Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Wikio - Top des blogs - Cinéma

Rechercher

Présentation

Bonjour,

Sur ce blog, on peut trouver différentes rubriques :

     - Les films d'avril : présentation de nos projets 
     - Critiques ciné : notre avis sur les films qui sont à l'affiche
     - Classiques : critiques de films relativement anciens

     - Filmographies : filmographies des acteurs et réalisateurs qui font l'actualité

     - Qui qu'a joué qui ? : noms des acteurs ayant prêté leur visage et/ou leur voix à des personnages connus

     - Dans quoi c'est-y donc que je l'ai vu ? : rubrique consacrée aux acteurs assez peu connus, souvent seconds rôles, dont on ne connait jamais le nom

     - Verbatim : chaque dimanche, une citation en lien avec les sorties de la semaine... ou non

     - Affiches : certaines affiches de films se ressemblent étrangement. Hommage, coïncidence ou copie ? A vous de juger
     - Actualité : fait d'actualité du cinéma qui nous a marqué

     - Billets d'humeur : nos coups de gueule et réactions à tout ce que nous pouvons lire/voir/entendre

D'autre part, les suggestions de critiques et/ou filmographies sont les bienvenues !
Suite à la consultation des mots clés qui vous amènent sur ce blog, nous vous informons que vous pouvez toujours nous contacter pour nous demander qui jouait "bidule" dans tel film et, si on a la réponse, on vous répondra...
N'hésitez pas à donner votre avis ou a faire des remarques : ce blog est fait pour vivre !

Présentation

Les Films d'avril est le nom que nous avons donné a notre pseudo-boîte de production (qui en réalité n'a pas un rond). Nous réalisons donc des courts métrages que vous pouvez voir sur ce blog, mais surtout, nous sommes CINEPHAGES.
Et comme nous voyons pas mal de films au cinéma, mais aussi en DVD, nous nous permettons de vous donner notre avis en essayant de rester positifs (parce qu'on a pu toucher du doigt l'inverstissement colossal que représente un film, même court, et qu'on n'est pas des critiques frustrés) !

Notre système de notation est le suivant :
 A voir séance tenante
 A ne pas rater
 Se laisse regarder
 Mouais
 Vraiment pas terrible
 Passez votre chemin
Quoi qu'il arrive, n'hésitez pas à donner votre avis ou à émettre des requêtes. Pour cela, vous pouvez nous joindre en laissant un commentaire (ça fait toujours plaisir) ou en nous écrivant :
lesfilmsd.avril@free.fr.
A bientôt !

13 mai 2008 2 13 /05 /mai /2008 18:16

Fille d'une baronne hollandaise et d'un banquier anglo-irlandais, Audrey Hepburn connaît une enfance difficile. La guerre est un traumatisme pour la jeune fille, de santé fragile, qui séjourne alors aux Pays-Bas, dans la ville d'Arnhem, bombardée en 1944.
Partie en Angleterre, Audrey Hepburn travaille comme mannequin et joue la comédie dans des music-halls. Après une première apparition à l'écran en vendeuse de cigarettes dans Rires au paradis (1951), elle trouve son premier rôle important dans The Secret people, où elle interprète une ballerine. C'est d'ailleurs à une carrière de danseuse que se destinait à l'origine la jeune Audrey. Le tournage de Nous irons à Monte-Carlo la mène dans le sud de la France, où elle rencontre Colette, à la recherche d'une "Gigi", en vue de l'adaptation de son roman à Broadway. Hepburn triomphe dans ce spectacle, avant de tourner son premier film hollywoodien, Vacances romaines de Wyler : princesse rêveuse, elle fait fondre Gregory Peck, mais aussi l'Académie des Oscars qui lui décerne une statuette en 1954.
Loin des plantureuses stars de l'époque, Audrey Hepburn impose un nouveau type de glamour : yeux de biche, silhouette gracile, sourire mutin, cette Drôle de frimousse, titre d'un musical de 1957 avec Fred Astaire, séduit Bogart dans Sabrina, puis Gary Cooper dans Ariane, deux comédies de Billy Wilder. Héroïne en 1956 de l'adaptation par King Vidor de Guerre et paix, elle y a pour partenaire Mel Ferrer (que l'on peut voir en roi Arthur dans Les Chevaliers de la Table Ronde), qu'elle épousa deux ans plus tôt, et qui la dirigera dans Vertes demeures. Egérie du couturier Givenchy et du photographe Avedon, elle inspire aussi Henry Mancini, compositeur notamment de Moonriver, un air qu'elle immortalise dans Diamants sur canapé (1962) : cette oeuvre de Blake Edwards constitue un superbe écrin pour l'actrice, dont la fantaisie se teinte d'une troublante mélancolie, comme dans Voyage à deux (1967) de Stanley Donen, l'auteur du malicieux Charade.
Après des retrouvailles avec William Wyler (La Rumeur puis Comment voler un million de dollars) et une incursion dans le western (Le Vent de la plaine de Huston), Audrey Hepburn trouve, la même année que le débridé Deux têtes folles, un de ses plus grands rôles en 1964, celui d'Eliza Doolitle, fille des rues métamorphosée en femme du monde, dans My Fair Lady, sommet de la comédie musicale signé Cukor. Divorcée de Mel Ferrer après le tournage éprouvant de Seule dans la nuit, film à suspense produit par le comédien en 1967, Hepburn met bientôt un terme à sa carrière d'actrice. On la retrouvera néanmoins en Lady Marian dans La Rose et la Flèche de Lester en 1976. Celle qui incarna une bonne sœur devenue infirmière au Congo dans Au risque de se perdre se consacre désormais à l'action humanitaire, multipliant les voyages en Afrique et en Amérique latine pour l'UNICEF, qui la nomme ambassadrice en 1988. Apparue pour la dernière fois au cinéma en ange dans Always de Spielberg, Audrey Hepburn est emportée par un cancer en 1993.

