Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Wikio - Top des blogs - Cinéma

Rechercher

Présentation

Bonjour,

Sur ce blog, on peut trouver différentes rubriques :

     - Les films d'avril : présentation de nos projets 
     - Critiques ciné : notre avis sur les films qui sont à l'affiche
     - Classiques : critiques de films relativement anciens

     - Filmographies : filmographies des acteurs et réalisateurs qui font l'actualité

     - Qui qu'a joué qui ? : noms des acteurs ayant prêté leur visage et/ou leur voix à des personnages connus

     - Dans quoi c'est-y donc que je l'ai vu ? : rubrique consacrée aux acteurs assez peu connus, souvent seconds rôles, dont on ne connait jamais le nom

     - Verbatim : chaque dimanche, une citation en lien avec les sorties de la semaine... ou non

     - Affiches : certaines affiches de films se ressemblent étrangement. Hommage, coïncidence ou copie ? A vous de juger
     - Actualité : fait d'actualité du cinéma qui nous a marqué

     - Billets d'humeur : nos coups de gueule et réactions à tout ce que nous pouvons lire/voir/entendre

D'autre part, les suggestions de critiques et/ou filmographies sont les bienvenues !
Suite à la consultation des mots clés qui vous amènent sur ce blog, nous vous informons que vous pouvez toujours nous contacter pour nous demander qui jouait "bidule" dans tel film et, si on a la réponse, on vous répondra...
N'hésitez pas à donner votre avis ou a faire des remarques : ce blog est fait pour vivre !

Présentation

Les Films d'avril est le nom que nous avons donné a notre pseudo-boîte de production (qui en réalité n'a pas un rond). Nous réalisons donc des courts métrages que vous pouvez voir sur ce blog, mais surtout, nous sommes CINEPHAGES.
Et comme nous voyons pas mal de films au cinéma, mais aussi en DVD, nous nous permettons de vous donner notre avis en essayant de rester positifs (parce qu'on a pu toucher du doigt l'inverstissement colossal que représente un film, même court, et qu'on n'est pas des critiques frustrés) !

Notre système de notation est le suivant :
 A voir séance tenante
 A ne pas rater
 Se laisse regarder
 Mouais
 Vraiment pas terrible
 Passez votre chemin
Quoi qu'il arrive, n'hésitez pas à donner votre avis ou à émettre des requêtes. Pour cela, vous pouvez nous joindre en laissant un commentaire (ça fait toujours plaisir) ou en nous écrivant :
lesfilmsd.avril@free.fr.
A bientôt !

19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 10:37

Truffaut-Francois.jpg

« Le cinéma c’est l’art de faire faire de jolies choses à de jolies femmes. »

François Truffaut

Repost 0
Les Films d'avril - dans Verbatim
commenter cet article
18 septembre 2010 6 18 /09 /septembre /2010 21:25

des-hommes-et-des-dieux.jpg

 

De : Xavier Beauvois

Avec : Lambert Wilson, Michael Lonsdale...

L’histoire : Dans les années 90, huit moines du Mont de l’Atlas cotoient et soignent la population locale. Mais lorsque le terrorisme fait irruption dans la région, les religieux décident de rester. Au péril de leur vie…

Mon avis : Grand Prix du dernier Festival de Cannes, le film de Beauvois est le succès français de la rentrée. Plus qu’une reconstitution fidèle de l’affaire des moines de Tibhirine (Algérie), Des hommes et des dieux pose la question du poids de l’engagement dans une vie. Cela saute d’autant plus aux yeux que les moines se décident assez vite à rester dans leur monastère. Et Beauvois de répondre assez finement sur leur geste, que l’on pourrait dans un premier temps considérer comme suicidaire (les moines ont refusé l’aide de l’armée, qu’ils considèrent au service d’un gouvernement corrompu). Petit à petit, la réponse apparaît : certains ne la comprendront certes pas, mais au moins le réalisateur ne nous laisse pas dans le flou. Des hommes et des dieux n’est donc pas un leçon de catéchisme (même si on sent le réalisateur fasciné par les rituels des moines et leur simplicité) et nul trace de prêchi-prêcha. Pourtant, le respect total du réalisateur pour ces hommes et leur histoire apporte à sa mise en scène très cadrée, un je ne sais quoi de froid et d’aride. Cela est totalement justifié finalement (l’éternel débat du fond et de la forme) mais sur une durée de deux heures en ralentit quelque peu le rythme. Les acteurs sont visiblement inspirés par leur rôle (Michael Lonsdale est impressionnant et il est dommage qu’il ne soit pas davantage présent à l’écran), malgré une caractérisation scénaristique à peine esquissée. Peut-être pas le boulevresement espéré (malgré deux scènes fortes comme le dernier repas des moines), mais un film noble et humain.

