Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Wikio - Top des blogs - Cinéma

Rechercher

Présentation

Bonjour,

Sur ce blog, on peut trouver différentes rubriques :

     - Les films d'avril : présentation de nos projets 
     - Critiques ciné : notre avis sur les films qui sont à l'affiche
     - Classiques : critiques de films relativement anciens

     - Filmographies : filmographies des acteurs et réalisateurs qui font l'actualité

     - Qui qu'a joué qui ? : noms des acteurs ayant prêté leur visage et/ou leur voix à des personnages connus

     - Dans quoi c'est-y donc que je l'ai vu ? : rubrique consacrée aux acteurs assez peu connus, souvent seconds rôles, dont on ne connait jamais le nom

     - Verbatim : chaque dimanche, une citation en lien avec les sorties de la semaine... ou non

     - Affiches : certaines affiches de films se ressemblent étrangement. Hommage, coïncidence ou copie ? A vous de juger
     - Actualité : fait d'actualité du cinéma qui nous a marqué

     - Billets d'humeur : nos coups de gueule et réactions à tout ce que nous pouvons lire/voir/entendre

D'autre part, les suggestions de critiques et/ou filmographies sont les bienvenues !
Suite à la consultation des mots clés qui vous amènent sur ce blog, nous vous informons que vous pouvez toujours nous contacter pour nous demander qui jouait "bidule" dans tel film et, si on a la réponse, on vous répondra...
N'hésitez pas à donner votre avis ou a faire des remarques : ce blog est fait pour vivre !

Présentation

Les Films d'avril est le nom que nous avons donné a notre pseudo-boîte de production (qui en réalité n'a pas un rond). Nous réalisons donc des courts métrages que vous pouvez voir sur ce blog, mais surtout, nous sommes CINEPHAGES.
Et comme nous voyons pas mal de films au cinéma, mais aussi en DVD, nous nous permettons de vous donner notre avis en essayant de rester positifs (parce qu'on a pu toucher du doigt l'inverstissement colossal que représente un film, même court, et qu'on n'est pas des critiques frustrés) !

Notre système de notation est le suivant :
 A voir séance tenante
 A ne pas rater
 Se laisse regarder
 Mouais
 Vraiment pas terrible
 Passez votre chemin
Quoi qu'il arrive, n'hésitez pas à donner votre avis ou à émettre des requêtes. Pour cela, vous pouvez nous joindre en laissant un commentaire (ça fait toujours plaisir) ou en nous écrivant :
lesfilmsd.avril@free.fr.
A bientôt !