 


FILMOGRAPHIE

1951 One Wild Oat (Saunders)

        Young wives' tale (Cass)

        Rire au paradis

        Nous irons à Monte-Carlo (Boyer)

        De l'or en barres (Crichton)

1952 The Secret pepole (Dickinson)

1953 Vacances romaines (Wyler)

1955 Sabrina (Wilder)

1956 Guerre et paix (Vidor)

1957 Drôle de frimousse (Donen)

        Ariane (Wilder)

1959 Vertes demeures (Ferrer)

1960 Au risque de se perdre (Zinnemann)

        Le Vent de la plaine (Huston)

1962 Diamants sur canapé (Edwards)

        La Rumeur (Wyler)

1963 Charade (Donen)

1964 Deux têtes folles (Quine)

        My Fair Lady (Cukor)

1966 Comment voler un million de dollars (Wyler)

1967 Seule dans la nuit (Young)

        Voyage à deux (Donen)

1976 La Rose et le Flèche (Lester)

1979 Liés par le sang (Young)

1982 Et tout le monde riait (Bogdanovich)

1990 Always (Spielberg)
source : allociné

Repost 0
12 mai 2008 1 12 /05 /mai /2008 20:35
Après un passage par la série Cheers, Woody Harrelson débute au cinéma dans Wildcats. Mais il est surtout (re)connu grâce à ses passages dans Les blancs ne savent pas sauter de Ron Shelton et Proposition indécente (où il est le mari de Demi Moore). Ses premières têtes d'affiche sont Tueurs nés d'Oliver Stone et Larry Fynt de Milos Forman qui lui vaut une nomination à l'Oscar. Pourtant, il n'hésite pas à se contenter de petits rôles (d'où sa présence dans cette chronique) : Des hommes d'influence, Self Control, She Hate Me, L'Affaire Josey Aimes, The Last Show et A scanner Darkly. En 2008, il est dans No Country for Old Men des frères Coen ainsi que dans Bataille à Seattle. L'année suivante, il est dans trois "gros" films : Sept Vies avec Will Smith, 2012 de Roland Emmerich et Bienvenue à Zombieland. Après une petite apparition dans Sexe entre amis, il incarnera Haymitch dans l'adaptation de la trilogie Hunger Games dont le premier opus sort le 21 mars 2012.

Il a aussi prêté sa voix au personnage Woody Boyld dans l'épisode 11 de la saison 6 des Simpson.

Repost 0
3 mai 2008 6 03 /05 /mai /2008 22:41

 FerHéros
Avec : Robert Downey Jr, Jeff Bridges, Gwyneth Paltrow...

