Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Wikio - Top des blogs - Cinéma

Rechercher

Présentation

Bonjour,

Sur ce blog, on peut trouver différentes rubriques :

     - Les films d'avril : présentation de nos projets 
     - Critiques ciné : notre avis sur les films qui sont à l'affiche
     - Classiques : critiques de films relativement anciens

     - Filmographies : filmographies des acteurs et réalisateurs qui font l'actualité

     - Qui qu'a joué qui ? : noms des acteurs ayant prêté leur visage et/ou leur voix à des personnages connus

     - Dans quoi c'est-y donc que je l'ai vu ? : rubrique consacrée aux acteurs assez peu connus, souvent seconds rôles, dont on ne connait jamais le nom

     - Verbatim : chaque dimanche, une citation en lien avec les sorties de la semaine... ou non

     - Affiches : certaines affiches de films se ressemblent étrangement. Hommage, coïncidence ou copie ? A vous de juger
     - Actualité : fait d'actualité du cinéma qui nous a marqué

     - Billets d'humeur : nos coups de gueule et réactions à tout ce que nous pouvons lire/voir/entendre

D'autre part, les suggestions de critiques et/ou filmographies sont les bienvenues !
Suite à la consultation des mots clés qui vous amènent sur ce blog, nous vous informons que vous pouvez toujours nous contacter pour nous demander qui jouait "bidule" dans tel film et, si on a la réponse, on vous répondra...
N'hésitez pas à donner votre avis ou a faire des remarques : ce blog est fait pour vivre !

Présentation

Les Films d'avril est le nom que nous avons donné a notre pseudo-boîte de production (qui en réalité n'a pas un rond). Nous réalisons donc des courts métrages que vous pouvez voir sur ce blog, mais surtout, nous sommes CINEPHAGES.
Et comme nous voyons pas mal de films au cinéma, mais aussi en DVD, nous nous permettons de vous donner notre avis en essayant de rester positifs (parce qu'on a pu toucher du doigt l'inverstissement colossal que représente un film, même court, et qu'on n'est pas des critiques frustrés) !

Notre système de notation est le suivant :
 A voir séance tenante
 A ne pas rater
 Se laisse regarder
 Mouais
 Vraiment pas terrible
 Passez votre chemin
Quoi qu'il arrive, n'hésitez pas à donner votre avis ou à émettre des requêtes. Pour cela, vous pouvez nous joindre en laissant un commentaire (ça fait toujours plaisir) ou en nous écrivant :
lesfilmsd.avril@free.fr.
A bientôt !

30 août 2007 4 30 /08 /août /2007 12:03

fillecoupeedeux.jpgpacontent.gif Clichés Story
Avec : François Berléand, Ludivine Sagnier, Benoit Magimel…

L’histoire : Une jeune femme est partagée entre son amour pour un écrivain cinquantenaire et un brin pervers et la cour que lui fait un désœuvré bourré de fric mais un brin dérangé…

Mon avis : Une nouvelle fois, Claude Chabrol s’attaque avec acidité à la bourgeoisie, ici celle de Lyon. Ce qui aurait pu être grinçant et pittoresque n’est en fait qu’une histoire convenue et carrément daté (le bordel fréquenté par les notables de la ville qui fument des cigares avant de besogner !). C’est terrible, mais on serait tenté de croire que le cinéaste s’est trompé de siècle, tant cette lutte des classes semble artificielle. Il faut bien le dire, on suit cette histoire avec un ennui poli, tout juste réveillés par les citations cyniques d’un François Berléand en très grande forme. Sinon, sachez que Mathilda May est toujours aussi belle, et que les costumes immondes portés par Magimel (qui s’amuse mais en fait des caisses) sont une offense au métier de costumier. Un Chabrol vraiment mineur.

Repost 0
28 août 2007 2 28 /08 /août /2007 11:55

planeteterreur.jpgbofbof.gif Terrifiant de conneries

Avec : Rose MacGowan, Freddy Rodriguez, Josh Brolin...