20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 09:54

eastwood-clint

Clinton Elias Eastwood Jr est né le 31 mai 1930 à San Francisco. Sa mère collectionne les disques de jazz et son père joue dans la guitare et chante dans un groupe, Clint lui-même prendra des cours de clarinette et de piano. Au cours de son enfance, il apprend à monter à cheval lors des vacances chez sa grand-mère, installée à la campagne. Suite à ses deux années de service militaire (pendant lesquelles il rencontre Maggie, qu’il épouse en 1953), des rencontres et son physique impressionnant lui permettent de travailler chez Universal. Sa première apparition date de 1955, dans La Revanche de la créature. Il enchaîne ensuite les petits rôles, et c’est finalement par le biais de la télévision que son ascension débutera grâce à son rôle de cow-boy dans le feuilleton Rawhide. Mais c’est Sergio Leone qui le rend vraiment populaire avec la trilogie de l’Homme sans nom : Pour une poignée de dollars, Et pour quelques dollars de plus et Le Bon, la Brute et le Truand. Il porte d’ailleurs le même poncho (qui, selon la légende, n’a jamais été nettoyé) dans les trois films. Pourtant, Pour une poignée de dollars n’était pas un projet sans risque : Leone n’était pas encore connu,  Eastwood avait commencé par refuser de lire le scénario à cause du faible montant du cachet et aucun distributeur ne voulait le distribuer. De plus, il trouvait le scénario trop bavard et ne se priva pas d'amputer les dialogues. C’est finalement grâce à son succès en Italie que le film sortira aux Etats-Unis et sera le succès surprise de l’année. Clint Eastwood profite de cette notoriété pour monter sa maison de production, Malpaso Production et pour établir sa formule personnelle du héros : laconique, cool et décontracté, mais impitoyable et revanchard, sorti de nul part, n'allant nul part, sans passé et sans avenir. Sa première production est Pendez-les haut et court, qu’il demande à son ami Ted Post de réaliser. C’est un succès public et critique. En 1968, la famille s’agrandit avec l’arrivée de Kyle, mais Clint est peu présent car il doit faire face à des obligations professionnelles. Il rencontre Don Siegel qui devient un ami, et leur collaboration donne naissance à cinq films : Un Shérif à New York, Sierra Torride, Les Proies, L’Inspecteur Harry (énorme succès au box office, ce personnage critiqué pour son immoralité deviendra le héros d'une saga de cinq films) et L’Evadé d’Alcatraz. Eastwood se spécialise dans les westerns et les films policiers, et passe dernière la caméra à l’occasion d’Un Frisson dans la nuit en 1971. Il délaisse ce projet plusieurs semaines car son père meurt d’une crise cardiaque pendant le tournage. La sortie du film sera l’occasion d’une première rétrospective consacrée à l’acteur-réalisateur à San Francisco et sa consécration de « star du cinéma la plus populaire du monde » par Life.  En 1972, sa femme met au monde leur deuxième enfant, Alison (que l’on peut apercevoir en 1984 dans La Corde raide puis en 1996 dans Les Pleins Pouvoirs). Et l'année suivante il remplace au pied levé Charlton Heston, coincé dans les embouteillages, en tant que maître de la cérémonie des Oscars. Son premier film sera suivi de nombreux autres, parmi lesquels L’Homme des hautes plaines, Josey Wales, Hors-la-loi (qui devait initialement être réalisé par Philip Kaufman, mais Eastwood reprend les commandes après l’avoir renvoyé) ou encore Honkytonk man avec son fils Kyle. L’année 1984 est celle de tous les honneurs : Clint Eastwood fait la couverture du New York Times, une rétrospective de vingt-quatre de ses films est organisée à la cinémathèque française, il est nommé « Chevalier des arts et des lettres », et est à l’honneur lors d’une autre rétrospective au Filmmuseum de Munich. Deux ans plus tard, c’est en politique qu’il s’illustre, ayant été élu maire de Carmel sous l’étiquette républicaine. Passionné de jazz depuis l’enfance, Eastwood se lance dans le biopic de Charlie Parker, pour lequel il se contente de réaliser pour la deuxième fois de sa carrière. Le film est sélectionné au 41ème Festival de Cannes et Forest Whitaker reçoit le prix d’interprétation masculine. Dès 1991, Eastwood travaille sur un nouveau projet, Impitoyable, considéré comme son dernier western. Le film (dédié à Sergio [Leone] et Don [Siegel] décédé cette année-là) offre à ses partenaires Morgan Freeman, Richard Harris, Saul Rubinek et Gene Hackman des rôles presque aussi importants que le sien. C’est à cette occasion qu’il commence à composer la musique de ses films. Impitoyable remporte quatre Oscar sur neuf nominations, dont ceux du Meilleur film et du Meilleur réalisateur, ce à quoi s’ajoute le Golden Globe du Meilleur réalisateur qu’il avait déjà obtenu pour Bird. A 65 ans, c’est la consécration de sa carrière de metteur en scène et un véritable succès public qui l'a éberlué. Il dit à ce propos : "Je n'ai jamais essayé de faire la cour au public. Tu dois oublier le type devant l'écran en train de se bâfrer de pop-corn et de M&M's. Je me suis dit que ceux qui auraient envie de voir le film le verraient, et que les autres pouvaient aller se faire foutre." Les honneurs continuent et, en 1994, il est le Président du Jury du Festival de Cannes qui récompense Pulp Fiction (qui n’avait pourtant pas sa préférence), et reçoit la médaille de Commandeur des Arts et des Lettres. Continuant à jouer dans ses propres films, il séduit Meryl Streep Sur la route de Madison dont il compose aussi le thème, qui se placera en tête des ventes de disques de jazz et permet la création du label Malpaso Records. Il refuse ensuite le rôle principal d’Un Monde parfait au profit de Kevin Costner, qui accepte à condition de jouer face à lui, et ironise sur l’âge aux côtés de Tommy Lee Jones, Donald Sutherland et James Garner dans Space Cowboys. En 1998, il reçoit un César d’honneur pour l’ensemble de sa carrière des mains de Jean-Luc Godard et en 2000 un Lion d’or équivalent au cours de la Mostra de Venise. A partir de 2003, il montre l’étendue de son talent et son éclectisme avec Mystic River (avec Sean Penn, Tim Robbins et Kevin Bacon, projeté au Festival de Cannes et nommé six fois aux Oscar), Million Dollar Baby (nominé sept fois aux Oscar, il remporte une nouvelle fois ceux du Meilleur film et du Meilleur réalisateur, ainsi que le Golden Globe du Meilleur réalisateur), le diptyque sur la bataille d’Iwo Jima (Mémoires de nos pères et Lettres d’Iwo Jima), L’Echange (de nouveau présenté à Cannes, sous la présidence de Sean Penn, qui lui attribue ainsi qu’à Catherine Deneuve (qui avait co-présidé avec lui le Jury du Festival en 1994) un prix inventé pour l’occasion : le Prix du 61ème Festival de Cannes) et Gran Torino. C’est Kyle Eastwood, finalement devenu musicien, qui compose la musique de ce qui est annoncé comme le dernier rôle de Clint à l’écran. Le film reçoit le César du Meilleur film étranger (qu’Eastwood reçoit pour la troisième fois après Mystic River et Million Dollar Baby) et la Palme des Palmes du Festival de Cannes. En 2009, il retrouve son complice Morgan Freeman (dans le rôle de Nelson Mandela) pour la troisième fois avec Invicus et enchaîne directement avec le tournage de Au-delà, dont le tournage se déroule en France, en Angleterre et aux Etats Unis, avec Matt Damon, Cécile de France et Bryce Dallas Howard au casting. Ce séjour lui permet d’assister à la première édition du Festival Lumière organisée par Thierry Frémaux, dont il est l’invité d’honneur. 2011 marque la première collaboration de Eastwood avec Leonardo DiCaprio à l'occasion de J. Edgar, biopic sur J. Edgar Hoover, le premier directeur du FBI.