L'histoire : Le milliardaire Tony Stark, coureur de jupons fantasque et génial inventeur, continue le fructueux business de papa : la vente d'armes aux sbires de tout poil. Après avoir été enlevé en Afghanistan par des rebelles locaux, il décide de tout arrêter et de défendre la veuve et l'orphelin grâce à sa nouvelle création : une armure de titane et d'or...
Mon avis : Premier film entièrement produit par Marvel, Iron Man, à défaut de révolutionner le genre « film de super héros », remplit plutôt bien le cahier des charges inhérents au genre. Si le scénario assure le minimum, le film bénéficie de la belle idée d'avoir choisi pour héros l'épatant Robert Downey Jr (miam, disent les filles qui ont du goût...) dont le charme canaille apporte au film une touche assez savoureuse. Les fans de cet acteur si doué mais au parcours bien chaotique, ne pourront que souscrire au choix de la production : l'indestructible Iron Man c'est lui ! La réalisation de Jon Favreau (aperçu également comme acteur dans Friends comme le petit ami milliardaire catcheur de Monica) est efficace et s'appuie de très bons effets spéciaux (avouons-le, un type en armure qui vole, ça peut vite être ridicule). Iron Man est un peu macho et bourrin, c'est vrai (vous y entendrez du AC/DC et du Black Sabbath, c'est dire...) mais il a du peps, les deux heures passent à toute berzingue et ne manque pas d'humour. Petit conseil : restez jusqu'à la fin du générique !

Repost 0
1 mai 2008 4 01 /05 /mai /2008 16:25

 Jeux de brutes
Avec : George Clooney, Renée Zellweger...

L'histoire : En 1925, le football américain n'est encore qu'un sport d'amateurs, parrainé par des petits entrepreneurs locaux. Mais Dodge Connolly, capitaine des "Bulldogs" a une idée qu'il trouve géniale : utiliser le potentiel financier de l'étudiant Carter Rutherford, véritable héros de la Grande Guerre...
Mon avis : Troisième film de Clooney, Jeux de dupes tient plus du divertissement inoffensif (mais très soigné) que du brûlot engagé et militant, créneau des dernières films du beau gosse caféiné. Pourtant, derrière le masque de la comédie pointent des sujets plus sérieux comme la perversion de l'argent dans le monde du sport et l'avidité d'une certaine presse à déboulonner les mythes pour vendre du papier. Mais Clooney a définitivement choisi l'angle humoristique voire de la farce (belle complicité entre Renée et George), ce qui a conduit bon nombres de critiques à accueillir plutôt tièdement ce film pas vraiment inoubliable mais de belle facture (le directeur photo ayant fait du beau boulot). A vous de jouer !

Repost 0
27 avril 2008 7 27 /04 /avril /2008 20:42

 

Kiffe Richards !
Avec : les Rolling Stones
L'histoire : Captation de deux concerts des Stones au Beacon Theater de New York, à l'automne 2006.
Mon avis : Si vous n'aimez ni le rock ni les Stones, passez-votre chemin ! Aux autres, ils leur sera donné un spectacle ébouriffant et galvanisant. Le maître Scorsese s'est fait bien plaisir avec Shine a light, et ce plaisir est communicatif. Ses caméras nous permettent d'entrevoir les émotions et expressions traversées par chacun des musiciens : que ce soit les mimiques calculées de Jagger (tellement pro qu'on a l'impression qu'il met du temps à s'éclater), aux riffs rageurs d'un Richards si habité qu'il donne l'impression d'implorer un dieu de la guitare, au masque de concentration de Watts et à la tronche souvent hilare de Wood. Scorsese réussit à capter ce que peu de monde est susceptible d'apercevoir, même au premier rang, mais qu'il vous est permis de voir, petits veinards !

Repost 0
24 avril 2008 4 24 /04 /avril /2008 21:02

Habillés pour l'hiver
Avec : Katherine Heigl, Edward Burns, James Marsden...
L'histoire : Jane est une spécialiste du mariage... des autres. Elle veille a ce que ce jour de joie soit parfait pour ses amies en attendant son prince charmant.
Mon avis : Les américains sont souvent excellents en matière de comédies romantiques, pourtant Anne Fletcher ne se montre pas très inspirée. Les personnages pourraient être touchants mais ils sont caricaturaux, malgré la fraîcheur de Katherine Heigl, et les situations déjà vues un millier de fois, même pour ceux qui ne sont pas fans du genre. Seule la scène du « défilé » des 27 robes en question est amusante, mais cela ne justifie pas le prix du billet. Dommage !

 

Repost 0
21 avril 2008 1 21 /04 /avril /2008 22:23

 Bênets M.
Avec : Frank Dubosc, Samuel Le Bihan, Emmanuelle Béart, Gérard Depardieu...

