Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Wikio - Top des blogs - Cinéma

Rechercher

Présentation

Bonjour,

Sur ce blog, on peut trouver différentes rubriques :

     - Les films d'avril : présentation de nos projets 
     - Critiques ciné : notre avis sur les films qui sont à l'affiche
     - Classiques : critiques de films relativement anciens

     - Filmographies : filmographies des acteurs et réalisateurs qui font l'actualité

     - Qui qu'a joué qui ? : noms des acteurs ayant prêté leur visage et/ou leur voix à des personnages connus

     - Dans quoi c'est-y donc que je l'ai vu ? : rubrique consacrée aux acteurs assez peu connus, souvent seconds rôles, dont on ne connait jamais le nom

     - Verbatim : chaque dimanche, une citation en lien avec les sorties de la semaine... ou non

     - Affiches : certaines affiches de films se ressemblent étrangement. Hommage, coïncidence ou copie ? A vous de juger
     - Actualité : fait d'actualité du cinéma qui nous a marqué

     - Billets d'humeur : nos coups de gueule et réactions à tout ce que nous pouvons lire/voir/entendre

D'autre part, les suggestions de critiques et/ou filmographies sont les bienvenues !
Suite à la consultation des mots clés qui vous amènent sur ce blog, nous vous informons que vous pouvez toujours nous contacter pour nous demander qui jouait "bidule" dans tel film et, si on a la réponse, on vous répondra...
N'hésitez pas à donner votre avis ou a faire des remarques : ce blog est fait pour vivre !

Présentation

Les Films d'avril est le nom que nous avons donné a notre pseudo-boîte de production (qui en réalité n'a pas un rond). Nous réalisons donc des courts métrages que vous pouvez voir sur ce blog, mais surtout, nous sommes CINEPHAGES.
Et comme nous voyons pas mal de films au cinéma, mais aussi en DVD, nous nous permettons de vous donner notre avis en essayant de rester positifs (parce qu'on a pu toucher du doigt l'inverstissement colossal que représente un film, même court, et qu'on n'est pas des critiques frustrés) !

Notre système de notation est le suivant :
 A voir séance tenante
 A ne pas rater
 Se laisse regarder
 Mouais
 Vraiment pas terrible
 Passez votre chemin
Quoi qu'il arrive, n'hésitez pas à donner votre avis ou à émettre des requêtes. Pour cela, vous pouvez nous joindre en laissant un commentaire (ça fait toujours plaisir) ou en nous écrivant :
lesfilmsd.avril@free.fr.
A bientôt !

1 mars 2008 6 01 /03 /mars /2008 15:16

sansplusattendre.jpgundefined Meilleurs Vieux
Avec : Morgan Freeman, Jack Nicholson…
L’histoire : Deux cancéreux n’ont plus que 6 mois à vivre. Il est temps pour eux de tirer un bilan de leur vie et surtout d’effectuer tout ce qu’ils n’ont pas eu le temps de faire au cours de leur existence bien remplie..
Mon avis : Voir ces deux monstres du cinéma américain réunis à l’écran vaut le prix du billet de cinéma. Alors certes, Nicholson est le Blanc capitaliste sans foi ni loi et Freeman joue le gentil Black croyant… Sans plus attendre est donc le film typique que n’importe quel critique vachard peu démolir sans imagination : calibré, pépère, pétri de bonnes intentions, etc. Mais qu’importe ! Les acteurs sont excellents et portent littéralement leurs personnages avec lesquels on vit, on voyage, et surtout auxquels on s’attache. Loin d’être révolutionnaire, le film de Rob Reiner, se laisse voir avec plaisir. Et malgré quelques bizarreries et facilités scénaristiques, on ne peut s’empêcher de se demander si oui ou non c’est une bonne chose de savoir la date de sa mort et ce que l’on ferait si cela arrivait.