Repost 0
15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 10:59

Copley-Sharlto

Sharlto Copley est né le 27 novembre 1973 en Afrique du Sud. Il commence par la réalisation et la production. Sa carrière prend un nouvel élan en 2005 : les deux courts métrages (2001 : A Space Oddity et Hellweek dans lequel vous le reconnaîtrez en sergent instructeur et qui a nettement ma préférence) qu’il co-écrit et co-réalise sont présentés à Cannes. En 2009, il tient enfin le haut de l’affiche en tant qu’acteur avec District 9 qui parle d’un sujet encore d’actualité en Afrique du Sud, l’apartheid (mais ici ce sont les extra-terrestres qui sont enfermés dans un ghetto). Cette performance lui permet d’obtenir le rôle de Looping dans L’Agence tous risques, aux côtés de Liam Neeson et Bradley Cooper. Il sera prochainement à l’affiche de District 10, la suite du 9.

Repost 0
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 11:45

bronco-billy.jpg

 

De : Clint Eastwood

Avec : Clint Eastwood, Sondra Locke, Scatman Crothers...

L’histoire : Bronco Billy McCoy est le directeur d'une petite troupe itinérante qui donne des spectacles de western. Un jour, Antoinette Lily, jeune héritière abandonnée, croise sa route…

Mon avis : Réalisé en 1980, Bronco Billy est loin d’être le plus célèbre des films du grand Clint. Et pourtant, ce film mérite vraiment d’être vu pour qui s’intéresse à l’œuvre du cinéaste. Jouant une nouvelle fois avec son image, Bronco Billy développe une nouvelle fois le thème de la petite communauté et de la famille de substitution. Josey Wales, par exemple, montrait également un homme solitaire ralliant des gens dont les valeurs ne son plus encouragées par la société dans laquelle ils évoluent. Mais ici, l’optimisme est de rigueur et la nostalgie n’est pas envahissante. Bronco Billy est une comédie, une vraie : avec des scènes cocasses (la pseudo attaque d’un train) et des répliques très efficaces, Clint démontre qu’il est à l’aise dans l’art du décalage. Ce joli film est également un hommage à ceux qui veulent vivre leurs rêves et au courage qu’il faut pour le faire. Il y a quelque chose d’enfantin chez ces personnages (Billy lui-même aime s’adresser aux gamins du public), qui surprend très agréablement. Bien sûr, le film n’est peut-être parfait (le rythme surtout), mais Bronco Billy, mélange improbable de Frank Capra et John Ford, est un film très attachant.

Repost 0
12 septembre 2010 7 12 /09 /septembre /2010 15:49

man-on-the-moon.jpg

 

De : Milos Forman

Avec : Jim Carrey, Danny De Vito, Paul Giamatti, Courtney Love...

L’histoire : L’étonnante et courte carrière de Andy Kauffman, comique américain rendu célèbre par une sitcom et mort d’un cancer du poumon à l’âge de 36 ans…

Mon avis : Man on the Moon est tout à fait le genre de film dont la réussite est indissociable de la performance de son acteur principal : Jim Carrey. Ici dans l’un de ses premiers rôles sérieux, le comédien canadien fait le show mais l’immédiate sympathie qu’il génère fait que l’on s’interroge encore plus sur ce personnage aussi déroutant que dérangeant. Et dans le too much, Carrey trouve un espace à sa démesure. Bizarrement, ce qui rend le film fascinant (à aucun moment le film ne tombe dans l’explication de son comportement), en limite aussi sa portée : certains spectateurs ne s’attacheront sans doute pas si facilement à ce mystère ambulant qui aura emporté son secret dans sa tombe (mais est-il vraiment mort d’ailleurs ?). Qui était Kaufman ? Un iconoclaste du rire ? Un kamikaze de l’humour ? Une authentique tête à baffe neurasthénique ? Le film ne répond pas à cela, mais Forman livre ici belle reconstitution, qui insiste sur la frontière bien floue entre la vie et le jeu. 