L'histoire : Didier Travolta, gentil fan de disco et bloqué à jamais dans les années 70, se décide à reformer son trio de danseurs pour remporter un concours qui lui permettrait d'offrir à son fils des vacances en Australie...
Mon avis : Hey, salut public ! Je vais te parler de mon nouveau film : tu as envie de voir des ringards rigolos danser le disco ? De te régaler les yeux devant la chorégraphie finale hyper top bien de Le Bihan ? De te prendre 1h 40 de standards comme Sunny ou September ? De te sentir gêné ou touché devant ma naïveté et mes grands yeux bleus d'adolescent fragile ? Ce film est pour toi public ! Allez, comme tu es gentil de m'avoir lu, je te donne la meilleure réplique du film : « Tu sais très bien que pour moi, le disco est mort le jour de la mort du batteur de Boney M ...».

Repost 0
20 avril 2008 7 20 /04 /avril /2008 19:58

 Le grand VIII
Avec : Natalie Portman, Scarlett Johansson, Eric Bana...

L'histoire : Henry VIII ne partage plus la couche de la reine Catherine, cette dernière ne pouvant pas lui donner un héritier mâle. Sir Thomas Boleyn, qui rêve de gagner la faveur royale, lui présente Anne, sa fille aînée quelque peu indépendante d'esprit. Mais le roi s'éprend de son autre fille, Mary...
Mon avis : Annonçons d'emblée la couleur : si le film de Justin Chadwick ne laissera pas un souvenir impérissable dans l'histoire du cinéma, il donnera sans doute à bon nombre de spectateurs de se replonger dans L'Histoire pour les Nuls. Le film a ce mérite là, il faut le reconnaître. Malgré tout, ces Deux sœurs pour un roi, malgré un académisme de circonstance (ambiance glaçante) et ses transitions cohérentes mais un brin lassantes (une moitié de l'écran est systématiquement cachée à chaque nouvelle séquence), bénéficie d'un casting alléchant qui ne déçoit pas. Pas une œuvre enthousiasmante, donc, mais qui a l'honnêteté de ne pas passer à côté de son sujet : de la difficulté de l'émancipation des femmes chez nos chères têtes couronnées...

Repost 0
18 avril 2008 5 18 /04 /avril /2008 20:14

Edward John David Redmayne fait des études à Eton College, dont il sort diplômé en 2003. Parallèlement, il joue au théâtre et reçoit le prix de la meilleure révélation aux Evening Standard Theatre Awards. Ses succès sur les planches attirent l'attention de producteurs. Si nous l'avons remarqué pour la première fois dans Deux sœurs pour un roi, Eddie Redmayne se spécialise apparemment dans les films d'époque. Il joue en effet aussi dans Elizabeth : l'âge d'or (la fille d'Anne Boleyn dont parle Deux sœurs pour un roi) et Raison d'Etat de De Niro, son premier rôle sur grand écran en 2006, dans lequel il était le fils de Matt Damon et Angelina Jolie. Vous avez aussi pu le remarquer dans Like Minds aux cotés de Toni Collette ou de Savage Grace avec Julianne Moore. En 2011, il tient enfin un rôle important avec celui de l'aspirant réalisateur Colin Clark dans My Week with Marilyn, et l'année suivante, il s'éprend de Cosette dans Les Misérables.

Repost 0
6 avril 2008 7 06 /04 /avril /2008 11:37

 Batman vs Gladiator
Avec : Christian Bale, Russell Crowe...

L'histoire : Dan Evans, un fermier estropié et dans la dèche, accepte de convoyer Ben Wade, un célèbre bandit charismatique, jusqu'à Yuma pour 200 $, somme qui peut sauver son ranch...
Mon avis : Après le thriller, la comédie romantique et le biopic, James Mangold s'attaque au western, qui perçait déjà dans Copland, avec ce remake d'un classique de 1957. Un genre pas évident, ses codes étant connus de tous, qu'il réalise avec brio alternant scènes attendues et innovation. L'intrigue est relativement simple, mais portée par un duo d'acteurs plein de testostérone et de talent : Christian Bale en anti-héros presque fragile et Russell Crowe magnétique. Spéciale dédicace quand même aux seconds rôles essentiels de Peter Fonda, Ben Foster et Alan Tudyk. Tous ces acteurs étant valorisés par une mise en scène qui sait se faire oublier, parsemée de quelques scènes époustouflantes (la course à travers la maison en construction entre autres). Malgré les grands espaces et les fusillades, le spectateur se retrouve dans un huis clos où Ben Wade va user de tous les moyens pour gagner le bras de fer psychologique qui l'oppose à ses gardiens. Un film solide à voir !

Repost 0