L’histoire : Les zombies sont de retour ! Pas de panique, une petite gouape aidée de sa copine à la jambe-mitraillette vont dégommer tout ça…

Mon avis : Le meilleur de Planète Terreur, ce sont les trois premières minutes : à savoir la fausse bande annonce d’un nanar seventies sobrement intitulé Machette. Pour le reste, le nouveau Rodriguez est bien loin du formidable et novateur Sin City. Au départ, je pensais ne pas être dans l’humeur, mais le film passant, je me suis dit que non, ce que je voyais était bien médiocre. Ecrit à la truelle, mal joué et doté d’un humour lourdingue, Planète Terreur n’a de terrifiant que son contenu. Rodriguez est un cinéaste fougueux qui gâche son talent. Le bel alibi que voilà : « Je fais n’importe quoi, mais c’est normal, c’est fait exprès, c’est un hommage aux séries Z ! ». Arrêtons d’être idiots : qui regrette vraiment la disparition sur nos écrans de ces films merdiques qui ont fait tant de mal au cinéma ? Alors payer neuf euros pour revoir ça…

Repost 0
10 août 2007 5 10 /08 /août /2007 18:47
ratatouille.jpggenial.gif Un rat, des goûts !
Avec les voix de : Guillaume Lebon, Thierry Ragueneau, Jean-Pierre Marielle…
L’histoire : Linguini est un jeune commis travaillant dans un restaurant, et qui ne connaît rien à son métier. Il va utiliser les talents culinaires de Rémy, un rat d’égout particulièrement doué pour se faire une place…

Mon avis : Le savoir faire de Pixar-Disney est synonyme d’une qualité indépassable et Ratatouille ne déroge pas à la règle : un scénario malin et rythmé, des personnages virtuels bien plus expressifs que bien des acteurs « bankable », une réalisation constamment époustouflante. Ce film est une vraie perle d’animation. Et pour ceux que ça intéressent, à la deuxième vision, c’est toujours excellent ! Gageons que le nouveau Brad Bird (Les Indestructibles) donnera la vocation à plein de petits cuisiniers en herbe… Avec en prime, une morale pas gnangnan du tout : en art, comme en cuisine, rien n’empêche de s’y essayer, pour le plaisir, même si le génie n’est pas dans tous… Il n’y pas de doute, Ratatouille est sans conteste le meilleur film de l’été.

Repost 0
8 juillet 2007 7 08 /07 /juillet /2007 11:51

diehard4.jpgbofbof.gif Un de trop ?

Avec : Bruce Willis, Justin Long…

L’histoire : Joh MacLane doit reprendre du service afin de sauver les Etats Unis attaquées par des pirates informatiques bien énervés…
Mon avis : La série des Die Hard est une entreprise (franchise ?) sympathique. Mais bon, depuis le dernier opusde MacLane, James Bond s’est refait une santé et Jason Bourne a littéralement explosé les codes du genre action movie. S’il l’ on trouve dans Die Hard 4 des cascades assez bluffantes (merci Len Wiseman), force est de constater que ces nouvelles aventures n’étaient pas vraiment indispensables. Le jeu limité de Willis devient vraiment répétitif, si bien qu’il se fait voler la vedette par le gringalet Justin Long. Alors, oui, ça fait du bien de pas se prendre la tête au ciné, mais quand même, un peu d’ambition artistique n’est pas non plus (mission) impossible.
Repost 0
30 juin 2007 6 30 /06 /juin /2007 19:45

boulevard.jpg
bofbof.gif Rase bitume
Avec : Kurt Russell, Rosario Dawson…
L’histoire : Stuntman Mike est un psychopathe qui aime écrabouiller les jeunes femmes avec sa super caisse customisée. Mais certaines cibles sont plus coriaces que prévues…
Mon avis : Boulevard de la mort ne changera rien à ce que je pense du cinéma de Tarentino : bavard, ouvertement référencé, et à la violence limite. Le réalisateur a peut-être du talent mais il le met au service de pas grand chose : gros plans de culs de filles en short, dialogues interminables et sans intérêt (si vous vous embêtez, comptez les nombreux fuck), scènes chocs gratuites… Si son amour du cinéma est réel, sa culture me laisse songeur. Connaît-il autre chose que le cinéma bis, genre bizarrement défendu par nombres de critiques quand justement le réalisateur à « carte » s’en proclame le ciné-fils ? Tout ça sent l’élitisme hautain et cynique. Bien sûr, certaines scènes sont impressionnantes (le premier crash notamment), mais voir dans Boulevard de la mort un film féministe et sans doute la pire des âneries entendues sur ce film. Car ce qu’il fait dire et faire à ses actrices est bien gênant (la scène de lap dance par exemple). Tarentino est un cinéaste tendance (jusqu’à quand ?) qui se croit super cool (en gros c’est picoler et fumer de la beu tout en racontant des conneries), mais à vouloir faire des films cultes avant qu’ils ne sortent, il en devient définitivement beauf…

