Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Wikio - Top des blogs - Cinéma

Rechercher

Présentation

Bonjour,

Sur ce blog, on peut trouver différentes rubriques :

     - Les films d'avril : présentation de nos projets 
     - Critiques ciné : notre avis sur les films qui sont à l'affiche
     - Classiques : critiques de films relativement anciens

     - Filmographies : filmographies des acteurs et réalisateurs qui font l'actualité

     - Qui qu'a joué qui ? : noms des acteurs ayant prêté leur visage et/ou leur voix à des personnages connus

     - Dans quoi c'est-y donc que je l'ai vu ? : rubrique consacrée aux acteurs assez peu connus, souvent seconds rôles, dont on ne connait jamais le nom

     - Verbatim : chaque dimanche, une citation en lien avec les sorties de la semaine... ou non

     - Affiches : certaines affiches de films se ressemblent étrangement. Hommage, coïncidence ou copie ? A vous de juger
     - Actualité : fait d'actualité du cinéma qui nous a marqué

     - Billets d'humeur : nos coups de gueule et réactions à tout ce que nous pouvons lire/voir/entendre

D'autre part, les suggestions de critiques et/ou filmographies sont les bienvenues !
Suite à la consultation des mots clés qui vous amènent sur ce blog, nous vous informons que vous pouvez toujours nous contacter pour nous demander qui jouait "bidule" dans tel film et, si on a la réponse, on vous répondra...
N'hésitez pas à donner votre avis ou a faire des remarques : ce blog est fait pour vivre !

Présentation

Les Films d'avril est le nom que nous avons donné a notre pseudo-boîte de production (qui en réalité n'a pas un rond). Nous réalisons donc des courts métrages que vous pouvez voir sur ce blog, mais surtout, nous sommes CINEPHAGES.
Et comme nous voyons pas mal de films au cinéma, mais aussi en DVD, nous nous permettons de vous donner notre avis en essayant de rester positifs (parce qu'on a pu toucher du doigt l'inverstissement colossal que représente un film, même court, et qu'on n'est pas des critiques frustrés) !

Notre système de notation est le suivant :
 A voir séance tenante
 A ne pas rater
 Se laisse regarder
 Mouais
 Vraiment pas terrible
 Passez votre chemin
Quoi qu'il arrive, n'hésitez pas à donner votre avis ou à émettre des requêtes. Pour cela, vous pouvez nous joindre en laissant un commentaire (ça fait toujours plaisir) ou en nous écrivant :
lesfilmsd.avril@free.fr.
A bientôt !

8 octobre 2010 5 08 /10 /octobre /2010 19:39

un-homme-est-passe.jpg

 

De : John Sturges

Avec : Spencer Tracy, Robert Ryan…

L’histoire : 1945. Un homme en costume sombre débarque à Bad Rock, petite ville perdue de l’Ouest. Mais les locaux, qui n’aiment pas beaucoup les étrangers, se demandent ce que l’homme est venu faire sur leurs terres…

Mon avis : Réalisé en 1954 par John Sturges (Les Sept Mercenaires, Réglements de comptes à OK Corral), Un Homme est passé est un habile mélange entre western et suspense psychologique. C’est surtout une dénonciation courageuse et sans faille de la connerie des petites villes de l’Ouest où règne l’ignorance et la bêtise (le film évoque le racisme primaire envers les Nippo-Américains), et dans lesquelles le lynchage est considéré comme une forme de justice. Le cadrage est d’une maîtrise qui étonne encore : les personnages souvent filmés en plans d’ensemble où moyens semblent autant coincés dans leurs certitudes que dans le superbe Cinémascope du film. La distribution, essentiellement masculine est pas mal non plus : Spencer Tarcy, Robert Ryan, Lee Marvin… Seule la musique semble avoir difficilement passé les années, mais c’est aussi ce qui fait le charme de ces films hollywoodiens. Bref, un véritable « petit » (soixante dix-huit minutes seulement) classique qui mérite le coup d’œil.