Clint Eastwood a été marié deux fois, avec Maggie (1953 – 1984) et Dina (depuis 1996). Il a sept enfants de cinq femmes différentes : Kimber (1946 avec Roxanne Tunis), Kyle, Alison (1968 et 1972 avec Maggie), Scott et Kathryn (1986 et 1988 avec Jacelyn Reeves), Francesca (1993 avec Frances Fisher) et Morgan née en 1996, avec Dina. Il a aussi vécu avec Sondra Locke pendant 14 ans, et, à défaut d’enfant, ils ont partagé l’affiche de six films : Josey Wales, Hors-la-loi, Doux, Dur et Dingue, L’Epreuve de force, Ça va cogner, Bronco Billy et Sudden Impact - Le Retour de l’Inspecteur Harry. Frances Fisher apparaît elle aussi dans trois de ses films : Pink Cadillac, Impitoyable et Jugé coupable.

Plus fidèle professionnellement que sur le plan personnel, nombre de ses collaborateurs travaillent avec lui depuis plusieurs décennies. Lorsqu'il décide que ses employés sont aptes à remplir leur tâche, il les laisse tranquilles et se fie à leur jugement. Cette confiance lui fait gagner un temps précieux sur les tournages. Ainsi, Gleen Wright est sa costumière depuis Rawhide (1959-1966), Edward Aiona est son chef accessoiriste depuis Magnum Force en 1973, Joel Cox est son monteur depuis L'Inspecteur ne renonce jamais en 1976, Tom Stern est son chef électricien depuis Honkytonk Man en 1982, David Valdes est son co-producteur depuis Pale Rider en 1985 et Jack N. Green est son directeur photo depuis Le Maître de Guerre en 1986.

