Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Wikio - Top des blogs - Cinéma

Rechercher

Présentation

Bonjour,

Sur ce blog, on peut trouver différentes rubriques :

     - Les films d'avril : présentation de nos projets 
     - Critiques ciné : notre avis sur les films qui sont à l'affiche
     - Classiques : critiques de films relativement anciens

     - Filmographies : filmographies des acteurs et réalisateurs qui font l'actualité

     - Qui qu'a joué qui ? : noms des acteurs ayant prêté leur visage et/ou leur voix à des personnages connus

     - Dans quoi c'est-y donc que je l'ai vu ? : rubrique consacrée aux acteurs assez peu connus, souvent seconds rôles, dont on ne connait jamais le nom

     - Verbatim : chaque dimanche, une citation en lien avec les sorties de la semaine... ou non

     - Affiches : certaines affiches de films se ressemblent étrangement. Hommage, coïncidence ou copie ? A vous de juger
     - Actualité : fait d'actualité du cinéma qui nous a marqué

     - Billets d'humeur : nos coups de gueule et réactions à tout ce que nous pouvons lire/voir/entendre

D'autre part, les suggestions de critiques et/ou filmographies sont les bienvenues !
Suite à la consultation des mots clés qui vous amènent sur ce blog, nous vous informons que vous pouvez toujours nous contacter pour nous demander qui jouait "bidule" dans tel film et, si on a la réponse, on vous répondra...
N'hésitez pas à donner votre avis ou a faire des remarques : ce blog est fait pour vivre !

Présentation

Les Films d'avril est le nom que nous avons donné a notre pseudo-boîte de production (qui en réalité n'a pas un rond). Nous réalisons donc des courts métrages que vous pouvez voir sur ce blog, mais surtout, nous sommes CINEPHAGES.
Et comme nous voyons pas mal de films au cinéma, mais aussi en DVD, nous nous permettons de vous donner notre avis en essayant de rester positifs (parce qu'on a pu toucher du doigt l'inverstissement colossal que représente un film, même court, et qu'on n'est pas des critiques frustrés) !

Notre système de notation est le suivant :
 A voir séance tenante
 A ne pas rater
 Se laisse regarder
 Mouais
 Vraiment pas terrible
 Passez votre chemin
Quoi qu'il arrive, n'hésitez pas à donner votre avis ou à émettre des requêtes. Pour cela, vous pouvez nous joindre en laissant un commentaire (ça fait toujours plaisir) ou en nous écrivant :
lesfilmsd.avril@free.fr.
A bientôt !

29 août 2006 2 29 /08 /août /2006 16:31

Né à New Brunswick, dans le New Jersey, le 25 septembre 1944, fils de Kirk et de Diana Douglas, Michael se familiarise évidemment,très tôt avec le cinéma. Ses parents divorcent quand il n'a que 5 ans, et le petit garçon part alors vivre avec son frère Joel chez sa mère, dans le Connecticut, regardant avec passion, pendant toute son enfance et son adolescencen, les films de son père à la télévision. Après ses études secondaires, il passe une licence d'art dramatique à l'université de Santa Barbara, où il remporte, en 1967, un prix d'interprétation pour "Candida". Il se rend ensuite à New York pour parfaire sa formation au Neighborhood Playhouse de Sanford Meisner, puis à l'American Place Theater, dans le cours de Wynn Handman. Il interprète alors une demi-douzaine de spectacles off-Broadway et remporte son premier succès à la télévision dans la dramatique d'Ellen M. Violett, "The Experiment". En 1969, il débute à l'écran (après quelques figurations) dans Hail, Hero !, de David Miller, puis tourne dans plusieurs films mineurs qui confirmeront toutefois ses qualités de jeune premier. Après deux créations remarquées dans les séries "Medical Center" et "Sur la piste du crime", il tient, avec Karl Malden, la vedette de la série "Les rues de San Francisco", dont son personnage d'inspecteur Steve Keller lui vaut une célébrité internationale et trois nominations consécutives à l'Emmy. En 1975, après avoir fait ses débuts de réalisateur sur deux épisodes des "Rues de San Francisco", il rachète les droits (à son père) du roman de Ken Kesey "Vol au-dessus d'un nid de coucou" afin de le porter à l'écran. Un projet réputé infaisable ! Le vaillant Michael Douglas en fera pourtant, avec l'aide de Saul Zaentz à la coproduction, de Milos Forman à la réalisation et de Jack Nicholson dans le rôle principal, l'un des films culte des années 70, avec, à la clé, cinq Oscars, dont celui du Meilleur producteur. Un film qui réunit également professionnellement pour la première fois le tandem Douglas/DeVito, qui avaient partagé un appartement à New York quelque années auparavant.