Repost 0
12 septembre 2010 7 12 /09 /septembre /2010 10:32

huppert-isabelle.jpg

« Le cinéma, c’est une dépendance, mais elle est tellement agréable que le plaisir l’emporte sur les mauvaises raisons, comme le besoin de fuir la réalité. »

Isabelle Huppert, L’Express 7 juillet 2010

Repost 0
Les Films d'avril - dans Verbatim
commenter cet article
11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 08:22

la-proposition.jpg

 

De : Anne Fletcher

Avec : Sandra Bullock, Ryan Reynolds, Mary Steenburgen

L’histoire : Margaret, éditrice newyorkaise intransigeante, se voit obligée d’épouser son assistant pour ne pas être renvoyée dans son Canada natal…

Mon avis : La Proposition est une bonne petite comédie romantique bourrée de bons sentiments. C’est vrai, le scénario est ultra balisé et l’on peut sans se tromper parier sur l’issue de l’histoire, mais le film comporte quelques scènes amusantes (dont celle avec un aigle chapardeur, que l’on voit pourtant arriver de loin). Le film tient sur deux bonnes idées : situer la majeure partie de l’intrigue en Alaska (décor assez inhabituel pour une comédie romantique et surtout très photogénique), et un duo d’acteurs assez crédible, avec une mention spéciale pour Sandra Bullock(productrice exécutive), véritable actrice comique. A noter que ce même duo se reformera à l’occasion de Most Wanted, toujours sous la direction d’Anne Fletcher. Les seconds rôles sont savoureux, notamment Mary Steenburgen et Denis O’Hare. Bref, une comédie sans prétention qui remplit son rôle : divertir.

Repost 0
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 10:58

elias-koteas

Né le 11 mars 1961 au Québec et d’origine grecque, Elias Koteas part à New York étudier la comédie a 20 ans. Après de petits rôles, il obtient son premier grand rôle dans Malarek, puis celui de Casey Jones dans Les Tortues Ninja en 1990, rôle qu’il reprend deux ans plus tard dans Les Tortues Ninja 3. Mais c’est avec son personnage de fétichiste dans Crash de son compatriote David Cronenberg que le grand public le découvre. Il multiplie les seconds rôles, d’où sa présence dans cette rubrique. Ainsi, on le retrouve dans Bienvenue à Gattaca (Niccol), Un élève doué (Singer), La Ligne rouge (un des nombreux soldat de Malick), Simone (Niccol, encore), Dommage Collatéral (Davis), Zodiac (Fincher), Two Lovers (Gray), L’Etrange histoire de Benjamin Button (de nouveau sous la direction de Fincher), Shutter Island (Scorsese, dans le rôle du flippant Laeddis).

Grâce à ses origines, Elias Koteas parle couramment le grec et le français.

Repost 0
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 20:54

Une-famille-tres-moderne.jpg

 Elle a fait un bébé toute seule

De : Josh Gordon et Will Speck

Avec : Jason Bateman, Jennifer Aniston, Patrick Wilson, Jeff Goldblum, Juliette Lewis…

L’histoire : Cassie, jeune newyorkaise dynamique, décide de ne pas attendre l’homme idéal pour fonder une famille. Elle décide donc de faire appel à un donneur. Mais Wally, son meilleur ami, n’entend pas les choses de cette oreille…

Mon avis : Adaptation d’une nouvelle de Jeffrey Eugenides (Virgin Suicides), Une Famille très moderne est une comédie romantique sympathique mais pas révolutionnaire, malgré un thème relativement novateur (du même ordre que celui du Plan B avec Jennifer Lopez).  Ainsi,  le scénario s’avère assez prévisible, et il en ira de même jusqu’à sa résolution. Dans le premier film produit par la maison de production de Jennifer Aniston  (Echo Films), on voit bien que cette dernière aimerait nous faire croire qu’elle a encore 30 ans. Certains trouveront cela peu crédible, et d’autres seront ravis de la voir une nouvelle fois en éternelle Friend. Bref, si le film est plus drôle que franchement  hilarant,  il vaut surtout pour le duo Jason Bateman - Thomas Robinson : le premier est définitivement excellent et abonné aux rôles de pères paumés après Juno et l’autre nous offre une jolie performance de petit garçon névrosé. Si cette famille n’est pas inoubliable, elle s’avère somme toute assez sympathique…

Repost 0
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 10:56

Pearce-Guy

Né en 1967 en Angleterre, Guy Pearce émigre en Australie à tout juste 3 ans. Après une carrière TV (il débute dans Neighbours, comme Kylie Minogue) sa carrière prend un nouveau tournant au cours des années 90 : avec son rôle de drag queen dans Priscilla, Folle du Désert (1994), celui de flic intègre dans L.A. Confidential aux côtés de Russell Crowe (Hanson, 1997), où encore celui d’amnésique dans Memento (Nolan, 2000). Passionné de musique, il se fait assez rare au cinéma. En 2009, on a pu l’apercevoir au début de l’oscarisé Démineurs (Bigelow), ou encore à la fin de La Route (Hillcoat). Deux ans plus tard, il incarne Edward VIII, seul roi d'Angleterre a avoir jamais "démissionné" dans Le Discours d'un roi.

Repost 0