Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Wikio - Top des blogs - Cinéma

Rechercher

Présentation

Bonjour,

Sur ce blog, on peut trouver différentes rubriques :

     - Les films d'avril : présentation de nos projets 
     - Critiques ciné : notre avis sur les films qui sont à l'affiche
     - Classiques : critiques de films relativement anciens

     - Filmographies : filmographies des acteurs et réalisateurs qui font l'actualité

     - Qui qu'a joué qui ? : noms des acteurs ayant prêté leur visage et/ou leur voix à des personnages connus

     - Dans quoi c'est-y donc que je l'ai vu ? : rubrique consacrée aux acteurs assez peu connus, souvent seconds rôles, dont on ne connait jamais le nom

     - Verbatim : chaque dimanche, une citation en lien avec les sorties de la semaine... ou non

     - Affiches : certaines affiches de films se ressemblent étrangement. Hommage, coïncidence ou copie ? A vous de juger
     - Actualité : fait d'actualité du cinéma qui nous a marqué

     - Billets d'humeur : nos coups de gueule et réactions à tout ce que nous pouvons lire/voir/entendre

D'autre part, les suggestions de critiques et/ou filmographies sont les bienvenues !
Suite à la consultation des mots clés qui vous amènent sur ce blog, nous vous informons que vous pouvez toujours nous contacter pour nous demander qui jouait "bidule" dans tel film et, si on a la réponse, on vous répondra...
N'hésitez pas à donner votre avis ou a faire des remarques : ce blog est fait pour vivre !

Présentation

Les Films d'avril est le nom que nous avons donné a notre pseudo-boîte de production (qui en réalité n'a pas un rond). Nous réalisons donc des courts métrages que vous pouvez voir sur ce blog, mais surtout, nous sommes CINEPHAGES.
Et comme nous voyons pas mal de films au cinéma, mais aussi en DVD, nous nous permettons de vous donner notre avis en essayant de rester positifs (parce qu'on a pu toucher du doigt l'inverstissement colossal que représente un film, même court, et qu'on n'est pas des critiques frustrés) !

Notre système de notation est le suivant :
 A voir séance tenante
 A ne pas rater
 Se laisse regarder
 Mouais
 Vraiment pas terrible
 Passez votre chemin
Quoi qu'il arrive, n'hésitez pas à donner votre avis ou à émettre des requêtes. Pour cela, vous pouvez nous joindre en laissant un commentaire (ça fait toujours plaisir) ou en nous écrivant :
lesfilmsd.avril@free.fr.
A bientôt !

25 mars 2009 3 25 /03 /mars /2009 21:50

  Grandeur et décadence
Avec : William Holden, Gloria Swanson, Eric von Stroheim...

L'histoire : un scénariste dans le besoin croise la route d'une ancienne star du cinéma muet. Celle-ci lui propose de travailler sur le scénario du film qui marquera son grand retour à l'écran...

Mon avis : Réalisé en 1949, le film de Billy Wilder base son intrigue sur un fait réel : la difficile reconversion des acteurs du cinéma muet au moment de l'apparition du parlant. Ce point de départ lui permet de réaliser une implacable mise en abîme qui démontre à la fois son intelligence de la mise en scène (le premier plan, entre autres) et offre l'occasion de découvrir l'envers du décor Hollywoodien puisqu'il promène sa caméra dans le célébrissime studio de la Paramount. Evidemment, le grand plaisir des cinéphiles c'est celui démêler la réalité de la fiction, et notamment de retrouver des visages connus derrière des personnages qui cachent à peine ce qu'ils ont été. Dans ce petit jeu de massacre très acide et lucide, Gloria Swanson est impressionnante en actrice hallucinée. Bref, Boulevard du Crépuscule n'a pas volé son statut de grand classique ! Un indispensable, on vous dit !

Repost 0
Les Films d'avril - dans Classique
commenter cet article
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 18:58

 Harry, un ami qui ne veut pas du bien

Avec : Joseph Cotten, Orson Welles...

L'histoire : 1948. Holly Martins, un écrivain américain de seconde zone, se rend à Vienne afin de retrouver son ami Harry Lime. Mais il apprend que ce dernier a trouvé la mort dans un étrange accident de voiture et décide de mener son enquête.