Il a dirigé deux des quatre acteurs récompensés aux Oscar deux années consécutives : Sean Penn et Tim Robbins (Meilleur acteur et Meilleur second rôle dans Mystic River) en 2004 et Hilary Swank et Morgan Freeman (Meilleure actrice et Meilleur second rôle dans Million Dollar Baby) en 2005. Lui-même (bien que couronné deux fois de l'Oscar du Meilleur réalisateur) est très philosophe à propos de ces récompenses : "J'imagine que quand je serai très vieux, un type des Oscar aura la grande idée de me remettre une espèce de plaque. Je serai si décati qu'ils devront me hisser jusqu'à la scène... Je tiens à tous vous remercier pour cet Oscar d'honneur, et couic. Adieu, Inspecteur Harry."

Ses films sont caractéristiques sur plusieurs points. Au niveau formel, il aime jouer sur les ombres et lumières car il associe la surexposition à la télévision, et le générique de fin se déroule fréquemment sur un plan d’ensemble de l’endroit ou le film a été tourné. Au niveau scénaristique, ses personnages principaux sont souvent discrets sur un passé souvent sombre qu’ils préfèrent oublier. Ils éprouvent d’ailleurs des regrets face à leurs erreurs et voient une occasion de se racheter (Impitoyable, Dans la ligne de mire, Million Dollar Baby, Gran Torino). Il a un goût prononcé pour les histoires insistant sur la distance entre la vérité et la mythologie (Chasseur blanc, cœur noir, Impitoyable, Mémoires de nos pères…), et particulièrement sur l'écart entre réalité et mythologie américaine (Dans la ligne de mire, Un Monde parfait). Ses films débutent et/ou s’achèvent souvent par la mort d’un personnage, ce qui lui permet de montrer ses conséquences désastreuses de la violence qu’on lui a tant reproché dans les films qu’il réalise (Impitoyable, Un Monde parfait, Les Pleins Pouvoirs, Mystic River, Million Dollar Baby, Gran Torino). Enfin, il est amusant de remarquer qu’il arrive fréquemment qu’un de ses personnages se retrouve avec un revolver enrayé ou en manque de munitions. Il aime tourner ses westerns en automne et a une chance légendaire avec la météo : s'il a besoin qu'il neige dans un désert en plein mois de juillet, il neigera. D’autre part, il est connu pour son goût pour la spontanéité et adore les dictons du genre "Plus tu réflechis, plus t'as de chances de tout foutre en l'air", et privilégie les premières prises. Il ne fait pas plus de trois à cinq prises et n'en tire que deux. En conséquence, il termine régulièrement les tournages avec de l’avance, tant sur le calendrier que sur le budget. Frank Wells, président de la Warner Bros dans les années 70 se souvient : "Son moment préféré, c'était le dernier jour du tournage. Il m'appelait pour que je devine de combien il était sous le budget prévisionnel." Cette conception l’a d’ailleurs opposé à Kevin Costner (son confrère dans la catégorie des acteurs reconnus ayant gagné un Oscar pour une réalisation avec Warren Beatty, Robert Redford, Mel Gibson et Richard Attenborough), connu au contraire pour son perfectionnisme, qui a quitté le tournage d’Un monde parfait pour cette raison. Pendant son absence, Eastwood a tourné avec sa doublure pour lui montrer qu’il était le chef et Costner est finalement revenu.

Ses acteurs préférés sont James Cagney (L’enfer est à lui), Gary Cooper, Humphrey Bogart, Robert Mitchum et James Stewart et ses films favoris sont Les 39 marches (Hitchcock), Sergent York (Hawks), L’Etrange incident (Wellman), Qu’elle était verte ma vallée (Ford) et Les Chariots de feu (Hudson).

Clint Eastwood pratique la méditation transcendantale deux fois par jour depuis 1972.