Repost 0
Les Films d'avril - dans Classique
commenter cet article
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 10:42

le vent de la plaine 
De : John Huston

Avec : Audrey Hepburn, Burt Lancaster, Lilian Gish…

L’histoire : Une famille de fermiers américains voit sa vie bouleversée quand la vérité éclate sur les origines indiennes de la plus jeune d’entre eux…

Mon avis : Le Vent de la plaine est un western bancal, souffrant d’un rythme bien inégal, d’un jeu trop appuyé et de la musique souvent pénible de Dimitri Tiomkin. Paradoxalement, le film se tire par moments une balle dans le pied : la thématique dénonce le racisme anti-indien (« red niggers » selon des fermiers) mais la fin du film montre une famille de visages pâles les tuant sans une once de discernement.  En tant que spectateur, notre cœur pencherait plutôt pour la cause de ces Indiens décidés à récupérer une des leurs. Heureusement, le film contient de bons moments (le domptage de chevaux, le piano devant la maison de fermiers, les apparitions fantomatiques du mystérieux cavalier) et l’on sent bien que le réalisateur a essayé de donner à son film un aspect réaliste dans la vie de ses courageux colons. Mais on a connu John Huston plus inspiré. Pour sa défense, on pourrait croire qu’un léger vent de la malédiction a soufflé sur cette curiosité cinéphilique : Hepburn tomba de cheval (provocant quelques mois plus tard une fausse couche) et dut porter un corset pendant le tournage, trois techniciens trouvèrent la mort pendant sur le tournage, et les engueulades Huston-Lancaster  n’ont sans doute rien arrangé. Pour info, le frère de Lancaster est interprété par Audie Murphy, le soldat américain le plus décoré pendant la Seconde Guerre mondiale. Et puis c’est le seul western de la sublime Audrey…

Repost 0
Les Films d'avril - dans Classique
commenter cet article
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 17:27

Magnum-Force.jpg

 Harry beau

De : Ted Post

Avec : Clint Eastwood, Hal Holbrook, Mitchell Ryan...

L'histoire : San Francisco, début des années 70. Suite à de nombreux assassinats de justiciables qui échappent à la prison, l'inspecteur Harry Callahan reprend du service...

Mon avis : Deuxième opus des aventures de l'inspecteur Harry, Magnum Force ne lésine pas sur ce qui a fait le succès du premier : un inspecteur ironique, entêté et un brin violent. Réponse aux nombreuses critiques du premier, le film pose la question du rôle des policiers : doivent-ils palier les manques de la justice ou respecter ses décisions ? Pour le charismatique Clint Eastwood, qui campe à merveille un cow-boy citadin honnête mais désabusé, le choix est fait et sera l'occasion de nombreuses fusillades et courses poursuites. Le scénario est un peu prévisible, mais ne manque ni de suspense (avec des rebondissements et un twist final) ni de second degré. Quand à la réalisation, Ted Post s'amuse avec des cadrages recherchés pour nous mettre au plus près de l'action, et son anthologique scène d'ouverture multi-citée depuis.

Repost 0
Les Films d'avril - dans Classique
commenter cet article
20 juin 2010 7 20 /06 /juin /2010 11:30

Merlin-l-enchanteur.jpg

De : Wolfgang Reitherman

Avec les voix de : Jean-Dominique Maurin, Alfred Pasquali, René Hiéronimus…

L’histoire : Dans l’Angleterre du Moyen Age, le mage Merlin prend le jeune Arthur sous son aile et décide de l’éduquer à l’aide de ses pouvoirs magiques…

Mon avis : Sorte de préquel de la légende d’Arthur et des Chevaliers de la Table Ronde, la production Disney de 1963 est pour moi un pur chef d’œuvre. Si l’animation peut sembler brouillonne, ces traits imparfaits sont justement ce qui me plait : ils ajoutent un certain charme et n’altèrent en rien la fluidité des mouvements. Cette « patte » de Wolfgang Reitherman se retrouve d’ailleurs dans toutes ses réalisations : des Aventures de Bernard et Bianca à Robin des Bois en passant par Les Aristochats et Le Livre de la Jungle.

Le parti pris de la capacité de Merlin à voyager dans le temps est source d’anachronismes assumés et très amusants. L’humour est omniprésent et le second degré bienvenu : Merlin plus drôle que dans mes souvenirs, mais heureusement nettement moins jeté que dans Shrek Le Troisième.

A noter : Merlin l’enchanteur est le dernier long métrage d’animation entièrement supervisé par Walt Disney (décédé en 1966), puisque Mary Poppins (1964) fut majoritairement réalisé en prises de vues réelles.