Repost 0
27 février 2008 3 27 /02 /février /2008 19:05

therewillbeblood.jpgundefined Pétrole Haine
De : Paul Thomas Anderson

Avec : Daniel Day Lewis, Paul Dano...
L’histoire : Daniel Plainview est exploitant de pétrole. Sans pitié et audacieux, il décide d'aller tenter sa chance et part avec son fils H.W. à Little Boston, où l'unique distraction est l'église animée par le jeune prêtre Eli Sunday…
Mon avis : There will be blood est l’histoire d’un ogre du 20ème siècle. A mi-chemin entre Citizen Kane et Aviator (rien que ça), le cinquième film de Paul Thomas Anderson est une impressionnante biographie (imaginaire) d’un magnat du pétrole qui gardera son aspect opaque et ténébreux jusqu’à la fin. Afin d’illustrer au mieux son histoire bigger than life, le réalisateur a semblé penché vers l’adage « le moins c’est plus ». Contrairement à ces précédents films, la caméra est beaucoup plus posée, comme pour mieux capter les hauts et les bas psychologiques du héros. Néanmoins, la virtuosité est là : à défaut d’épater, elle impressionne pourtant dans son sens du cadrage et de la composition. Dans un rôle peu ragoûtant, l’impressionnant Daniel Day Lewis réussit le tour de force de donner à son personnage un aspect épique et romanesque, même si Daniel Plainview est le plus souvent terrifiant ! (doux euphémisme). There will be blood n’est pas un film aimable ou à proprement parler divertissant. Mais son aspect hypnotisant (il faut attendre 20 bonnes minutes avant d’entendre un premier dialogue), un brin longuet et inconfortable même (la musique de Jonny Greenwood, guitariste de Radiohead) en font un cousin bâtard d’un Kubrick. Pas vraiment marrant, c’est sûr, mais fascinant, c’est certain.

Repost 0
26 février 2008 2 26 /02 /février /2008 18:59

liensdusang.jpgundefined Famille, je vous aime...
Avec : Guillaume Canet, François Cluzet…
L’histoire : Lyon, à la fin des années 70. François, inspecteur de police, apprend la sortie de prison de son frère, Gabriel, qui vient de tirer dix ans pour meurtre. Entre le flic et son aîné, les retrouvailles ne sont pas si simples…
Mon avis : Inspiré de l’histoire vraie des frères Papet, Les Liens du sang est un polar à l’ancienne, ouvertement référencé seventies. La preuve : une cigarette est allumée dans chaque plan ! Mais trêve de digression : le film de Jacques Maillot se regarde avec un vrai plaisir, grâce à son duo d’acteurs complices et pourtant bien différents. La reconstitution des années 70 est assez minimaliste (pas facile aujourd’hui de faire un plan sans paraboles moches dans le champ) mais précise (ah, la voix d’Albert Simon, les autocollants « chasse au gaspi »…). L’image est un brin tristounette, mais vous l’aurez compris, c’est fait exprès. Le scénario évite néanmoins les clichés, et les dialogues francs et percutants (une discussion sur la mort de Mesrine comme révélatrice d’une certaine vision du monde) apportent ce qu’il faut d’authenticité dans une histoire qui aurait pu être tristounette. Un film pas révolutionnaire, donc, mais plutôt efficace.

Repost 0
25 février 2008 1 25 /02 /février /2008 19:12
A la lecture d’un article de Télérama sur le tournage du prochain film de Jean-François Richet Mesrine (au budget pharaonique de 45 millions d’euros, dix fois le budget d’un long métrage moyen nous rappelle le magazine), j’ai cru vomir. L’article n’est qu’une élégie morbide et déplacée sur un bien triste personnage au parcours sanglant et plein de haine. Lisez plutôt : « A l’origine, dit Vincent Cassel, l’interprète de Mesrine, je ne suis pas fan du personnage. Mais ce qui m’intéressait, c’est que Jacques Mesrine, un ancien d’Algérie, est une icône dans les cités ! C’est un beau paradoxe ». Mais l’acteur va plus loin dans le mauvais goût : « Mesrine, pour moi, est un rebelle pur et dur. Mais c’est aussi la France dans toute sa beauté : un type vantard et râleur, qui peut être détestable et, la minute d’après, flamboyant. Quand je me vois dans le miroir, avec mes armes, j’ai aussi l’impression de faire un film sur la Résistance… » !! L’amalgame est d’une finesse très sure. Quant au réalisateur, il a choisi son camp, semble–t-il : Mesrine meurtrier ? « Rien n’est moins sûr, corrige Jean-François Richet. Au jour d’aujourd’hui, aucune preuve n’a été établie ». La cerise sur le gâteau : « Il faut essayer d’être juste sans salir sa mémoire ».
J’ai de fortes présomptions quant l’objectivité d’un tel projet. Le cinéma est un art subjectif, certes, mais à faire des amalgames à la con, on risque plus que de l’argent. On crache ouvertement sur les héros, les vrais…
Repost 0
11 février 2008 1 11 /02 /février /2008 19:56