Son nom est utilisé comme titre de la chanson Clint Eastwood de Gorillaz et il est cité dans le générique de L’Homme qui tombe à pic en VO (à 1’36). On l’entend aussi dans Make My Day de T.G. Sheppard, qui, comme son titre l’indique, parle du personnage Dirty Harry, avec la collaboration d’Eastwood himself. On peut aussi l’entendre siffler sur le morceau Big Noise de son fils Kyle, ainsi que dans une des versions de la chanson de la BO de Gran Torino avec Jamie Cullum, l’autre version étant interprétée uniquement par Jamie Cullum. Eastwood a composé la BO de Grace Is Gone (2007) qui lui avait donné l'occasion de travailler une première fois avec Cullum qui interprète la chanson-titre du film.

Il apparaît aussi dans un épisode chantant (épisode 11, saison 9) des Simpson. dans lequel il chante "Paint Your Wagon" (doublé par Dan Castellaneta), soit le titre en VO de son unique film chantant : La Kermesse de l'Ouest et une référence est faite à son personnage de l'Homme sans nom dans la séquence "The Spirit of the West" (doublée par Timothy Olyphant) de Rango.

Filmographie complète

Repost 0
Les Films d'avril - dans Filmographie
commenter cet article
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 08:20

ma-meilleure-ennemie.jpg

 Ennemies rapprochées

De : Chris Columbus

Avec : Julia Roberts, Susan Sarandon, Ed Harris…

L’histoire : Isabel, jeune photographe de mode, est amoureuse de Luke. Mais ses enfants ne l’aiment pas du tout, et son ex-femme la hait ouvertement. Mais une nouvelle inattendue va bouleverser tout ce petit monde…

Mon avis : Ma Meilleure ennemie promettait par son casting et son titre VF un joli duel de comédiennes. Le résultat est décevant. D’abord parce que les relations mère/enfants/belle-mère, pourtant pas révolutionnaires au cinéma, sont sous exploitées et ensuite parce la confrontation des deux stars, dénuée de répliques acerbes, déçoit. Au contraire, le film tombe rapidement dans le drame tire-larmes bourré de situations convenues dont les scènes clé sous soulignées par force violons. Dommage que Columbus n’ait pas su profiter de son joli casting qui méritait mieux, avec une mention spéciale pour Ed Harris qui fait de la figuration. Bref, Ma Meilleure ennemie est un mélo tout ce qu’il y a de plus ordinaire.

Repost 0
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 10:51

O'Byrne-Brian

Né le 16 mai 1967 en Irlande, Brian O’Byrne (prononcez Bree’un) vit à New York depuis plus de 20 ans. Il a été récompensé par de nombreux prix pour son travail au théâtre, notamment à Broadway (Frozen). Depuis les années 2000, il accumule les petits rôles sur grand écran : Bandits avec Bruce Willis et Billy Bob Thornton, Million Dollar Baby de Clint Eastwood, Le Goût de la vie avec Catherine Zeta-Jones et Aaron Eckhart, 7h58 ce samedi-là de Sidney Lumet avec Philip Seymour Hoffman, L’Enquête de Tom Tykwer avec Clive Owen et Naomi Watts et L’Elite de Brooklyn avec Ethan Hawke, Richard Gere et son compagnon de rubrique Vincent D’Onofrio

Repost 0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 16:17

grace-is-gone.jpg

 

De : James C. Strouse

Avec : John Cusack, Shélan O’Keefe, Gracie Bednarczyk…

L’histoire : A l’annonce du décès de sa femme, Stanley ne parvient pas à aborder le sujet avec ses filles. Il décide alors de les emmener aux Jardins Enchantés, un parc d'attractions à l’autre bout des Etats-Unis…

Mon avis : Grace Is Gone est un film bouleversant sur la perte d’un être cher. Il pose des questions auxquelles on a pas du tout envie connaître les réponses : Comment réagiriez vous à l’annonce de la perte de votre conjoint ? Et comment l’annonceriez vous à vos enfants ? Le personnage de John Cusack ne pouvant répondre à cette dernière question, il nous emmène dans un road movie sur lequel plane l’attente. C’est pour cette raison que la « lenteur » du film est justifiée par le propos : la révélation attendue ne peut avoir lieu que lorsque le père aura trouvé la force et les mots face à ses fillettes. L’attente abouti sur une révélation émouvante mais pas tire-larme, soulignée par la magnifique musique de Clint Eastwood (qui collabore avec Jamie Cullum pour la chanson-titre avant de récidiver à l’occasion de Gran Torino). Le film tient aussi et surtout grâce à son casting impeccable, tant Cusack que ses deux filles, qui permet de ne sombrer ni dans la caricature, ni dans l’image trop parfaite d’un père aimant.