 

Repost 0
Les Films d'avril - dans Classique
commenter cet article
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 15:14

brigadoon.jpg

 Décors en kilt

De : Vincente Minnelli

Avec : Gene Kelly, Cyd Charisse…

L’histoire : Deux chasseurs new-yorkais s’égarent dans les Highlands écossais et découvrent un village qui ne réapparaît qu’une journée tous les cent ans…

Mon avis : Comédie musicale réalisée en 1954, Brigadoon est l’adaptation d’une pièce de Broadway qui fut un triomphe en 1947. Ce conte de fées entièrement tourné en studio joue délibérément la carte de la naïveté et de la féerie. Alors forcément, cela peut passer pour très vieillot. D’autant plus que les nombreuses chorégraphies et chants de la première heure du film ralentissent une intrigue pourtant pleine de fraîcheur. Mais les décors artificiels des Highlands sont un régal pour les yeux, et la mise en scène de Minnelli, qui privilégient de nombreux plans séquences pour les danses, est d’une fluidité remarquable. Voilà typiquement le genre de film qui trouve toute sa valeur esthétique sur un grand écran, ce que nous n’avons pas pu expérimenter, hélas (d’autant plus que les sous-titrages de la version DVD actuellement sur le marché sont plus que médiocres, avec une phrase sur trois sous-titrée !). Un bémol pour les admiratrices du grand Gene : à aucun moment ce dernier ne revêt de kilt…

Repost 0
Les Films d'avril - dans Classique
commenter cet article
27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 10:05

Un-Americain-a-Paris.jpg

 

De : Vincente Minnelli

Avec : Gene Kelly, Leslie Caron, Oscar Levant...

L’histoire : Jerry Mulligan est un peintre américain sans le sou resté en France après la libération. Sa vie va être bouleversée par la rencontre de deux femmes : une riche héritière et une jolie française…

Mon avis : Il est toujours très agréable de voir un film américain tourné dans un Paris de carton pâte, d’autant plus quand lesdits américains alignent deux mots de français pour l’exotisme. Récompensé par six Oscar en 1952 (meilleure direction artistique, meilleure photo, meilleurs costumes, meilleure musique, meilleur scénario orignal) pour 8 nominations, par le Grand Prix du Jury de Cannes pour Minnelli et le Gloden Globe du meilleur film musical, ce n’est pas la peine de rappeler le succès du film à l’époque de sa sortie. A ceci s’ajoute le sémillant et charmeur Gene Kelly qu’on adore voir danser et chanter. Mention spéciale à la scène au bord de la Seine, à laquelle il est d’ailleurs fait référence dans Charade. La musique de Gershwin est magnifique, les numéros dansés incroyables, mais le scénario est un peu léger, avec l’habituel triangle amoureux, et peine à avancer à cause de certains (très) long numéros musicaux, comme les 15 minutes de reconquête imaginaire de Jerry : très joli morceau de bravoure cinématographique, certes, mais pas vraiment nécessaire à l’intrigue. Résultat : un film mignon tout plein, mais dont le rythme a pris un petit coup dans l’aile : plus proche d’Un jour à New York que de Chantons sous la pluie, et nettement moins drôle que Le Pirate… Mais, bon, ça reste quand même Minnelli !

Repost 0
Les Films d'avril - dans Classique
commenter cet article
24 avril 2010 6 24 /04 /avril /2010 16:09

charade.jpg

 Mon premier est un félin domestique, mon deuxième peut être des villes ou des champs, mon troisième est une paire et mon tout est une forme de devinette

De : Stanley Donen

Avec : Audrey Hepburn, Cary Grant...

L’histoire : Après avoir passé quelques jours aux sports d’hiver, Reggie Lambert découvre son appartement parisien totalement vide. Dans le même temps, elle apprend la mort brutale de son mari. Ce dernier était visiblement en possession d’un bien précieux qui attire des convoitises…

Mon avis : Si le scénario est clairement d’inspiration hitchcockienne, le film vaut d’abord pour le duo de stars Hepburn-Grant, réunis ici pour la première et dernière fois à l’écran. Le duo fonctionne d’ailleurs très bien, mais le reste de la distribution n’est pas négligé pour autant (James Coburn, Walter Matthau…). Ni comédie pure, ni film d’espionnage, Charade se situe entre les deux genres, ce qui est parfois un peu déstabilisant : trop de légèreté pour faire frissonner, trop d’espionnage et de suspense pour être entièrement cocasse. Dans le genre comédie élégante et pétillante, nous lui préférons le moins connu Comment voler un million de dollars de William Wyler. Mais le film vaut tout de même de coup d’œil, ne serait-ce que pour s’amuser du Paris filmé par les Américains, et surtout de l’élégance des acteurs. Après tout, qui peut résister au charme de Audrey Hepburn ?