Mon avis : Réalisée dans la Vienne dévastée de l'après-guerre, Le Troisième homme est un film très étrange et fascinant : dans une ambiance expressionniste, noir et blanc oblige, le film de Carol Reed (aidé dans la réalisation par Orson Welles) est une ballade désenchantée où la méfiance et la menace pointent leur nez à chaque coin de rue. Chaque personnage semble cacher et dissimuler des informations, ce qui ne fait que renforcer le climat délétère du film. Certes, le film est assez lent à démarrer, et il faut attendre une bonne heure pour voir apparaître le géant Welles à l'écran. Mais cela vaut la peine ! Et puis, comment oublier les fameuses répliques de son personnage, véritable raclure, sur le bien et le mal que le génial acteur avait écrites lui-même ? Ajoutons également que la célèbre musique de Anton Karas, interprétée à la cithare, a de quoi dérouter d'une part parce que le DVD ne peut rien contre les bandes originales qui ont a bien « mangé » et d'autre part parce que vraiment dissonante par rapport à ce qui se passe à l'écran. Pas grave : Le Troisième homme (Palme d'or à Cannes en 1949) restera bel et bien - et à raison- un classique du septième art par ses cadrages étonnamment obliques, sa lumière contrastée (ah, la mythique poursuite dans les égouts !) et l'interprétation d'un type décidément hors norme.

Repost 0
Les Films d'avril - dans Classique
commenter cet article
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 17:37

 Faites l'armure pas la guerre !

Avec : Robert Taylor, Ava Gardner, Mel Ferrer...

L'histoire : Avec l'aide des Chevaliers de la Table Ronde, le Roi Arthur règne sur le royaume de Bretagne. Mais son épouse, la reine Guenièvre, aime en secret l'un des chevaliers : Lancelot du Lac...

Mon avis : Premier film en Cinémascope la MGM, Les Chevaliers de la Table ronde (1953) est l'un des films les plus connus de Richard Thorpe et est souvent cité comme l'un des meilleurs films du genre. A raison. Si la reconstitution historique est très hollywoodienne (maquillage pour les dames, musique soulignant qui est gentil et qui est méchant), la réalisation est soignée et ne manque pas de panache. L'intrigue, basée sur la love story contrariée entre Lancelot et Guenièvre, permet de mettre en valeur la dignité de Robert Taylor et la classe d'Ava Gardner. Malgré un petit côté suranné, ce film, véritable ode à la loyauté et à la fidélité, ne sent pas la naphtaline pour autant ! Comme quoi, les nobles sentiments peuvent finalement faire de beaux spectacles...

Repost 0
Les Films d'avril - dans Classique
commenter cet article
12 mars 2009 4 12 /03 /mars /2009 21:11

 Tube de l'épée
Avec : Gene Kelly, Lana Turner, Vincent Price...

L'histoire : D'Artagnan quitte sa Gascogne natale pour se rendre à Paris et y devenir mousquetaire du roi...

Mon avis : Réalisé en 1948 par George Sidney, cette version n'a rien perdu de sa vivacité. Baignant dans un Technicolor chatoyant, ces Mousquetaires là ont bien fière allure, notamment le bondissant Gene Kelly, et bondissant est un euphémisme, vraiment, tant il semble monté sur ressors ! Le tout baigne dans une ambiance rafraîchissante et bon enfant. Cerise sur le gâteau : les combats sont vifs et spectaculaires (c'est facile avec Kelly, mais oui, on peut parler de chorégraphie), et la réalisation réserve quelques plans étonnants pour l'époque, comme ce fracassant passage de D'Artagnan à travers une fenêtre façon Jason Bourne. Voilà un film qui ne fait pas bobo à la tête, mais qui permet sans niaiserie de retrouver un temps son âme de môme. Vivifiant !

Repost 0
Les Films d'avril - dans Classique
commenter cet article
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 19:10

 
Avec : Clint Eastwood, Bee Vang...

L'histoire : Walt Kowalski, ancien combattant de la guerre de Corée, vient de perdre sa femme. Se résignant à rester dans un quartier qu'il a vu dépérir, il ne voit pas d'un très bon œil l'arrivée de ses nouveaux voisins, une famille asiatique...