Repost 0
16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 19:17

coup-de-foudre-a-seattle.jpg

De : Brandon Camp

Avec : Aaron Eckhart, Jennifer Aniston, John Carroll Lynch, Judy Greer, Martin Sheen…

L’histoire : Burke a perdu sa femme dans un accident de la route. Trois ans et un livre plus tard, il est l’animateur de conférences autour du deuil. Au cours de son séjour à Seattle, il va rencontrer Eloïse…

Mon avis : Aaron Eckhart, Jennifer Aniston, je m’attendais à une petite comédie romantique sans prétention mais relativement sympathique. Mais trop de lieux communs tuent ce film qui accumule les invraisemblances pour passer par tous les stades recommandés par le genre : la rencontre fortuite, l’idylle, le passé dissimulé, la dispute et les émouvantes retrouvailles. Bref, en le voyant on comprend mieux pourquoi Coup de foudre à Seattle n’est pas sorti en salles… Le casting était pourtant intéressant, mais les personnages secondaires (pourtant de talent avec Martin Sheen et John Carroll Lynch notamment) sont sous employés. Il faut dire que construire une comédie romantique sur un deuil n’est pas chose facile, et à choisir, je préfère nettement Le Goût de la vie avec le même Aaron Eckhart !

Repost 0
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 19:26

Nolan-Christopher

« J’aime beaucoup cette idée de mêler les codes d’un cinéma grand public à des histoires beaucoup plus difficiles et, parfois, peu accessible. »

Christopher Nolan à propos d'Inception, in Studio Ciné Live n°17, juillet 2010

Repost 0
Les Films d'avril - dans Verbatim
commenter cet article
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 19:11

l'inspecteur ne renonce jamais

De : James Fargo

Avec : Clint Eastwood, Tyne Daly…

L’histoire : Le taciturne et expéditif Inspecteur Harry Callahan se voit affubler d’un nouveau partenaire : l’officier Kate Moore…

Mon avis : Troisième volet des aventures de L’inspecteur Harry, cet épisode réalisé en 1976 ne possède ni l’originalité du premier ni l’ambition formelle du deuxième. Malgré cela, ces aventures se suivent une nouvelle fois avec grand plaisir. Eastwood maîtrise l’archétype du flic justicier comme personne et son ironie est plus que réjouissante. Surtout, on voir l’acteur se frotter une nouvelle fois avec l’une de ses étiquettes : celle du macho de service. Comme souvent, il joue avec l’image qu’il véhicule pour mieux la retourner. C’est pour cela que le monsieur est passionnant. Bref, cet Inspecteur là est un divertissement calibré, mais pas aussi primaire qu’il en a l’air. Petit bémol : une musique jazzy bien curieuse sur des images de poursuites sur les toits. Une dernière chose : le climax du film se déroule à Alcatraz, la fameuse île prison sur laquelle Clint retournera trois plus tard dans l’impeccable Evadé d’Alcatraz