Repost 0
Les Films d'avril - dans Classique
commenter cet article
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 21:03

stand-by-me.jpg
 

De : Rob Reiner

Avec : River Phoenix, Corey Feldman, Richard Dreyfuss…

L’histoire : Dans les années 50, quatre pré-adolescents entament un périple à la recherche du corps d’un enfant de leur âge…

Mon avis : Film d’initiation culte des années 80, Stand By Me fait la part belle à une vision toujours actuelle de l’enfance, ses rêves, ses moments privilégiés, mais également à travers la présence grandissante, car plus compréhensible, de la mort. L’adaptation par Rob Reiner (Quand Harry rencontre Sally, Princess Bride) de la nouvelle de Stephen King (sans surnaturel ni moment flippant !) est intelligente et un brin mélancolique. Entre poids de l’héritage familial, l’incompréhension des adultes et une jolie histoire d’amitié, le film (contrairement aux Goonies auquel il est souvent comparé) n’a pas pris une ride. Le casting d’enfants est impeccable, apportant beaucoup de spontanéité à cette histoire sensible, et il est intéressant de reconnaître des acteurs confirmés dans certains seconds rôles (Kiefer Sutherland et John Cusack notamment). La BO composée de standards des années 50 (Jerry Lee Lewis, Buddy Holly, Ben E. King…), est tout simplement excellente, et confirme que Stand by me est bel et bien une petite perle.

Repost 0
Les Films d'avril - dans Classique
commenter cet article
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 19:57

et-pour-quelques-dollars-de-plus.jpg
 Dollars et la manière !

De : Sergio Leone

Avec :  Clint Eastwood, Lee Van Cleef, Gian Maria Volonte…

L’histoire : Dans l’ouest américain, deux chasseurs de prime recherchent « l’Indien », un impitoyable pilleur de banques. Travaillant d’abord séparément, ils décident de s’associer…

Mon avis : Réalisé en 1965, soit un an avant Le Bon, la Brute et le Truand, Et pour quelques dollars de plus est le second opus de la trilogie mettant en vedette Clint Eastwood et son célèbre poncho. Dans son deuxième western, ce génie italien y impose déjà sa patte inimitable : sens de l’espace, temps étiré, gros plans sur un festival de trognes pas possibles, ironie mordante, dialogues rares, bruitages amplifiés, musique (ah, Ennio Morricone) faisant office de personnage… Non content de filmer comme personne, Leone a toujours eu le du nez concernant ses castings : ici, il offre un beau personnage à Lee Van Cleef, dont le physique d’aigle crève l’écran dans le rôle d’un ancien colonel de l’armée. L’ensemble n’égale peut-être pas ses oeuvres suivantes, ce qui est légitime puisque les budgets grandiront proportionnellement avec les succès, mais le film est un plaisir de cinéma total, qu’il est vraiment agréable de voir et revoir. Dire que Leone manque au cinéma est une lapalissade…

Repost 0
Les Films d'avril - dans Classique
commenter cet article
13 décembre 2009 7 13 /12 /décembre /2009 16:37

ariane 
De : Billy Wilder

Avec : Audery Hepburn, Gary Cooper, Maurice Chevalier...

L’histoire : Ariane est une jeune fille a l’imagination débordante, vivant avec son père, détective privé. Le cas d’un bourreau des cœurs l’intrigue tout particulièrement…

Mon avis : Réalisé en 1957, Ariane met en scène une pétillante Audrey Hepburn dont la fraîcheur va bouleverser le vieillissant Gary Cooper. Plutôt osé pour l’époque (le titre d’abord, Love in the afternoon, et les protagonistes qui s’envoient leurs nombreuses autres conquêtes à la tête), mais délicat comme Billy Wilder sait le faire. Délicat oui, mais pas fleur bleue et assez drôle. Pour preuve le running gag des musiciens tziganes et la scène étirée en longueur de la cuite de Gary Cooper après avoir appris la longue liste des supposés amants de sa jeune conquête. Clairement, si ce film ne fait pas partie des classiques ultra connus du réalisateur (Boulevard du Crépuscule, Sabrina ou La Garçonnière), il mériterait d’y être. On aime aussi Maurice Chevalier en papa protecteur et pas si aveugle, détective ayant du nez et un sympathique accent français en VO. Bref un film mutin et élégant, au scénario bien ciselé. La classe, quoi.

Repost 0
Les Films d'avril - dans Classique
commenter cet article