simmons-jk.jpg

Jonathan Kimble Simmons tient un rôle récurrent dans la série New York Police Judiciaire depuis 1993, ainsi que celui de Vern Schillinger dans la série Oz, en parallèle de petits rôles dans des films mineurs. Enfin, en 1999, on peut l’apercevoir dans Celebrity de Woody Allen, et l’année suivante dans L’œuvre de Dieu, la part du Diable, adaptation du livre de John Irving par Lasse Hallström, ainsi qu’aux cotés de Kevin Costner dans Pour l’amour du jeu de Sam Raimi et de Richard Gere et Winona Ryder dans Un Automne à New York. En 2001, il se retrouve à nouveau devant la caméra de Sam Raimi pour les besoins de Intuitions, puis devant celle de Gore Verbinski pour Le Mexicain, avec Julia Roberts et Brad Pitt. Sam Raimi, de nouveau, lui offre le rôle du boss de Tobey Maguire dans Spider-Man en 2002. Quatre ans plus tard, il enchaîne Hidalgo (avec Viggo Mortensen), Ladykillers (des frères Coen) et Spider-Man 2. En 2006, il tourne dans le premier long métrage de Jason Reitman, Thank you for smoking, avec Aaron Eckhart et Maria Bello, et l’année suivante dans Bad Times, avec Christian Bale, puis de nouveau dans Spider-Man 3. 2008 marque ses retrouvailles avec Jason Reitman avec Juno, où il joue le papa d’Ellen Page et avec les frères Coen pour Burn After Reading. Il persévère dans les films pour ados avec Jennifer’s Body et I Love You, Man. En 2010, il retrouve pour la troisième fois Jason Reitman pour un cameo dans In the Air et continue dans le loufoque avec Les Chèvres du Pentagone.

Il a doublé à deux reprises un personnage dans la saison 18 des Simpson : J. Jonah Jameson (épisode 6) et l'éditeur de tabloid (épisode 16) .

Repost 0
10 février 2008 7 10 /02 /février /2008 14:21

juno.jpg undefined L'essayer c'est l'adopter
De : Jason Reitman

Avec : Ellen Page, Jason Bateman, Jennifer Garner, J.K.Simmons
L’histoire : Juno, 16 ans, se retrouve enceinte. Ne voulant pas garder le bébé, elle se met à la recherche d’une famille d’accueil pour son enfant…
Mon avis : Voilà un film frais, décalé et qui fait du bien. Précédé d’une rumeur très positive, le second film de Jason Reitman (auteur de l’ironique et réussi Thank you for smoking) ne déçoit pas. Si le scénario ne brille pas par son extrême originalité, ses répliques vachardes, l’abattage de l’épatante Ellen Page, sorte de petit chaperon rouge grunge et la BO efficace emportent définitivement l’adhésion. Juno aurait pu être un drame sombre et déprimant. Mais non. On sort de ce film avec la banane et le sourire aux lèvres. Preuve que humour et délicatesse peuvent faire bon ménage. Sans doute le film phénomène de ce début d’année. Succès mérité !

Repost 0
8 février 2008 5 08 /02 /février /2008 14:23

johnrambo.jpg undefined Faut reconnaître, c'est du brutal
Avec : Sylvester Stallone…
L’histoire : Une ONG évangélique cherche à traverser la frontière birmane afin de secourir le peuple chrétien Karen victime d’un génocide. Il font appel à un certain John Rambo pour les aider. Mais John, il ne faut pas trop l’énerver et les méchants soldats birmans vont l’apprendre à leurs dépens…
Mon avis : Pour beaucoup, ce film-là a un goût du film de trop pour l’ami Sylvestre qui avait pourtant réussi le dernier chapitre de Rocky Balboa. Il reprend ici le second de ses plus célèbres personnages, souvent caricaturé (à raison) mais plus complexe que ce que le spectateur pouvait le croire après ses suites peu imaginatives. John Rambo est à l’image du personnage : speedé, sombre et violent. Ce dernier chapitre à la brutalité incroyable ne se paraît pas d’atours mensongers : Stallone filme avec un vrai talent la guerre, et ses dégeulasseries (pas question en sortant du film d’ignorer les effets des bombes anti personnelles). La violence ici n’est pas séduisante. Et si l’on est bien content que les méchants soient punis, la brutalité affichée ici se rapproche du travail de Peckinpah dans La Horde Sauvage .On a eu notre dose de testostérones, mais on n’est pas sûrs d’en vouloir encore. Ou plutôt d’une autre manière : comment vivre normalement le fait d’être taillé pour tuer ?