Repost 0
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 19:20

IMAX.JPG

L’IMAX est l’abréviation d’Image Maximum, un format de pellicule créé par les Canadiens d’IMAX Corporation. Son intérêt repose sur la taille et la résolution (de l’ordre de 70 megapixels) bien supérieure des images, ainsi que sur la profondeur de champ. Ce format est aussi adapté à la 3D. Si l’engouement pour ce format est relativement récent (et surtout dû à The Dark Knight de Christopher Nolan, qui a été le premier réalisateur à utiliser ce format pour un film qui n’est ni d’animation ni un documentaire), le premier système date de l’exposition universelle de 1970 au Japon. Ainsi, les trois derniers Harry Potter, les Batman de Nolan, 300, Spiderman 3, Je suis une légende, Superman Returns et évidemment Inception ont été remasterisés pour une sortie en IMAX. C’est la technologie IMAX DMR (pour Digital Re-Matering) qui permet de convertir les longs métrages traditionnels au format IMAX par une post production consistant à retravailler numériquement chaque image du film à très haute résolution. Les premiers films à en profiter ont été Apollo 13 (pour sa ressortie en 2002) et les deux suites de Matrix. Mais cela aide aussi certains films « tout numériques » à obtenir une résolution beaucoup plus importante (Happy Feet ou Beowulf par exemple).

Par extension, IMAX est devenu le nom des cinémas capables de projeter ce format. L’écran standard est alors de 22 mètres de long sur 16 mètres de haut, et la plupart des cinémas ont des enceintes placés derrière l’écran, mais aussi autour de la salle pour créer un effet tridimentionnel. Il y a aujourd’hui 445 salles réparties dans 47 pays. Si leur nombre est si peu élevé, c’est pour la même raison que les cinémas ont hésité à passer à la 3D : le coût. En effet, une copie IMAX coûte 20 fois plus cher qu’une copie 35mm normale et les cabines de projections ne sont pas toutes aptes à accueillir les 35 km de pellicule que nécessite un film de 2h30 en IMAX. C’est pour cette raison que les studios réservent ce format à leurs blockbusters, qui leur permettent de rentrer dans leurs frais. Par ailleurs, la plupart des salles équipées demandent un surcoût de 3 € supplémentaires pour les spectateurs, comme pour la 3D. En France, on trouve 5 salles équipées, principalement dans les cinémas Gaumont-Pathé : à Disney Village, Paris, Toulouse, Lyon, Rouen. IMAX Corporation souhaitant que ces projections restent exceptionnelles, elle a défini 39 localisations envisageables dans les prochaines années. Ainsi, toutes les villes ne seront pas équipées et il n’y aura en théorie pas deux salles IMAX dans la même ville. Signalons tout de même que c’est pourtant le cas à Londres, par exemple, qui compte 3 IMAX intra-muros.

 

Petite chronologie (plus de détails sur le site officiel d’IMAX, en anglais) :

1997 Les innovations d’IMAX ont été récompensées par un Oscar spécial pour la réussite scientifique et technique d’avoir capturé et projeté la meilleure image du monde.

1999 Le premier long métrage produit en IMAX est Fantasia 2000

2004 Le Pôle Express de Zemeckis, est le premier film hollywoodien entièrement réalisé en IMAX 3D

2007 IMAX et Dreamworks animation se mettent d’accord pour produire 4 films ensemble. Monstres contre Aliens, Dragons, Shrek 4 et Kung Fu Panda seront les fruits de cette collaboration

2008 IMAX et Disney signent un accord pour 5 films dont le Concert 3D des Jonas Brothers, Le Drôle de Noël de Scrooge et Alice au Pays des merveilles sont les 3 premiers.

2010 IMAX est en contrat avec Warner Bros pour sortir 20 films entre 2010 et 2013.

Sources : imax.comWikipédia, excessif.com, ecranlarge.com

Repost 0
Les Films d'avril - dans Actualité
commenter cet article
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 09:45

