Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Wikio - Top des blogs - Cinéma

Rechercher

Présentation

Bonjour,

Sur ce blog, on peut trouver différentes rubriques :

     - Les films d'avril : présentation de nos projets 
     - Critiques ciné : notre avis sur les films qui sont à l'affiche
     - Classiques : critiques de films relativement anciens

     - Filmographies : filmographies des acteurs et réalisateurs qui font l'actualité

     - Qui qu'a joué qui ? : noms des acteurs ayant prêté leur visage et/ou leur voix à des personnages connus

     - Dans quoi c'est-y donc que je l'ai vu ? : rubrique consacrée aux acteurs assez peu connus, souvent seconds rôles, dont on ne connait jamais le nom

     - Verbatim : chaque dimanche, une citation en lien avec les sorties de la semaine... ou non

     - Affiches : certaines affiches de films se ressemblent étrangement. Hommage, coïncidence ou copie ? A vous de juger
     - Actualité : fait d'actualité du cinéma qui nous a marqué

     - Billets d'humeur : nos coups de gueule et réactions à tout ce que nous pouvons lire/voir/entendre

D'autre part, les suggestions de critiques et/ou filmographies sont les bienvenues !
Suite à la consultation des mots clés qui vous amènent sur ce blog, nous vous informons que vous pouvez toujours nous contacter pour nous demander qui jouait "bidule" dans tel film et, si on a la réponse, on vous répondra...
N'hésitez pas à donner votre avis ou a faire des remarques : ce blog est fait pour vivre !

Présentation

Les Films d'avril est le nom que nous avons donné a notre pseudo-boîte de production (qui en réalité n'a pas un rond). Nous réalisons donc des courts métrages que vous pouvez voir sur ce blog, mais surtout, nous sommes CINEPHAGES.
Et comme nous voyons pas mal de films au cinéma, mais aussi en DVD, nous nous permettons de vous donner notre avis en essayant de rester positifs (parce qu'on a pu toucher du doigt l'inverstissement colossal que représente un film, même court, et qu'on n'est pas des critiques frustrés) !

Notre système de notation est le suivant :
 A voir séance tenante
 A ne pas rater
 Se laisse regarder
 Mouais
 Vraiment pas terrible
 Passez votre chemin
Quoi qu'il arrive, n'hésitez pas à donner votre avis ou à émettre des requêtes. Pour cela, vous pouvez nous joindre en laissant un commentaire (ça fait toujours plaisir) ou en nous écrivant :
lesfilmsd.avril@free.fr.
A bientôt !

19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 10:35

captain-america.jpeg

 Surhomme de ménage

De : Joe Johnston

Avec : Chris Evans, Tommy Lee Jones...

L’histoire : Pendant la Seconde Guerre mondiale, le frêle et timide Steve Roger se porte volontaire pour participer à un programme expérimental qui va le transformer en super soldat…

Mon avis : Décidément, les super-héros semblent devenir la nouvelle manne d’Hollywood. Du coup, le spectateur n’est pas loin de frôler l’indigestion. Heureusement, le genre se porte plutôt bien, et Captain America ne fait pas exception à la règle. Loin d’être un film au patriotisme déplacé (d’où le rajout First Avenger dans le titre), le film se révèle suffisamment malin et soigné (la première moitié surtout, avec « l’exposition psychologique ») pour susciter l’attention. Le héros apparaît certes un peu naïf, mais l’époque dans laquelle il vit l’est beaucoup moins. C’est là que le film marque des points, notamment dans les scènes où Captain America est utilisé comme outil de propagande. On est surtout très agréablement surpris par le soin accordé aux décors et à la lumière sépia (n’hésitez pas à enlever vos lunettes 3D de temps en temps puisque non seulement cette dernière massacre le travail du chef opérateur mais une nouvelle fois ne sert à rien). Le casting n’est pas mal non plus, mélange de « gueules » (Tommy Lee Jones, Hugo Weaving, Tobie Jones) et de « Dans quoi c’est-y donc que je l’ai vu ? » (Dominic Cooper, Neal McDonough). Chris Evans s’en sort aussi plutôt bien, surtout dans les scènes où il n’a pas encore ses 45 kilos en plus (trucage numérique époustouflant pour le maigrir au début du film). Bref, un blockbuster qui remplit très bien son objectif, celui de divertir sans insulter l’intelligence de son public…

Repost 0
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 10:24

the-kids-are-all-right.jpeg

 Lesbien raisonnable ?

De : Lisa Cholodenko

Avec : Julianne Moore, Annette Bening, Mark Ruffalo, Mia Wasikowska...