Repost 0
20 juin 2007 3 20 /06 /juin /2007 14:11

ocean.jpg
bien.gif Les Pieds Nicklés s'habillent en Armani
Avec : George Clooney, Brad Pitt, Matt Damon...
L’histoire: Le gang de braqueurs de Danny Ocean se reforme afin de venger l’un des leurs, ruiné par un directeur de casino peu scrupuleux...
Mon avis : Ce troisième opus n’est certes pas le film de l’année mais ce n’est pas non plus la daube annoncée ici ou là dans les médias (car il est tellement plus simple de démolir un film américain qui ne dépend pas de nos chères chaînes productrices). La mise en scène élégante de Soderbergh fait toujours merveille, mais tout ce brio pour une trame simple (histoire de vengeance) mais avec des péripéties trop complexes pour exciter vraiment , peut laisser songeur. Le plus étonnant, c’est le visible manque d’enthousiasme des acteurs, dont les personnages semblent moins dessinés que dans leur précédentes aventures. Clooney est malheureusement peu présent (comme s’il n’était plus le héros), Pitt mâchouille son chewing gum (Babel restera son meilleur rôle) et Damon hérite d’un rôle amusant mais peu mis en valeur par le script. Mais je ne céderai pas au sirène du jeu de mot pourri genre « Hélas Végas ». Parce qu’en tant que spectateur, j’ai trouvé un plaisir certain à la vision du film, mélange de classe et de swing. Ce n’est pas tout les jours que le plaisir des yeux est ainsi rassasié, plaisir rehaussé par une bande originale alerte en diable. Ocean’s 13 est peut-être futile et inoffensif (on sait qui va gagner) mais il y a suffisamment de ciné dedans pour ne pas hurler au navet. Et puis franchement, entre ce film là et Gomez et Tavares, y a pas photo, non ?