En parallèle de sa carrière de producteur (qui comprend notamment Le syndrome chinois, A la poursuite du diamant vert et sa suite, L'expérience interdite, L'ombre et la proie), Michael Douglas continue de faire l'acteur, acquérant petit à petit un statut de star : du thriller paranoïaque (La nuit des juges, où il est un jeune juge ralliant les bancs d'une société secrète prônant la loi du Talion) à la comédie romantique (Le vainqueur, avec le rôle d'un marathonien qui s'épuise entre exploits sportifs et vie sentimentale tourmentée), à l'aventure débridée (A la poursuite du diamant vert et sa suite, Le diamant du Nil, délirantes épopées dans lesquelles il forme un tandem d'anthologie avec Kathleen Turner), jusqu'au thriller économique (il est un golden-boy ambitieux dans Wall Street, rôle pour lequel il recevra un Oscar) en passant par la comédie noire (La guerre des Rose, de son vieil ami Danny DeVito, où ses scènes de ménage avec Kathleen Turner tournent à la guerre de tranchée), Michael Douglas acteur s'échine, et avec succès, à diversifier son image. C'est pourtant en se faisant méchamment harceler par sa maîtresse d'une nuit, jouée par l'invraisemblable Glenn Close dans Liaison fatale, qu'il devient, à la fin des années 80, une superstar du grand écran. Avec, depuis, une propension pour incarner des personnages dépassés par l'ampleur du désastre ambiant, des quinquagénaires embourgeoisés soudainement propulsés dans un univers cauchemardesque. Ainsi, dans Harcèlement, il se fait méchamment allumer par une Demi Moore pas forcément bien intentionnée, puisque c'est elle qui va l'accuser de harcèlement, justement ; dans Chute libre, un de ses films les plus marquants, il incarne un homme d'affaires qui, soudainement lassé par les tumultes de la société moderne, pète les plombs et se transforme, l'espace de quelques heures torrides, en justicier sauvage ; dans The game, il est le dindon de la farce d'un jeu macabre où la fiction se confond avec la réalité ; dans Meurtre parfait, il est à nouveau un homme d'affaires, mais qui engage un tueur pour faire assassiner sa femme. Plus récemment, dans Traffic, il était un juge chargé des affaires de drogue pour la Maison-Blanche, mais confronté à l'addiction galopante de sa propre fille. Il enchaîne aussi des carrières diamétralement opposées : écrivain dépressif dans Wonder Boys, tueur à gages sur le retour (avec un savoureux clin d'œil à son personnage de Chute libre) dans Divine mais dangereuse, puis psychiatre confronté au cerveau d'un patient (très) dérangé dans Pas un mot… Une carrière certes chargée mais qu'il l'éloigne quelque temps des écrans français, car en dehors du très moyen Espion mais pas trop ! en 2002, il joue dans deux inédits en France, Une si belle famille, comédie familiale, The Beautiful Country, drame sur les conséquences de la guerre du Vietnam, Tell Them Who You Are. Après un premier rôle dans The Sentinel, il fera une apparition au mois d'octobre dans Toi et moi… et Dupree une comédie d'Anthony et Joe Russo avec Matt Dillon et Owen Wilson avant son grand retour dans The King of California, une comédie dans laquelle il incarnera un homme sortant d'un hôpital psychiatrique et tentant de convaincre que de l'or espagnol est enterré quelque part dans la ville…


FILMOGRAPHIE
1966 Cast a Giant Shadow (L'ombre d'un géant) (Shavelson)
1969 Where's Jack ? (Clavell)
          Hail, Hero ! (Miller)
1970 Adam at 6 A.M. (Scheerer)
1971 Summer Tree (Newley)
1972 Napoleon and Samantha (Napoléon et Samantha) (McEveety)
1978 Coma (Morts suspectes) (Crichton)
1979 The China Syndrom (Le syndrome chinois) (Bridges)
           Running (Le vainqueur) (Hillard Stern)
1980 It's My Turn (C'est ma chance !) (Weill)
1983 The Star Chamber (La nuit des juges) (Hyams)
1984 Romancing the Stone (A la poursuite du diamant vert) (Zemeckis)
1985 A Chorus Line (Chorus line) (Attenborough)
          The Jewel of the Nile (La diamant du nil) (Teague)
1987 Wall Street (id.) (Stone)
          Fatal Attraction (Liaison fatale) (Lyne)
1989 Black Rain (id.) (R. Scott)
          The War of the Roses (La guerre des Rose) (DeVito)
1992 Shining Through (Une lueur dans la nuit) (Seltzer)
          Basic Instinct (id.) (Verhoeven)
1993 Falling Down (Chute libre) (Schumacher)
1994 Disclosure (Harcèlement) (Levinson)
1995 The American President (Le président et Miss Wade) (Reiner)
1996 The Ghost and the Darkness (L'ombre et la proie) (Hopkins)
1997 The Game (id.) (Fincher)
1998 A Perfect Murder (Meurtre parfait) (Davis)
1999 Wonder Boys (id.) (Hanson) 
2000 Traffic (id.) (Soderbergh)
          One Night at McCool's (Divine mais dangereuse) (Zwart)
2001 Don't Say a Word (Pas un mot...) (Fleder)
2003 It Runs the Family (Schepisi)
          The In-Laws (Espion mais pas trop !) (Fleming)
2004 The Beautiful Country (Moland)
2006 The Sentinel (id.) (Johnson)
           You, Me and Dupree (Toi et Moi… et Dupree) (Russo)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Administrateur 06/11/2006 16:17

Voir aussi l'article "The Sentinel" :http://admin.over-blog.com/trackback.php?Id=3683128