Repost 0
31 janvier 2008 4 31 /01 /janvier /2008 22:00
jeunefilleloups.jpgundefined  Loup y-es tu ?
Avec : Laetitia Casta, Stefano Accorsi, Jean-Paul Rouve…
L’histoire : Au sortir de la guerre de 14-18, Angèle veut devenir la première femme vétérinaire et sera tiraillée entre le riche industriel sans scrupule (of course) et le gentil fou des bois et grand ami des loups.
Mon avis : Loin d’être fervente de Casta actrice, je dois dire qu’elle est ici moins insupportable… dans le rôle de l’amoureuse de son mari, faut pas déconner ! Ce film ne brille pas par son scénario, c’est rien de le dire, mais est porté par quelques brillants seconds rôles parmi lesquels Rouve, Galabru et Mirtchev. Personnellement, j’ai de gros doutes sur les capacités scénaristiques d’un personnage de fou : quelle aubaine, on ne sait jamais ce qui va se passer, et pour peu que la situation soit improbable… ce personnage excuse tout. Spéciale dédicace aux magnifiques loups, parfois plus expressifs que certains acteurs !
Repost 0
26 janvier 2008 6 26 /01 /janvier /2008 22:03
sweeneytodd.jpg undefined Un barbier pas barbant
De : Tim Burton
Avec : Johnny Depp, Helena Bonham Carter, Alan Rickman...
L’histoire: Après avoir passé quinze ans de prison, Benjamin Barker regagne Londres avec une seule idée en tête : se venger de l'infâme Juge Turpin qui le condamna pour lui ravir sa femme, Lucy, et son bébé, Johanna…
Mon avis: Si Sweeney Todd est l’adaptation d’une célèbre comédie musicale de Broadway, le film ne dépareille pourtant pas dans la filmographie de Tim Burton. Ambiance gothique et macabre, mise en scène inventive, humour très noir et distribution familière (Depp, Bonham Carter, la famille quoi), tout y est. Le petit truc en plus (ou presque), c’est que Sweeney Todd version ciné reste une comédie musicale. En résumé : les acteurs chantent, plutôt bien d’ailleurs, mais beaucoup… Et cet aspect pourra dérouter bon nombre de fans du réalisateur. En tout cas, l’ambiance et la mise en scène de Burton ne déçoivent pas : entre horreur et humour, la patte du réalisateur est toujours bien aiguisée. Bonne nouvelle donc. Mais attention : Sweeney Todd n’est pas un film familial. Le film possède des scènes de gore bien dégueux et pas forcément indispensables non plus. Vous serez prévenus…
Repost 0
26 janvier 2008 6 26 /01 /janvier /2008 21:58

Brolin-Josh.jpg

Cet article est motivé par la sortie de No Country For Old Men, à la suite duquel le désormais fameux PB lyonnais qualifiait Josh Brolin de « révélation ». Etonnant pour un acteur de tout juste 40 ans qui tourne dans des films depuis qu’il en a 17… Age auquel il est choisi pour incarner le grand frère dans Les Goonies (amis du lycée bonsoir). C’est en 2000 qu’il est révélé au grand public dans Hollow Man de Paul Verhoeven, aux cotés de Kevin Bacon. Il enchaîne ensuite avec Melina Melinda de Woody Allen, et le nettement moins indépendant Bleu d’enfer.
En 2008, Josh Brolin squatte nos écrans : après Planète terreur, American Gangster et Dans la vallée d’Elah il est donc dans No Country For Old Men des frères Coen, mais incarne aussi G. W. Bush dans le film d’Oliver Stone, et on a pu le voir dans The Dead Girl avec notamment Toni Collette, Coastlines et Milk de Gus Van Sant aux cotés de Sean Penn. En 2010, c'est la consécration : il est retrouve Woody Allen pour Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu et Oliver Stone pour Wall Street 2, deux films qu'il a présenté à Cannes hors compétition.

Repost 0