Repost 0
13 juin 2007 3 13 /06 /juin /2007 20:13
shrek.jpg
genial.gif Au bonheur des ogres
Avec les voix françaises de : Alain Chabat, Med Hondo…
L’histoire : Shrek et Fiona sont à deux doigts de monter sur le trône, ce qui n’enchante guère l’ogre crados. Une seule solution pour lui : retrouver l’autre possible héritier du trône, un jeune cousin de Fiona nommé Arthur…
Mon avis : Ce troisième opus joue certes moins sur l’effet de surprise, mais le plaisir de voir la suite des aventures de l’ogre pétomane et de ses acolytes (un âne incroyablement bavard et un chat charmeur) est toujours intact. Les gags, encore plus nombreux, offrent toujours plusieurs niveaux de lecture et sont épaulés par une technique irréprochable, les réalisateurs offrant même plus de gros plans qu’à l’accoutumée. Le comble de la déconnade est atteint grâce à un Merlin complètement hors cadre et à une scène incroyablement gonflée, à savoir la mort du roi… Un petit bémol : le personnage du jeune et sage Arthur semble bien gentil en comparaison des autres protagonistes. Ce n’est pas bien grave : Shrek le troisième est un condensé d’humour, de drôlerie et de rythme, qui donne immédiatement envie d’être revu la projection terminée. Il serait bien dommage de rater ce beau spectacle jubilatoire et euphorisant…
Repost 0
2 juin 2007 6 02 /06 /juin /2007 11:42
88MIN.jpg
bien.gif Thriller est-il ?
Avec : Al Pacino, Alicia Witt…
L’histoire : Expert universitaire en psychiatrie criminelle, le docteur Jack Gramm est aussi consultant auprès du FBI. Grâce à lui, le tueur en série Jon Forster a été arrêté et va être exécuté. Mais des meurtres identiques sont à nouveau commis, et Gramm va recevoir un coup de fil anonyme lui annonçant qu’il n’a que 88 minutes à vivre…
Mon avis : Voilà un film calibré et sans surprise, typiquement le genre de polar sur lequel s’acharne les critiques (voir sur les sites internet les nullissimes jeux de mots proposés) parce que peu novateur mais aussi parce qu’on peut faire les malins en disant que Pacino y est mauvais. Si effectivement Jon Avnet abuse des flash backs et des effets sonores inutiles, 88 minutes n’est pas la catastrophe annoncée pour peu que l’on revoit ses ambitions de spectateurs à la baisse. Forcément, il ne faut pas s’attendre à voir chaque semaine sur les écrans un Heat ou même un Zodiac. Mis à part ces scories, le film se révèle efficace, jouant assez bien de la paranoïa galopante du personnage principal. Quant à Pacino, son interprétation ne fera pas date mais il se montre une nouvelle fois attachant en vieux loup fatigué. Vous me direz, « c’est son fond de commerce ». Je répondrai : « Et alors, c’est aussi pour ça qu’on l’aime non ? ». Pour un film tourné en 39 jours, ce n’est déjà pas si mal…
Repost 0
31 mai 2007 4 31 /05 /mai /2007 11:55
mainbasse.jpg
bien.gif Petites combines entre amis
Avec : Rod Steiger…
L’histoire: Poussée par l'entrepreneur Nottola, la municipalité de Naples utilise des terrains agricoles pour lancer le construction d'un gigantesque programme immobilier. Mais la proximité du chantier provoque l'écroulement d’un vieil immeuble et la mort d'un enfant. Cet accident va déclencher de vives polémiques au moment même où de nouvelles élections se préparent…
Mon avis: Réalisé en 1963, ce film de Franceso Rosi est souvent cité comme une référence en matière de film politique. Cela est tout à fait légitime d’ailleurs, dans son traitement surtout : Main basse sur la ville impressionne par sa description implacable du monde politico- financier de Naples. Refusant tout spectaculaire (excepté dans la scène dramatique de l’effondrement de l’immeuble en début de film), l’aspect documentaire choisi par le réalisateur transforme le spectateur en petit mouche des arcanes du pouvoir. Mais l’on peut aussi regretter ce parti pris, puisque l’identification du spectateur n’est pas de mise. On regarde, on est étonné, atterré même, mais pas vraiment impliqué. Rosi ne tombe pas dans le piège nauséabond de « tous pourris », mais il est évident que le monde politique n’en ressort pas grandi : les méchants profiteurs de droite se font toujours plus de fric, et les gentils idéalistes de gauche sont bien impuissants… Un brin manichéen non ?
Repost 0
30 mai 2007 3 30 /05 /mai /2007 12:33
scaph.jpg Ciné-oeil
Avec : Mathieu Amalric, Emmanuelle Seigner, Marie-Josée Croze…
L’histoire : En 1995, un accident vasculaire brutal  plonge Jean-Dominique Bauby, journaliste et père de deux enfants, dans un coma profond. A son réveil, ses fonctions motrices sont inexistantes : il est atteint d’un "locked-in syndrome. Dans ce corps inerte, seul un oeil bouge. Cet œil va devenir son principal lien avec le monde…
Mon avis : Voilà l’exemple type de film casse gueule : comment filmer la nouvelle vie d’un homme prisonnier de son corps et qui ne peut communiquer qu’en clignant les yeux ? Julian Schnabel (dont j’avais adoré le Basquiat il y a quelques années) remporte ce pari avec un sens du cinéma qui l’honore. Utilisant la caméra subjective au début du film (et des plans à la limite de l’expérimental), il élargit la vision de Bauby à mesure que celui-ci retrouve ses souvenirs et utilise son imagination. Belle cohérence formelle. Mais le film surprend dans son ton, mêlant ironie et drame. Car le film est empreint d’humour parfois ravageur (si si) qui évite tout sentiment de gêne. L’émotion est là, bien sûr, grâce à des acteurs surprenants : Amalric est formidable (et l’on ferait bien de lui donner un César tout de suite) et Niels Arestrup, dans une courte scène sidérant de finesse. Le scaphandre et le papillon est une ode à la vie, qu’il serait dommage de manquer. Bouleversant, voilà le mot…
Repost 0