L’histoire : Nic et Jules sont deux femmes qui vivent avec leurs deux enfants dans le sud de la Californie. Leur vie presque paisible va être bousculée lorsque leur fils Laser demandera à sa sœur aînée Joni, dix-huit ans, de faire des démarches pour retrouver leur père biologique…

Mon avis : La réussite du film de Lisa Cholodenko, qui s’est inspirée de sa propre expérience, est liée au fait que The Kids Are All Right  n’est pas un film à thèse sur l’homoparentalité. A vrai dire, le scénario aurait fonctionné de la même manière avec un couple hétéro. Cholodenko prend le soin de bien décrire ce que la découverte de leur papa peut apporter plutôt que de s’interroger sur la pertinence d’une éducation donnée par deux mamans. Petit à petit, chaque personnage de la famille va perdre ses repères. Dans la foulée, la petite chronique rafraîchissante va gagner en ambiguïté, donnant lieu à des situations assez incongrues mais rarement scabreuses. Si le choix des actrices dans les rôles de mamans bobos est crédible, la description de leur quotidien frôle parfois la caricature (la dominée / la dominante) et les idées reçues (leurs pratiques sexuelles). Malgré ce petit bémol, The Kids Are All Right est une sympathique comédie indépendante qui a le mérite de ne pas verser dans le militantisme indigeste…

Repost 0
17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 10:05

La plupart des magazines ont fait le lien, et même s'il n'est pas flagrant, le clin d'œil de l'élève au maître (et producteur) est tout de même assez évident.

Rencontres-du-3eme-type.jpgsuper 8

Rencontres du 3ème type de Steven Spielberg (1978) et Super 8 de J.J. Abrams (2011)

Repost 0
Les Films d'avril - dans Affiches
commenter cet article
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 09:57

eastwood-clint

"Mon désir d'explorer le côté obscur est apparu à peu près lorsque j'ai commencé à travailler sur des choses comme Bronco Billy. J'avais joué des winners, des losers qui gagnaient, des types cool... Mais j'aime la réalité, or dans la réalité, ça ne se passe pas comme ça. Il y a une fragilité chez l'homme, qui est très intéressante à explorer. Les vrais héros sont si rares..."

Clint Eastwood in Mon Hollywood de Peter Biskind

Repost 0
Les Films d'avril - dans Verbatim
commenter cet article
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 11:14

super-8.jpg

 Hommage et dessert

De : J.J. Abrams

Avec : Joel Courtney, Elle Fanning, Riley Griffiths, Kyle Chandler, Noah Emmerich

L’histoire : Été 1979, dans une petite ville de l'Ohio. Alors qu'ils tournent un court-métrage en Super 8, un groupe d’adolescents est témoin d'une spectaculaire catastrophe ferroviaire. Peu après, ils découvrent sur place d'étranges cubes blancs ainsi que leur professeur de biologie, gravement blessé, qui les enjoint de ne jamais révéler ce qu'ils ont vu…

Mon avis : Troisième film de J.J Abrams, Super 8 démontre combien le créateur de Lost et Fringe est devenu l’un des meilleurs entertainers hollywoodiens. Si le film s’inspire de certaines productions de son maître Spielberg (Les Goonies, E.T…), qui d’ailleurs produit Super 8, Abrams ne verse ni dans la pâle copie ni l’hommage écrasant. Soucieux de raconter une histoire très personnelle (son amour du cinéma et de la fabrique de films dès l’adolescence), son film mélange les genres avec bonheur : chronique de l’adolescence et de ses premiers émois, suspense fantastique, comédie nostalgique… Surtout, Super 8 se révèle par moments d’une émotion inhabituelle pour ce genre de grosse production. Le formidable casting d’ados apporte beaucoup de fraîcheur au film, avec notamment Elle Fanning qui, après Somewhere, démontre une nouvelle fois qu’elle a tout d’une grande. La scène où elle démontre à ses camarades apprenti-cinéastes son talent d’actrice est vraiment bluffante. Bref, Super 8 n’est pas qu’un énième pop-corn movie sur la fin de l’innocence : c’est un film doudou pour les grands enfants qui aiment le cinéma. Et Steven Spielberg

Repost 0
10 août 2011 3 10 /08 /août /2011 10:21

Dans la famille je fais une affiche avec le héros de dos, tenant une arme dans la main, deux catégories se détachent :

Les héros qui sont dans la pénombre (voir carrément de dos) et assument l'idée à fond.

impitoyable.jpgl'impassecontre-enquete.jpgle-chat-potte.jpg

Impitoyable de Clint Eastwood (1992), L'Impasse de Brian de Palma (1993),

Contre-enquête de Franck Mancuso (2007) et Le Chat potté de Chris Miller (2011)

 

Les héros de trois-quart, histoire qu'on reconnaisse quand même la star à l'affiche.

grantorino.jpgTrue Grit

Gran Torino de Clint Eastwood (2008) et True Grit des frères Coen (2010)

Repost 0
Les Films d'avril - dans Affiches
commenter cet article
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 10:21

JJ-Abrams

"Aujourd'hui, les jeunes pensent qu'ils en connaissent plus qu'ils n'en savent réellement et il y a moins en eux cette douceur inhérente à l'enfance. Aujourd'hui, il y a une immédiateté, une sorte de froideur et un manque de singularité dans le fait de faire des films."