Mon avis : Quelques mois seulement après L'Echange, Eastwood, 78 ans et 30 films en tant que réalisateur, retrouve le devant de la caméra et signe là l'un des films les plus étonnants de sa belle carrière. Etonnant parce que le comédien joue avec l'assurance des Anciens un personnage qui cristalliserait tous les stéréotypes et autres ambiguïtés qu'il a trimballés (à tort ou à raison) par ses successives incarnations : celui d'un homme un brin réac, pas très loquace, plutôt secret et adepte de la manière forte. Sur ce fil ténu, Eastwood se révèle un auteur (et un homme)  bien plus complexe que ce que l'on pouvait imaginer. Ceux qui iront voir le grand Clint faire sa loi et le grand ménage façon Dirty Harry seront déçus. Beaucoup seront surpris (c'est mon cas) et ravis (pareil) de l'incursion très réussie de la comédie dans le film. Mais Gran Torino creuse une nouvelle fois le thème eastwoodien par excellence : la perte de l'innocence, déjà abordé dans Un Monde parfait ou Mystic River entre autres. Le réalisateur semble bel et bien désenchanté par une Amérique qu'il ne reconnaît plus, où la fraîcheur de la jeunesse a été corrompue par la violence individuelle aussi bien que collective. Elégant dans la forme (la caméra glisse de façon très fluide sur la superbe lumière de Tom Stern), crépusculaire et sensible dans le fond, Gran Torino n'est pas un film de vieux con qui fermerait la porte à toute forme d'espoir. C'est ce qui rend le film vraiment touchant. Et qui en fait dors et déjà l'un des plus beaux de l'année 2009.

Repost 0
1 mars 2009 7 01 /03 /mars /2009 20:57

Pi

 Le compte est bon
Avec : Sean Gullette, Mark Margolis, Ben Shenkman...

L'histoire : Un mathématicien tente de percer le mystère de π. Ses recherches semblent intéresser différents lobbies prêts à tout pour récupérer les précieux chiffres.

Mon avis : Premier film de Darren Aronofsky (Requiem For A Dream, The Fountain, The Wrestler), Pi annonce déjà l'univers assez dérangeant de ce réalisateur. De nombreux choix esthétiques attirent l'attention sur cet ovni aux cadrages étranges, au noir et blanc parfois un peu crade et à une musique extrêmement désagréable (ou palpitante, c'est selon), reflet des multiples migraines d'un héros au frontières de la folie. Répétitions de plans (notamment de prises de médicaments que l'on retrouvera dans Requiem), de passages fantasmés... La forme est en adéquation parfaite avec le fond et ça c'est une grande qualité. Le résultat est visuellement novateur, mais reste assez éprouvant.

Repost 0
28 février 2009 6 28 /02 /février /2009 08:09

Meilleur film : Séraphine (Martin Provost)

Meilleur film documentaire : Les plages d'Agnès (Agnès Varda)

Meilleur premier film : Il y a longtemps que je t'aime (Philippe Claudel)

Meilleur film étranger : Valse avec Bachir (Ari Folman)

Meilleur réalisateur : Jean-François Richet (Mesrine)

Meilleur acteur : Vincent Cassel (Mesrine)

Meilleure actrice : Yolande Moreau (Séraphine)

Meilleur second rôle masculin : Jean-Paul Roussillon (Un conte de Noël)

Meilleur second rôle féminin : Elsa Zylberstein (Il y a longtemps que je t'aime)

Meilleur espoir masculin : Marc-André Grondin (Le Premier jour du reste de ta vie)

Meilleur espoir féminin : Déborah François (Le Premier jour du reste de ta vie)

Meilleur scénario original : Martin Provost et Marc Adbelnour (Séraphine)

Meilleure adaptation : Laurent Cantet, François Bégaudeau et Robin Campillo (Entre les murs)

Meilleure photographie : Laurent Brunet (Séraphine)

Meilleurs décors : Thierry François (Séraphine)

Meilleurs costumes : Madeline Fontaine (Séraphine)

Meilleur montage : Sophie Reine (Le Premier jour du reste de ta vie)

Meilleur son : Jean Minondo, Gérard Hardy, Alexandre Widmer, Loïc Prian, François Groult et Hervé Buirette (Mesrine)

Meilleure musique : Michael Galasso (Séraphine)

Meilleur court métrage : Les Miettes (Pierre Pinaud)

César d'honneur : Dustin Hoffman
Repost 0
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 20:07

oscars2010

Meilleur film : Slumdog Millionaire (Danny Boyle

Meilleur film d'animation : WALL-E

Meilleur film documentaire : Le Funambule (James Marsh, Simon Chinn)

Meilleur film étranger : Departures (Yojiro Takita)

Meilleur réalisateur : Danny Boyle (Slumdog Millionaire)

