septième art. Surtout, au grès des différents flashbacks et des narrateurs (dont l'un n'est pas vraiment essentiel) le film laisse transparaître le portait d'une femme moderne que peu d'hommes (un seul ?) réussiront à comprendre. Difficile de voir ainsi une autre actrice que Ava Gardner dans le rôle. Même s'il est un tantinet bavard, La Comtesse aux pieds nus garde pourtant un fort pouvoir d'attraction : son casting de rêve et l'efficacité de la mise en scène (superbe premier plan) en font indéniablement un classique.

Repost 0
14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 21:24

commentvoler.jpg Etoiles et toiles

Avec : Audrey Hepburn, Peter O’Toole...

L’histoire : Un amateur d’art se plait à copier des chefs d’œuvres, jusqu’au jour où l’un de ses faux se retrouve dans un musée, obligé de se soumettre à l’œil des experts pour être assuré. Il faut donc le récupérer à tout prix, ce que sa fille va s’employer à faire…

Mon avis : Comment voler un million de dollars est à l’image de son actrice principale : frais, rafraîchissant et terriblement divertissant. Dans un Paris de carte postale comme savent si bien le faire les américains, entre tenues ultra chics et voitures aux lignes épurées. Une histoire de casse dans un musée est déjà réjouissant, mais quand il s’agit de voler une copie dont on est propriétaire, ça devient totalement farfelu ! L’élégant duo d’acteurs s’amuse et nous aussi. Un film peu connu et une vraie bonne surprise.

Repost 0
11 novembre 2007 7 11 /11 /novembre /2007 15:31

sabrina.jpg Quand Audrey rencontre Humphrey
Avec : Audrey Hepburn, Humphrey Bogart, William Holden...
L’histoire : Sabrina, fille du chauffeur d’une famille fortunée est amourachée du fils cadet de ses riches employeurs. Son père l’envoie étudier la cuisine à Paris dans l’espoir que cette amourette lui passe.
Mon avis : Bon d’accord, quand on adore Hepburn et Bogart comme moi, on peut difficilement trouver a redire à ce film. Mais ces acteurs ne sont pas les seuls point forts. Présentée comme un conte de fée, l’histoire ne s’embarrasse pas de crédibilité, et c’est aussi ce qui fait son charme. Dans un Paris suggéré (Tour Eiffel, Sacré Cœur…), Hepburn est pétillante et incroyablement fraîche, on comprend les deux frangins… La vie en rose est le thème musical principal de ce film qui se termine en effet au mieux. En VO, les deux légendes s’essayant au français sont trop mignonnes. Bref c’est excellent, vieillot à point et gracieux à la fois !

Repost 0
31 mai 2007 4 31 /05 /mai /2007 11:55
mainbasse.jpg
bien.gif Petites combines entre amis
Avec : Rod Steiger…
L’histoire: Poussée par l'entrepreneur Nottola, la municipalité de Naples utilise des terrains agricoles pour lancer le construction d'un gigantesque programme immobilier. Mais la proximité du chantier provoque l'écroulement d’un vieil immeuble et la mort d'un enfant. Cet accident va déclencher de vives polémiques au moment même où de nouvelles élections se préparent…
Mon avis: Réalisé en 1963, ce film de Franceso Rosi est souvent cité comme une référence en matière de film politique. Cela est tout à fait légitime d’ailleurs, dans son traitement surtout : Main basse sur la ville impressionne par sa description implacable du monde politico- financier de Naples. Refusant tout spectaculaire (excepté dans la scène dramatique de l’effondrement de l’immeuble en début de film), l’aspect documentaire choisi par le réalisateur transforme le spectateur en petit mouche des arcanes du pouvoir. Mais l’on peut aussi regretter ce parti pris, puisque l’identification du spectateur n’est pas de mise. On regarde, on est étonné, atterré même, mais pas vraiment impliqué. Rosi ne tombe pas dans le piège nauséabond de « tous pourris », mais il est évident que le monde politique n’en ressort pas grandi : les méchants profiteurs de droite se font toujours plus de fric, et les gentils idéalistes de gauche sont bien impuissants… Un brin manichéen non ?
Repost 0
29 mai 2007 2 29 /05 /mai /2007 12:08
 Tableaux d'un maître

 