J.J. Abrams a propos de Super 8,

in Studio-Ciné Live été 2011

Repost 0
Les Films d'avril - dans Verbatim
commenter cet article
5 août 2011 5 05 /08 /août /2011 10:21

Hugo-Cabret.jpg

De : Brian Selznick

L’histoire : Paris à la Belle époque. Hugo Cabret, 12 ans, est un orphelin ayant élu domicile dans une gare, dont il s’occupe de remonter les horloges. Obligé de voler pour subvenir à ses besoins, c’est pourtant un vieux marchand de jouets qui est sa principale victime. En effet Hugo poursuit un rêve : réparer un étrange automate susceptible de lui communiquer un message de son père…

Mon avis : Ce roman de littérature jeunesse, paru en octobre 2008, est un tourbillon romanesque (une énigme à résoudre) plein d’émotion qui laisse place une belle place à l’imaginaire. C’est surtout un magnifique hommage aux débuts du cinéma (les cinéphiles auront sans doute identifié ce fameux marchand de jouets qui a réellement existé, mais chut !) ainsi qu’aux artisans qui en ont fait un art. S’il peut paraître imposant au premier abord aux jeunes lectures, il faut savoir que sur 533 pages, seules 182 sont composées de texte. Les autres sont des illustrations (réalisées par l’auteur) qui ont un véritable rôle narratif et font donc complétement partie de l’histoire. Cette forme, qui surprend dans un premier temps, devient rapidement une évidence tant le texte et les dessins se complètent et s’entremêlent. D’ailleurs, ce choix artistique est en adéquation parfaite avec le fond de l’histoire, tout comme l’utilisation de photogrammes des premiers films.

Ce n’est donc pas étonnant que Martin Scorsese, le plus cinéphile des réalisateurs, se soit intéressé à cette œuvre de littérature de jeunesse pour son premier film en 3D, dont la sortie est prévue pour le 14 décembre 2011 en France.

 

Film de Martin Scorsese

Avec : Asa Butterfield, Chloë Moretz, Ben Kingsley, Sacha Baron Cohen, Jude Law, Ray Winstone

La critique ici.

Repost 0
Les Films d'avril - dans Adaptation
commenter cet article
4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 10:17

ces-garcons-qui-venaient-du-bresil.jpeg

 

De : Franklin J. Schaffner

Avec : Laurence Olivier, Gregory Peck, James Mason...

L’histoire : Fin des années 70. Ezra Lieberman est un chasseur de nazis qui vit avec sa sœur dans un vieil appartement. Un jour, il reçoit un appel provenant du Paraguay. Le correspondant a retrouvé la trace de nombreux officiers nazis dont le terrifiant Dr Mengele et pense qu'un complot se prépare…

Mon avis : Adaptation d’un roman de Ira Levin (Rosemary’s baby), Ces garçons qui venaient du Brésil (le titre fait un peu Cage aux folles, hélas) est un surprenant et habile mélange de thriller, d’espionnage et même d’anticipation. Il se dégage de ce film peu connu une atmosphère mortifère et angoissante. Porté par un casting hors norme (Gregory Peck dans son seul rôle de méchant et Laurence Olivier en vieux juif, à l’opposé de son rôle dans Marathon Man), le film de Schaffner avance tranquillement mais son rythme n’est pas exempt de brutales explosions de violence. D’une façon plus surprenante, les dialogues contiennent quelques touches d’humour noir qui rendent le film plus singulier encore. Sa grande force réside dans un scénario bien écrit qui réussit à faire passer l’impensable pour crédible, tout en conciliant génétique et Histoire. Cela est d’autant plus remarquable que le film a été tourné à la fin des années 70. Bref, un film sur la folie furieuse des hommes (passée et à venir ?), mais qui se révèle aussi divertissant qu’inquiétant…

Repost 0
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 10:21

jardin-finzi-contini.jpeg

 

De : Vittorio de Sica

Avec : Dominique Sanda, Fabio Testi, Helmut Berger...

L’histoire : 1938, à Ferrare (Italie). La famille juive des Finzi-Contini, pilier de l'aristocratie locale, accueille dans leur immense parc des jeunes gens de milieux plus modestes. Giorgio a l'occasion de retrouver son amour de jeunesse, l’insaisissable Micól…

Mon avis : Relecture du paradis perdu façon de Sica, Le jardin des Finzi-Contini est un film délicat sur la naissance du désir, et ses cruelles désillusions. Mais le réalisateur ne tombe pas dans la niaiserie pour autant, puisque la mort ne cesse de rôder dans ces jardins, à l’image du frère de l’héroïne rongé par un mal mystérieux, tandis que l’Italie tout entière est de plus en plus séduite par les idées fascistes. Le Jardin des Finzi-Contini est la radiographie d’un monde en train de disparaître : l’adolescence insouciante et la décomposition d’une société en proie à ses pires démons. Sorti en 1971, le film souffre aujourd’hui d’un esthétisme seventies qui a pris un sérieux coup de vieux (abondance de zooms gratuits) et d’une postsynchronisation assez médiocre. Heureusement, sa sensibilité et la force de son sujet plaident en sa faveur…

Repost 0
Les Films d'avril - dans Classique
commenter cet article