Meilleur acteur : Sean Penn (Harvey Milk)

Meilleure actrice : Kate Winslet (The Reader)

Meilleur acteur dans un second rôle : Heath Ledger (The Dark Knight)

Meilleur actrice dans un second rôle : Penélope Cruz (Vicky Cristina Barcelona)

Meilleur scénario original : Dustin Lance Black (Harvey Milk)

Meilleur scénario adapté : Simon Beaufoy (Slumdog Millionaire)

Meilleure photographie : Anthony Dod Mantle (Slumdog Millionaire)

Meilleurs décors : Donald Graham Burt, Victor J. Zolfo (L'Etrange histoire de Benjamin Button)

Meilleurs costumes : Michael O'Connor (The Duchess)

Meilleurs maquillages : Greg Cannom (L'Etrange histoire de Benjamin Button)
Meilleur son : Ian Tapp, Resul Pookutty, Richard Pryke (
Slumdog Millionaire)

Meilleur montage : Chris Dickens (Slumdog Millionaire)

Meilleur montage sonore : Richard King (The Dark Knight))

Meilleurs effets visuels : Edson Williams, Eric Barba (L'Etrange histoire de Benjamin Button)

Meilleure chanson : A. R. Rahman, Gulzar (Slumdog Millionaire)

Meilleure musique : A. R. Rahman (Slumdog Millionaire)

Meilleur court métrage : Spielzeugland (Jochen Alexander Freydank)

Meilleur court métrage d'animation : La Maison en petits cubes (Kunio Kato)

Meilleur court métrage documentaire : Smile Pinki (Megan Mylan)

Oscar d'honneur : Jerry Lewis

Repost 0
22 février 2009 7 22 /02 /février /2009 22:30

 La bête humaine

Avec : Mickey Rourke, Marisa Tomei, Evan Rachel Wood...

L'histoire: Randy Robinson a été une star du catch dans les années 80. Vivant seul et dans la précarité, l'ancienne gloire ne vit que pour son métier. Mais un soir de gala, il est foudroyé par une crise cardiaque. Son avenir dans le métier semble compromis...

Mon avis : Cinquième film de Daren Aronofsky, The Wrestler est un véritable poème d'amour dédié à l'acteur Mickey Rourke. Comment ne pas voir dans le parcours déglingué de Randy, le propre itinéraire de l'acteur ? C'est exactement la raison pour laquelle le film prend aux tripes. Ce portrait cru sans concessions, c'est l'histoire d'un type qui aime son travail, qui en a bien vécu, mais qui a finalement tout foutu en l'air. Rourke apporte à son personnage une humanité vraiment déchirante. Ancienne gloire eighties (il a tourné avec Coppola, Cimino) devenu presque une curiosité par son physique hors norme massacrée par des combats de boxe sur le tard et par la chirurgie « esthétique », Rourke démontre combien son talent est énorme. De tous les plans ou presque, l'acteur nous livre une prestation entre pathétique et sublime. La réalisation d'Aronofsky (un grand lui aussi) est au service de ce portrait, simple, collant au plus près des personnages (certains plans ont un côté Dardenne) mais avec un cœur « gros comme ça ». Evidemment, le film ne fait pas l'impasse sur d'inévitable scènes de catch, mais ce chemin de croix là vaut vraiment le coup d'œil...

Repost 0
21 février 2009 6 21 /02 /février /2009 19:15

 Laura ou l'aura pas ?

Avec : Gene Tierney, Dana Andrews, Vincent Price...

L'histoire : Un cadavre est retrouvé dans l'entrée de l'appartement d'une jeune femme. Un enquêteur va essayer de démêler alibis, mobiles et sentiments pour trouver le coupable.

Mon avis : Œuvre emblématique du film noir, Laura, réalisé en 1944 par Otto Preminger, nous impressionne par l'audace de son intrigue (une femme capable de faire fantasmer les hommes aussi bien vivante que morte !) et de sa technique (le premier plan séquence donne le ton). Ambiance mortifère et sophistiquée donc, mais Laura peut également être vu comme un portrait (assez critique) de la masculinité américaine de l'époque à travers le regard d'un cinéaste européen (Preminger n'arrive aux Etats-Unis qu'en 1934).  Sentiment de supériorité, opportunisme ou désinvolture sont ainsi incarnés par les trois amoureux de la belle. Et puis le charme des faux murs à travers lesquels passe la caméra...

Repost 0