bardem-javierNé le 1er mars 1969 en Espagne dans une famille imprégnée du milieu artistique : sa mère est comédienne, tout comme deux de ses frères et sœurs, et son oncle est réalisateur. Mais davantage intéressé par la peinture, il ne fait des apparitions à l'écran que pour financer ses études d’art plastique. Débute par des séries TV, du théâtre et joue au rugby dans l’équipe nationale de son pays. Débute au cinéma dans Les Amours de Lulu de José Juan Bigas Luna, qui lui offre ensuite le rôle principal de Jambon, Jambon, aux côtés de la toute jeune Penélope Cruz. Ce rôle l’élève au statut de sex-symbol, qu’il utilise au cours des deux films suivant, toujours du même réalisateur : Macho et La Lune et le Teton. Fidèle, il tourne aussi deux films avec Pedro Almodovar : Talons aiguilles et En chair et en os, et également avec Manuel Gomez Pereira : Bouche à Bouche et Entre les jambes. C’est ensuite à Julian Schnabel de le diriger dans Avant la nuit, dans le rôle de l’écrivain Reinaldo Arenas qui lui vaut une nomination à l’Oscar et au Golden Globe du meilleur acteur. En 2004, il sera le bouleversant Ramon Sampedro dans Mar Adentro (qui lui vaut son troisième Goya du meilleur acteur après Bouche à Bouche et Les Lundis au soleil), devant la caméra de Alejandro Amenabar. C’est ainsi qu’il parfait son image aux Etats-Unis et entame une carrière classe internationale en tournant sous l'égide de Milos Forman, Mike Newell, des frères Coen et de Woody Allen : Les Fantômes de Goya, L’Amour au Temps du Choléra (dans un rôle aussi convoité par Johnny Depp), No Country for Old Men (sa performance terrifiante est récompensée par le prix du meilleur second rôle aux Oscar, aux Golden Globes et aux BAFTA, et, depuis, il est ami avec Josh Brolin) et Vicky Cristina Barcelona (qui marque ses retrouvailles avec Penélope Cruz avec qui il est en couple depuis). En 2005, il est membre du Jury du Festival de Cannes, et en 2010, il reçoit le prix d’interprétation masculin au Festival de Cannes pour son rôle dans Biutiful d’Alejandro Gonzalez Inarritu. Il avait été envisagé pour jouer Guido dans Nine, rôle finalement obtenu par Daniel Day-Lewis, et Bretton James dans Wall Street 2, qui est finalement joué par Josh Brolin. La même année, il partage l’affiche de l’adaptation du best-seller Mange, prie, aime avec Julia Roberts.

Il est de retour en 2012 dans le rôle du méchant Silva, pour le plus grand plaisir de son coiffeur (et le nôtre) dans le nouveau James Bond : Skyfall puis, dans un registre totalement différent, il est le prêtre qui s'interroge sur sa foi dans A la Merveille de Terrence Malick.

Il partage avec Geoffrey Rush, Jamie Foxx, Philip Seymour Hoffman, Daniel Day-Lewis, Heath Ledger et Christoph Waltz l'exploit d'avoir  gagné l’Oscar, le BAFTA, le Critics’ Choice, le Golden Globe et le SAG pour le même rôle, celui de No Country for Old Men.

Ses 5 films espagnols cultes sont : Bienvenido, Mister Marshall ! (Berlanga), Mar Adentro (de Amenabar, film dans lequel il tient le rôle principal), Placido (Berlanga), Viridiana (Bunuel) et El Verdugo (Berlanga).

Filmographie complète

Repost 0
Les Films d'avril - dans Filmographie
commenter cet article
11 août 2010 3 11 /08 /août /2010 10:50

Huston-Danny

Fils de John Huston et demi-frère de Anjelica Huston, Danny Huston est né le 14 mai 1962 à Rome. Il commence derrière la caméra puis obtient de petits rôles dans Leaving Las Vegas ou Time Code. Mais c’est en 2003 que sa carrière d’acteur débute réellement avec le magnifique 21 grammes de Alejandro Gonzalez Inarritu, dans le rôle court mais marquant du mari de Naomi Watts. Il enchaîne ensuite avec Birth, Aviator de Martin Scorsese, The Proposition, The Constant Garderner, Marie Antoinette de Sofia Coppola, Les Fils de l’homme, Le Nombre 23, Le Royaume, X-Men Origins : Wolverine, Hors de Contrôle, Le Choc des Titans dans le rôle de Poséidon et Robin des Bois dans celui de Richard Cœur de Lion. D’autre part, il est amusant de souligner qu’il a joué à la fois le compagnon de Naomi Watts et celui de Nicole Kidman (Birth), avec lesquelles il est ami dans la vie. Il a épousé, puis divorcé de la sœur de Michael Madsen.

Repost 0