De : Roberto Rosselini
Avec : Carmela Sazio, Benjamin Emmanuel…
L’histoire : Six histoires sur la libération de l’Italie en 1944…
Mon avis : Tourné au lendemain de la seconde guerre mondiale, Paisà est constitué de six tableaux auxquels sont ajoutées des image d’époque. Il en ressort un formidable kaléidoscope de la nature humaine. Car s’il n’y a pas vraiment de héros dans Paisà, il est difficile de na pas être touchés par ces petits portraits de gens ordinaires (soldats, paysans résistants, prostituées, prêtres…) dont le destin sera évidemment bouleversé par la guerre. Peu importe si Rosselini ne développe la psychologie des personnages. Le projet ne le permettait sans doute pas. Il règne néanmoins dans ce film une ambiance d’urgence, de chaos et d’incompréhension dont les conséquence seront la plupart du temps tragiques. Le film montre bien comment les langues et les idées reçues n’ont pas dû rendre les choses faciles au moment de l’arrivée des américains sur le sol italien. Le réalisateur semble soucieux de mettre à mal ces clichés culturels ou religieux, comme dans cette scène dans un monastère italien où les frères sont paniqués à l’idée d’héberger malgré eux des aumôniers protestant et juif. Paisà est sans conteste une formidable incursion dans le néo-réalisme.
Repost 0
20 mai 2007 7 20 /05 /mai /2007 18:56
diamants.jpg
genial.gif Les diamants sont éternels !
Avec : Audrey Hepburn, George Peppard...
L’histoire: Une jeune femme bohème et à la vertu peu contrariante fait la connaissance de son voisin écrivain et légèrement gigolo…
Mon avis : Le film de Blake Edwards est fondamentalement lié à la grâce de Audrey Hepburn qui a toujours considéré que ce rôle n’était pas pour elle ! Truman Capote, qui n’avait pas aimé cette adaptation de son court roman, avait d’ailleurs songé à Marilyn Monroe. Réalisé en 1961, le film possèdent certains passages qui ont certes un peu vieilli (je pense à ceux avec Mickey Rooney en voisin chinois et énervé), mais Diamants sur canapé (Breakfast at Tiffany’s en VO) possède ce charme un peu désuet qui rime avec légèreté. Le film ne cache pas une certaine tendresse pour ses personnages qui utilisent leurs charmes en attendant mieux. Bien sûr, ce n’est pas appuyé mais c’est malgré tout évident tout en évitant le pathos et le graveleux. Emouvant comme la fameuse chanson Moon River (de Henri Mancini) et classe comme Audrey, Diamants sur Canapé et aussi pétillant que des bulles de champagne.
Repost 0
26 avril 2007 4 26 /04 /avril /2007 10:57

 Télé poubelle

Avec : William Holden, Faye Dunaway, Peter Finch...

L’histoire : Fin des années 70, un présentateur du journal télévisé sur le point d’être éjecté pour manque d’audience menace de suicider en direct…

Mon avis : Satire féroce de la télé, Network a 30 ans d’âge mais demeure toujours d’actualité. Sur un scénario complexe, Sidney Lumet accuse la télé de tirer la société vers le bas, via ses programmes racoleurs et outranciers, mais assurément lucratifs. On voit bien que les auteurs des Guignols ont pompé allégrement sur ce film pour créer la fameuse World Company, conglomérat super puissant dont les têtes dirigeantes, capitalistes assoiffés et manipulateurs, sont prêts à tout. La scène d’explication entre le super patron et le présentateur fou a d’ailleurs  terriblement vieilli et c’est sans doute le rare moment dans le film où Lumet manque de nuance. Mais en définitive, tout le monde en prend pour son grade, des journalistes soumis aux terroristes cocos vendant leurs vidéos pour se faire du blé…Ce jeu de massacre s’appuie sur une distribution solide (étonnant Peter Finch) mais souffre de longueurs et de bavardages superflus. Mais Network n’a en rien volé son image de film prophétique.

 

Repost 0
19 avril 2007 4 19 /04 /avril /2007 18:28

 Ballet royal

Avec: Anton Walbrook, Moira Shearer

L’histoire : Vicky, danseuse, et Julian, compositeur, sont engagés dans une troupe de ballet, menée par le célèbre directeur Boris Lermontov. Ce dernier, sous le charme de Vicky, ira jusqu’à pousser la jeune femme à sacrifier son amour pour Julian…

Mon avis : Réalisé en 1947 par le tandem Michael Powell et Emeric Pressburger, Les Chaussons Rouges est une avant tout une réflexion sur l’art et les sacrifices qu’il implique. Si le film dépeint avec un brio technique indiscutable la vie d’une compagnie de ballet, il ne cache jamais les heures de labeur et autres séances de travail indispensables pour tutoyer les sommets. Il bénéficie aussi d’une galerie de personnages passionnés aux multiples facettes (rigidité, jalousie, amitié s’entremêlant sans cesse) dont le plus intéressant est peut-être le directeur de troupe Lermontov, même si le chef d’orchestre, moins présent à l’image, est pas mal non plus dans le genre glacial qui fout les jetons. Le film est aussi célèbre pour son film-dans-le-film, à savoir un ballet de 17 minutes illustrant le conte d’Andersen éponyme, et par lequel le spectateur semble projeté dans un autre monde. Il est possible que certains spectateurs  puissent décrocher à ce moment précis (ce fut mon cas) malgré la qualité de la mise en scène : cette incursion dans l’imaginaire, terrain propice à l’expérimentation, manque inévitablement d’enjeu pour les néophytes, dont je fais partie, d’autant plus que le point de vue est incertain. A voir cependant parce que les films de cette période ont toujours quelque chose de magique…

Repost 0
26 mars 2007 1 26 /03 /mars /2007 14:52

 C'est beau mais c'est long!

Avec : Audrey Hepburn, Rex Harrison…

L’histoire: Début 20ème siècle, en Angleterre. Un professeur de phonétique rencontre en marchande de fleurs goailleuse. Suite à un pari, il décide d'en faire une grande dame…

Mon avis: Ce film de George Cukor, réalisé en 1964, est une oeuvre visuelle admirable. Tourné en 70mm, My fair lady regorge de plans stupéfiants, malgré le côté « théâtre » de l’entreprise, adaptation de la célèbre pièce de George Bernard Shaw Pygmalion. Audrey Hepburn est épatante et Rex Harrison amusant. Petit hic : le film est désespérément long (2h40 !) pour une histoire aussi limpide. Les chansons sont belles mais ralentissent un film qui n’avait peut-être pas besoin d’autant d’intermèdes musicaux. Ce qui est censé enchanter devient assez vite agaçant. Dommage…

Repost 0